Bataille de Fort Dearborn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Massacre de Fort Dearborn)
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Fort Dearborn
Monument commémorant la bataille de fort Dearborn à l'emplacement de Fort Dearborn.
Monument commémorant la bataille de fort Dearborn à l'emplacement de Fort Dearborn.
Informations générales
Date 15 août 1812
Lieu Chicago
Issue Victoire britannique
Belligérants
Drapeau du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande
Potawatomis
Drapeau des États-Unis États-Unis
Commandants
Nathan Heald
Guerre anglo-américaine de 1812
Batailles
1812 : Bataille de l'île Mackinac (1812) · Bataille de Fort Dearborn · Bataille de Détroit · Campagne du Niagara · Bataille de Queenston Heights · Bataille du moulin de Lacolle (1812)

1813 : Bataille de Frenchtown · Combat du Shannon et de la Chesapeake · Bataille de York · Bataille de la rivière Thames · Guerre Creek · Bataille de Fort Mims · Bataille de Châteauguay · Bataille de Beaver Dams · Bataille de la ferme Crysler
1814 : Bataille de l'île Mackinac (1814) · Incendie de Washington · Bataille de Prairie du Chien · Bataille de Baltimore · Bataille de Cook's Mills
1815 : Bataille de La Nouvelle-Orléans

Coordonnées 41° 51′ 28″ N 87° 37′ 09″ O / 41.857777777778, -87.61916666666741° 51′ 28″ Nord 87° 37′ 09″ Ouest / 41.857777777778, -87.619166666667  

Géolocalisation sur la carte : Illinois

(Voir situation sur carte : Illinois)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Fort Dearborn.

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Fort Dearborn.

La bataille de Fort Dearborn (également connue sous le nom de massacre de Fort Dearborn) est un affrontement entre des soldats américains et des Amérindiens Potawatomis qui se déroula le 15 août 1812, près de Fort Dearborn (lieu qui fait aujourd’hui partie de la ville de Chicago, mais faisait alors partie du Territoire de l'Illinois). La bataille, qui eut lieu pendant la guerre anglo-américaine de 1812, fait suite à l’évacuation du fort ordonnée par William Hull, commandant de l’armée américaine du Nord-Ouest.

La bataille dura environ 15 minutes et aboutit à une victoire complète pour les Amérindiens. Fort Dearborn fut brûlé et les soldats et colons qui survécurent furent faits prisonniers. Certains furent ensuite rachetés. Après la bataille, cependant, les colons continuèrent de chercher à s'installer dans le secteur, le fort fut reconstruit en 1816 et les colons ainsi que le gouvernement furent alors convaincus que tous les Amérindiens devaient être déplacés hors du territoire, loin de la colonie.

Contexte[modifier | modifier le code]

Plan de Fort Dearborn dessiné par John Whistler en 1808.

Fort Dearborn fut construit par des troupes américains sous le commandement du capitaine John Whistler en 1803[1]. Il était situé sur la rive sud du bras principal de la rivière Chicago, dans ce qui est aujourd’hui le Loop, au centre-ville de Chicago. À l’époque, la région était considérée comme sauvage. Le fort a été nommé en l’honneur de Henry Dearborn, alors Secrétaire à la Guerre des États-Unis. Sa construction fait suite à la guerre amérindienne du Nord-Ouest de 1785-1795 et à la signature du Traité de Greenville, le 3 août 1795. Dans le cadre des termes de ce traité, une coalition d'Amérindiens et des pionniers, connus sous le nom de Western Confederacy (en), remit aux États-Unis de grandes parties de l’actuel État de l'Ohio et diverses autres parcelles de terrain, dont 16 km2 de terres centrées sur l'embouchure de la rivière Chicago[2],[3].

L’Empire britannique avait cédé le Territoire du Nord-Ouest—comprenant les États actuels de l’Ohio, l’Indiana, l’Illinois, le Michigan, et le Wisconsin—aux États-Unis dans la Traité de Paris en 1783. Cependant, la région a fait l’objet de litige entre les nations amérindiennes et les États-Unis depuis la signature de l’ordonnance du Nord-Ouest en 1787[4]. Les Amérindiens ont suivi Tenskwatawa, prophète Shawnee et frère de Tecumseh. Tenskwatawa a eu une vision de purification de sa société en expulsant les « enfants de l’Esprit du Mal », les colons américains[5]. Tenskwatawa et Tecumseh ont formé une confédération regroupant des Amérindiens venant de nombreuses tribus dans le but de bloquer l’expansion américaine. Les Britanniques ont vu dans les Amérindiens des alliés précieux et un tampon pour leurs colonies du Canada, et leur ont fourni des armes. Les attaques contre les colons américains dans le Nord-Ouest ont aggravé les tensions entre la Grande-Bretagne et les États-Unis[6]. Les raids menés par la confédération ont entravé l’expansion américaine sur les terres potentiellement riches en ressources agricoles, minières ou pour la traite des fourrures dans le Territoire du Nord-Ouest[7].

