Marudu Gopalan Ramachandran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marudhur Gopalamenon Ramachandiran

Nom de naissance Marudhur Gopalamenon Ramachandiran
Surnom MGR, Puraitchy Nadhigar, Makkal Thilagum, Puraitchy Thalaivan, etc...
Naissance 17 janvier 1917
[Kandy]] Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka
Nationalité Drapeau de l'Inde Indien
Décès 24 décembre 1987 (à l'âge de 70 ans)
Drapeau de l'Inde Chennai capitale du Pays Tamoul (Tamil Nadu)
Profession Comédien de théâtre, Directeur de troupe de théâtre, Acteur, Metteur en scène, Producteur et Homme politique indien

Marudhur Gopalamenon Ramachandiran / Maroudhour Gopala Menon Ramachandiran (en tamoul : மருதூர் கோபாலமேனன் இராமச்சந்திரன்), ou tout simplement et légendairement appelé MGR, né le 17 janvier 1917 à Kandy (Sri Lanka) et décédé le 24 décembre 1987 à Chennai (Pays Tamoul). Il était comédien de théâtre (dès son enfance), directeur de troupe de théâtre, acteur, réalisateur, producteur (sous la bannière de la Emgeeyar Pictures Limited) du 7ème art tamoul,

Propriétaire de La MGR Schools (pour les enfants de techniciens de cinéma, à Koumbakonam (Kumbakonam), en 1953),

Propriétaire de La Sathiya Studios,

Président du syndicat des acteurs (sous quatre mandats),

Fondateur et directeur de presse tamoul (Le Thaïy et Le Anna),

Philanthrope (participation à l’effort de guerre, durant le conflit Sino-indien de 1962 (guerre sino-indienne)),

et homme d'État tamoul.

Il fut durant une décennie (1977-1987) le ministre en chef (chief minister, ou c.m.) de l'État du Pays Tamoul (Tamil Nadu).

Sommaire

Les Origines de MGR[modifier | modifier le code]

Vadhavannour (Vadavannur), de la province de Palakkad (Kérala)

Les parents[modifier | modifier le code]

Père :

Mainaigeth Gopala Menon, Profession : Magistrat

Mère:

Marudhur Sathiyabhama, (de son vrai nom Kandjiyamma)

La fratrie[modifier | modifier le code]

Frère :

 M.G.Chakarabani (M. G. Chakrapani) (de son vrai nom Neelakandhan) (Ainé) dit «Yétthan» (l’aîné, en langue malayalame), "Périyavar" (l’aîné, en langue tamoule)

 Profession : Comédien de théâtre, acteur, réalisateur et producteur tamoul (La Sathiya Raja Pictures)

 – né le 13 janvier 1911 à Vadhavannour (Vadavannur), de la province de Palakkad (Kérala)

 – décédé le 17 août 1986, à Chennai, (Pays Tamoul) à l'âge de 75 ans

M.G.Balakrishnan

Sœur :

M.G.Kamalatchi 

M.G.Sumitra

Les épouses[modifier | modifier le code]

Bargavi (plus connue sous le prénom de Thangamani)

– décédée des suites de troubles psychiatriques, en 1942  

Sadanandavadi  

– décédée des suites de la tuberculose, en 1962

V.N.Janaki  (Vaïkom Narayani Janaki)

Profession : Actrice, femme politique tamoul (Ministre en Chef du Pays Tamoul, du 7 au 30 janvier 1988)

– née le 30 novembre 1923 dans la ville de Vaïkom (Kérala)

– décédée le 19 mai 1996, à Chennai, (Pays Tamoul) à l'âge de 72 ans, d'un arrêt cardiaque

L'enfance de MGR (les jeunes années, formation théâtrale)[modifier | modifier le code]

MGR est né à Kandy au Sri Lanka, (autrefois baptisé Le British Ceylon), le 17 janvier 1917 (hypothétique).

Il perd son père, un frère et une sœur, alors qu’il n’est encore qu’un enfant, en bas-âge (deux ans) au Sri Lanka.

Suite à leur disparition, leur condition sociale change du tout au tout, sa mère et le reste de la famille quittent donc Kandy pour le Pays Tamoul, plus exactement,  à Koumbakonam, où vit leur oncle maternel, qui travaille au sein d’une compagnie théâtrale, La Madurai Original Boys Company.

La situation ne s’améliorant guère, pire et poursuivit par une privation excessive, qui le pousse lui, ainsi que son grand frère M.G.Chakarabani, à abandonner les bancs de l’école de la Ânaiyadhi School, très tôt, (pour MGR, La Third stand (l'équivalent du C.E.2 en France) de l’école primaire) et à intégrer La Madurai Original Boys Company.

Celle-ci assure l’éducation, l’emploi rémunéré et le couvert, surtout.

Son tout premier rôle, sur les planches, est donc Uthran, un personnage issu de l'une des grandes l’épopées de la mythologie indienne, Le Mahâbhâradam.

Son cachet mensuel, à cette époque, est seulement de cinq roupies !

De ces heures sombres de sa petite enfance, MGR n’en oubliera rien et en tirera des leçons positives quand il sera à l’abri du besoin, avec la notoriété venant, déterminant ainsi, en profondeur le reste de son existence.

Il porta assistance aux personnes démunies de son pays, à la moindre occasion, dans les domaines alimentaires, sociaux et économiques, bien longtemps avant d’être responsable politique.

Le Cinéma par MGR[modifier | modifier le code]

Le 1er film

Avec l'avènement du parlant, MGR effectue sa première incursion cinématographique en 1936 dans le film SADI LEELAVADI d’Ellis R. Dungan (un metteur en scène américain) (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 28 mars 1936

MGR obtient un tout petit rôle, en l’occurrence, celui d’un policier.

Le faux-départ pour la gloire

SAYA (1941) de Nandlal Jaswanthlal (Noir & Blanc) Date de sortie : Inédit

MGR, (dans ce qui devait être son tout premier personnage principal au cinéma), est débarqué en plein tournage, cause : incompatibilité d’humeur avec les responsables de la production, pourtant le réalisateur hindi, Nandlal Jaswanthlal plaidera en sa faveur, mais sans résultat, hélas !

Le Héros pour de bon et pour toujours

RAJA KUMARI (1947) d’A.S.A.Samy (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 11 avril 1947

Onze ans après son premier film et une dizaine de seconds rôles plus tard, MGR accède enfin à la plus haute marche, à la première place du générique d’une autre production de La Jupiter Pictures. MGR explose et se révèle finalement au grand public tamoul, par la même occasion.

Le premier grand succès populaire

YEN THANGAI (1952) de Ch.Narayana Moorthy et de M.K.R.Nambhiyar (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 31 mai 1952

Adaptée de sa pièce de théâtre, l’histoire (de T.S.Nadharadjan) dresse le portrait impitoyable d’une famille rurale, luttant bec et ongles contre la misère, les coups du sort qui s’acharne sur elle. MGR protège tant bien que mal sa petite sœur, à qui il lui arrive tous les malheurs du monde.

Ce drame connut un tel retentissement auprès du public tamoul, qu’il établissait dans sa mémoire collective, MGR comme «Le Grand Frère» par excellence, bravant même l’impossible !

Le premier film tamoul en couleur

ALIBABAVUM 40 THIRUDHARGALUM (1956) de T.R.Sundharam (Couleur) Date de sortie : Le 14 janvier 1956

Produit par La The Modern Theatres Ltd et réalisé par son légendaire patron T.R.Sundharam, ce célèbre conte Des Mille Et Une Nuit inaugure la couleur sur grand écran au Pays Tamoul, avec le procédé suivant, la Geva colour.

MGR incarnera le mythique bûcheron aux prises avec les 40 voleurs et leur chef.

MGR jouera au total dans quarante-deux long-métrages en couleur (1956-1991).

Le premier coup de semonce

NADHODHI MANNAN (1958) de M.G.Ramachandiran (Noir & Blanc) / (Couleur) Date de sortie : Le 22 août 1958

Suite au décès brutal de K.Ramnoth, en 1956, (le metteur en scène du splendide MARMA YOGHI, un MGR de 1951), MGR décide, contre toute attente, de diriger et de produire, lui-même, pour la première fois de sa carrière cinématographique, via Sa Emgeeyar Pictures, cette brillante synthèse, de trois films américains, IF I WERE KING (1938) de Frank Lloyd, VIVA ZAPATA ! (1952) d’Elia Kazan et  THE PRISONER OF ZENDA (1952) de Richard Thorpe.

MGR réalise moultes prouesses techniques, à cette occasion, au service de ce qui deviendra la vraie prise de conscience du peuple tamoul, amorcée dès 1954, avec un autre flamboyant MGR, le cape et d’épée MALAIKALAN, pour la cause patriotique et politique du très cultivé C.N.Anna Doré, fondateur et à la tête d’un jeune parti régionaliste baptisé le Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum ! (dont MGR en est devenu un membre à part entière, voilà seulement quelques années auparavant).

Le 50ème film

NALAVAN VAZHEVÂN (1961) de Pa.Neelakandhan (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 31 août 1961

MGR joue sur un scénario et des dialogues signés par le père du D.M.K. : l’ «Arignair» Anna.

Premier texte du jeune parolier, alors, le «Kavignar» Vâli

Le premier film tamoul de science-fiction

KALAI ARACI (1963) d’A.Kasilingham (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 19 avril 1963

L’un des deux MGR est un extra-terrestre ! Sur le plan technique, on le voit bouger dans le premier ralenti de l’histoire du cinéma tamoul.

Le 100ème film

OLI VILAKU (1968) de «Tapi» Sanakiya (Couleur) Date de sortie : Le 20 septembre 1968

Sur une unique superproduction de La légendaire Gemini Circuit, l’homme du magnifique YENGA VEETHU PILAI filme, trois ans plus tard, un MGR, encore, en plus grande forme, encore plus survolté.

Il nous gratifie, cette fois, d’une séquence musicale, où l’on voit cinq MGR à l’écran, en même temps !

MGR rendra hommage à S.S.Vassan (fondateur de La Gemini Circuit), en ouverture de l’aventure corse NEERRUM NERRUPPUM (1971).

Le péplum tamoul

ADHIMAI PENN (1969) de K.Shankar (Couleur) Date de sortie : Le 1er mai 1969

Sur cette 5ème collaboration avec le réalisateur K.Shankar, MGR, sous son étendard, La Emgeeyar Pictures, incorpore tous les éléments de ce genre, venus principalement d’ Hollywood et de La Cinecittà, pour agrémenter la solide histoire d’un tyran qui asservit toutes les femmes d’un royaume voisin. MGR, (en Hercule ou en Maciste, c’est selon), fils du monarque assassiné, revient, adulte, délivrer ses sujets, sa mère et venger son père.

