Massacre de Grattan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Massacre de Grattan
Mémorial sur le lieu de la bataille.
Mémorial sur le lieu de la bataille.
Informations générales
Date 19 août 1854
Lieu À l'est de Fort Laramie, Territoire du Nebraska
Issue Victoire des Sioux
Belligérants
Lakotas Drapeau des États-Unis États-Unis
Commandants
John Lawrence Grattan
Forces en présence
environ 1 200 guerriers 30 soldats
1 interprète civil
Pertes
2 tués Tous tués
Guerres amérindiennes

Le massacre de Grattan, également appelé Affaire Grattan est un affrontement qui s'est déroulé le 19 août 1854 à proximité de Fort Laramie et a vu s'opposer environ 1 200 guerriers sioux à 29 soldats de l'armée américaine dirigés par le lieutenant Grattan. La bataille, qui marque le début de la guerre des Sioux contre les États-Unis, s'est achevée par la mort de tous les soldats présents et de deux Amérindiens.

Préambule : Le traité de Fort Laramie de 1851[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Traité de Fort Laramie (1851).

En 1851, suite à la création de la piste de l'Oregon qui traversait les Plaines pour rejoindre le Pacifique, le gouvernement américain, afin de prévenir tout heurt avec les Amérindiens, les invita à une grande conférence de paix à Fort Laramie en 1851. Au terme de ce traité, les Amérindiens acceptèrent la cessation des guerres tribales (clause qui, compte tenu de la culture amérindienne, ne fut évidemment pas respectée), de ne pas attaquer les colons qui empruntaient la piste de l'Oregon ; et chaque tribu présente voyait son territoire délimité sur une carte. En échange de quoi, le gouvernement promettait des annuités s'élevant à 50 000 dollars durant 50 ans aux Amérindiens et des marchandises.

La bataille[modifier | modifier le code]

En 1854, conformément au traité, environ 4 500 Sioux Brûlés vinrent camper non loin du fort dans l'attente qu'on leur versât les marchandises promises.

Cependant, une vache appartenant à un Mormon s'échappa d'une caravane qui empruntait la piste de l'Oregon, pour aller se perdre dans le camp amérindien. Un Miniconjou en visite chez des parents, tua la vache apparemment perdue et la mangea. Le Mormon alla se plaindre que sa vache lui avait été volée par les Indiens au Fort Laramie. C'est le prétexte que choisit Lawrence Grattan, un jeune lieutenant fraîchement gradé pour aller donner une bonne leçon aux « sauvages ». Le 19 août, il se dirigea, avec 29 fantassins, un interprète et deux obusiers de campagne au camp sioux, pour réclamer à ce que le coupable soit livré pour être puni. Le chef des Brûlés, un vieil homme sage, Conquering Bear, refusa mais proposa à ce que des chevaux soient donnés en dédommagement au Mormon. Grattan refusa et insista, réclamant le coupable. Le ton montait, et Grattan ordonna le feu. Conquering Bear fut mortellement touché, tandis qu'un tir d'artillerie mal dirigé décapita un tipi. La réaction des agressés fut rapide. Avant que les soldats n'aient eu le temps de recharger leurs armes, les guerriers amérindiens attaquèrent pour venger le chef tombé. Du côté des Blancs, il n'y eut aucun survivant.

Rapidement, les Amérindiens démontèrent le camp pour fuir d'éventuelles représailles.

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'Affaire Grattan marqua le début de la guerre des Sioux contre les États-Unis, guerre qui ne s'acheva que 36 ans plus tard, avec le massacre de Wounded Knee. Les Sioux, vaincus, perdirent les terres qu'ils avaient si âprement défendues.

En "représailles" à la mort de Grattan, l'armée américaine attaqua les Sioux. Le général Harney attaqua un campement Brûlé, sur la Blue Water. Ce fut le massacre de la Little Thunder. En témoignage au nombre de victimes, Harney fut désormais appelé par les Lakotas « Woman Killer ».

On raconte que le jeune et futur Crazy Horse était présent au village de Conquering Bear de Fort Laramie, et qu'il assista à la mort de ce dernier. Cet événement devait lui donner par la suite une vision, vision qui devait le guider dans la suite de sa vie.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Joseph Marshall III, The journey of Crazy Horse, traduit en français par Crazy Horse, une vie de héros, aux éditions Albin Michel, dans la collection Terre Indienne.