En 1810, à la suite d’une longue querelle, le capitaine Whistler et d’autres officiers supérieurs de Fort Dearborn sont retirés[8]. Whistler est remplacé par le capitaine Nathan Heald, qui était en poste à Fort Wayne dans l’Indiana. Heald n’était pas satisfait de sa nouvelle affectation et a immédiatement demandé un congé pour passer l’hiver dans le Massachusetts[9]. Lors de son voyage de retour à Chicago, il visite le Kentucky, où il épouse Rebekah Wells, fille de Samuel Wells, et tous deux rentrent à Chicago en juin 1811[10].

Comme les États-Unis et la Grande-Bretagne se dirigent vers la guerre, l’antipathie entre les colons et les Amérindiens dans la région de Chicago augmente[11]. À l’été 1811, des émissaires britanniques essaient d’obtenir l’appui des Amérindiens de la région, en leur disant que les Britanniques les aideront à résister à l'empiétement des colons américains[12]. Le 6 avril 1812, une bande d'Amérindiens Winnebagos tuent Liberty White, une américaine, et John B. Cardin, un canadien-français, dans une ferme appelée Hardscrabble qui était située sur le bras sud de la rivière Chicago, dans le quartier aujourd’hui appelé Bridgeport. La nouvelle du meurtre est apportée à Fort Dearborn par un soldat de la garnison nommé John Kelso et un petit garçon qui avait réussi à s’échapper de la ferme[13]. À la suite du meurtre, certains résidents de Chicago ont déménagé au fort tandis que le reste se sont fortifiés dans une maison qui avait appartenu à Charles Jouett, un agent indien. Quinze hommes de la population civile ont été organisé en milice par le capitaine Heald, et ont été armés de fusils et de munitions venant du fort[13].

Bataille[modifier | modifier le code]

Le 18 juin 1812, les États-Unis déclarent la guerre à la Grande-Bretagne[14] et le 17 juillet, les forces britanniques capturent Fort Mackinac[15]. Le 29 juillet, le général William Hull reçoit des nouvelles de la chute du Fort Mackinac et envoie immédiatement l'ordre au capitaine Heald d'évacuer Fort Dearborn, craignant qu'il ne puisse plus être approvisionnée de manière adéquate[16]. Dans sa lettre au capitaine Heald, qui est arrivée au Fort Dearborn le 9 août[10], le générale Hull donne l'ordre à Heald de détruire toutes les armes et les munitions et de donner le reste des provisions aux Amérindiens amicaux dans l’espoir d’obtenir une escorte pour Fort Wayne[n 1]. Hull envoie également une copie de ces ordres à Fort Wayne avec des instructions supplémentaires pour fournir à Heard toutes les informations, conseils et aides qui sont en leur pouvoir[17]. Dans les jours qui suivent, le sous-agent indien à Fort Wayne, le capitaine William Wells, qui était l’oncle de la femme de Heald, Rebekah, rassemble un groupe d’environ 30 Amérindiens Miamis. Wells, le caporal Walter K. Jordan et les Miamis se rendent à Fort Dearborn pour fournir une escorte[n 2],[19].

William Wells.

Wells arrive à Fort Dearborn le 12 ou 13 août (les sources divergent)[20],[21], et le 14 août, le capitaine Heald tient conseil avec les chefs Potawatomi pour les informer de son intention d’évacuer le fort[12]. Les Amérindiens ont cru que Heald leur disait qu’il allait leur distribuer les armes, les munitions, les provisions et le whisky, et que s’ils envoyaient un groupe de Potawatomis pour les escorter à Fort Wayne, il leur payerait une importante somme d’argent. Cependant, Heald ordonne la destruction de tout le surplus d'armes, de munitions et d’alcool, « craignant que [les Amérindiens] en feraient mauvais usage s'ils étaient mis en leur possession[20]. » Le 14 août, un chef Potawatomi appelé Black Partridge, avertit Heald que les jeunes hommes de la tribu ont l’intention d’attaquer, et qu’il ne peut plus les contenir[12],[22].