Sa partenaire à l’écran de cette époque, l’actrice Jayalalidha pousse ici, la chansonnette.

MGR, pour faire face à un clash contre son interprète officiel, le ténor T.M.Soundher Radjan, introduit sur ce film, un jeune chanteur, plein de talent, une future pointure de la chanson, nommé : S.P.Balasubramanium.

Le dernier film en noir et blanc

ANNA MITHA KAI (1972) de M.Krishnan Naïr (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 15 septembre 1972

C’est avec le réalisateur du formidable RICKSHAWKARAN, (d’où d’ailleurs, MGR reçût à juste titre, la récompense nationale dans la catégorie, meilleur acteur de l’Inde de l’année 1971) que le «Makkal Thilagum» joue pour l’ultime fois de sa carrière, dans un noir et blanc.

On peut s’apercevoir aisément, que MGR change physiquement d’un plan à un autre.

L’explication suivante est que le tournage de cette comédie dramatique connut un nombre incalculable d’interruptions, la plus grave, nul doute, fut : quand il est agressé par le comédien M.R.Radha avec une arme à feu, au début de l’année 1967. Il frôle la mort de très peu !

Les autres avant-derniers monochromes de cette décennie (les années 70)  sont :

1) THALAIVAN (1970, le 24 juillet) de P.A.Thomas et de Singa Muthu (Noir & Blanc)

2) ORU THAIY MAKKAL (1971, le 9 décembre) de Pa.Neelakandhan (Noir & Blanc)

MGR apparût dans quatre-vingt-seize films en noir et blanc (1936-1972).

Le deuxième coup de semonce

ULAGUM SUTRUM VALIBAN (1973) de M.G.Ramachandiran (Couleur) Date de sortie : Le 11 mai 1973

Ce film est le coup d’envoi, en quelque sorte, de la course à l’investiture au poste de ministre en chef du Pays Tamoul, pour MGR, sous ses propres couleurs politiques.

Joué (à la puissance 2), réalisé et produit (sous La Emgeeyar Pictures, la 3ème du nom) par MGR lui-même, on le voit traverser toute l’Asie, avec à son bras, pas moins de quatre charmantes donzelles, pour lui tout seul et une flopée de personnages patibulaires à ses trousses.

MGR envisagea très sérieusement une suite, KIZHAKKU AFRICAVIL RADJU qu’il renonça plus tard, faute de temps.

Le second grand succès populaire

OURIMAI KOURAL (1974) de C.V.Sridher (Couleur) Date de sortie : Le 7 janvier 1974

Parce que le réalisateur Sridher était au creux de la vague, après avoir connu un désastre financier au box-office l’année précédente, MGR, la star tamoule numéro une de son pays, accepte de jouer à titre gracieux, dans ce qui deviendra son deuxième plus gros carton de sa carrière.

C’était également l’occasion pour les deux hommes de se retrouver après leur rendez-vous raté d’ANDHRU SINDIYE RATHAM (1963) et juste avant son accession au pouvoir, en 1977, MGR préparait deux autres films avec Sridher, ANNA NEE YEN DEIVAM et NAAN ORU TOZHILALI. Ils ne purent mener à bien leur entreprise pour les raisons évidentes.

Le 125ème film

SIRITHU VAZHA VENDHUM (1974) de S.S.Balan (Couleur) Date de sortie : Le 30 novembre 1974

C’est la seule fois, où le fils de S.S.Vassan, patron de La Gemini Circuit, montre un MGR, dans la peau d’un flic violent, à la mode dans les années 70 et à la formule consacrée :

« aux méthodes peu orthodoxes, expéditives et musclées »

L’ultime chevauchée

MADURAI MITHA SUNDHARAPANDHIYAN (1978) de M.G.Ramachandiran (Couleur) Date de sortie : Le 14 janvier 1978

Pour son dernier film, un cape et d’épée de grande envergure, le genre où il s’illustra naguère, MGR repasse derrière la caméra (épaulé par ses vieux amis, les metteurs en scène Pa.Neelakandhan et K.Shankar, comme à l’époque de ULAGUM SUTRUM VALIBAN) pour mieux se filmer, lui et sa brillante distribution.

Les films posthumes

AVASARA POLICE 100 (1990) de K.Bhackiya Radj (Couleur) Date de sortie : Le 17 octobre 1990

A partir de quatre séquences d’un film inachevé intitulé ANNA NEE YEN DEIVAM de C.V.Sridher, celui qu’on surnommait le « Varissu » (l’héritier), K.Bhackiya Radj réussit à broder un scénario plausible, convenable, tout en reprenant les codes cinématographiques de MGR et en n’omettant pas d’apporter sa touche personnelle, pour son propre compte !

NALADE NADHU KEITHKUM (1991) de M.Karnan (Couleur) Date de sortie : Le 10 mai 1991

Même procédé que sur AVASARA POLICE 100, un proche politique de MGR, Djéppiyar tente de rééditer l’exploit de K.Bhackiya Radj, mais avec hélas, beaucoup moins de talent.

Le tiercé gagnant

1) YEN THANGAI (1952) de Ch.Narayana Moorthy et de M.K.R.Nambhiyar (Noir & Blanc) (352 jours)

2) OURIMAI KOURAL (1974) de C.V.Sridher (Couleur) (234 jours)

3) ULAGUM SUTRUM VALIBAN (1973) de M.G.Ramachandiran (Couleur) (217 jours)

Les cinq flops

1) PASSAM (1962, le 31 août) de T.R.Ramanna (Noir & Blanc) (Parce que MGR meurt à la fin !)

2) YEN KADHAMAI (1964, le 13 mars) de M.Nadhesan (Noir & Blanc) (Boycotté pour des raisons politiques)

3) KADAL VAGANAM (1968, 21 octobre) de M.A.Thirumugham (Noir & Blanc) (Une histoire qui s’enlise avec une caravane) (56 jours)

4) THALAIVAN (1970, le 24 juillet) de P.A.Thomas (Noir & Blanc) (Un sujet semble t-il mal ficelé et mal accepté)

5) NAVARATHINAM (1977, le 5 mars) de A.P.Nagaradjan (Couleur) (Un scénario, où le périple de MGR est alambiqué)

La mort au cinéma

La faucheuse frappa MGR sur le grand écran à huit reprises !

1) YEN THANGAI (1952) (Noir & Blanc) (son personnage rejoint sa petite sœur dans l’éternité en se noyant)

2) MADURAI VEERAN (1956) (Noir & Blanc) (Respectant l’histoire mythologique, son personnage meurt torturé)

3) PASSAM (1962) (Noir & Blanc) (Il succombe à une crise cardiaque)

4) KALAI ARACI (1963) (Noir & Blanc) (le terrien n’arrive pas à sauver l’extra-terrestre brûlé mortellement)

5) ADHIMAI PENN (1969) (Couleurs) (Le père incarné aussi par MGR est lâchement assassiné, dans le pré-générique)

6) NEERRUM NERRUPPUM (1971) (Couleur) (En conformité avec Les Frères Corses d’Alexandre Dumas, l’un des deux MGR meurt)

7) NETRU INDRU NALAI (1974) (Couleur) (Sur deux MGR, il n’en reste plus qu’un)

8) AVASARA POLICE 100 (1990) (Couleur) (On apprend par Bhackiya Radj que MGR est mort en service commandé)

MGR fit allusion très souvent à la mort dans certaines de ses chansons, non par pessimisme mais par lucidité et d’une expérience de la vie, pour l’avoir côtoyé d’assez près. Il faisait naturellement référence au drame du 12 janvier 1967 avec le «Nadhiga Vel» M.R.Radha.

On peut en citer quelques unes :

«Nala véleille, nâne puzhaitékondaine…» de NAAN ANNAIYTHAL (1966) de Sanakiya (Noir & Blanc) (Prémonitoire)

«Nâne ouhire puzhaiteine oune…» de KANAVAN (1968) de Pa.Neelakandhan (Noir & Blanc) (Un rêve mouvementé)

«Iraivâ oune mâligaiyhil…» de OLI VILAKU (1968) de Sanakiya (Couleur) (Un grand classique en mémoire de MGR)

«Nâne seite pôaitchinvaindha…» de YENGAL THANGAM (1970) de Krishnan-Pandju (Couleur) (Il y fait clairement allusion)

Les films doublés

EK THA RAJA (1951) de K.Ramnoth (de La Jupiter Pictures) (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 15 juin 1951

C’est la version hindie de MARMA YOGHI, sortie quelques mois avant, le 2 février de la même année.

SARVADHIGARI (1951) de T.R.Sundharam (de La The Modern Theatres Ltd) (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 5 octobre 1951

C’est aussi la version télougoue de SARVADHIGARI, sortie juste le mois précédent, le 15 septembre, pour le public tamoul.

JENOVA (1953) de F.Nagoor (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 17 avril 1953

JENOVA, la version malayalame sortie quelques mois avant. Le 19 juin, ce fut celle des Tamouls, à Madras et de ses environs.

Les films de MGR bénéficièrent d’un écho particulier dans l’état de l’Andhra-Pradhesh.

Ils furent systématiquement traduits en langue télougoue, jusque dans le titre !

Les grands succès de MGR connurent également des versions hindies pour le public du Nord.

Les hommages cinématographiques[modifier | modifier le code]

KALATEILLE VENDHRAVEINE (1989) de Mogan Gandhiran (Noir & Blanc) / (Couleur) Date de sortie : Le 10 mars 1989

Assistant du réalisateur Pa.Neelakandhan, Mogan Gandhiran réalise à partir des extraits de films de MGR, un bel hommage au «Puraitchy Thalaivar». Il retrace le parcours de cet homme d’exception, de sa naissance à sa mort.

NAMADU DEÏVAM (1990) de Kasi Arasu (Couleur) Date de sortie : Le 14 septembre 1990

Presque le même exercice que KALATEILLE VENDHRAVEINE (1989), un film-hommage, où la maîtresse de cérémonie n'est autre que la grande actrice, l’«Âtchy» Manorama. Elle fait découvrir à un groupe d'enfants, le grand MGR.

IRUVAR (1997) de Mani Ratnam (Couleur) Date de sortie : Le 14 janvier 1997

Le metteur en scène Mani Ratnam marche sur de la braise quand il prend le risque d’évoquer les grandes figures du cinéma et de la politique des cinquante dernières années du Pays Tamoul, (puisque IRUVAR sortit pour le cinquantenaire de l’Indépendance, mais aussi pour les dix ans (seulement) de la disparition de MGR !)

Le sujet était ardent, miné et ne pouvait susciter que passion, les cicatrices n’étaient pas encore vraiment refermées, la douleur de sa disparition était toujours vivace et certains personnages étaient toujours vivants !

