Mary Kawena Pukui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mary Abigail Kawenaʻulaokalaniahiʻiakaikapoliopelekawahineʻaihonuainaleilehuaapele Wiggin Pukui (* 1895; † 1986), plus connue sous le nom de Kawena[1], était une autorité internationale reconnue du domaine hawaïen de l'art de vivre, de la littérature et de la linguistique[2]. Elle était une danseuse de Hula traditionnel, compositrice et éducatrice.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Mary Kawena Pukui est née dans le district de Ka'u sur l'île d'Hawaï. Sa mère était l'indigène Mary Paʻahana Kanakaʻole et son père Henry Wiggin du Massachusetts. Selon la coutume traditionnelle de hanai elle fut d'abord élevée par les parents de sa mère. Sa grand-mère, une danseuse de Hula traditionnel à la cour de la reine Emma de Hawaï, lui apprit le chant et l'histoire. Tandis que son grand-père, un guérisseur et kahuna pale keiki (accoucheur) qui enseignait les massages lomi lomi, guérissait avec les plantes (laʻau lapaʻau) pratiquait Hoʻoponopono (un procédé de réconciliation) et enseignant les prières pule. Son arrière-arrière-grand-mère était une kahuna pule (prêtresse hawaïenne) de la lignée de Pele. Après la mort de sa grand-mère elle retourna dans sa maison paternelle, là elle parla aussi bien l'hawaïen que l'anglais[3]. Elle alla à l'école à l'Hawaiian Mission Academy et enseigna la culture hawaiienne à la Punahou School. Kawena Pukui parlait couramment l'hawaïen et collectionna et traduisit les histoires et connaissances populaires hawaïennes.

De 1938 à 1961 elle travailla au Bernice P. Bishop Museum en tant qu'assistante, ethnologue et traductrice. Elle enseigna aussi l'hawaïen aux étudiants et servit d'informatrice à beaucoup d'anthropologues. Elle publia plus de 50 traités scientifiques et fut coauteure du Hawaiian-English Dictionary (1957, révision 1986), du Place Names of Hawaii (1974) et du The Echo of Our Song (1974), une traduction d'anciens chants et chansons. Son livre ʻOlelo Noʻeau contient la traduction et le commentaire d'environ 3000 exemples de dictons hawaïens et d'expressions poétiques. Son œuvre en deux volumes Nana i ke Kumu, look to the Source, est une source inestimable de coutumes et de traditions hawaïennes. Elle fut une experte en chant et danse hula, écrivit des textes lyriques et composa la musique pour plus de 15O chansons hawaïennes.

En plus de ses œuvres publiées, le savoir de Kawena Pukui fut conservé dans des commentaires, des histoires verbales, et sur des centaines de cassettes, Clips de film enregistrés entre les années 1950 et 1960. Le tout fut conservé au Bishop Museum. Souvent on lui a dit que par son travail, elle a rendu possible la Renaissance Hawaïenne des années 1970[4] En 1977 elle fut honorée du titre Living Treasure of Hawaii (trésor vivant d'Hawaï) par la société Hongwanji Mission of Hawaii et en 1995 et fut admise au Hawaiian Music Hall of Fame[5]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Introduction to the Hawaiian Language (1943) (avec Judd et Stokes)
  • Hawaiian-English Dictionary (1957, révision et enrichissement 1986) (avec Samuel Hoyt Elbert)
  • Place Names of Hawaii (1974) (avec Samuel Hoyt Elbert et Mookini)
  • Echo of our Song (1974)
  • Nana i ke Kumu, Look to the Source, Vol. 1 et 2 (1972) (avec Haertig et Lee)
  • ‘Olelo No‘eau
  • The Polynesian Family System in Ka'u, Hawaii (avec Handy)
  • Outline of Hawaiian Physical Therapeutics (avec Handy et Livermore) (1934)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chad Blair, « Kawena's Legacy », Hana Hou!-Magazin Vol. 10, No. 4,‎ August/September 2007 (consulté le 2012-01-06)
  2. (en) Mike Gordon, « Mary Kawena Pukui », the.honoluluadvertiser.com,‎ 2006-07-02 (consulté le 2011-12-31)
  3. (en) Mike Gordon, « Mary Kawena Pukui », the.honoluluadvertiser.com,‎ 2006-07-02 (consulté le 2011-02-17)
  4. (en) Burl Burlingame, « Author aided revival of Hawaiian tongue », Honolulu Star-Bulletin,‎ 1999-11-01 (lire en ligne)
  5. (en) « 1995 Hall of Fame Honoree: Mary Kawena Pukuʻi », Hawaiian Music Hall of Fame,‎ 1995 (consulté le 2009-10-20)