Le 15 août, à h, la garnison — qui comprenait, selon Heald, 54 soldats réguliers, 12 miliciens[n 3], 9 femmes et 18 enfants — évacue Fort Dearborn avec l’intention de se rendre à Fort Wayne[20]. Le capitaine Wells conduit le groupe avec quelques Miamis qui constituent l'escorte, tandis que les autres Miamis sont présents à l’arrière[24]. À environ 2,5 km au sud du Fort Dearborn, une bande de guerriers Potawatomis prend la garnison en embuscade. Heard rapporte que, après avoir découvert que les Amérindiens s'apprêtaient à les embusquer de derrière une dune, la compagnie a avancé jusqu'en haut de la dune, a tiré une salve avant de charger les Amérindiens. Cette manœuvre a séparé la cavalerie du reste du convoi, permettant à l'écrasante force amérindienne de charger dans l’espace, divisant et encerclant les deux groupes. Au cours de la bataille qui s'ensuit, certains des Amérindiens attaque les chariots qui abritent les femmes et les enfants ainsi que les provisions. Les chariots sont défendus par les miliciens, ainsi que par Van Voorhies, aspirant et médecin du fort. Les officiers et les miliciens sont tués, ainsi que deux des femmes et la plupart des enfants[25]. Wells se désengage de la bataille principale et tente de venir en aide aux personnes présentes dans les chariots[26]. Mais ce faisant, il se fait renverser ; selon certains témoins, il a combattu de nombreux Amérindiens avant d’être tué, et un groupe d'Amérindiens a immédiatement prélevé son cœur et l’a mangé pour absorber son courage[27]. La bataille a duré environ 15 minutes, après quoi Heald et les soldats survivants se sont retiré en un lieu surélevé sur la prairie. Ils se sont ensuite rendus aux Amérindiens qui les ont emmenés comme prisonniers à leur campement près du Fort Dearborn[20]. Dans son rapport, Heald a détaillé que les pertes américaines s'élèvent à 26 soldats réguliers, les 12 miliciens, deux des femmes et douze enfants tués, et les 28 autres soldats réguliers, sept femmes et six enfants faits prisonniers[20].

Les récits des survivants diffèrent sur le rôle qu'ont tenu les guerriers Miami. Certains ont affirmé qu’ils se sont battus pour les Américains, tandis que d’autres ont dit qu’ils n'ont pas du tout combattu. Quoi qu'il en soit, William Henry Harrison a déclaré que les Miamis s'étaient battus contre les Américains et a utilisé le massacre de Fort Dearborn comme prétexte pour attaquer les villages Miami. Le chef Miami Pacanne, et son neveu, Jean Baptiste Richardville, ont par conséquent mis fin à leur neutralité dans la guerre et se sont alliés avec les Britanniques[28].

Récits de la bataille[modifier | modifier le code]

Les souvenirs d’un certain nombre de survivants de la bataille ont été publiés. L’histoire de Heald a été enregistré le 22 septembre 1812 par Charles Askin dans son journal[29]. Heald a également écrit des brefs comptes rendus d’événements dans son journal[10] et dans un rapport officiel de la bataille[20]. Walter Jordan a enregistré sa version des faits dans une lettre à sa femme datée du 21 octobre 1812[30]. Helm a écrit un récit détaillé des faits ; mais, à cause de sa peur d’être sanctionné en raison de sa critique de Heald, il a retardé la publication jusqu’en 1814[31]. Les souvenirs de la bataille de John Kinzie ont été enregistrés par Henry Schoolcraft en août 1820[32].

Ces comptes de détails du conflit sont discordants, en particulier dans leur attribution des responsabilités pour la bataille. Wau-Bun: The Early Day in the Northwest de Juliette Magill Kenzie, qui a été publié pour la première fois en 1856, fournit la compte traditionnelle de la conflit. Cependant, il est basé sur des histoires de famille et est considéré comme historiquement inexact. Néanmoins, son acceptation populaire était étonnamment forte[33].

