Martin Walker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l’ancien dirigeant du club de foot Hull City, voir Martin Walker (football).
Martin Walker

Martin Walker (né en 1947) est un journaliste et écrivain britannique.

Il est président du Global Business Policy Council (GBPC), un think tank pour décideurs[1]. Il en est membre depuis 1997 et en a été nommé directeur le 25 janvier 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né en 1947 en Écosse. Il a fait ses études secondaires à la Harrow County School for Boys (un lycée au nord-ouest de Londres), puis des études d’histoire au Balliol College d’Oxford. À l’université d’Harvard, il a étudié les relations internationales et l’économie. Martin Walker vit à Washington et dans le Périgord avec sa femme et leurs deux filles[2].

Walker reste également rédacteur en chef à titre honorifique de United Press International. À UPI, il fut également correspondant à l'étranger.

Avant d'être engagé à l'UPI en 2000, il a passé 25 ans au journal anglais The Guardian, à des postes variés tels que chef du bureau de Washington ou de Moscou, rédacteur pour l'Europe ou assistant rédacteur[3].

Il occupe également d'autres positions telles que chercheur au Woodrow Wilson International Center for Scholars à Washington D.C., chargé de recherche du World Policy Institute à la New School for Social Research à New York, et rédacteur pour la section opinions du Los Angeles Times et pour Europe magazine. Walker est également régulièrement commentateur sur CNN, Inside Washington et NPR[2].

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Walker a écrit de nombreux essai, notamment Waking Giant: Gorbachev and Perestroika, The Cold War: A History, Clinton: The President They Deserve et America Reborn.

Romans[modifier | modifier le code]

Il est également l'auteur de la série policière Bruno qui se déroule dans le Périgord, où il possède une maison de campagne, au Bugue[4].

La série est construite autour d'un policier municipal aux méthodes peu conventionnelles, Benoît Courrèges dit « Bruno », un cuisinier amateur, précédemment soldat qui fut blessé lors d'une mission de paix dans les Balkans, qui ne porte jamais son arme de service et a « depuis longtemps perdu la clef de ses menottes ».

Le premier livre de la série Bruno, Chief of Police a été publié en 2008 au Royaume-Uni (Quercus), au Canada (HarperCollins), aux États-Unis (Knopf). Le second The Dark Vineyard a été publié en 2009 en anglais. Viennent ensuite Black Diamond en 2010 suivi par The crowded Grave en 2011, Bruno and le Père Noël en 2012, puis The Devil's cave et The Resistance man en 2013[5].

Les deux premiers ont été publiés en version française par Les éditions du Masque : Meurtre en Périgord en 2012[6]. et Sombres vendanges en 2013[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Martin Walker Appointed Head of A.T. Kearney's Global Business Policy Council », A.T. Kearney,‎ 25 janvier 2007 (consulté le 2008-10-05)
  2. a et b (en) « Martin Walker », Random House, Inc. (consulté le 15 sept. 2012)
  3. (en) « Biography of Martin Walker », sur The Globalist (consulté le 5 oct. 2008)
  4. Thierry Dumas, Ici, le temps s'arrête, Sud Ouest édition Dordogne du 22 juillet 2013, p. 12
  5. Bruno, Chief of Police consulté le 24 juillet 2013.
  6. Anne-Marie Siméon, Polard "made in" Dordogne : meurtre au Bugue sur Sud Ouest du 17 mai 2012, consulté le 24 juillet 2013.
  7. Daniel Heinen, Un nouveau livre de Martin Walker sur Sud Ouest du 19 juin 2013, consulté le 24 juillet 2013.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Martin Walker (reporter) » (voir la liste des auteurs)