Martin St-Louis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Martin Saint-Louis)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Louis.

Martin St-Louis

Description de l'image  Martin St. Louis 2007.jpg.
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le 18 juin 1975,
Laval (Canada)
Joueur
Position Ailier droit
Tire de la gauche
Équipe LNH Rangers de New York
Ancienne(s) équipe(s) Flames de Calgary
Lightning de Tampa Bay
A joué pour Lausanne Hockey Club (LNA)
Flames de Saint-Jean (LAH)
Lumberjacks de Cleveland (LIH)
Carrière pro. Depuis 1997

Martin St-Louis (né le 18 juin 1975 à Laval, dans la province de Québec au Canada) est un joueur professionnel canadien de hockey sur glace de la Ligue nationale de hockey. Il est reconnu comme un des joueurs au jeu le plus propre dans la LNH, ce qui lui a valu cinq nominations au trophée Lady Byng, qu'il a remporté deux fois consécutivement, soit en 2010 et 2011 puis en 2013.

Non repêché dans la Ligue nationale de hockey, il fait ses débuts professionnels avec les Lumberjacks de Cleveland de la Ligue internationale de hockey et débute dans la LNH avec les Flames de Calgary. En 2000-2001, il rejoint le Lightning de Tampa Bay et remporte avec eux la Coupe Stanley en 2004. Considéré comme étant le pilier de l'équipe, il joue pour le Lightning jusqu'à son échange aux Rangers de New York en 2014. Aux Jeux olympiques d'hiver de 2014, il remporte la médaille d'or avec l'équipe du Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses débuts universitaires[modifier | modifier le code]

Durant sa carrière, St-Louis a joué sept saisons aux côtés d'Éric Perrin (ici avec les Thrashers d'Atlanta).

St-Louis est le fils de France et Normand St-Louis et il est né le 18 juin 1975 à Laval dans la province de Québec au Canada. Il a une sœur qui s'appelle Isabelle. Il a chaussé les patins pour la première fois à l'âge de trois ans et il a grandi en idôlant Mats Naslund[1].

Il débute avec les Laval-Laurentides de l'Association athlétique amateur de Québec en 1991-1992 puis passe la saison d'après avec les Hawks de Hawkesbury dans la Ligue centrale de hockey junior A[2]. St-Louis et Éric Perrin quittent l'équipe au mois de janvier suite à un désaccord avec l'entraîneur du moment — l'équipe des Hawks connaît trois entraîneurs différents au cours de la saison régulière[3]. Contrairement à la majorité des joueurs de hockey du Canada, il n'intègre pas le circuit classique de la Ligue canadienne de hockey. À la place, il quitte le Québec et le Canada pour aller dans le Vermont, aux États-Unis. Il rejoint alors l'Université du Vermont et son équipe de hockey des Catamounts, équipe engagée dans la division ECAC Hockey League[Note 1] du championnat universitaire, la National Collegiate Athletic Association.

En compagnie de Perrin et aux côtés du gardien de but Tim Thomas, il finit meilleur pointeur de son équipe dès sa première saison dans la NCAA en 1993-94 avec un total de 51 points[4]. Son coéquipier, Perrin, est désigné meilleure recrue[Note 2] et les deux joueurs sont sélectionnés dans l'équipe type des recrues de l'ECAC[5].

Pour sa deuxième année avec les Catamounts, St-Louis augmente son total personnel de 20 points et il termine la saison toujours meilleur pointeur de l'équipe juste devant Perrin mais également deuxième pointeur de la NCAA, cinq points derrière Brendan Morrison, joueur des Wolverines de l'Université du Michigan. Avec 48 passes décisives, il est également le deuxième meilleur passeur de la NCAA, toujours derrière Morrison[6]. Il est parmi les dix finalistes pour le trophée Hobey Baker du meilleur joueur[Note 3] de la saison, trophée finalement remporté par Brian Holzinger, joueur des Falcons de l'Université d'État de Bowling Green[7]. À titre personnel, il est sélectionné dans l'équipe type de la saison de l'ECAC avec Perrin et Thomas et est élu meilleur joueur de l'ECAC[5]. Il est également sélectionné dans l'équipe type de la NCAA[8].