Et quand Mani Ratnam écorne au passage le mythe de MGR, il n’en fallait pas plus et qu’il s’étonne de la levée de boucliers ou qu’il reçoive sa volée de bois vert, il devait bien s’y attendre un peu ! Il n’est pas né d’hier tout de même !

PURAITCHY THALAIVAN (2009) de S.Venky Baboo (Couleur) Date de sortie : Inédit

Ce film d’animation en 3D devait être une première en Inde. C’est un couple tamoul, les directeurs S.Venky Baboo et son épouse S.Sridevi Rav, spécialisés dans le genre, à la tête de leur maison de production (La Mayabimbham Media Private Limited) qui se sont attelés sur ce magnifique et ambitieux projet, de « ressusciter » Le "Makkal Thilagum", de lui redonner vie sous forme de dessin animé ! C’est le MGR d’'AYARTHIL ORUVAN qu’ils présentent dans une bande-annonce d’une minute et cinquante-trois secondes, postée judicieusement le 16 janvier 2009, la veille du 92ème anniversaire de la naissance du «Puraitchy Thalaivar». Les patrons de la Mayabimbham Media mettent ainsi, en appétit des millions de fans.

IDAYATIL ORUVAN (2010) de Namakkal MGR (Couleur) Date de sortie : Le 20 mai 2010

Régulièrement, Namakkal MGR, grand admirateur de MGR postait sur les réseaux sociaux ses reprises musicales du «Puraitchy Thalaivar» sous forme de scopitone. Avec IDAYATIL ORUVAN, il passe à la vitesse supérieure, en réalisant lui-même un long-métrage à la gloire de son idole.

VALIBAN SUTRUM ULAGUM (2012) de A.R.Lalidasamy (Couleur) Date de sortie : Le 15 décembre 2012

MGR-Siva, le héros du film, s’est fait connaitre des téléspectateurs à l’occasion des programmes de commémoration de MGR. Il venait, en renfort de l’orchestre, reproduire sur scène, la gestuelle de MGR, si spécifique et reconnaissable entre mille. De là, à passer sur le grand format, ce n’était qu’une question de temps et c’est chose faite.

CHAKARAVARTI THIRUMAGAN (2012) de G.Puruchottaman (Couleur) Date de sortie : Le 19 septembre 2012

Cet autre avatar de MGR, «Lion» P.Chakaravarti est auteur, scénariste, acteur principal et producteur de CHAKARAVARTI THIRUMAGAN. A sa manière, il rend hommage au cinéma du «Makkal Thilagum».

La formule cinématographique à toute épreuve de MGR[modifier | modifier le code]

A partir de l’année de l’Indépendance de L’Inde, en 1947 et jusqu’à sa nomination, en 1977 au poste de ministre en chef du Pays Tamoul, il sera et restera invariablement le personnage principal, le héros de ses long-métrages (soit 121 sur 138 films au total que compte sa carrière cinématographique) avec une constante majeure :

Incarnation de l’identité tamoule, de la bravoure et de la probité, (peu importe le genre ou l’époque)

Défenseur de l’opprimé, de la veuve et de l’orphelin, redresseur de tords, partageant leur sort et au-delà (Yézhai Pangaleine) à l’écran comme à la ville

Il véhicula, sans cesse, une image positive, une règle de conduite exemplaire et sensibilisa les Tamouls, les incita, les exhorta à suivre des habitudes saines, comme privilégier l’exercice physique à la consommation de tabac ou d’alcool (qu’il exécrait au plus haut point), à faire preuve de civisme et de solidarité

Un esprit sain dans un corps sain, était l’une de ses devises

Il s’efforça de protéger l’image de la femme contre toute atteinte, sous quelques formes que ce soit

Il mit l’accent également sur l’éducation

En quarante-deux ans de carrière cinématographique, 1936-1978, seule l’année 1940 ne voit pas de film avec MGR au générique.

1937 fut également un temps, à tord, classée dans la même catégorie, pour être plus tard rectifiée.

En effet, on se rendit compte que le deuxième long-métrage de MGR, en l’occurrence, IRU SAGODHARGAL, sortit sur les écrans  tamouls, le 23 janvier 1937.

Les meilleurs titres philosophiques de MGR[modifier | modifier le code]

Il en existe bien une centaine dans le répertoire de MGR, mais certains se détachent du lot, indéniablement !

Le premier est sans conteste, le «Yéténai kâlamdan yémathruvar inedé nathilai…» du superbe MALAIKALAN, un cape et d’épée sorti durant l’été 1954, produit et mis en scène par le grand Sri Ramoulou Naïdhu. MGR dénonce les inégalités, l’injustice que subit le pays, auprès de sa belle, l’actrice P.Bhanoumadi. (Paroles : Tandjai Ramaiya Dass/Musique : S.M.Subbhaiya Naïdhu)

Le second est l’hymne patriotique tamoul, «Atcham yénebade…» que MGR déclare chevaleresquement dans le générique d’ouverture d’un autre beau cape et d’épée, MANNADI MANNAN qui conclut l’année 1960 du «Puraitchy Nadhigar». (Paroles : Khannadassan/Musique : M.S.Visuwanadhan-T.K.Ramamoorthy)

«Unnai arinedal, unnai arinedal…» (Paroles : Khannadassan/Musique : K.V.Mahadevan) extrait du western, VETTHAIKARAN (1964) de la mythique Devar films, («Connais-toi, toi-même», devise du grand Socrate), tient  une place particulière dans le cœur des admirateurs de MGR. A l’écran, on voit un MGR goguenard, guitare à main, sur sa monture, à ses côtés, la belle «Nadhigai Thilagui» Savathree.

Le quatrième devait sortir au milieu de cette même décennie, pour les fêtes de Pongal de l’année 1965, dans le chef-d’œuvre du genre, une saga familiale en couleur, le formidable YENGA VEETHU PILAI, avec l’électrisant «Naan anaiythal, ade nadhaidévithal…», que l’un des deux MGR interprète, à l’écran, brandissant le fouet de la justice. (Paroles : Vâlee/Musique : M.S.Visuwanadhan-T.K.Ramamoorthy)

Et enfin, le cinquième, et non des moindre, qui reprend en substance, le titre du film, énoncé précédemment, pour les paroles de cette merveille chanson « Naan ungal veethu pileille… » extraite de l’aventure d’un médecin à la rescousse d’un village, sous le joug d’un bandit. Trois ans plus tard, en 1968, à la réalisation, le même «Tapi» Sanakiya. MGR, dans PUDIYE BHOOMY, confesse dans ce morceau, au milieu de ces paysans opprimés, qu’il est l’un des leurs, qu’il leur appartient. (Paroles : Poovai Sengoodevan/Musique : M.S.Visuwanadhan)

MGR dirigea ses « chansons de geste » également aux plus petits. On se souvient par exemple :

Le «Nala paer vaguen vendhum pilaiguailai…» du grand classique NAAM NADHU (1969). (Paroles : Vâlee/Musique : M.S.Visuwanadhan)

Au début de cette même décennie, en 1961, on peut retenir deux autres titres, le premier, extrait du cape et d’épée, ARACILAN KUMARI, «Chinnapayalai²…» (Paroles : Pathukothai Kaliyana Sundaram/Musique : G.Ramanadhan) et le second, «Thirudhadey pappa thirudhadey²…» du drame contemporain, THIRUDHADEY. (Paroles : Pathukothai Kaliyana Sundaram /Musique : S.M.Subbhaiya Naïdhu)

Il s’attardera, aussi et plus particulièrement sur la mère-courage, louant, vénérant son instinct maternel, vouant un véritable culte (Le «Thaïy Koulamai») :

Le « Thaïyilammel naan ileille… » du péplum de La Emgeeyar Pictures, ADHIMAI PENN (1969) en est le plus emblématique. (Paroles : Alangudhi Sômu/Musique : K.V.Mahadevan)

Tous ces titres furent chantés par le ténor tamoul, T.M.Soundher Radjan.

Les anecdotes et les faits cinématographiques[modifier | modifier le code]

MARMA YOGHI (1951) de K.Ramnoth (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 2 février 1951

Ce beau cape et d’épée (qui devait s’intituler KARIGALAN au départ, nom du personnage principal interprété par  MGR) se voit «taxer» d’un A, à la commission de censure, avertissant le spectateur tamoul, que MARMA YOGHI n’était pas «pour tout public» curieusement ! Ce qui n’empêcha point, que cette réalisation de K.Ramnoth connaisse un immense succès populaire, dès sa sortie.

C’est à partir de cette aventure, que MGR gagna les galons de «Puraitchy Nadhigar» !

YEN KADHAMAI (1964) de M.Nadhesan (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 13 mars 1964

Lors de l’anniversaire du ministre en chef du Pays Tamoul de l’époque, K.Kamaradj, (de l’étiquette du Congrès) MGR lui offrit une bague en diamant et déclara à cette occasion, en substance, que Kamaradj était son leader tandis qu’Anna Doré était son guide. Ce qui ne manqua pas d’irriter au plus haut point les militants du D.M.K., qui en représailles, boycottèrent  massivement le MGR de cette période, YEN KADHAMAI, jusqu’à menacer les propriétaires de salle de cinéma de les brûler s’ils continuaient à projeter le film ! On ne plaisantait pas avec la politique, du moins en termes de communication, MGR l’apprit à ses dépens !

KAVALKARAN (1967) de Pa.Neelakandhan (Noir & Blanc) Date de sortie : Le 7 septembre 1967

Cette énigme policière de La Sathiya Movies signait le retour miraculeux sur grand écran de MGR, après les quelques mois de convalescence provoquées par le drame du 12 janvier de la même année.

Il est physiquement plus fin, cela peut aisément se comprendre.

La voix de MGR, elle, est passablement altérée, endommagée. Dans certaines séquences de KAVALKARAN, il peine mais donne admirablement le change !

C’est là aussi, que les Tamouls prennent conscience et constatent, pour la première fois, les dégâts causés par les projectiles du revolver du comédien M.R.Radha sur MGR.

Cette cinquième réalisation avec son ami Pa.Neelakandhan faillit s’appeler MANAIVI pendant un certain temps !

Dans la chanson «Ninaiteine vandaille noure…», à la deuxième partie du titre, on peut voir MGR affublé de sa légendaire toque de fourrure blanche. C’est d’ailleurs à partir de cette époque, qu’il l’adopta à la ville et ne s’en séparera plus, jusqu’ à la fin.

Même quand sa dépouille fut exposée au lendemain de son décès, il la portait !

