Massacre d'al-Koubeir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Massacre d'Al-Koubeir)
Aller à : navigation, rechercher
Massacre d'al-Koubeir

Date 6 juin 2012
Lieu Mazraat al-Koubeir
Victimes Civils sunnites
Morts 78[1]
Auteurs Drapeau de la Syrie Shabiha
Guerre Guerre civile syrienne
Coordonnées 35° 10′ 37″ N 36° 30′ 54″ E / 35.17694444, 36.515 ()35° 10′ 37″ Nord 36° 30′ 54″ Est / 35.17694444, 36.515 ()  

Géolocalisation sur la carte : Asie

(Voir situation sur carte : Asie)
Massacre d'al-Koubeir

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacre d'al-Koubeir

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Massacre d'al-Koubeir


Sièges lancés sur les villes de :

Deraa · Homs · Banias · Hassaké · Telkalakh · Rastane · Qousseir · Talbiseh · Jisr al-Choghour · Hama · Alep · Damas · Racca · Lattaquié · Deir ez-Zor


- En gras : sièges toujours en cours, le mercredi 20 août 2014 -


2011 :

1er Rastane · Djébel el-Zawiya · 1er Hama · 2e Rastane · 1er Rif Dimachq (1er Zabadani · Douma) · Fin siège Banias · Fin siège Telkalakh


2012 :

3e Rastane · 1er Qousseir · Azaz · Taftanaz · 2e Zabadani · Idleb · 4e Rastane · Tremseh · 1er Damas · Alep · Al-Tel · Hendrat · 2e Rif Dimachq · Khirbet al-Joz


2013 :

2e Taftanaz · 3e Rif Dimachq · 2e Hama · Ras Al-Aïn · Fin siège Hama · 2e Damas · Chadadé · 2e Qousseir · 1re Racca · Fin siège Qousseir · Fin siège Damas · 1re Maaloula · Tall Hamis · 2e Racca


2014 :

Jarablus · Al-Manajir · Otaybah · Yabroud · Markada · Rankous · Boukamal · Tall al-Jabiyah · Deir ez-Zor · Fin siège Homs · Aïn al-Arab · Ras al-Maara · Al-Chaer · Division-17



Massacres
au cours de la guerre civile syrienne

1er et 2e Djébel el-Zawiya · Idlieb · Homs · Houla · Tremseh · Alep · Al-Koubeir · Darayya · 1er Khan-Al-Asal · al-Bayda et Baniyas · Hatla · 2e Khan-Al-Asal · Ghouta (Damas) · Adra · Racca · Jarablus · Maan


- Victimes non-combattantes : 2313 civils exécutés -


Débordements du conflit

Incidents frontaliers Syrie-Turquie · Incidents frontaliers Syrie-Israël · Conflit au Liban · Embuscade d'Akachat · Opération al-Shabah



Patrimoine syrien
en périls ou détruit (liste détaillée)

Le massacre d'Al-Koubeir serait une tuerie de masse perpétrée le 6 juin 2012 à Al-Koubeir, une localité située dans la région de Hama, en Syrie. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) au moins 55 personnes ont été tuées, dont 18 femmes et enfants. Le Conseil national syrien, principale coalition de l'opposition, qui dénombre 80 morts, a accusé « le régime criminel d'Assad ». Le gouvernement syrien a démenti qu'un tel massacre ait eu lieu. Le général Robert Mood, chef de la mission d'observation de l'ONU dépêchée en Syrie,a annoncé le 7 juin 2012, que des observateurs de l'ONU déployés en Syrie ont été empêchés, entre autres, par des barrages des militaires de l'armée syrienne, de se rendre sur les lieux[2].

Ce nouveau massacre intervient moins de deux semaines après le massacre de Houla qui a suscité un tollé international. Selon un témoin vivant non loin d'Al-Koubeir, qui est un sunnite, le massacre a commencé vers 14h00 (11H00 GMT) alors que « le village était cerné par des chars et des troupes qui ont bombardé Al-Koubeir, sans interruption jusqu'à 20h00 ». Il a ajouté que « les chabbiha, miliciens partisans de Bachar el-Assad appartenant à la minorité alaouite du clan Assad, sont venus de villages alaouites proches, et sont entrés dans Al-Koubeir, avec des armes à feu et des couteaux ».

Le gouvernement syrien qui a démenti l'existence de ce massacre a déclaré que « ce que quelques médias ont rapporté sur ce qui s'est passé à Al-Koubeir est complètement faux » et dénonce « un groupe terroriste ayant commis un crime odieux dans la région de Hama qui a fait 9 victimes. » [3].

Le 7 juin 2012 Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU qui s’adressait à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, a indiqué que des observateurs de l’ONU qui tentaient de se rendre sur le lieu du massacre avaient été la cible de « tirs à l’arme légère ». il n'est pas fait état de blessés parmi les observateurs. Il a qualifié de « scandaleux et révoltant » ce massacre et déclaré que « le président syrien Bachar al-Assad avait perdu toute légitimité » [4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]