En 1995-1996, Perrin et St-Louis sont encore les fers de lance de l'équipe, inscrivant chacun 85 points décomposés en 29 buts et 56 passes décisives. Il s'agit alors du plus haut total de points inscrit par un joueur dans l'histoire de l'université. St-Louis inscrit le plus haut total de but en infériorité numérique avec six buts ainsi que le plus grand nombre de buts vainqueurs[Note 4],[9]. Les deux joueurs finissent meilleurs pointeurs et passeurs de la NCAA, à égalité mais St-Louis ayant joué trois matchs de moins que Perrin, il est déclaré premier[10]. Les deux joueurs sont dans la liste des dix finalistes pour le trophée Baker mais Brian Bonin de Golden Gophers de l'Université du Minnesota remporte le titre de meilleur joueur de la NCAA[11]. Perrin est nommé joueur de l'année de l'ECAC et les deux joueurs du Vermont sont sélectionnés dans les équipes types de l'ECAC et de la NCAA[12],[8].

Pour sa dernière saison dans la NCAA, en 1996-1997, sa production offensive chute à 60 points mais il conserve toujours la tête du classement des pointeurs de son équipe[13]. Même s'il ne fait plus partie des dix meilleurs pointeurs de la NCAA, il est une troisième fois dans les dix candidats pour le trophée du meilleur de la NCAA. Encore une fois, il ne remporte pas le trophée, celui-ci étant remis à Morrison en tant que meilleur passeur, buteur et pointeur de la saison[14]. Suite à cette saison, St-Louis est diplômé et il termine alors sa carrière universitaire en tant que meilleur pointeur de l'histoire de l'équipe, avec un total de 276 points en 139 matchs mais également le plus grand nombre de passes décisives, avec 176 aides[9].

Ses débuts professionnels[modifier | modifier le code]

St-Louis est alors âgé de 21 ans et n'a jamais été choisi lors d'un repêchage[Note 5] de la Ligue nationale de hockey. Ceci est également le cas de Perrin, lui qui n'a pas été repêché par une équipe de la LNH. Le gardien des Catamounts, Tim Thomas, a été repêché en tant que 217e joueur sélectionné au repêchage de 1994 par les Nordiques de Québec[15].

Alors qu'aucune équipe de la LNH montre leur intérêt pour St-Louis, ce dernier reçoit un essai avec les Sénateurs d'Ottawa mais n'est finalement pas retenu par l'équipe. St-Louis et Perrin signent leur premier contrat professionnel dans la Ligue internationale de hockey avec les Lumberjacks de Cleveland. Le contrat comprend pour St-Louis une clause échappatoire s'il reçoit une offre d'une équipe de la LNH[16]. St-Louis commence ainsi la saison et joue 56 matchs pour 50 points avant d'être repéré par les recruteurs de la LNH. Ainsi, il signe avec les Flames de Calgary le 19 février 1998[8] alors que Perrin continue avec les Lumberjacks puis est transféré avant la fin de la saison aux Rafales de Québec[12].

Il termine la saison avec le club-école de Calgary, les Flames de Saint-Jean de la Ligue américaine de hockey. Il joue les 25 derniers matchs de la saison avec une moyenne d'environ un point par match alors que son équipe se qualifie pour les séries éliminatoires[2]. Avec 20 points en autant de matchs, St-Louis aide son équipe à se rendre en finale de la Coupe Calder en éliminant tour à tour les Maple Leafs de Saint-Jean, les Pirates de Portland puis le Wolf Pack de Hartford. En finale, les Flames sont opposés aux Phantoms de Philadelphie, champions de la saison régulière. Finalement, ce sont ces derniers qui remportent la Coupe quatre matchs à deux[17].

En 1998-1999, il joue une vingtaine de matchs de la saison avec Calgary. Il joue ainsi son premier match dans la LNH le 16 octobre 1998 contre les Maple Leafs de Toronto. Quatre jours et deux matchs plus tard, il marque son premier point de sa carrière dans la LNH en inscrivant un but face aux Stars de Dallas, le seul de sa saison dans la LNH[18]. Il a débuté la saison en jouant sur la même ligne que la vedette de l'équipe, Theoren Fleury, mais le Québécois est rapidement rélégué sur la quatrième ligne puis est laissé de côté à plusieurs reprises[16]. Le reste du temps, il joue avec Saint-Jean et termine meilleur pointeur de l'équipe avec 62 points en 53 matchs[19]. Avant derniers qualifiés, Saint-John surprend tout le monde en éliminant en trois match les Lock Monsters de Lowell, premiers de leur division en saison régulière, mais ils tombent d'autant plus haut lors de la deuxième ronde en perdant en quatre matchs secs contre les Canadiens de Fredericton[20].