YENGAL THANGAM (1970) de Krishnan-Pandju (couleur) Date de sortie : Le 9 octobre 1970

Dans cette histoire basée sur la relation grand frère-petite sœur, le parolier Vâli, après avoir rédigé «Nâne alavodhu raçippavaine…» sécha complètement, ne sachant donner une suite. C’est le ministre en chef de l’époque, Mu.Karunanidi, en personne et producteur également sur ce film via Sa Mégala Pictures, qui vint à la rescousse du «Kavignar», en panne d’inspiration. Le «Kalaignair» compléta, en ajoutant «Yédaivoume alavinedhri kodhouppavaine…»

On peut voir au début de YENGAL THANGAM, le MGR-politique converser  avec le MGR-acteur ! Ca vaut vraiment le détour ! Il donne une vraie leçon de politique, un joli coup de communication.

MGR profite également dans cette réalisation, du célèbre tandem de PARASAKHTI (1952), la quatrième et avant-dernière avec eux, pour conter en chanson, durant près de dix minutes, l’exploit spatial de l’Odyssée d’Apollo 11, déguisé en brahmane ! MGR est méconnaissable !

NALAI NAMADAY (1975) de K.S.Sedhumadhevan (couleur) Date de sortie : Le 4 juillet 1975

Cette adaptation tamoule du classique hindi YAADON KI BAARAAT (1973) devait accueillir dans son générique,  le «Oulagai Nayagaine» Kamal Hassan, aux côtés de MGR, pour la seconde fois. Puis, on ne sait pour quelles véritables raisons, l’affaire ne se concrétisa jamais.

UNNAI VIDHUMATHEN (1978) de K.Shankar (couleur) Date de sortie : Inédit

Persuadé, qu’il ne briguerait pas un second mandat, au début des années 80, MGR prépara son retour sur le grand écran. Il rappela le metteur en scène de ADHIMAI PENN (1969), K.Shankar. La musique devait être signée par le compositeur en vogue, le «Maestro» Ilayaraja et le tout produit par Dharma Radj.

Trois autres projets furent annoncés également, AKARAI PATCHAI, ILAIYE THALAI MOURAI et IDUDAN BADHIL.

Finalement, MGR reconduit, ces entreprises moururent dans leur gestation.

Le clan, la famille cinématographique de MGR[modifier | modifier le code]

Le cinéaste préféré

Pa.Neelakandhan (18 films)

Leur premier : CHAKARAVARTI THIRUMAGAL (1957) (Noir & Blanc)

Leur dernier : NEEDIKKU THALAI VANANGU (1976) (Couleur)

Le producteur fétiche

Le «Sandow» M.M.A.Chinnappa Devar (Les 16 Devar Films)

Sous cette prestigieuse enseigne qu’est La Devar Films, Le «Sandow» Chinnappa Devar, son patron, avec MGR à l’affiche, fit systématiquement appel à son jeune frère, M.A.Thirumugham pour la mis en scène et au compositeur K.V.Mahadevan pour la bande originale.

Un quatuor pratiquement gagnant !

Leur premier : THAÏYKKU PIN THARAM (1956) (Noir & Blanc)

Leur dernier : NALA NERAM (1972) (Couleur) (Le seul de leur longue collaboration)

Les compositeurs attitrés

Le «Thirai Isai Thilagum» K.V.Mahadevan (36 films)

Le premier : KUMARI (1952) de R.Bathmanabin (Noir & Blanc) (L’un des premiers duos du couple A.M.Raja-Jikki)

Le dernier : PALANDHE VAZHEGUE (1975)  de K.Shankar (Couleur)

Le «Mel Isai Mannar» M.S.Visuwanadhan (37 films)

(avec l’autre «Mel Isai Mannar» T.K.Ramamoorthy, 15 films), soit 52 films, au total

Le premier (avec T.K.Ramamoorthy) : JENOVA (1953) de F.Nagoor (Noir & Blanc)

Le dernier (avec T.K.Ramamoorthy) : AYARTHIL ORUVAN (1965) de B.R.Pandhulu (Couleur)

Le premier (en solo) : KALANGARAI VILAKKUM (1965) de K.Shankar (Noir & Blanc)

Le dernier (en solo) : ANNA NEE YEN DEIVAM (1978) de C.V.Sridher (Couleur)

L’interprète et doublure voix chantée favori

Le «Pâdhagar Thilagum» T.M.Soundher Radjan

Les autres timbres de voix

Le «Isai Mani» Sirgazhi S.Govindharadjan fut bien avant le « Gambhirai Koural », la voix de MGR.

S.P.Balasubramanium, c’est sa rencontre avec MGR, qui le propulse véritablement au firmament.

K.J.Yésudass, déjà grande figure  de la chanson dans les autres états du Sud, finit par se faire connaitre des Tamouls, grâce à MGR.

Le parolier

Le «Kavignar» Vâli

La quintessence de la poésie contemporaine

 Le «Kaviyarasu» Khannadhassan, avec ce poète tamoul et le génie de son inspiration, MGR fredonna ses magnifiques vers et déclama ses puissants dialogues. MGR aima souvent dire que dans ses moments de doute, il se remémorait le fameux générique d’ouverture de l’un de ses films, MANNADI MANNAN (1960) de M.Nadhesan, «Atcham yénebade… » l’hymne tamoul par excellence, pour que tout rentre dans l’ordre.

Le chorégraphe

P.S.Gopalakrishnan (Il décède peu avant la fin de MADURAI MITHA SUNDHARAPANDHIYAN)

Les couturiers désignés

M.G.Nayudhu – M.A.Muthu

Le chef-décorateur

P.Anguamuthu

Le chef-cascadeur (des 400 coups)

Shiyam Soundher (sa toute première aventure avec MGR, THIRUDHADEI de Pa.Neelakandhan, en 1961)

Le fidèle maquilleur

Pitambharam Naïr (faillit produire sous Sa Jayaprada Combines, un MGR, ANNA PIRANDAI NADHU (1974) de M.Krishnan)

Le directeur de la photographie

V.Ramamoorthy (19 films) (la première fois avec MGR, THIRUDHADEI de Pa.Neelakandhan, en 1961)

Le scénariste

R.M.Veerappan (de La Sathiya Movies, il financera sous cette bannière, 6 films de MGR), ex aequo, avec Arour Dass

Le dialoguiste

K.Swornam (16 films) (Il était à la mise en scène de VELIKHIZHAMAI, (inédit), talonné de très près par R.K.ShanMugham (15 films)

Le chef-monteur

M.A.Thirumugham (le cadet du «Sandow» M.M.A.Chinnappa Devar et  principal réalisateur de La Devar Films)

(17 films, avec MGR au générique)

C.P.Djambhulingham dit «Djambhu» (14 films) (Il réalisa en 1969, l’excellent  NAAM NADU avec MGR)

Les partenaires féminines incontestées

La «Kalai Tchèlvy» J.Jayalalidha (28 films), (dont 14 en Couleur)

Leur premier : AYARTHIL ORUVAN (1965) de B.R.Pandhulu (Couleur)

Leur dernier : PATHIKADHU PONNAIYA (1973) de B.S.Ranga (Couleur)

suivie de près, tout de même par

La «Abinaya Saraswadi» B.Sarodja Devi (25 films), (dont 5 en Couleur)

Leur premier : NADHODHI MANNAN (1958) de M.G.Ramachandiran (Noir & Blanc) / (Couleur)

Leur dernier : ARASA KATHALAI (1967) de M.G.Chakarabani (Noir & Blanc)

Les partenaires récurrents (masculins)

M.G.Chakarabani, le grand frère de MGR,

Le «Nadhiga Vel» M.R.Radha,

Le «Prince des Méchants» M.N.Nambhiyar,

L’autre «grand vilain» P.S.Veerappa, (Il produisit en 1963 via La Hariharan Films, le superbe ANAND JODI, avec MGR)

L’unique S.A.Asogan, (En 1974, sous Sa Amalradj Films, il devient producteur avec le beau NETRU INDRU NALAI, un autre MGR)

Le «Nadhaga Kâvalar» R.S.Manogar,

Le bon Thanga Vel,

Le grand comique, le «Thaïl» C.K.Nagesh,

V.K.Ramswamy, un acteur-caméléon,

L’autre humoriste, J.P.Chandrababu,

S.V.Ramdass,

«Tengaï» Sinivassan,

Et l'équipe d'acteurs-cascadeurs de MGR, etc...

Les partenaires récurrents (féminines)

G.Sagoundala,

L’alter-ego féminin du grand comique Nagesh, l’«Âtchy» Manorama,

La comédienne Pandhari Baille,

S.N.Lakshimi, etc...

Le "Nadhigar Thilagum"

Avec le «Nadhigar Thilagum» Sivaji Ganeshan, l’autre monstre sacré du cinéma tamoul et rival de MGR, au box-office seulement, leur unique rencontre au cinéma se fait sous la caméra d’un grand artisan, le producteur T.R.Ramanna, dans le désormais culte, KUNDHU KILI.

Ce face à face de géant, à l’époque, en 1954, ne créa pas la magie tant attendue. Mais avec le recul, ce drame finit pas s’octroyer le rang qui lui revenait de droit.

MGR, fabuleux comédien de théâtre, dès le départ, devait jouer dans une pièce de l’ «Arignair» Anna Doré, intitulée SIVAJI KANDHA INDU SAMRADJIYAM. Indisponible au dernier moment, MGR est remplacé par un certain V.C.Ganeshan, qui se révèle très bon dans le rôle principal. Le grand penseur tamoul, le «Thandai» Périyar, présent dans la salle, extasié par la performance du jeune comédien, le surnomme à l’issue «Sivaji», surnom qui lui est resté depuis.

