Mary Beale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beale.

Mary Beale

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait (vers 1675–80)

Nom de naissance Mary Cradock
Naissance
Barrow (Suffolk)
Décès 1699
Londres
Nationalité Britannique
Activités Peinture

Mary Beale (née Cradock) (1699) est une peintre anglaise. Elle devient l'une des plus importantes portraitistes du XVIIe siècle en Angleterre, et elle est considérée comme étant la première femme peintre professionnelle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary Beale est née à Barrow dans le Suffolk. Son père, John Cradock, est un recteur puritain et sa mère, Dorothy, meurt alors qu'elle a 10 ans. Son père est un peintre amateur membre de la Société des Peintres-Coloristes (Worshipful Company of Painter-Stainers), et elle-même fréquente des artistes locaux comme Nathaniel Thach, Matthew Snelling, Robert Walker et Peter Lely. En 1652, à l'âge de 18 ans, elle se marie avec Charles Beale, un négociant de tissu de Londres qui est aussi un peintre amateur.

Dans les années 1650 et 1660, elle devient un peintre semi-professionnel spécialisée dans les portraits, travaillant chez elle, d'abord à Covent Garden et plus tard sur Fleet Street.

En 1665, la famille Beale doit déménager dans une ferme située à Allbrook dans le Comté de Hampshire en raison de difficultés financières car son époux a perdu son poste de vérificateur de brevet, mais aussi en raison de la Grande peste de Londres qui ravage la capitale cette année-là. Pendant les cinq années qui suivirent, elle vit avec sa famille dans un bâtiment en bois de deux étages où elle installe également son atelier.

Portrait de Thomas Sydenham
Date inconnue, National Portrait Gallery, Londres

Mary Beale revient à Londres en 1670 et elle implante son atelier sur Pall Mall, son époux devenant son assistant se chargeant de mélanger ses peintures et s'occupant de ses comptes. Elle devient célèbre et, dans le cercle de ses amis, se côtoient le peintre Thomas Flatman, le poète Samuel Woodford, l'archevêque de Cantorbéry John Tillotson, l'évêque Edward Stillingfleet ou le théologien Gilbert Burnet. Elle renoue aussi avec Peter Lely, alors artiste à la Cour de Charles II. Au cours de ses dernières années, ses tableaux sont fortement influencés par Lely, et elle réalise principalement de petits portraits ou des copies d'œuvres de Lely. Après sa mort en 1680, le travail de Mary Beale passe peu à peu de mode.

Mary Beale meurt en 1699 dans sa maison de Pall Mall, et elle est enterrée à l'église St. James de Piccadilly à Londres. Son époux décède quant à lui en 1705.

Elle a eu trois enfants. Un premier fils, Barthélemy, est mort jeune. Un deuxième fils, également appelé Barthélemy, peint des portraits avant d'apprendre la médecine. Son troisième fils, nommé Charles, comme son père, est aussi un peintre qui se spécialise essentiellement dans les miniatures.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tabitha Barber, Mary Beale (1632/3-1699): Portrait of a seventeenth-century painter, her family and her studio (Geffrye Museum Trust, 1999)

Liens externes[modifier | modifier le code]