La saison suivante, bien que St-Louis débute sa saison dans la LAH, il a pris part à 56 rencontres avec l'équipe de Calgary pour réaliser 3 buts et 15 aides pour 18 points[2].

Débuts avec le Lightning[modifier | modifier le code]

Comme St-Louis, Vincent Lecavalier est un des Québécois de l'équipe du Lightning de Tampa Bay.

Le 31 juillet 2000, il n'est pas prolongé par les Flames et signe avec le Lightning de Tampa Bay[21]. Après qu'il a porté les numéros 46 et 15 avec les Flames, St-Louis décide de porter le numéro 26[22]. Il porte ce numéro pour rendre hommage à son idôle d'enfance, Mats Naslund, vedette des Canadiens de Montréal durant les années 1980[23].

St-Louis termine quatrième pointeur de l'équipe avec 40 réalisations en 78 rencontres derrière Brad Richards, Fredrik Modin et Vincent Lecavalier, un autre Québécois[24]. Malgré tout, le Lightning n'est pas qualifié pour les séries éliminatoires de la Coupe Stanley avec la dernière place de la division Sud-Est et l'avant-dernière place de l'association de l'Est.

La saison suivante, St-Louis a été limité à 53 parties en raison d'une fracture à la jambe subie le 24 janvier 2002 qui lui a fait manqué 26 rencontres[25]. Avec 35 points, il termine cinquième pointeur de l'équipe ; Richards termine encore la saison avec 62 points pour être le meilleur pointeur de l'équipe. St-Louis est un des deux joueurs de l'équipe à posséder un différentiel +/-[Note 6] positif en termine avec +4 ; Jimmie Ölvestad est l'autre joueur avec +3[26]. Avec la treizième place de l'Association et 69 points, seuls les Panthers de la Floride et les Thrashers d'Atlanta ont un pire bilan que l'équipe de Tampa ayant respectivement 60 et 54 points[27]. Le 21 mai, le Lightning décide de prolonger le contrat de St-Louis[21].

Le 30 janvier 2003 contre les Hurricanes de la Caroline, St-Louis marque trois buts le même match pour réaliser son premier tour du chapeau en carrière dans la LNH[28]. St-Louis termine la saison en jouant l'intégralité des 82 matchs et totalise 70 points en étant le quatrième pointeur de l'équipe[29]. Le Lightning a suprit la LNH en terminant à la première place de leur division et avec une qualification aux séries éliminatoires[30] ; c'est seulement la deuxième fois dans son histoire que l'équipe se qualifie aux séries, la dernière fois étant en 1996[31]. Après avoir éliminé les Capitals de Washington, le Lightning est éliminé en cinq matchs face aux Devils du New Jersey, futurs vainqueurs de la Coupe Stanley[32].

La Coupe Stanley[modifier | modifier le code]

En plus de la Coupe Stanley, St-Louis remporte en 2004 le trophée Hart du meilleur joueur de la LNH.

En 2003-2004, à l'avant-dernière rencontre de la saison régulière, St-Louis donne la victoire au Lightning en marquant un but en prolongation face aux Panthers de la Floride assurant les éclairs de la première place de l'Association de l'Est[33]. Le Québécois finit la saison avec 94 points en 82 matchs pour être le meneur de son équipe mais en plus de la LNH. Il termine deuxième pour les buts avec 32 réalisations, à égalité avec Patrik Eliáš des Devils du New Jersey et il est le meneur pour les aides avec 56 à égalité avec Scott Gomez, également joueur des Devils[34]. St-Louis remporte le trophée Art Ross remis au meilleur pointeur de la LNH en saison régulière[35]. Il est également le meneur pour le différentiel +/- avec +35 lui valant le trophée correspondant dont lequel il partage la récompense avec Marek Malík des Canucks de Vancouver[36].

À la fin de la saison, St-Louis retrouve son ami et coéquipier des Catamounts, Éric Perrin. Ce dernier joue les quatre derniers matchs du Lightning pour la saison régulière[37] alors qu'il a joué la quasi-totalité de sa saison avec les Bears de Hershey de la LAH, club-école du Lightning[38].

Le Lightning élimine tout d'abord les Islanders de New York quatre matchs à un. Lors du cinquième match, St-Louis marque le but vainqueur en prolongation pour voir l'élimination de l'équipe de Long Island[39]. Le gardien de but russe Nikolaï Khabibouline a blanchit[Note 7] à trois reprises les Islanders durant la série. Le Lightning rencontre ensuite les Canadiens de Montréal mais ces derniers ne font pas le poids face à l'équipe de la Floride qui les éliminent en quatre matchs secs[40]. Le Lightning rencontre les Flyers de Philadelphie en finale d'association. Ces derniers forcent un septième match suite au but vainqueur inscrit en prolongation par Simon Gagné[41]. Les éclairs vont remporter le septième match grâce au but vainqueur de Fredrik Modin et accèderont pour la première fois en finale de la Coupe Stanley[42].