La bataille de Fort Dearborn a également été dénommée « massacre de Fort Dearborn ». La bataille a historiquement été décrite comme un massacre en raison du nombre d’Américains tués, mais est également considérée comme un acte d'auto-défense de la part des Amérindiens défendant leurs terres[34].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après la bataille, les Amérindiens ont emmené leurs prisonniers dans leur campement près de Fort Dearborn et le fort a été brûlé[20]. La région est restée vide de citoyens américains jusqu’à la fin de la guerre[35]. Certains des prisonniers sont morts en captivité, tandis que d’autres ont ensuite été libérés contre rançon. Le fort a quant à lui été restauré et reconstruit en 1816.

Vu dans la perspective de la guerre anglo-américaine de 1812, et à une plus grande échelle du conflit entre la Grande-Bretagne et la France qui l’a précipitée, il s'agit d'une bataille très petite et brève, mais elle a finalement eu des conséquences plus importantes dans le territoire. On peut dire que, pour les Amérindiens, ce fut un exemple de « bataille gagnée mais guerre perdue » : les États-Unis ont plus tard mené une politique de déplacement des tribus de la région, résultant du Traité de Chicago, qui a été marquée à son aboutissement en 1835 par la dernière grande danse de guerre amérindienne dans la ville alors naissante. Par la suite, les Potowatomis et d'autres tribus ont été déplacés plus à l’ouest[36].

Lieu de la bataille[modifier | modifier le code]

Carte, reproduite de Andreas 1884, p. 81, montrant Chicago en 1812 avec les emplacement de Fort Dearborn et de la bataille (l’ouest est en haut).

Des témoignages situent l'emplacement de la bataille sur la rive du lac, entre 1,6 et 3,2 km au sud de Fort Dearborn[37]. Le rapport officiel de Heald dit que la bataille a eu lieu à 2,4 km au sud du fort[20], la plaçant à l'endroit de ce qui est aujourd'hui l’intersection de Roosevelt Road (anciennement connu sous le nom 12th street) et Michigan Avenue[37]. Juliette Kinzie, peu avant sa mort en 1870, a déclaré que la bataille avait commencé près d’un grand peuplier, qui à l’époque se tenait toujours sur la 18th Street, entre Prairie Avenue et le lac[38]. On pense que l’arbre était le dernier d’un bosquet d’arbres qui avaient été plantés à l'époque de la bataille.

Dessin de 1884 de l’arbre censé avoir marqué le lieu où débuta la bataille.

L’arbre a été soufflé par une tempête le 16 mai 1894, et une partie de son tronc a été conservé au Chicago History Museum[37]. L’historien Harry A. Musham souligne que les témoignages relatifs à cet arbre sont tous de seconde main et proviennent de personnes qui se sont installés à Chicago plus de 20 ans après la bataille. De plus, en se basant sur le diamètre de la section préservée de tronc (environ 90 cm), il a estimé l’âge de l’arbre au moment où il a été soufflé à moins de 80 ans, et affirme donc qu’il n’aurait pas pu pousser à l’époque de la bataille[37]. Néanmoins, le site à 18th Street et Prairie Avenue est devenu le lieu traditionnellement associé à la bataille[37], et au 197e anniversaire de la bataille en 2009, le Chicago Park District, la Prairie District Neighborhood Alliance et d’autres partenaires de la communauté ont inauguré le « Battle of Fort Dearborn Park » près du site à 18th Street et Calumet Avenue[39].

Monuments[modifier | modifier le code]

Détail du monument commémorant le massacre de Fort Dearborn par Carl Rohl-Smith.

En 1893, George Pullman a fait ériger près de sa maison une sculpture qu’il avait commandée à Carl Rohl-Smith. Elle représente le sauvetage de Margaret Helm, belle-fille de John Kinzie résidant à Chicago[40] et femme du lieutenant Linai Thomas Helm[41], par le chef Potawatomi Black Partridge, qui l'a conduite ainsi que quelques autres au lac Michigan et l'a aidé à fuir en bateau[42]. Le monument a été déplacé vers le hall du Chicago History Museum en 1931. Dans les années 1970 cependant, des Amérindiens ont protesté contre l’exposition du monument et il a été retiré. Dans les années 1990, la statue a été réinstallée près de 18th Street et Prairie Avenue, près de son site d’origine, au moment de la reprise de l’arrondissement historique de Prairie Avenue[39]. Il a ensuite été retiré pour des raisons de conservation par le Bureau d’art public du Département des affaires culturelles de Chicago[43]. Il y a des efforts de réinstaller le monument, mais il y a aussi de résistance de la part de l'American Indian Center[42].

