Marty McSorley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marty James McSorley (né le 18 mai 1963 à Hamiliton dans la province de l'Ontario au Canada) est un ancien joueur et entraîneur professionnel de hockey sur glace. Il a également joué dans des films de hockey. Il est le frère de Chris McSorley, qui a entraîné dans différentes ligues mineures américaines et qui est actuellement l'entraineur du Genève-Servette HC, qui évolue dans la Ligue nationale A suisse[1].

Carrière en club[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière dans la ligue junior de la Ligue de hockey de l'Ontario pour les Bulls de Belleville en 1981. Deux saisons plus tard, il signe en tant qu'agent libre avec les Penguins de Pittsburgh. Les Penguins le font jouer aussi bien dans l'équipe principale que dans la franchise associée de la Ligue américaine de hockey, les Skipjacks de Baltimore.

Au bout de trois saisons, en compagnie de Tim Hrynewich et Craig Muni, il rejoint les Oilers d'Edmonton en retour de Gilles Meloche. L'entraîneur et directeur général des Oilers, Glen Sather, considérait alors qu'il n'avait pas assez de protection autour de ses joueurs vedettes Wayne Gretzky, Jari Kurri et Mark Messier[2]. Avec les Oilers, il remporte à deux reprises la Coupe Stanley en 1987 et 1988. Il sert alors de garde du corps de Gretzky n'hésitant pas à se battre pour défendre la vedette des Oilers.

Au milieu de l'été 1988, Gretzky est vendu aux Kings de Los Angeles pour la somme de 15 millions de dollars américains au sein d'un échange programmé par le propriétaire des Oilers (Peter Pocklington) soucieux de trouver des finances pour des fins personnelles. Dégoûté de ce transfert, Gretzky va négocier avec le président des Kings, Bruce McNall, le transfert de McSorley en plus. En 1991, il remporte avec Theoren Fleury des Flames de Calgary le Trophée plus-moins de la LNH.

En 1993, les Kings atteignent la finale de la Coupe Stanley contre les Canadiens de Montréal. Lors du 2e match de la finale, alors que les Kings mène le match 2 à 1, Jacques Demers, l'entraîneur des Canadiens, demande aux officiels de mesurer le bâton de McSorley, qui s'avère avoir une courbure trop prononcée et illégale. McSorley écope de deux minutes de punition; le Canadiens égalise la marque et gagne ce match en période de prolongation, ce qui va contribuer à la perte des Kings. McSorley aura tout de même accumulé dix points au cours des séries éliminatoires.

Suite à cette saison, il retourne jouer brièvement pour les Penguins avant de retourner avec les Kings pour trois saisons. Il passe la fin de sa carrière entre plusieurs franchises de la LNH : les Rangers de New York, les Sharks de San José, un nouveau passage avec les Oilers et enfin avec les Bruins de Boston.

Lors de ce passage chez les Bruins (en 1999-00), pendant un match contre les Canucks il frappe Donald Brashear à la tête avec son bâton alors que la rencontre tire à sa fin. Brashear perd alors conscience et restera assez longtemps dans un coma causé par le choc de sa tête sur la glace. Les dirigeants de la LNH décident de suspendre McSorley pour le reste de la saison. En octobre 2000, un jury condamne le joueur pour agression armée à 18 mois de prison avec sursis[3]. Après ce verdict, la LNH décide de condamner le joueur pour un an de plus[4]. Une fois sa peine accomplie, il tentera de revenir au jeu mais ne jouera plus jamais dans la LNH. Avec 3 381 minutes de pénalité, il est en 2007, le quatrième joueur le plus pénalisé de l'histoire de la LNH - derrière Tiger Williams et 3 966 minutes.

En 2002-03 et 2003-04, il est l'entraîneur en chef des Falcons de Springfield dans la Ligue américaine de hockey[5].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir Statistiques du hockey sur glace.

Statistiques par saison[6]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1981-1982 Bulls de Belleville LHO 58 6 13 19 234 - - - - -
1982-1983 Bulls de Belleville LHO 70 10 41 51 183 4 0 0 0 7
1982-1983 Skipjacks de Baltimore LAH 2 0 0 0 22 - - - - -
1983-1984 Penguins de Pittsburgh LNH 72 2 7 9 224 - - - - -
1984-1985 Skipjacks de Baltimore LAH 58 6 24 30 154 14 0 7 7 47
1984-1985 Penguins de Pittsburgh LNH 15 0 0 0 15 - - - - -
1985-1986 Oilers de la Nouvelle-Écosse LAH 9 2 4 6 34 - - - - -
1985-1986 Oilers d'Edmonton LNH 59 11 12 23 265 8 0 2 2 50
1986-1987 Oilers de la Nouvelle-Écosse LAH 7 2 2 4 48 - - - - -
1986-1987 Oilers d'Edmonton LNH 41 2 4 6 159 21 4 3 7 65
1987-1988 Oilers d'Edmonton LNH 60 9 17 26 223 16 0 3 3 67
1988-1989 Kings de Los Angeles LNH 66 10 17 27 350 11 0 2 2 33
1989-1990 Kings de Los Angeles LNH 75 15 21 36 322 10 1 3 4 18
1990-1991 Kings de Los Angeles LNH 61 7 32 39 221 12 0 0 0 58
1991-1992 Kings de Los Angeles LNH 71 7 22 29 268 6 1 0 1 21
1992-1993 Kings de Los Angeles LNH 81 15 26 41 399 24 4 6 10 60
1993-1994 Penguins de Pittsburgh LNH 47 3 18 21 139 - - - - -
Kings de Los Angeles LNH 18 4 6 10 55 - - - - -
1994-1995 Kings de Los Angeles LNH 41 3 18 21 83 - - - - -
1995-1996 Kings de Los Angeles LNH 59 10 21 31 148 - - - - -
Rangers de New York LNH 9 0 2 2 21 4 0 0 0 0
1996-1997 Sharks de San José LNH 57 4 12 16 186 - - - - -
1997-1998 Sharks de San José LNH 56 2 10 12 140 - - - - -
1998-1999 Oilers d'Edmonton LNH 46 2 3 5 101 3 0 0 0 2
1999-2000 Bruins de Boston LNH 27 2 3 5 62 - - - - -
2000-2001 Griffins de Grand Rapids LIH 14 0 2 2 36 - - - - -
Totaux LNH 961 108 251 359 3 381 115 10 19 29 374

Carrière d'acteur[modifier | modifier le code]

Il a de petits rôles dans les films suivants[7] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Chris McSorley
  2. (en) Biographie sur http://www.oilersheritage.com/.
  3. (en) McSorley condamné, article sur http://sportsillustrated.cnn.com/.
  4. (en) Un an de plus pour McSorley, article sur http://findarticles.com/.
  5. (en) Biographie sur http://www.legendsofhockey.net.
  6. (en) « Marty McSorley hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.
  7. (en) Fiche de carrière sur http://www.imdb.com/.

Articles connexes[modifier | modifier le code]