Le Lightning rencontre les Flames de Calgary, l'ancienne équipe de St-Louis, en finale. L'équipe de l'Alberta remporte le premier match 4-1 devant les partisans de Tampa Bay avant que le Lightning égalise la série avec le même résultat[43]. Après que le gardien des Flames Miikka Kiprusoff a blanchi le Lightning 3-0, c'est au tour de Khabibouline de blanchir les Flames dont l'unique but est marqué par Brad Richards[44]. Les Flames mènent ensuite la finale trois matchs à deux avec une victoire 3-2 en prolongation suite au but d'Oleg Saprykine[45]. Lors du sixième match, St-Louis marque le but vainqueur après deux périodes de prolongation pour sauver le Lightning de l'élimination[46]. Le match décisif a eu lieu sur la glace du Lightning le 7 juin et St-Louis soulève la Coupe Stanley suite à une victoire 2-1 avec un doublé de Rouslan Fedotenko[47].

Alors que Richards remporte le trophée Conn Smythe remis au meilleur joueur des séries éliminatoires[48],[49], St-Louis remporte les trophée Hart[35] remis au meilleur joueur de la saison régulière ainsi que le trophée Lester B. Pearson remis au meilleur joueur choisi par ses pairs[48]. St-Louis a été sélectionné dans la première équipe d'étoiles aux côtés de Martin Brodeur dans les buts, Zdeno Chára et Scott Niedermayer en défense et Markus Näslund et Joe Sakic en attaque[50].

Le lock-out de la LNH[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les joueurs remportant la Coupe Stanley ont le droit de passer une journée avec le trophée. St-Louis, lui, a le droit de passer deux journées avec la Coupe, le 29 juillet 2004, pour la ramener à Burlington dans le Vermont en visitant ses amis mais également dans le Fletcher Allen Health Care, hôpital public pour enfants malades. Le 10 août 2004, il ramène la Coupe à Laval, sa ville natale[51].

Il rejoint pour la première fois l'équipe du Canada à l'occasion de la Coupe du monde 2004. Lors de son premier match sous le maillot canadien, il marque un but face aux États-Unis[52]. Après des victoires contre la Slovaquie et la Russie, le Canada termine le premier tour avec trois victoires en autant de matchs. Ils éliminent tour à tour les Slovaques et l'équipe de Tchéquie pour retrouver l'équipe de Finlande en finale[53]. Shane Doan marque le but vainqueur au troisième tiers-temps pour remporter la médaille d'or[54]. St-Louis termine le tournoi avec deux buts et autant d'aides en six matchs.

Alors que la saison 2004-2005 est annulée en raison d'un lock-out, il rejoint le Lausanne HC dans le championnat de Suisse élite, la Ligue Nationale A, grâce au directeur général Silvo Cadelari qui, lors de ses nombreux voyages d'agréments et professionnels au Québec, a tissé un solide réseau de relations. Avant de s'entendre avec le club vaudois, St-Louis s'est notamment renseigné auprès de Patrick Boileau et Éric Landry.[réf. nécessaire] Le Québécois n'aura joué que 23 matchs avec Lausanne puisqu'il a dû repartir auprès de son épouse enceinte[55]. Pendant qu'il est parti, l'équipe de Lausanne est éliminée des séries éliminatoires avec la douzième et dernière place de la ligue[56].

En 2005, le Réseau des sports (également désigné par le sigle « RDS ») diffuse le documentaire « Le chemin le plus long », relatant le parcours de St-Louis et de son coéquipier de longue date, Éric Perrin. Il s'agit d'un recueil de témoignages des proches des deux joueurs, sur les difficultés des joueurs de petit gabarit, à atteindre la LNH[57].

L'après lock-out[modifier | modifier le code]

St-Louis en janvier 2006.

Le 24 août 2005, St-Louis signe une prolongation de contrat de six ans avec le Lightning pour une valeur de 31,5 millions de dollars[58]. Il retourne avec le Lightning pour la saison 2005-2006. Sa saison est inférieur à sa dernière campagne dans la LNH puisqu'il n'obtient que 61 points. Il est le quatrième pointeur de l'équipe derrière les 91 points de Richards[59]. Le Lightning se qualifie de justesse pour les séries avec la huitième et dernière place qualificative pour les séries ; ils sont toutefois éliminés au premier tour 4 matchs à 1 par les Sénateurs d'Ottawa.

