Martyrs de Corée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stèle en l'honneur des membres des Missions Étrangères de Paris, martyrs en Corée.

Les 103 martyrs de Corée étaient des victimes de persécutions religieuses à l'encontre de l'Église catholique pendant le XIX° siècle en Corée au temps de la dynastie Joseon. Au moins 8 000 fidèles furent tués pendant cette période de persécution, dont 103 ont été canonisés le 6 mai 1984.

Histoire[modifier | modifier le code]

La foi catholique a commencé à se répandre en Corée vers la fin du XVIIIe siècle, par la lecture de livres catholiques écrits en langue chinoise. Les communautés catholiques dynamiques étaient presque entièrement dirigées par des laïcs jusqu'à l'arrivée des premiers missionnaires français en 1836. L'église catholique en Corée a souffert de violentes persécutions en 1839, 1846 et 1866, pour la raison principale du refus du culte des ancêtres, considéré comme une forme d'idolâtrie, que l'État prescrivait comme partie intégrante de la culture du pays.

Ces persécutions ont fait au moins huit mille martyrs, dont la grande majorité étaient des laïcs. Soixante-dix-neuf martyrs de Corée ont été béatifiés en 1925, puis vingt-quatre autres en 1968. Tous ont été canonisés le 6 mai 1984 par le pape Jean-Paul II. Contrairement à la tradition, la cérémonie a eu lieu à Séoul et non pas à Rome. Ils sont fêtés le 20 septembre. Actuellement la Corée est le quatrième pays du monde, pour le nombre de saints reconnus par l'Église catholique.

Le massacre des missionnaires a donné lieu à une expédition punitive contre le Régent de Corée par une force navale française placée sous le commandement du contre-amiral Pierre-Gustave Roze.

Liste des martyrs[modifier | modifier le code]

Evêques[modifier | modifier le code]

Sept prêtres missionnaires français[modifier | modifier le code]

Tous membres des Missions étrangères de Paris:

Le premier prêtre coréen[modifier | modifier le code]

Vingt catéchistes[modifier | modifier le code]

  • Jean Yi Yun-il (Paysan, père de famille),
  • André Chong Hwa-gyong (1807-1840),
  • Étienne Min Kuk-ka (étranglé à Séoul en 1840),
  • Paul Ho Hyob, soldat (c. 1795-1840),
  • Augustin Pak Chong-won,
  • Pierre Hong Pyong-ju,
  • Paul Hong-Yong ju,
  • Joseph Chang Chu-gi (décapité),
  • Thomas Son Cha-son,
  • Luc Hwang Sok-tu (décapité),
  • Damien Nam Myong-hyog,
  • Francois Ch’oe Kyong-hwan,
  • Charles Hyon Song-mun,
  • Laurent Han I-hyong,
  • Pierre Nam Kyong-mun,
  • Augustin Yu Chin-gil,
  • Pierre Yi Ho-yong,
  • Pierre Son Son-ji,
  • Bénédicte Hyon Kyong-nyon,
  • Pierre Ch’oe Ch’ang-hub.

Soixante-douze laïcs[modifier | modifier le code]

Parmi eux des jeunes de treize à dix-sept ans :

  • Agathe Yi,
  • Marie Yi In-dog,
  • Barbe Yi,
  • Marie Won Kwi-im,
  • Thérèse Kim Im-i,
  • Colombe Kim Hyo-im,
  • Madeleine Cho,
  • Élisabeth Chong Chong-hye, vierges ;
  • Thérèse Kim,
  • Barbe Kim,
  • Susanne U Sur-im,
  • Agathe Yi-kan-nan,
  • Madeleine Pak Pong-son,
  • Perpétue Hong Kum-ju,
  • Catherine Yi,
  • Cécile Yu So-sa,
  • Barbe Cho Chung-i,
  • Madeleine Han Yong-i, veuves ;
  • Madeleine Son-So-byog,
  • Agathe Yi Kyong-i,
  • Agathe Kwon Chin-i,
  • Jean Yi Mun-u,
  • Barbe Ch’oe Yong-i,
  • Pierre Yu Chong-nyul,
  • Jean-Baptiste Nam Chong-sam,
  • Jean-Baptiste Chon Chang-un,
  • Pierre Ch’oe Hyong,
  • Marc Chong Ui-bae,
  • Alexis U Se-yong,
  • Antoine Kim Song-u,
  • Protais Chong Kuk-bo,
  • Augustin Yi Kwang-hon,
  • Agathe Kim A-gi,
  • Madeleine Kim O-bi,
  • Barbe Han A-gi,
  • Anne Pak A-gi,
  • Agathe Yi So-sa,
  • Lucie Park Hui-sun,
  • Pierre Kwon Tu-gin,
  • Joseph Chang Song-jib,
  • Madeleine Yi Yong-hui,
  • Thérèse Yi Mae-im,
  • Marthe Kim Song-im,
  • Lucie Kim, Rose Kim,
  • Anne Kim Chang-gum,
  • Jean-Baptiste Yi Kwang-nyol,
  • Jean Pak Hu-jae,
  • Marie Pak Kun-a-gi Hui-sun,
  • Barbe Kwon-hui,
  • Barbe Yi Chong-hui,
  • Marie Yi Yon-hui,
  • Agnès Kim Hyo-ju,
  • Catherine Chong Ch’or-yom,
  • Joseph Im Ch’i-baeg,
  • Sébastien Nam I-gwan,
  • Ignace Kim Che-jun (Décapité en 1839, père d'Andre Kim Taegon),
  • Charles Cho Shin-ch’ol,
  • Juliette Kim,
  • Agathe Chon Kyong-hyob,
  • Madeleine Ho Kye-im,
  • Lucie Kim,
  • Pierre Yu Taech’ol,
  • Pierre Cho Hwa-so,
  • Pierre Yi Myong-so,
  • Barthélemy Chong Mun-ho,
  • Joseph-Pierre Han Chae-Kwon,
  • Pierre Chong Won-ji,
  • Joseph Cho Yun-ho,
  • Barbe Ko Sun-i,
  • Madeleine Yi Yong-dog.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]