Masalit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Masalit

Populations significatives par région
Drapeau du Tchad Tchad 205 000[réf. nécessaire]
Drapeau du Soudan Soudan 197 000[réf. nécessaire]
Population totale 402 000[réf. nécessaire]
Autres
Langues

masalit

La communauté Masalit est une tribu non-arabe installée principalement au Tchad et au Soudan. Elle est impliquée dans le conflit du Darfour. Elle parle le masalit qui fait partie des langues nilo-sahariennes.

Les Masalits font partie de ces tribus non-arabes qui ont été prises pour cibles par les Janjaweed au Soudan, et qui accusent les Mimi, les Ouaddaï et les Tama de complicité dans les attaques Janjaweed, leur reprochant d’aider ceux-ci à localiser les concentrations de bétail appartenant aux Dajo et aux Masalit afin de s’en emparer.

La population civile Masalit vit surtout dans la ville tchadienne d'Adré, à trente kilomètres à l’ouest de Al-Genaïna, la capitale de l’Ouest du Darfour, et dans le village de Modoyna, à vingt kilomètres à l’ouest de la petite ville soudanaise de Damra.

Human Rights Watch a documenté quatre attaques des forces armées basées au Darfour entre les 5 et 11 décembre 2005, dans la préfecture de Goungour, avec plus de 8300 habitants surtout Masalit dans cinquante et un hameaux, situés à quatre-vingt kilomètres au sud d'Adré.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Edgar, « Masalit Stories », in African Languages and Cultures, volume 3, n° 2, 1990, p. 127-148
  • (en) Lidwien Kapteijns, Mahdist faith and Sudanic tradition : the history of the Masālīt Sultanate, 1870-1930, Université d'Amsterdam, 1982, 443 p. (Thèse)

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Human Rights Watch - Rapports sur les abus commis par les membres des milices Janjaweed Soudanaises et ceux des milices Tchadiennes : [1]
  • (fr) Human Rights Watch - Rapport sur les attaques transfrontalières contre des civils au Tchad : [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]