Durant l'hiver, il est choisi pour jouer avec l'équipe du Canada pour les Jeux olympiques d'hiver en février 2006 se tenant à Turin en Italie. Vincent Lecavalier et Brad Richards font aussi partie de la délégation canadienne. Les Canadiens gagnent trois des cinq matchs du premier tour terminant troisièmes du classement[60]. Malheureusement pour eux, l'équipe Canada perd les quarts de finale face à l'équipe de Russie sur un jeu blanc de 2-0 d'Ievgueni Nabokov en plus de terminer à la septième place du tournoi[61].

La saison suivante, il retrouve Perrin, qui revient avec le Lightning après avoir joué sa dernière saison avec le CP Berne en Suisse[38]. Le 9 février contre les Rangers de New York, il joue son 500e match en carrière[23]. Cette saison se révèle comme étant une des meilleures de St-Louis puisqu'il marque 43 buts et 59 mentions d'aides pour 102 points. Il termine cinquième parmi les pointeur de la ligue et son coéquipier Lecavalier termine avec cent-huit points et est le meilleur buteur avec cinquante-six réalisations[62]. Qualifiés pour les séries, le Lightning s'incline face aux Devils du New Jersey en six rencontres.

En 2007-2008, les Bolts sont éliminés des séries en terminant derniers de leur conférence et sont derniers de la ligue avec 71 points à égalité avec les Kings de Los Angeles[63]. Avec 83 points, St-Louis est le second pointeur de Tampa Bay derrière Lecavalier et le meilleur passeur avec 58 aides[64]. Le Québécois joue le championnat du monde 2008 se tenant à Québec et Halifax. St-Louis a marqué un but à chacun de ses deux premiers matchs[65],[66] et puis l'équipe canadienne termine la phase préliminaire avec trois victoires en autant de parties. Après une autre fiche parfaite pour cinq victoires dans le tour qualificatif, ils éliminent tour à tour la Norvège et la Suède pour retrouver les Russes en finale[67]. Ces derniers enlèvent la médaille d'or suite à une victoire 5-4 en prolongation par un but d'Ilia Kovaltchouk et St-Louis doit se contenter de la médaille d'argent[68]. Il termine alors avec une fiche de deux buts et huit aides en neuf parties.

Malgré l'élimination du Lightning de Tampa Bay de la course aux séries avec une quatorzième place de la Conférence en 2012-2013, le classement des meilleurs pointeurs est dominé par St-Louis avec 60 points dont 43 aides. À l'âge de 37 ans, il est le joueur le plus âgé à remporter le Trophée Art Ross ; il bat alors le record détenu de 36 ans par Bill Cook détenu depuis la saison 1932-1933 de la LNH. Suite à ce trophée, St-Louis déclare qu'il n'aurait jamais obtenu la première place sans la blessure à la mâchoire de Sidney Crosby des Penguins de Pittsburgh. Son coéquipier Steven Stamkos est le dauphin du classement avec 57 points[69].

Au début de la saison 2013-2014, St-Louis est nommé comme capitaine du Lightning suite au départ de Vincent Lecavalier, son contrat ayant été racheté par l'équipe au cours de l'intersaison[70]. Le 19 novembre contre les Kings de Los Angeles, il joue son 1 000e match dans la LNH. Il devient le 286e joueur de l'histoire de la ligue à atteindre ce cap, mais seulement le 16e joueur n'ayant jamais été repêché à le faire depuis la création du repêchage d'entrée dans la LNH en 1969[71].

À l'occasion des Jeux olympiques de 2014 se déroulant à Sotchi, St-Louis est de nouveau ignoré par son directeur général Steve Yzerman, étant le directeur général de l'équipe canadienne[72]. Finalement, après une blessure de son coéquipier Stamkos, il est appelé pour le remplacer dans la formation[73].

