Martin Graf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Martin Graf

Martin Graf (né le 11 mai 1960 à Vienne) est un homme politique autrichien. Il est membre du Parti autrichien de la liberté et le troisième président du Parlement autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Martin Graf est né à Vienne et a étudié le droit à l'Université de Vienne, où il a obtenu un diplôme en 1987 et a reçu une formation d'avocat. Étudiant, il est devenu membre de la Burschenschaft Olympia.

De 1994 à 2002 et de nouveau depuis 2006, il a été membre du Parlement autrichien. Entre ces deux mandats, il a été membre de la direction de l'AIT Austrian Institute of Technology, la plus grande institution de recherche non universitaire en Autriche. De 2000 jusqu'à 2006 il a été aussi administrateur de PVA, la plus grande compagnie d'assurance de retraite et la plus grande institution de sécurité sociale du pays. Martin Graf est le président du club viennois de football FC Hellas Kagran. Il a fait savoir en juin 2013 qu'il voulait se retirer de la vie politique selon l'argument qu'il souhaitait protéger sa famille de la "campagne sale" („Dirty Campaigning“) du Parti social-démocrate d'Autriche.

Il est marié et a trois enfants.

Controverse[modifier | modifier le code]

Après les élections législatives 2008 qui mettent le Parti de la Liberté en troisième place, le 28 octobre 2008, il est élu troisième président du Conseil national, malgré la forte résistance du Parti écologiste autrichien à travers leur propre candidat, Alexander Van der Bellen[1], la communauté juive de Vienne, et des artistes et intellectuels qui désapprouvent fortement la nomination de Martin Graf. Efraim Zuroff du Centre Simon-Wiesenthal a aussi exprimé une profonde inquiétude sur « les liens bien connus » que Martin Graf a avec des groupes d'extrême droite. Selon SOS Racisme, la société d'étudiants Olympia « dont il est l'un des idéologues, est une corporation secrète, interdite aux Juifs et aux femmes et dont les membres ont pour mission de véhiculer des idées néonazies »[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Thomas Hochwarter, "FPÖ’s swordsman Graf 3rd President", Wiener Zeitung, 29 octobre 2008
  2. Marine le Pen invitée d'honneur au "bal des vampires" à Vienne sur le site de l'humanité.fr consulté le 1er février 2012
  3. Bal controversé à Vienne: Marine Le Pen fait condamner SOS Racisme, lexpress.fr, 12 juin 2014

Liens Externes[modifier | modifier le code]