Les récompenses cinématographiques[modifier | modifier le code]

MALAI KALAN (1954) de Sri Ramoulou Naïdhu (Noir & Blanc)

La Janadibadi Virundhu Parisu

(par India Aracin Véli Padakam) (par le gouvernement indien)

ALIBABAVUM 40 THIRUDHARGALUM (1956) de T.R.Sundharam (Couleur)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

(par Cinéma Rasigar Sangue Parisu)

NADHODHI MANNAN (1958) de M.G.Ramachandiran (Noir & Blanc) / (Couleur)

Le Siréde Ignékounar (Le meilleur réalisateur)

(par Cinéma Kadhir Parisu)

YENGA VEETHU PILAI (1965) de «Tapi» Sanakiya (Couleur)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

(par Cinéma Rasigar Sangue Parisu)

Le Siréde Nadhigar (Le meilleur acteur)

(par FilmFare Parisu Virundhu) (par FilmFare)

KAVALKARAN (1967) de Pa.Neelakandhan (Noir & Blanc)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

(par Tamizh Aracin Parisu) (par le gouvernement du Pays Tamoul)

KUDHIR INDA KOVIL (1968) de K.Shankar (Couleur)

Le Siréde Nadhigar (Le meilleur acteur)

(par Tamizh Aracin Parisu) (par le gouvernement du Pays Tamoul)

ADHIMAI PENN (1969) de K.Shankar (Couleur)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

(par Tamizh Aracin Parisu) (par le gouvernement du Pays Tamoul)

Le Siréde Tamizh Padham (Le meilleur film tamoul)

(par Film Fare Parisu Virundhu) (par FilmFare)

NAAM NADU (1969) de Djambhu (Couleur)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

(par Cinéma Rasigar Sangue Parisu)

YENGAL THANGAM (1970) de Krishnan-Pandju (Couleur)

Le Siréde Iredhevade Padirègale (Le deuxième meilleur bande-son)

(par Tamizh Aracin Parisu) (par le gouvernement du Pays Tamoul)

RICKSHAWKARAN (1971) de M.Krishnan Naïr (Couleur)

Le Bharath Virundhu Parisu pour India Viléyé Siréde Nadhigarague MGR

(Le Bharath, MGR pour le meilleur acteur de l’Inde de l’année 1971)

(par India Aracin) (par le gouvernement indien)

ULAGUM SUTRUM VALIBAN (1973) de M.G.Ramachandiran (Couleur)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

Le Siréde Ignékounar (Le meilleur réalisateur)

Le Siréde Dayaripu Nirvaname (Le meilleur producteur)

(par FilmFare Parisu Virundhu) (par FilmFare)

MADURAI MITHA SUNDHARAPANDHIYAN (1978) de M.G.Ramachandiran (Couleur)

Le Siréde Padham (Le meilleur film)

(par Tamizh Aracin Parisu) (par le gouvernement du Pays Tamoul)

L'engagement et l’itinéraire politique de MGR[modifier | modifier le code]

Dès son adolescence, dans les années 30, MGR s’éveille et manifeste un intérêt soutenu à la politique, de par le milieu théâtral tamoul très engagé et par le combat mené par le Mahatma Gandhi pour son pays.

MGR ira jusqu’à adopter les codes vestimentaires du Père de la nation indienne comme preuve de son attachement.

Mais à l’orée des années 50, il comprend que la politique prônait par le Pandit Nehru, le Congrès, ne fait pas grand cas des états du Sud, dits dravidiens.

MGR est séduit alors par le charismatique C.N.Anna Doré dit «Arignair», chef du Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum (D.M.K.) qui incarne l’alternative, correspondant ainsi aux attentes et aux valeurs politiques de la vedette de cinéma très engagée qu’est le «Makkal Thilagum».

1952 :

il rencontre officiellement l’ «Arignair»

1953 :

il rejoint les rangs de son mouvement et gagne le titre de «Puraitchy Nadhigar», le 5 avril

1962 :

il est élu membre de l’état du conseil législatif (M.L.A.) dans la circonscription de Saint-Thomas Mount

1967 :

il est député dans la circonscription de Parangimalai

1967 :

il prend ses fonctions de responsable du département de la « petite épargne »

1969 :

il est nommé trésorier du D.M.K. par Mu.Karunanidi, ministre en chef par intérim (suite au décès de l’ «Arignair», le 3 février)

1972 :

il crée son propre courant : le Anna Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum (Anna D.M.K.), le 16 octobre

1976 :

il en modifie le nom : le All India Anna Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum (A.I.Anna D.M.K.), le 16 mai

1977 :

il est élu ministre en chef du Pays Tamoul, le 31 mai et prête serment le 30 juin (1)

1980 :

il est reconduit pour un second mandat, au même poste, le 9 juin

1985 :

il gagne pour la troisième fois, loin de Madras, en convalescence, depuis les Etats-Unis, le 10 février (2)

1987 :

il décède en plein exercice, dans la nuit du 24 décembre

(1)   Une première dans l’univers du pouvoir indien mais aussi dans le monde, qu’un acteur devient politique à la fin des années 50

(2)   Qu’un homme politique mène campagne et remporte de l’étranger, un poste si important, fait unique dans l’histoire de la politique

De MGR, l’ «Arignair» Anna Doré donna une définition légendaire, qui en disait long sur leur relation :

« MGR était semblable à un fruit mûr tombé sur lui, qu’il le prit pour le serrer contre son cœur… »

Les emblèmes du parti[modifier | modifier le code]

Le drapeau :

Il se constitue de deux bandes horizontales, le haut étant noir, tandis que celui du bas, rouge, le tout surmonté au milieu, d’un «Anna Doré» immaculé, cadré en plan poitrine, de profil, avec le bras droit légèrement fléchi et pointant de l’index (crée en octobre 1972)

Le symbole :

Il représente une double feuille verte (créé le 30 avril 1973)

La devise :

« Kadhameille, Kanillome, Kathepadhe » = « Dévoir, Décence (Dignité), Discipline »

Les  réformes majeures de L’All India Anna Dhravidhar Mounaithrum Kazhagum Sous L’administration De MGR

Le lancement de la cinquième conférence mondiale en faveur de la langue tamoule et de sa culture, depuis la ville de Madurai (1981)

La mise en place et l’exécution d’un plan permettant d’enrayer la sécheresse, baptisé : La Krishna Water Project

L’intervention dans la justice sociale et son développement, spécialement dans le domaine de la vie scolaire

La réactivation, en 1982, d’un dispositif crée par le ministre en chef du Pays Tamoul, K.Kamaradj, en faveur des enfants scolarisés, afin qu’ils puissent manger gratuitement le midi dans les écoles (La Mid-day Meal Scheme)

L’accès gratuit dans le primaire et la secondaire aux enfants de techniciens du cinéma

La création et l’inauguration d’une université dans la ville de Thanjavur, en 1981, La Tamil University

La création et l’inauguration d’une université, pour femme, dans la ville de Kodhaikanal, en 1984, La Mother Theresa Women’s University

La rénovation (sous un vaste programme) des monuments historiques du patrimoine tamoul

L’instauration d’un revenu minimum

La création de moyen de transport réservé exclusivement aux femmes

La prohibition de l’alcool dans l’ensemble de l’état du Pays Tamoul

Le décès de MGR[modifier | modifier le code]

MGR fut, tout au long de son extraordinaire existence, confronté à de terribles coups du sort, d’obstacles de toutes sortes, privé comme professionnel, qu’il les brava, les surmonta, non sans y laisser quelques plumes et cela, dès sa naissance, le 17 janvier 1917.

La disparition prématurée et successive de ses parents, de ses frères et sœurs emportés par les maladies, quand il n’est encore qu’un enfant.

Plus tard, jeune homme, il perd à deux reprises ses femmes.

Son rendez-vous raté avec SAYA, en 1941.

Le 16 juin 1959, lors d’une des représentations théâtrales d’INBE KANAVU, il manque de perdre sa jambe gauche. A l’époque, on lui pronostiquait qu’il devait mettre un terme définitif à sa carrière d’acteur.

Le 12 janvier 1967, il revient de très loin, aussi, après avoir reçu une balle dans le cou. MGR perd partiellement sa formidable élocution mais trouve un second souffle presque miraculeusement.

Le 10 octobre 1972, MGR est trahi par sa famille politique. Il mettra moins d’une semaine pour rebondir.

Avec l’âge et la charge de sa fonction politique, des problèmes de santé finissent par avoir raison de son abattage.

Le 7 octobre 1984, MGR développe une défaillance rénale consécutive à des problèmes survenus antérieurement (Il souffrait d’un diabète).

Le 13 octobre 1984, il fait un accident vasculaire cérébral, qu’il faut rapidement traiter. Le milieu hospitalier indien ne dispose pas, alors, les moyens nécessaires pour résorber l’infection de MGR.

Le 5 novembre 1984, MGR s’envole pour les Etats-Unis, dans un gros porteur spécialement aménagé pour l’occasion, où il est pris en charge au centre hospitalier, le Suny Downstate Medical Center de Brooklyn, à New York.

Le 19 décembre 1984, MGR subit une transplantation rénale avec succès (don fait par sa propre nièce Leelavadi).

Le 4 février 1985, après 123 jours d’absence, c’est un retour triomphal qui attend MGR au Pays Tamoul.

On dit alors qu’il vient de gagner une troisième mi-temps.

En égrainant ainsi, ses quelques dures épreuves, on constate que jusqu’à la fin, jusqu’au bout, comme dans ses films, fidèle à cette image de gagnant, le «Makkal Thilagum» MGR, dans la vraie vie, se remettait en selle pour partir de plus belle, sans faillir, comme le chef qu’il était et qu’il fut. Sa volonté était plus forte que tout.

Et c’est pour ça, que bien qu’il disparaisse, trois ans plus tard, dans la nuit du 24 décembre 1987, il reste dans le cœur et dans la mémoire des Tamouls, jusqu’à présent.

On assure que plus de deux millions d’entre eux vinrent le pleurer, lui rendre un dernier et vibrant hommage et l’accompagner à sa sépulture, qui longe le bord de mer de Chennai, Marina Beach, tout près du monument funéraire de l’ «Arignair» Anna, son mentor politique.

Dans ces heures sombres du Pays Tamoul, certains de ses plus fervents admirateurs se donnèrent la mort afin de le ramener à la vie ! On en dénombra une vingtaine ! (29 personnes, pour être exact).

La postérité[modifier | modifier le code]

MGR incarnait l’espoir de tout un peuple.

Connu et reconnu indubitablement pour son humanisme, pour sa légendaire immense générosité, pas uniquement qu’avec les nécessiteux.

C’était aussi un grand féministe avant l’ère. MGR était la gentillesse même, il ne se déparait jamais de son éternel sourire.

Véritable icône culturelle tamoule, MGR, aujourd’hui, est synonyme de bravoure, la référence du grand souffle épique et héroïque sur grand écran comme à la ville pour toute génération confondue.

Dans l’imaginaire tamoul, toujours, son évocation signifie et représente, aussi, ce que devrait, ce que doit être un Tamoul (d’ici ou d’ailleurs).

Et pour beaucoup, un guide spirituel voire une divinité, à présent.

En tout cas, MGR nous lègue une formidable leçon de vie, de civisme, un exemple de combativité face aux vicissitudes de l’existence.

… « Millions vécurent, Millions s’éteignirent.

Mais quel est Celui qui restera vraiment

Dans le cœur et dans la mémoire des hommes ?

C’est le Valeureux, c’est le Défenseur de l’Honneur

Qui demeure à tout jamais dans l’Histoire ! »…

Le style vestimentaire de MGR[modifier | modifier le code]

A la fin des années 60, MGR apparaît vêtu, dans le civil, de la même manière, jusqu’à sa disparition, en 1987.