Le 5 mars 2014, il est échangé aux Rangers de New York contre Ryan Callahan, un choix de première ronde au repêchage de 2015 ainsi que d'un choix de deuxième ronde au repêchage de 2014[74].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

En club[modifier | modifier le code]

Statistiques par saison[75]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1991-1992 Laval-Laurentides MAAA 42 29 74 103 38 12 7 15 22 16
1992-1993 Hawks de Hawkesbury LCHJ A 31 37 50 87 70 - - - - -
1993-1994 Catamounts du Vermont NCAA 33 15 36 51 24 - - - - -
1994-1995 Catamounts du Vermont NCAA 35 23 48 71 36 - - - - -
1995-1996 Catamounts du Vermont NCAA 35 29 56 85 38 - - - - -
1996-1997 Catamounts du Vermont NCAA 36 24 36 60 65 - - - - -
1997-1998 Lumberjacks de Cleveland LIH 56 16 34 50 24 - - - - -
1997-1998 Flames de Saint-Jean LAH 25 15 11 26 20 20 5 15 20 16
1998-1999 Flames de Calgary LNH 13 1 1 2 10 - - - - -
1998-1999 Flames de Saint-Jean LAH 53 28 34 62 30 7 4 4 8 2
1999-2000 Flames de Saint-Jean LAH 17 15 11 26 14 - - - - -
1999-2000 Flames de Calgary LNH 56 3 15 18 22 - - - - -
2000-2001 Lightning de Tampa Bay LNH 78 18 22 40 12 - - - - -
2001-2002 Lightning de Tampa Bay LNH 53 16 19 35 20 - - - - -
2002-2003 Lightning de Tampa Bay LNH 82 33 37 70 32 11 7 5 12 0
2003-2004 Lightning de Tampa Bay LNH 82 38 56 94 24 23 9 15 24 14
2004-2005 Lausanne HC LNA 23 9 16 25 16 - - - - -
2005-2006 Lightning de Tampa Bay LNH 80 31 30 61 38 5 4 0 4 2
2006-2007 Lightning de Tampa Bay LNH 82 43 59 102 28 6 3 5 8 8
2007-2008 Lightning de Tampa Bay LNH 82 25 58 83 26 - - - - -
2008-2009 Lightning de Tampa Bay LNH 82 30 50 80 14 - - - - -
2009-2010 Lightning de Tampa Bay LNH 82 29 65 94 12 - - - - -
2010-2011 Lightning de Tampa Bay LNH 82 31 68 99 12 18 10 10 20 4
2011-2012 Lightning de Tampa Bay LNH 77 25 49 74 16 - - - - -
2012-2013 Lightning de Tampa Bay LNH 48 17 43 60 14 - - - - -
2013-2014 Lightning de Tampa Bay LNH 62 29 32 61 6 - - - - -
Rangers de New York LNH 19 1 7 8 4 25 8 7 15 2
2014-2015 Rangers de New York LNH
Totaux LNH 1 060 370 611 981 290 88 41 42 83 30

Au niveau international[modifier | modifier le code]

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Statistiques internationales
Année Équipe Évènement PJ  B   A  Pts Pun +/- Résultat
2004 Drapeau du Canada Canada Coupe du monde 6 2 2 4 0 +1 Or Médaille d'or
2006 Drapeau du Canada Canada Jeux olympiques de Turin 6 2 1 3 0 Septième place
2008 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 9 2 8 10 0 Argent Médaille d'argent
2009 Drapeau du Canada Canada Championnat du monde 9 4 11 15 0 Argent Médaille d'argent
2014 Drapeau du Canada Canada Jeux olympiques de Sotchi 5 0 0 0 2 Or Médaille d'or