Le monument de massacre de Fort Dearborn, à côté de la Maison Pullman.

La bataille est également commémorée par une sculpture de Henry Hering appelé Défense qui se trouve sur la maison de l’offre sud-ouest de la Michigan Avenue Bridge (qui recouvre partiellement le site de Fort Dearborn). Il y a aussi des monuments à Chicago aux personnes qui ont combattu dans la bataille. William Wells est commémoré par la nomination de Wells Street[44], une rue nord-sud et une partie de l’original 1830 58-block plat de Chicago, tandis que Nathan Heald est commémoré par la nommé de Heald Square. Ronan Park honore George Ronan, qui était le premier diplômé de West Point à mourir au combat[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un fac-similé de la lettre envoyée par Hull à Heald apparaît dans Quaife 1913, p. 217.
  2. Wells a été élevé par les Miamis, et s'est marié à Wanagapeth, fille du chef Miami Little Turtle[18].
  3. Trois des 15 miliciens ont déserté peu après que la milice ne soit formée[23].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dominic A. Pacyga, Chicago : a biography, Chicago, University of Chicago Press,‎ 2009, 462 p. (ISBN 978-0-226-64431-8, OCLC 298670853, lire en ligne), p. 13
  2. (en) Charles J. Kappler, « TREATY WITH THE WYANDOT, ETC., 1795 », U.S. Government treaties with Native Americans,‎ 1904 (consulté le 28 décembre 2011)
  3. (en) Ann Durkin Keating, « Fort Dearborn », The Electronic Encyclopedia of Chicago (consulté le 28 décembre 2011)
  4. Ordinance for the Government of the Territory of the United States North-West of the River Ohio
  5. (en) Timothy D. Willig, Restoring the chain of friendship : British policy and the Indians of the Great Lakes, 1783-1815, Lincoln & Londres, University of Nebraska Press,‎ 2008 (ISBN 978-0-8032-4817-5, OCLC 226968886), p. 207
  6. (en) J. Mackay Hitsman, The Incredible War of 1812, Toronto, University of Toronto Press,‎ 1965, p. 27
  7. Heidler et Heidler 2004, p. 253, 392
  8. Quaife 1913, p. 171–175
  9. Quaife 1913, p. 176
  10. a, b et c Journal de Nathan Heald, reproduit dans Quaife 1913, p. 402–405
  11. Geoffrey Johnson, « The True Story of the Deadly Encounter at Fort Dearborn », Chicago Magazine, vol. 58, no 12,‎ décembre 2009, p. 86–89 (lire en ligne)
  12. a, b et c Simon Pokagon, « The massacre of Fort Dearborn at Chicago », Harper's Magazine, vol. 98, no 586,‎ mars 1899, p. 649–656 (lire en ligne)
  13. a et b Quaife 1913, p. 212–213
  14. « Senate Journal—Wednesday, June 17, 1812 », Journal of the Senate of the United States of America, 1789-1873, Library of Congress (consulté le 2011-12-28)
  15. Heidler et Heidler 2004, p. 347
  16. Quaife 1913, p. 215–216
  17. Lettre de Matthew Irwin au général John Mason, 12 octobre 1812. Publiée dans Quaife 1915, p. 566–570.
  18. Paul A. Hutton, « William Wells: Frontier Scout and Indian Agent », Indiana Magazine of History, vol. 74, no 3,‎ septembre 1978, p. 183–222 (JSTOR 27790311)
  19. (en) Wallace A. Brice, History of Fort Wayne, Fort Wayne, IN, D. W. Jones & Son,‎ 1868 (lire en ligne), p. 206–207
  20. a, b, c, d, e, f, g et h Rapport officiel de l'évacuation de Fort Dearborn du capitaine Heald, daté du 23 octobre 1812. Reproduit dans (en) John Brannan, Official letters of the military and naval officers of the United States, during the war with Great Britain in the years 1812, 13, 14, & 15, Way & Gideon,‎ 1823, 84–85 p. (lire en ligne)
  21. Helm 1912, p. 16
  22. Quaife 1913, p. 220–221
  23. Quaife 1913, p. 213
  24. Helm 1912, p. 53
  25. Quaife 1913, p. 227
  26. Quaife 1913, p. 228
  27. Quaife 1913, p. 411
