Vingt-six martyrs du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Martyrs du Japon)
Aller à : navigation, rechercher
Les 26 crucifiés de Nagasaki (gravure de 1628)

On appelle habituellement Martyrs du Japon le groupe de catholiques qui, le 5 février 1597, à Nagasaki au Japon, furent crucifiés, en répression de la foi chrétienne, sur l'ordre du daimyo Toyotomi Hideyoshi. Ils étaient 26 - la grande majorité japonais - et formaient un groupe très varié de jeunes et de vieux, de prêtres, religieux et laics, franciscains et jésuites.

Ce premier supplice collectif, en 1597, ne doit pas être confondu avec le "Grand Martyre" du 10 septembre 1622, également à Nagasaki, au cours duquel 23 chrétiens furent brûlés au poteau et 22 décapités, ni avec les "16 martyrs" dominicains exécutés à Nagasaki entre 1633 et 1637.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Saint François Xavier avait débarqué en août 1549, à Kagoshima, afin d'évangéliser les Japonais. Avec lui, et à sa suite, de nombreux Jésuites et Franciscains réussirent à répandre le Christianisme dans le pays, en même temps qu'ils créaient des écoles, des paroisses, et des hôpitaux.

Quelques décennies après, pour des motifs à la fois religieux et politiques, les missionnaires et les Japonais qui étaient devenus catholiques furent durement persécutés de 1597 jusqu'en 1637.

Le shogun cherchait à la fois à unifier le pays et à lutter contre les puissances religieuses locales. Il s'en prit donc aux Chrétiens qui représentaient à ses yeux une insupportable influence étrangère. Les missionnaires ayant été expulsés, le Christianisme implanté devint clandestin. Mais dix ans plus tard, la persécution des Chrétiens reprit et en février 1597, vingt-six d'entre eux seront arrêtés, torturés et crucifiés.

Les martyrs[modifier | modifier le code]

Parmi ces vingt-six martyrs, crucifiés sur une colline de Nagasaki, face à la mer, se trouvaient :

Après les avoir torturés et exhibés pour l'exemple de ville en ville, ils arrivèrent sur une colline proche de Nagasaki où ils furent suspendus à un gibet en forme de croix, du haut duquel ils continuèrent à chanter des psaumes et à proclamer l'Évangile, jusqu'à ce qu'ils soient transpercés d'un coup de lance.

Béatification, canonisation et fête[modifier | modifier le code]

Ils furent tous béatifiés en 1627 par le Pape Urbain VIII et canonisés le 8 juin 1862 par le Pape Pie IX. Liturgiquement ils sont commémorés ensemble le 6 février. À Nishizaka, la colline où les martyrs furent crucifiés, on trouve un monument représentant les martyrs, ainsi qu’une chapelle moderne et un musée abritant des souvenirs de l’époque[2]. Le 10 juin 2012, la Conférence des évêques catholiques du Japon a désigné « haut lieu de pèlerinage national », le site de leur crucifixion[2].

Vénération[modifier | modifier le code]

Monument des martys chrétiens à Nagasaki

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Victor de Buck, Les Saints martyrs japonais de la Compagnie de Jésus: Paul Miki, Jean Soan de Gotto et Jacques Kisai, p.27
  2. a et b Au Japon, Nagasaki devient un haut lieu de pèlerinage catholique, La Croix, le 19 juin 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giuseppe Boero, Histoire de la vie et du martyre des saints japonais, Toulouse, 1963.
  • Victor de Buck, Les Saints martyrs japonais de la Compagnie de Jésus : Paul Miki, Jean Soan de Gotto et Jacques Kisai, 1863 [lire en ligne]
  • Lettres du Japon - Chronologie des Jésuites au Japon [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]