Martin Heinzelmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Martin Heinzelmann (né en 1942 à Mannheim) est un historien allemand.

Il fait des études d'histoire, d'allemand et de sciences politiques à Heidelberg, Berlin et Mannheim, qu'il achève en 1967. En 1968, alors que Karl Ferdinand Werner prend la direction de l'Institut historique allemand de Paris, il y rentre comme chercheur, puis devient directeur de la revue Francia (partie Moyen Âge), la publication de l'Institut, de 1976 à 2005.

Son champ d'étude porte essentiellement sur la fin de l'Antiquité, et plus spécialement sur les statuts des saints et des évêques de la fin de la Gaule romaine et de l'âge mérovingien (IVe siècle-IXe siècle) et l'étude des sources hagiographiques.

Quelques ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1986. (avec Joseph-Claude Poulin), Les Vies anciennes de sainte Geneviève de Paris : Études critiques, Paris.
  • 1994. Gregor von Tours (538–594). « Zehn Bücher Geschichte ». Historiographie und Gesellschaftskonzept im 6. Jahrhundert, Darmstadt.
  • Martin Heinzelmann (Hg.): Manuscrits hagiographiques et travail des hagiographes (Beihefte der Francia, 24), Sigmaringen (Thorbecke) 1992, ISBN 3-7995-7324-0. En ligne sur perspectivia.net
  • Martin Heinzelmann (Hg.), Livrets, collections et textes. Études sur la tradition hagiographique latine (Beihefte der Francia, 63), Ostfildern (Thorbecke) 2006, ISBN 3-7995-7457-3. En ligne sur perspectivia.net
  • Martin Heinzelmann (Hg.): L'hagiographie du haut Moyen Âge en Gaule du Nord. Manuscrits, textes et centres de production (Beihefte der Francia, 52), Stuttgart (Thorbecke) 2001, ISBN 3-7995-7446-8. En ligne sur perspectivia.net

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie et présentation de Martin Heinzelmann