Cette allure contribue, aussi, d’une certaine manière à sa légende.

Il était coiffé d’une toque en fourrure blanche, porté son éternel paire de lunettes noires (de vue),  une chemise blanche à manche longue, pardessus, à sa poignet droite, la fameuse montre au bracelet métallique, très virile, qu’il arborait déjà dans les photos promotionnelles d’un film qui ne vit jamais le jour, VELIKHIZHAMAI et dans l’un de ses derniers films MEENAVA NANBAN (1977), puis le veshti (ou vaetti) blanc, avec le liseré au couleur de son parti et enfin des mocassins noirs.

Un peu avant le milieu des années 70 et jusqu’au début de sa présidence, MGR s’affichait aussi avec une variété de grande pièce de tissu généralement sombre, qu’il drapait sur ses épaules, à la manière d’un châle.

Les extraits du dernier testament de MGR[modifier | modifier le code]

Il fut établi le 18 janvier 1987.

MGR souhaitait que dans sa résidence,

Des Jardins De Ramavaram, (Ramavaram MGR Gardens), Chennai 600 089,

soit construit et géré un édifice à but non lucratif, qui accueillerait les personnes défavorisées  malentendants et muets, dans le cadre de la lutte contre la surdité et le mutisme, inauguré le 17 janvier 1990, en présence de Madame V.N.Janaki Ramachandiran, du Docteur N.C.Raghavachari (exécuteur testamentaire de MGR), de Shri N.P.V.Ramaswamy Udayar, Docteur Patrick Leelavadi et de l’ensemble des intervenants des domaines cités

A l’adresse du 27, Arcot Mudali Street, T.Nagar, Chennai 600 017,

soit crée un musée, (Le MGR Memorial House) qui regrouperait et exposerait  de nombreux objets liés au «Puraitchy Thalaivar», ses affaires personnels, ses récompenses, ses costumes de cinéma, ses montres, ses appareils photos, son automobile (la fameuse Ambassador verte, immatriculée, TMX 4777), son lion (baptisé Raja), ses armes blanches, ses instruments de musculation, ses livres, son bureau, ses légendaires toque de fourrure et paire de lunettes, sa carte de député et ses 138 films en image…etc

(Une vraie mine de trésor pour les admirateurs de MGR, toutes générations confondues, qui est devenue un lieu de pèlerinage, depuis 1990, date de son ouverture, inauguré par son épouse, Madame V.N.Janaki Ramachandiran, en présence du Docteur N.C.Raghavachari (exécuteur testamentaire de MGR), de Shri N.P.V.Ramaswamy Udayar et des milliers sympathisants du leader révolutionnaire tamoul)

Qu’à partir de ses biens immobiliers et de ses bien fonciers personnels, tels La Sathiya Gardens, La Saligramam, ses fameux Sathiya Studios et L’Adiyar soient gérés, de manière à dégager des revenus, en vue de maintenir à flot, l’existence des deux  adresses citées plus haut, en l’occurrence, Les Jardins De Ramavaram, Chennai 600 089 et Le 27, Arcot Mudali Street, T.Nagar, Chennai 600 017.

Les établissements d'enseignement portant le nom de MGR[modifier | modifier le code]

Le MGR Memorial Charitable Trust,

Sathiyabhama MGR Maligai, 11 et 13, Durgabai Deshmuk Road, Chennai 600 028

Le MGR-Janaki College Of Arts And Science For Women,

Sathiyabhama MGR Maligai, 11 et 13, Durgabai Deshmuk Road, Raja Annamalai Puram, Chennai 600 028

Le MGR Home And Higher Secondary School And Home For The Speech And Hearing Impaired,

Ramavaram MGR Gardens, Chennai 600 089

Le Doctor MGR Educational And Research Institute,

Périyar EVR High Road, Maduravoyal Chennai 600 095

Les pays visités par MGR[modifier | modifier le code]

MGR voyagea énormément à travers le monde pour son compte personnel, à titre professionnel ou aussi parce qu’il fut invité. Originaire de l’état du Kérala, il voit le jour au Sri Lanka, et grandira dans l’état du Pays Tamoul, par la suite. MGR était déjà prédestiné à voir du pays, dont voici quelques destinations, Birmanie, Singapour, Japon, Hong Kong, France, Angleterre, Russie, Amérique du Nord et du Sud…etc

Les moyens de transports[modifier | modifier le code]

MGR n’était pas rassuré sur le dos d’un cheval ou sur un deux roues. C’est la vitesse qui en découlait, qui le mettait mal à l’aise, préférant voire privilégiant la voiture, du train et de l’avion.

Un paradoxe pour celui qui incarna l’homme d’action par excellence !

Les centres d'intérêts[modifier | modifier le code]

MGR collectionnait les appareils photo ainsi que les montres.

Il était passionné par les armes et vouait une véritable fascination pour le pays du Soleil Levant.

Les aficionados[modifier | modifier le code]

MGR compte environ et à travers le monde (avec la diaspora tamoule), le plus grand nombre d’association d’admirateurs, de fans pour une personnalité tamoule.


On en recense pas moins de 35 000 clubs ! (en 2007)

Les livres sur MGR[modifier | modifier le code]

Il existe une foule d’ouvrages se penchant sur MGR, il est presque impossible d’en donner une liste complète.

On peut citer les plus connus :

M.G.Ramachandiran, Jewel of Masses (2002) (par Rupa Swamynadhan, 78 pages)

M.G.R. : The Man And The Myth (1990) (par K.Mohandas, 181 pages) 

M.G.Ramachandiran, My Blood Brother (1988) (par Attar Chand, 270 pages)

M.G.Ramachandiran in Film and Politics, The Image Trap (1992) (par M.S.S.Pandhiyan, 168 pages)

Puraitchy Nadhigar (par K.Pandhiyan)

Idhaya Kani M.G.R. (par Nagaï Taruman)

Bharath Rathna M.G.R. (par Nagaï Taruman)

M.G.R. Kadeille (deux volumes) (par S.Vijayan)

M.G.Rum Ijatamizherum (par V.Thanganaiyan)

Kaleteille Vendhraveine, Puraitchy Thalaivar M.G.R. (par Nendjil Vishnou)

Makkal Assâne M.G.R. (par Rangavâssan)

Marakkai Moudhiyade Mâmanidhère M.G.R. (par Manaveille Pone Mânickum)

Pon Manai Tchémal M.G.R. (par Keerti)

Vazhendu Kâthiyé Valèle M.G.R. (par «Bomeille» Saradi, Narmadâ)

Puraitchy Thalaivar M.G.Rine Ponemozhiguèle

Makkal Manadil M.G.R. (M.G.Roudhaine Anoubavanguèle) (par S.S.Ramakrishnan)

Vizha Nayagan M.G.R. (par Kalaimâmani K.Ravindhar)

Manidai Néyaidâl Maréyadavair (par Péru.Tulasi Pazhanivel)

M.G.R. 100 Yézhilâne Vâzhekeille Pâdeille (par Sabitâ Joseph)

Makkal Thilaguetile Véthri Sinedeneilleguèle (par Sabitâ Joseph)

Yélame Arinedai M.G.R. (2007) (par S.Vijayan)

Yéthâvade Valèle M.G.R. (par Manaveille Pone Mânickum)

Manadil Nirkoume Manidhèreguèle (4ème partie) (par M.Saravanan)

Vâthiyar (par R.Muthukumar)

Védai Nayagan M.G.R. (par Kalaimâmani K.Ravindhar)

M.G.R. Ninaivouguèle (1994) (par S.Vijayan)

Sâdeneille Nayagan M.G.R. (par S.Vijayan)

M.G.R. Kaviyum (2010) (par Kana.Kabilanar et Murugu Batmanabin)

M.G.R., L’Enfant Chéri du Pays Tamoul (M.G.R., Yengal Tamil Nadhu Pilai) (par Ferdinand O. Lacour)

à suivre...

Les titres honorifiques de MGR[modifier | modifier le code]

MGR (Emgeeyar prononcer : Yèmedjillar)

Puraitchy Nadhigar (par Mu.Karunanidi)

Makkal Thilagum (par Thiru Tamilvannan)

Pon Manai Tchémal (par Kirupandha Variyar)

Puraitchy Thalaivar (par K.A.Krishnaswamy)

Idaya Kani (par C.N.Anna Doré)

Vâthiyar (par ses admirateurs du Pays Tamoul)

Yézhai Pangaleine

Kaleteille Vendhraveine

Nroudhiya Chakaravarti (par ses admirateurs sri lankais)

Kalaiveinedeine (par ses admirateurs singapouriens)

Surnom et sobriquet de MGR[modifier | modifier le code]

M.G.R.

Bharath Rathna (1)

Bharath (2)

Doctor (3)

Puraitchy Thalaivar (4)

Makkal Thilagum (5)

Puraitchy Nadigar (6)

Pon Manai Tchémal (7)

Vâthiyar (8)

Yézhai Pangaleine (9)

Idaya Kani (10)

Sarithirai Nâyagar (11)

Chakaravarthi (12)

Pâri Valèle (13)

Yengal Tangham (14)

Paranguimalai Pari (15)

Ninaitadey Mudhippavar (16)

Ayarthil Oruvar (17)

Kodheille Valèle (18)

Kodhute Sivandai Karam (19)

Madurai Veeran (20)

Rassoul Chakaravarthi (21)

Thiraï Nâyagan (22)

Nadigar Mannan (23)

Kalai Mannan (24)

Râmâpuram Nâyagan (25)

Moudhisoudhâ Mannan (26)                                                                        

Paranguimalai Singham (27)

Makkal Madivânar (28)

Palegaleille Vandher (29)

Alevandhâr (30)

Kalaitchoudher (31)

Sadheneille Nâyagan (32)

Sirandai Nadigar (33)

Tamizh Thalaivar (34)

Vethri Vandhan (35)

Moupiravi Yédhuthavar (36)

Sathenavou Tande Nâyagar (37)

Idaya Vandhan (38)

Manidai Punidhar (39)

Idaya Deïvam (40)

Rassoul Mannan (41)

Sagaptam (42)

Chinnavar / Chinnaiya (43)

Kaleteille Vendhraveine (44)

Yengal Tamil Nadu Pilai (45)

Mannadi Mannan (46)

Makkal Assane (47)

Marakka Mudhiyade Mamanidhair (48)

Makkal Manadil (49)

Vizha Nâyagan (50)

Védai Nâyagan (51)

Maximum Garantie Rentries (52)

Etc...