Trophées et honneurs personnels[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis décembre 2004, l'équipe du Vermont fait désormais partie de la division Hockey East au lieu de jouer dans l'ECAC.
  2. Le terme « recrue » désigne un joueur dans sa première saison professionnelle, le terme anglais utilisé est celui de « rookie ».
  3. Le terme francophone de « meilleur joueur » correspond au terme anglais de « Most valuable player » - MVP.
  4. Le but vainqueur d'une équipe, également nommé « le filet décisif » en québécois ou encore « game-winning goal », est le but qui permet à une équipe de faire la différence. Ainsi, lorsqu'une équipe gagne un match 3-0, le premier but est déclaré but vainqueur alors que quand une équipe gagne 4-1, c'est le deuxième but qui est désigné filet décisif.
  5. Le terme « repêchage » est un terme canadien correspondant à l'anglicisme draft et désigne un événement annuel présent dans tous les sports collectifs nord-américains, comparable à une bourse aux joueurs, où les équipes sélectionnent des sportifs issus de l'université, de l'école secondaire ou d'une autre ligue, voir d'une autre équipe.
  6. La différence plus / moins d'un joueur est calculée en comptant +1 si le joueur est sur la glace au moment où son équipe marque un but sans être en supériorité numérique et -1 s'il est sur la glace au moment où son équipe accorde un but sans être en infériorité numérique.
  7. Un gardien de but effectue un « blanchissage » quand il réussit à ne concéder aucun but durant tout le match. Il faut également qu'il soit le seul gardien de l'équipe à avoir joué.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « JockBio: Martin St. Louis Biography », sur JockBio (consulté le 14 août 2011)
  2. a, b et c « Martin St-Louis - Statistiques », sur www.nhl.com.
  3. « La fière tradition des Hawks », sur www.hawkesburyhawks.com (consulté le 28 octobre 2009)
  4. (en) « 1993-94 U. of Vermont roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 28 octobre 2009)
  5. a et b (en) « Honneurs de l'ECAC » [PDF], sur www.ecachockey.com (consulté le 28 octobre 2009)
  6. (en) « 1994-95 NCAA League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 28 octobre 2009)
  7. (en) « Page sur le vainqueur 1994-95 du trophée Baker », sur www.hobeybaker.com (consulté le 28 octobre 2009)
  8. a, b et c (en) « Martin St. Louis, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 14 août 2011)
  9. a et b (en) « Vermont Men's Hockey Records », sur www.uvm.edu (consulté le 28 octobre 2009)
  10. (en) « 1995-96 NCAA League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 28 octobre 2009)
  11. (en) « Page sur le vainqueur 1995-96 du trophée Baker », sur www.hobeybaker.com (consulté le 28 octobre 2009)
  12. a et b (en) « Éric Perrin, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 14 août 2011)
  13. (en) « 1996-97 U. of Vermont roster and player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 28 octobre 2009)
  14. (en) « Page sur le vainqueur 1996-97 du trophée Baker », sur www.hobeybaker.com (consulté le 28 octobre 2009)
  15. (en) « Tim Thomas hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database
  16. a et b Brophy 2011, p. 129
  17. (en) « 1997-98 AHL Playoff Results », sur Hockey Database (consulté le 9 août 2011)
  18. (en) « Martin St Louis, Lightning - 1998-1999 Game Log », sur www.nhl.com (consulté le 28 octobre 2009)
  19. (en) « 1998-99 Saint John Flames », sur www.hockeydb.com (consulté le 28 octobre 2009)
  20. (en) « 1998-99 AHL Playoff Results », sur Hockey Database (consulté le 9 août 2011)
  21. a et b (en) « Martin St. Louis #26 - RW/LW », sur TSN (consulté le 15 août 2011)
  22. (en) « Martin St. Louis NHL & WHA Statistics », sur Hockey-Reference.com (consulté le 16 août 2011)
  23. a et b (en) « Martin St Louis, Lightning - Bio », sur Tampa Bay Lightning (consulté le 28 octobre 2009)
  24. (en) « 2000-2001 Regular Season Stats - Points - Tampa Bay Lightning - Statistics », sur Tampa Bay Lightning (consulté le 15 août 2011)
  25. (en) CBC Sports, « Lightning winger St. Louis out with broken leg », sur cbcsports.ca,‎ 24 janvier 2002 (consulté le 15 août 2011)
  26. (en) « 2001-2002 Regular Season Stats - Points - Tampa Bay Lightning - Statistics », sur Tampa Bay Lightning (consulté le 15 août 2011)
  27. NHL records 2010, p. 162
  28. (en) « Martin St. Louis, Lightning - 2002-2003 Game Log », sur NHL.com (consulté le 15 août 2011)
  29. (en) « 2002-2003 Regular Season Stats - Points - Tampa Bay Lightning - Statistics », sur Tampa Bay Lightning (consulté le 15 août 2011)