  28. Birzer, Bradley J., « Miamis », Encyclopedia of Chicago, Chicago Historical Society (consulté le 2011-12-30)
  29. Extrait d'un journal conservé par Charles Askin, 22 septembre 1812. Publié dans Quaife 1915, p. 563–565
  30. (en) John D. Barnhart, « A new letter about the massacre at Fort Dearborn », Indiana Magazine of History, vol. 41, no 2,‎ juin 1945, p. 187–199 (JSTOR 27787494)
  31. Helm 1912
  32. (en) Mentor L. Williams, « John Kinzie's Narrative of the Fort Dearborn Massacre », Journal of the Illinois State Historical Society, vol. 46, no 4,‎ 1953, p. 343–362 (JSTOR 40189329)
  33. « Case Study: Fort Dearborn: Juliette Kinzie's Wau-Bun, 1856 », Encyclopedia of Chicago, Chicago Historical Society (consulté le 2011-12-30)
  34. (en) Ron Grossman, « Site of Chicago's Ft. Dearborn Massacre to be called 'Battle of Ft. Dearborn Park' », Chicago Tribune,‎ 14 août 2009 (consulté le 4 mars 2014)
  35. (en) Frank R. Grover, Antoine Ouilmette, Evanston Historical Society,‎ 1908, 7–8 p. (lire en ligne)
  36. (en) Grossman, Ron, « 15 Historic Minutes », Chicago Tribune,‎ 12 août 2012, p. 22
  37. a, b, c, d et e (en) H. A. Musham, « Where Did the Battle of Chicago Take Place? », Journal of the Illinois State Historical Society, vol. 36, no 1,‎ mars 1943, p. 21–40 (JSTOR 40188830)
  38. Andreas 1884, p. 31
  39. a et b (en) Ron Grossman, « Site of Chicago's Ft. Dearborn Massacre to be called 'Battle of Ft. Dearborn Park' », Tribune, Chicago,‎ 14 août 2009 (lire en ligne)
  40. « Hh », Encyclopedia of Chicago, Chicago Historical Society (consulté le 2011-12-30)
  41. Helm 1912, p. 93
  42. a et b Isaacs, Deanna, « Blood on the Ground/Investing in the Future: Neighbors who want the Fort Dearborn massacre monument returned to its site are likely to face a battle. », Chicago Reader,‎ 23 mars 2007 (consulté le 6 janvier 2009)
  43. « Fort Dearborn Monument, c.1920s », Encyclopedia of Chicago, Chicago Historical Society (consulté le 2011-12-30)
  44. (en) Don Hayner et Tom McNamee, Streetwise Chicago : a history of Chicago Street Names, Loyola University Press,‎ 1988 (ISBN 0-8294-0597-6), p. 132
  45. « Ronan Park », Chicago Park District (consulté le 2012-06-09)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alfred Theodore Andreas, History of Chicago. From the earliest period to the present time (volume 1),‎ 1884 (lire en ligne)
  • (en) J. Seymour Currey, The Story of Old Fort Dearborn, Chicago, A. C. McClurg & Co.,‎ 1912 (lire en ligne)
  • (en) Linai Taliaferro Helm, The Fort Dearborn Massacre, Rand, McNally & Company,‎ 1912 (lire en ligne)
  • (en) David S. Heidler et Jeanne T. Heidler, Encyclopedia of the War of 1812, Annapolis, Naval Institute Press,‎ 2004, 636 p. (ISBN 978-1-59114-362-8, OCLC 54758752, lire en ligne)
  • (en) Juliette Augusta Magill Kinzie, Narrative of the Massacre at Chicago, August 15, 1812, and of some preceding events, Chicago, Ellis & Fergus,‎ 1844 (lire en ligne)
  • (en) Juliette Kinzie, Wau-Bun, the "Early Day" in the North-West, Derby and Jackson,‎ 1856 (lire en ligne)
  • Joseph Kirkland, « The Chicago Massacre in 1812 », Magazine of American History, vol. 28, no 2,‎ août 1892, p. 111–122 (lire en ligne)
  • (en) Milo Milton Quaife, Chicago and the Old Northwest, 1673-1835, Chicago, University of Chicago Press,‎ 1913 (lire en ligne)
  • Milo M. Quaife, « The Fort Dearborn Masscre », The Mississippi Valley Historical Review, vol. 1, no 4,‎ mars 1915, p. 566–570 (JSTOR 1886956)
  • (en) Milo Milton Quaife, Checagou From Indian Wigwam To Modern City 1673-1835, The University of Chicago Press,‎ 1933 (lire en ligne)