Les distinctions et prix, les honneurs nationaux civils[modifier | modifier le code]

Padma Shri

(par le gouvernement indien, en 1960, que MGR refuse pourtant de se voir décerner au motif que la décoration est en langue hindie)

Bharath

(par l’état du Pays Tamoul, en 1971)

Diplôme honorifique de doctorat

(par l’Université de Mount Senario College,

Etat du Wisconsin, Etats-Unis)

Doctor (Honoris Causa)

(par le gouverneur Sri S.L.Khourana

de l’Université de Madras, le 20 septembre 1983)

Bharath Rathna

(à titre posthume)

(par le gouvernement indien

à Madame V.N.Janaki Ramachandiran, son épouse, le 19 janvier 1988)

Le réseau postal indien édite en tirage limité un timbre à son effigie, (1400 exemplaires, d’une valeur de 60 paisâ, chacun), à l’occasion du 73ème anniversaire de sa naissance, le 17 janvier 1990.

La filmographie intégrale de MGR[modifier | modifier le code]

Le premier titre en gras est francisé, suivi de la version anglicisée en clair et enfin, la date de sortie du film

En 1936...[modifier | modifier le code]

SADI LEEVADI SATHI LEELAVATHI சதிலீலாவதி 28 mars 1936

En 1937...[modifier | modifier le code]

IRU SAGODHARGAL IRU SAHODARARGAL இருசகோதரர்கள் 10 septembre 1936 / 23 janvier 1937

En 1938...[modifier | modifier le code]

DACKSHA YAGNAM DAKSHAYAGNAM தட்சயக்ஞம் 31 mars 1938

VEERA DJAGADISH VEERA JAGATHIS வீர ஜெகதீஸ் 28 août 1938

En 1939...[modifier | modifier le code]

MAYA MATCHINDHRA MAYA MACHHINDRA மாயாமச்சேந்திரா 22 avril 1939

PRAGALADHA PRAHALATHA பிரகலாதா 12 décembre 1939

En 1941...[modifier | modifier le code]

VEDA VADI VEDAVATHI / SITA JANANAM (Titre en Télougou) வேதவதி(அ) சீதாஜனனம் 22 février 1941

ASHOK KUMAR ASHOK KUMAR அசோக்குமார் 10 juillet 1941

En 1942...[modifier | modifier le code]

TAMIZH ARIYUM PERUMAL TAMIZHARIYUM PERUMAL தமிழறியும் பெருமாள் 30 avril 1942

En 1943...[modifier | modifier le code]

DÂCI PENN DHAASIPPEN / JOTHI MALAR (Titre en Télougou) தாசிப்பெண் (அ) ஜோதிமலர் 3 mars 1943

En 1944...[modifier | modifier le code]

HARICHANDHRA HARICHANDRA அரிச்சந்திரா 14 janvier 1944

En 1945...[modifier | modifier le code]

SÂLIVÂGANAN SAALIVAAHANAN சாலிவாகனன் 16 février 1945

MEERA MEERA மீரா 3 novembre 1945

En 1946...[modifier | modifier le code]

SRI MURUGAN SRI MURUGAN ஸ்ரீ முருகன் 4 juin 1946

En 1947...[modifier | modifier le code]

RAJA KUMÂRI RAJAKUMAARI ராஜகுமாரி 11 avril 1947

PAÏTIYAKARAN ? PAITHIYAKKARAN ? பைத்தியக்காரன் ? 26 septembre 1947

En 1948...[modifier | modifier le code]

ABHIMANIYU ABHIMANYU அபிமன்யு 6 mai 1948

RAJA MUKTI RAJA MUKTHI ராஜமுக்தி 9 octobre 1948

MOGHINI MOHINI மோகினி 31 octobre 1948

En 1949...[modifier | modifier le code]

RATHNA KUMAR RATNAKUMAR 15 décembre 1949

En 1950...[modifier | modifier le code]

MARUDAINADHU ILAVARACI MARUDHANAATTU ILAVARASI மருதநாட்டு இளவரசி 2 avril 1950

MANDHIRI KUMARI MANTHIRI KUMARI மந்திரி குமாரி 24 juin 1950

En 1951...[modifier | modifier le code]

MARMA YOGHI MARMAYOGI மர்மயோகி 2 février 1951

YEKUTA RAJA EK THA RAJA ஏக்தா ராஜா 15 juin 1951 (Version hindie de MARMA YOGHI MARMAYOGI)

SARVADIGARI SARVADHIGARI சர்வாதிகாரி 14 septembre 1951

SARVADIGARI SARVADHIGARI சர்வாதிகாரி 5 octobre 1951 (Version télougoue)

En 1952...[modifier | modifier le code]

ANDHAMANE KAÏHIDI ANDHAMAN KAIDHI அந்தமான் கைதி 14 mars 1952

KUMÂRI KUMAARI குமாரி 11 avril 1952

YEN THANGAI EN THANGAI என் தங்கை 31 mai 1952

En 1953...[modifier | modifier le code]

NÂME NAAM நாம் 5 mars 1953

PANAKÂRI PANAKKAARI பணக்காரி 15 mars 1953

JENOVA JENOVA ஜெனோவா 17 avril 1953 (Version malayalame)

JENOVA JENOVA ஜெனோவா 4 juin 1953 / 19 juin 1953

En 1954...[modifier | modifier le code]

MALAI KALAN MALAIKKALLAN மலைக்கள்ளன் 22 juillet 1954

KUNDHU KILI KOONDUKKILI கூண்டுக்கிளி 26 août 1954

En 1955...[modifier | modifier le code]

KULAI BAGAVÂLI GUL-E-BAGAAVALI குலேபகாவலி 29 juillet 1955

En 1956...[modifier | modifier le code]

ALI BABAvum 40 THIRUDHARGALUM ALIBABAvum 40 THIRUDARGALUM அலிபாபாவும் 40 திருடர்களும் 14 janvier 1956

MADURAI VEERAN MADHURAI VEERAN மதுரை வீரன் 13 avril 1956

THÂÏYKKU PIN THÂRAM THAAIKKUPPIN THAARAM தாய்க்குப் பின் தாரம் 21 septembre 1956

En 1957...[modifier | modifier le code]

CHAKARAVARTI THIRUMAGAL CHAKRAVARTHI THIRUMAGAL சக்கரவர்த்தி திருமகள் 18 janvier 1957

RADJA RADJAN RAJA RAJAN ராஜராஜன் 26 avril 1957

PUDUMAI PITAN PUDHUMAI PITHAN புதுமைப்பித்தன் 2 août 1957

MAGA DEVI MAHADHEVI மகாதேவி 22 novembre 1957

En 1958...[modifier | modifier le code]

NADHODHI MANNAN NADODI MANNAN நாடோடி மன்னன் 22 août 1958

En 1959...[modifier | modifier le code]

THÂÏY MAGALUKKU KATHIYE TÂLI THAAI MAGALUKKU KATTIYA THAALI தாய் மகளுக்கு கட்டிய தாலி 31 décembre 1959

En 1960...[modifier | modifier le code]

BAGDAD THIRUDHAN BAGDAD THIRUDAN பாக்தாத் திருடன் 6 mai 1960

RADJA DESINGH RAJA DESINGU ராஜா தேசிங்கு 2 septembre 1960

MANNADI MANNAN MANNADHI MANNAN மன்னாதி மன்னன் 19 octobre 1960

En 1961...[modifier | modifier le code]

ARACILAN KUMARI ARASILANGKUMARI அரசிளங்குமரி 1er janvier 1961

THIRUDHADEI THIRUDADHE திருடாதே 23 mars 1961

SABÂSH MAPPILAI SABAASH MAPILLAI சபாஷ் மாப்பிள்ளை 14 juillet 1961

NALAVAN VAZHEVAN NALLAVAN VAZHVAN நல்லவன் வாழ்வான் 31 août 1961

THÂÏY SOLAI TATHADEI THAAI SOLLAI THATTADHE தாய் சொல்லை தட்டாதே 7 novembre 1961

En 1962...[modifier | modifier le code]

RÂNI SAMYOUKTA RAANI SAMYUKTHA ராணி சம்யுக்தா 14 janvier 1962

MÂDHAPPURA MAADAPPURA மாடப்புறா 16 février 1962

THÂÏYAI KÂTAI TÂNAIYAN THAAYAI KAATHA THANAYAN தாயைக்காத்த தனயன் 13 avril 1962

KUDHUMBA THALAIVAN KUDUMBA THALAIVAN குடும்பத்தலைவன் 15 août 1962

PÂSSAM PAASAM பாசம் 31 août 1962

VIKRAMÂDITAN VIKRAMAADHITHAN விக்கிரமாதித்தன் 27 octobre 1962

En 1963...[modifier | modifier le code]

PANATOTHAM PANATHOTHAM பணத்தோட்டம் 11 janvier 1963

KODHUTE VAITAVEL KODUTHU VAITHAVAL கொடுத்து வைத்தவன் 9 février 1963

DHARMAM THALAI KÂKKUM DHARMAM THALAI KAAKKUM தர்மம் தலைகாக்கும் 22 février 1963

KALAI ARACI KALAI ARASI கலையரசி 19 avril 1963

PERIYA IDHATE PENN PERIYA IDATHU PENN பெரிய இடத்துப் பெண் 10 mai 1963

ANAND JODI ANANDHA JODHI ஆனந்த ஜோதி 28 juin 1963

NEEDIKKU PIN PÂSSAM NEEDHIKKUPPIN PAASAM நீதிக்குப்பின் பாசம் 15 août 1963

KÂNDJI THALAIVAN KAANJI THALAIVAN காஞ்சித் தலைவன் 26 octobre 1963

PARISU PARISU பரிசு 15 novembre 1963

En 1964...[modifier | modifier le code]

VETHAIKARAN VETTAIKAARAN வேட்டைக்காரன் 14 janvier 1964

YEN KADHAMAI EN KADAMAI என் கடமை 13 mars 1964

PANAKARA KUDHUMBAM PANAKKARA KUDUMBAM பணக்காரக் குடும்பம் 24 avril 1964

DEIVAI THÂÏY DHEIVA THAAI தெய்வத்தாய் 18 juillet 1964

TOZHILALI THOZHILALI தொழிலாளி 25 septembre 1964

PADHAGOTHI PADAGOTTI படகோட்டி 3 novembre 1964

THÂÏYIN MADHIHILE THAAYIN MADIYIL தாயின் மடியில் 18 décembre 1964

En 1965...[modifier | modifier le code]