  30. (en) « 2002-03 National Hockey League standings », sur Hockey Database (consulté le 15 août 2011)
  31. (en) « Standings for the Tampa Bay Lightning of the NHL », sur Hockey Database (consulté le 21 août 2011)
  32. (en) « 2002-03 NHL Playoff Results », sur The Internet Hockey Database (consulté le 22 septembre 2012).
  33. St. Petersburg Times 2004, p. 28
  34. (en) « 2003-04 NHL League Leaders », sur Hockey Database (consulté le 15 août 2011)
  35. a et b NHL records 2010, p. 215
  36. (en) « NHL Plus Minus Award Winners », sur Stats Hockey (consulté le 27 juin 2011)
  37. (en) « Eric Perrin - 2003-2004 Game Log », sur NHL.com (consulté le 15 août 2011)
  38. a et b « Eric Perrin - Statistiques », sur www.nhl.com
  39. St. Petersburg Times 2004, p. 42-43
  40. St. Petersburg Times 2004, p. 58 à 61
  41. St. Petersburg Times 2004, p. 82-83
  42. St. Petersburg Times 2004, p. 84
  43. St. Petersburg Times 2004, p. 92 à 99
  44. St. Petersburg Times 2004, p. 100 à 107
  45. St. Petersburg Times 2004, p. 108 à 111
  46. St. Petersburg Times 2004, p. 112 à 117
  47. St. Petersburg Times 2004, p. 118 à 123
  48. a et b NHL records 2010, p. 217
  49. St. Petersburg Times 2004, p. 124
  50. NHL records 2010, p. 235
  51. (en) Kevin Shea, « Hockey Hall of Fame - Stanley Cup Journals 2004: 32 », sur le site officiel du Temple de la renommée du hockey,‎ 15 août 2004 (consulté le 27 février 2011)
  52. Christophe Laparra, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - États-Unis (31 août 2004) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 14 septembre 2012).
  53. Marc Branchu, « Coupe du monde de hockey sur glace 2004 », sur Hockeyarchives.com (consulté le 14 septembre 2012).
  54. Benoît Mantel, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Canada - Finlande (14 septembre 2004) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 14 septembre 2012).
  55. Marc Branchu, « Bilan du championnat de Suisse de hockey sur glace 2004/05 », sur Hockeyarchives.com (consulté le 14 septembre 2012).
  56. Marc Branchu, « Championnat de Suisse de hockey sur glace 2004/05 », sur Hockeyarchives.com (consulté le 14 septembre 2012).
  57. RDS, « Flash RDS », sur docs.google.com,‎ 21 au 27 janvier 2006 (consulté le 17 août 2011)
  58. (en) « St. Louis signs six-year, $31.5M deal », sur ESPN,‎ 25 août 2005 (consulté le 17 septembre 2012).
  59. (en) « 2005-2006 Regular Season Stats - Points - Tampa Bay Lightning - Statistics », sur Tampa Bay Lightning (consulté le 14 septembre 2012)
  60. Marc Branchu, « Jeux Olympiques de Turin 2006 - Hockey sur glace », sur Hockeyarchives.com (consulté le 29 février 2012).
  61. Marc Branchu, « Compte-rendu du match de hockey sur glace Russie - Canada (22 février 2006) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 29 février 2012).
  62. (en) « 2006-2007 - Regular Season - All Skaters - Summary - Points - NHL.com - Stats », sur NHL.com (consulté le 17 septembre 2012).
  63. (en) « 2007-2008 League Standings », sur NHL.com (consulté le 17 septembre 2012).
  64. (en) « 2007-2008 Regular Season Stats - Points - Tampa Bay Lightning - Statistics », sur Tampa Bay Lightning (consulté le 17 septembre 2012)
  65. Marc Branchu, « Match de hockey sur glace Canada - Slovénie (2 mai 2008) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 28 septembre 2012).
  66. Marc Branchu, « Match de hockey sur glace Lettonie - Canada (4 mai 2008) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 28 septembre 2012).
  67. Marc Branchu, « Championnats du monde de hockey sur glace 2008 », sur Hockeyarchives.com (consulté le 28 septembre 2012).
  68. Marc Branchu, « Match de hockey sur glace Canada - Russie (18 mai 2008) », sur Hockeyarchives.com (consulté le 28 septembre 2012).
  69. (en) Peter Pupello, « Martin St. Louis becomes oldest player to capture NHL scoring title », sur lightning.nhl.com,‎ 28 avril 2013 (consulté le 29 avril 2013)
  70. (en) « Lightning name St. Louis as captain », sur NHL.com,‎ 1er octobre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  71. (en) « St. Louis plays in 1,000th career NHL game », sur NHL.com,‎ 19 novembre 2013 (consulté le 22 décembre 2013)
  72. (en) Alain Crête, « Le rêve perdu de St-Louis », sur RDS.ca,‎ 7 janvier 2014 (consulté le 8 février 2014)
  73. (en) La Presse Canadienne, « St-Louis en relève à Sotchi », sur RDS.ca,‎ 6 février 2014 (consulté le 8 février 2014)
  74. « Martin St-Louis passe aux Rangers en retour de Ryan Callahan et de choix de repêchage », sur NHL.com,‎ 5 mars 2014 (consulté le 5 mars 2014)
  75. (en) « Martin St-Louis hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]