Martin Akakia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Akakia.

Martin Akakia est le nom de plusieurs médecins français des XVIe et XVIIe siècles.

Martin Akakia I
(Portrait par Louis ou Pierre-Michel Barbat).
  • Martin Akakia I (vers 1500-1551) : natif de Châlons-en-Champagne, il se nommait Aquaqia[1], mais changea son nom en celui d’Akakia qui en est un synonyme grec signifiant « sans malice »[2], orthographe que ses descendants conservèrent. Professeur de médecine au Collège royal de chirurgie de l'université de Paris, qui le députa au concile de Trente en 1545, il fut le médecin de François Ier et de Clément Marot. Il a traduit Galien et a laissé quelques ouvrages de médecine. Mort à Paris.
  • Martin Akakia IV (mort en 1677) : fils de Jean Akakia, frère du précédent et médecin ordinaire de Louis XIII, il naquit à Paris. Il fut reçu docteur de la faculté de médecine le 6 septembre 1638 et obtint la chaire de chirurgie au Collège royal en 1644.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mentionné dans les registres de la paroisse Saint Antoine à Châlons-en-Champagne, voir La Revue de Champagne et de Brie
  2. D'après Anaïs Thierus, cette modification orthographique est plutôt fortuite, comme le montre l'évolution de l'écriture du nom en Champagne. Il semble plus probable que le sobriquet « Sans malice » ait été donné comme sarcasme par ses détracteurs.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Barbier Des Châlonnais célèbres, illustres et mémorables, 2000. ISBN 2-9509546-1-8
  • « Martin Akakia », dans Charles-Louis-Fleury Panckoucke, Dictionnaire des sciences médicales. Biographie médicale, vol. I, Panckoucke, Paris, 1820.
  • « Martin Akakia », dans Nicolas Éloy, Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, Mons, 1778.