YENGA VEETHU PILAI ENGA VEETTU PILLAI எங்க வீட்டுப் பிள்ளை 14 janvier 1965

PANAM PADHAITAVAN PANAM PADAITHAVAN பணம் படைத்தவன் 27 mars 1965

AYARTHIL ORUVAN AAYIRATHIL ORUVAN ஆயிரத்தில் ஒருவன் 9 juillet 1965

KALANGARAI VILAKKUM KALANGARAI VILAKKAM கலங்கரை விளக்கம் 28 août 1965

KANNI THÂÏY KANNI THAAI கன்னித்தாய் 10 septembre 1965

TÂZHAM POO THAZHAMPOO தாழம்பூ 23 octobre 1965

ÂSSAI MUGHAM AASAI MUGAM ஆசை முகம் 10 décembre 1965

En 1966...[modifier | modifier le code]

ANBE VÂ ANBE VAA அன்பே வா 14 janvier 1966

NÂNE ÂNAIYHITHAL NAAN AANAIYTTAL நான் ஆணையிட்டால் 4 février 1966

MUGHARACI MUGARASI முகராசி 18 février 1966

NADHODHI NADODI நாடோடி 14 avril 1966

CHANDHRODAYAM CHANDHRODHAYAM சந்திரோதயம் 27 mai 1966

TÂLI BHACKIYUM THAALI BHAGYAM தாலி பாக்கியம் 27 août 1966

TANI PIRAVI THANIPPIRAVI தனிப் பிறவி 16 septembre 1966

PARAKKUM PÂVAI PARAKKUM PAAVAI பறக்கும் பாவை 11 novembre 1966

PETHRÂLDÂN PILAIYA ? PETRAALTHAAN PILLAIYA ? பெற்றால் தான் பிள்ளையா ? 9 décembre 1966

En 1967...[modifier | modifier le code]

THÂÏYKKU THALAI MAGAN THAAIKU THALAIMAGAN  தாய்க்குத் தலைமகன் 13 janvier 1967

ARACA KATHALAI ARASA KATTALAI அரச கட்டளை 19 mai 1967

KÂVALKÂRAN KAAVALKAARAN காவல்காரன் 7 septembre 1967

VIVASAHI VIVASAYEE விவசாயி 1er novembre 1967

En 1968...[modifier | modifier le code]

RAGACIA POLICE 115 RAGASIYA POLICE 115 ரகசிய போலீஸ் 115 11 janvier 1968

THER THIRU VIZHA THAER THIRUVIZHA தேர்த் திருவிழா 23 février 1968

KUDHIR INDA KOVIL KUDIYIRUNDHA KOYIL குடியிருந்த கோயில் 5 mars 1968

KANNAN YEN KÂDALAN KANNAN EN KADHALAN கண்ணன் என் காதலன் 25 avril 1968

PUDIYE BHOOMY PUDHIYA BOOMI புதிய பூமி 27 juin 1968

KANAVAN KANAVAN கணவன் 15 août 1968

OLI VILAKKU OLI VILAKKU ஒளி விளக்கு 20 septembre 1968

KÂDAL VÂGANAM KADHAL VAAGANAM காதல் வாகனம் 21 octobre 1968

En 1969...[modifier | modifier le code]

ADHIMAI PENN ADIMAI PENN அடிமைப் பெண் 1er mai 1969

NÂME NÂDHU NAM NAADU நம்நாடு 7 novembre 1969

En 1970...[modifier | modifier le code]

MÂTHUKÂRA VELAN MAATTUKAARA VELAN மாட்டுக்கார வேலன் 14 janvier 1970

YEN ANNAN EN ANNAN என் அண்ணன் 21 mai 1970

THALAIVAN THALAIVAN தலைவன் 24 juillet 1970

TEDHI VANDAI MAPPILAI THEDI VANDHA MAPPILLAI தேடிவந்த மாப்பிள்ளை 29 août 1970

YENGAL THANGAM ENGAL THANGAM எங்கள் தங்கம் 9 octobre 1970

En 1971...[modifier | modifier le code]

KUMARI KOTHAM KUMARIKKOTTAM குமரிக்கோட்டம் 26 janvier 1971

RICKSHAWKARAN RICKSHAWKARAN ரிக்ஷாக்காரன் 29 mai 1971

NEERRUM NERRUPPUM NEERUM NERUPPUM நீரும் நெருப்பும் 18 octobre 1971

ORU THÂÏY MAKKAL ORU THAAI MAKKAL ஒரு தாய் மக்கள் 9 décembre 1971

En 1972...[modifier | modifier le code]

SANGUE MUZHANGU SANGE MUZHANGU சங்கே முழங்கு 4 février 1972

NALA NERAM NALLA NERAM நல்ல நேரம் 10 mars 1972

RÂMAN TEDHIYE SIDAY RAMAN THEDIYA SEETHAI ராமன் தேடிய சீதை 13 avril 1972

NÂNE YEN PIRANDEN ? NAAN YEN PIRANDHEN ? நான் ஏன் பிறந்தேன்  ? 9 juin 1972

ANNA MITHA KAÏ ANNAMITTA KAI அன்னமிட்ட கை 15 septembre 1972

IDAYA VEENAI IDHAYA VEENAI இதய வீணை 20 octobre 1972

En 1973...[modifier | modifier le code]

ULAGUM SUTRUM VALIBAN ULAGAM SUTRUM VALIBAN உலகம் சுற்றும் வாலிபன் 11 mai 1973

PATHIKÂDHU PONNAIYA PATTIKAATTU PONNAIYA பட்டிக்காட்டு பொன்னையா 10 août 1973

En 1974...[modifier | modifier le code]

OURIMAI KOURAL URIMAI KURAL உரிமைக்குரல் 7 janvier 1974

NETRU INDRU NÂLAI NETRU INDRU NAALAI நேற்று இன்று நாளை 12 juillet 1974

SIRITHU VAZHE VENDHUM SIRITHU VAZHA VENDUM சிரித்து வாழ வேண்டும் 30 novembre 1974

En 1975...[modifier | modifier le code]

NINAITADEI MUDHIPPAVAN NINAITHADHAI MUDIPPAVAN நினைத்ததை முடிப்பவன் 9 mai 1975

NÂLAI NAMADAY NAALAI NAMADHE நாளை நமதே 4 juillet 1975

IDAYA KANI IDHAYAKKANI இதயக்கனி 22 août 1975

PALANDHU VÂZHEGAI PALLANDU VAAZHGA பல்லாண்டு வாழ்க 31 octobre 1975

En 1976...[modifier | modifier le code]

NEEDIKKU THALAI VANANGU NEEDHIKKU THALAIVANANGU நீதிக்கு தலைவணங்கு 18 mars 1976

OUZHAIKKUM KARANGAL UZHAIKKUM KARANGAL உழைக்கும் கரங்கள் 23 mai 1976

OURUKKU OUZHAIPPAVAN OORUKKU UZHAIPPAVAN ஊருக்கு உழைப்பவன் 12 novembre 1976

En 1977...[modifier | modifier le code]

NAVARATHINAM NARARATHINAM நவரத்தினம் 5 mars 1977

INDRU PÔL ENDRUM VÂZHEGAI INDRU POL ENDRUM VAAZHGA இன்றுபோல் என்றும் வாழ்க 5 mai 1977

MEENAVA NANBAN MEENAVA NANBAN மீனவ நண்பன் 14 août 1977

En 1978...[modifier | modifier le code]

MADURAI MITHA SUNDHARAPANDHIYAN MADHURAIYAI MEETTA SUNDHARAPANDIYAN மதுரையை மீட்ட சுந்தரபாண்டியன் 14 janvier 1978

En 1990... (à titre posthume)[modifier | modifier le code]

AVASARA POLICE 100 AVASARA POLICE 100 அவசர போலீஸ் 100 17 octobre 1990

En 1991... (à titre posthume)[modifier | modifier le code]

NALADAI NÂDHU KEITHKUM NALLATHAI NAADU KEKUM நல்லதை நாடு கேட்கும் 10 mai 1991

(Liste par Ferdinand O.LACOUR)

MGR en France[modifier | modifier le code]

Il est très difficile de mesurer, de comprendre en France, ce que représentait, ce que représente toujours et encore pour les Tamouls, MGR.

Plusieurs grands noms s’imposent à l’esprit, à titre de comparaison.

Celui, d’abord, de John Wayne, qui s’accapara un genre déjà existant, le western, et qui finit par s’imposer comme le pape incontesté de ce style d’aventures américaines.

Leur points communs, être les rois, les numéros un du box-office dans leur pays respectif.

Son parcours d’homme engagé avec un passé cinématographique se rapprocherait à celui d’un autre acteur, outre-Atlantique, Ronald Reagan, et plus récemment à Arnold  Schwarzenegger, l’Autrichien le plus Américain !

La portée de son message, presque « messianique » possède l’écho, le retentissement d’un prêcheur légendaire, Martin Luther King.

Beaucoup le compare aussi, à l’acteur américain, Errol Flynn, pour leur étrange ressemblance physique et pour avoir également adapté l’un des ses plus célèbres films, en l'occurrence, CAPTAIN BLOOD (1935) de Michael Curtiz. MGR, lui préférait de loin (et de son propre aveux) à une autre figure légendaire d’Hollywood, du cinéma muet, Douglas Fairbanks Senior.

D’ailleurs, MGR accumula de nombreuses similitudes avec le « Roi d’Hollywood », sur le plan cinématographique : acteur, metteur en scène, producteur et excellent escrimeur (grande fine lame).

La filmographie sélective de MGR[modifier | modifier le code]

  • MANDHIRI KUMARI MANTHIRI KUMARI 24 juin 1950 (Mandhiri kumari)
  • MALAI KALAN MALAIKKALLAN 22 juillet 1954 (Malaikkallan)
  • ALI BABAvum 40 THIRUDHARGALUM ALIBABAvum 40 THIRUDARGALUM 14 janvier 1956 (Alibabavum 40 Thirudarkalum)
  • MADURAI VEERAN MADHURAI VEERAN 13 avril 1956 (Madurai Veeran)
  • YENGA VEETHU PILAI ENGA VEETTU PILLAI 14 janvier 1965 (Enga vittu Pilai)
  • AYARTHIL ORUVAN AAYIRATHIL ORUVAN 9 juillet 1965 (Ayirathil Oruvan)
  • ANBE VÂ ANBE VAA 14 janvier 1966 (Anbe Vaa)
  • RICKSHAWKARAN RICKSHAWKARAN 29 mai 1971 (Rickshawkaran)
  • RÂMAN TEDHIYE SIDAY RAMAN THEDIYA SEETHAI 13 avril 1972 (Raman Thedia Seethai)
  • ULAGUM SUTRUM VALIBAN ULAGAM SUTRUM VALIBAN 11 mai 1973 (Ulagam Suttrum Valiban)

Voir aussi (ou se reporter) dans la rubrique : Les récompenses cinématographiques, pour un aperçu des meilleurs films de MGR

[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]