Martin Masse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Martin Masse est né à Joliette (Québec) en 1965. Il est diplômé de l’Université McGill en science politique et en études est-asiatiques.


Carrière[modifier | modifier le code]

Martin Masse a enseigné le français et l’anglais au Japon en 1986-1987.

En 1988-89, il a été boursier de la Communauté flamande de Belgique à Gand, où il a écrit son premier livre, Identités collectives et civilisation: pour une vision non nationaliste d'un Québec indépendant, publié en 1994 chez VLB Éditeur.

Il a mis de l'avant sa vision antinationaliste et libérale d'un Québec indépendant dans de nombreux articles au quotidien Le Devoir et ailleurs pendant quelques années. Avant le référendum de 1995, il a joint les rangs du Parti réformiste du Canada (maintenant fusionné dans le Parti conservateur du Canada), le seul parti fédéral qui proposait une décentralisation du fédéralisme canadien et une réduction du rôle de l'État. Il a travaillé pendant deux ans au bureau régional du parti à Montréal et a présidé Groupe de travail national sur les pêcheries. Il a été candidat réformiste à une élection partielle en 1996.

Martin Masse a lancé le cybermagazine libertarien Le Québécois Libre en février 1998. Il a été directeur des publications à l’Institut économique de Montréal de 2000 à 2007. Il a traduit en 2003 le best-seller international de Johan Norberg, Plaidoyer pour la mondialisation capitaliste, publié au Québec par l'Institut économique de Montréal en collaboration avec les Éditions St-Martin et Plon.

De février 2006 à août 2007, il a été conseillé politique du ministre de l’Industrie du Canada à ce moment, Maxime Bernier, notamment sur les questions de déréglementation de l’industrie des télécommunications. Il travaille maintenant comme consultant en politiques publiques à son compte.

Idées[modifier | modifier le code]

Dans ses écrits, Martin Masse défend les idées du libertarianisme et du libéralisme classique, à l’encontre de l’interventionnisme de l’État et des idéologies collectivistes, tant de droite que de gauche. Il est adepte de l’École autrichienne d'économie, telle que développée par les théoriciens Ludwig von Mises, Friedrich Hayek, et Murray Rothbard.

Publications[modifier | modifier le code]

La majorité de ses articles se retrouvent dans le cybermagazine Le Québécois Libre : http://www.quebecoislibre.org/apmasse.htm.

Liens externes[modifier | modifier le code]