Martin-chasseur des Gambier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Todiramphus gambieri

Description de cette image, également commentée ci-après

Martin-chasseur des Gambier (Todiramphus gambieri)

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Coraciiformes
Famille Alcedinidae
Genre Todiramphus

Nom binominal

Todiramphus gambieri
(Oustalet, 1895)

Statut de conservation UICN

( CR )
CR B1ab(ii,iii,v); C2a(ii); D :
En danger critique d'extinction

Le Martin-chasseur des Gambier (Todiramphus gambieri) est une espèce d'oiseau de la famille des Alcedinidae, endémique à l'île de Niau, dans l'archipel des Tuamotu-Gambier.

Il est appelé kote'ute'u en paumotu[1], et ote'ute'u en tahitien[2].

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau est reconnaissable à sa tête beige et son corps bleu[3].

Population et conservation[modifier | modifier le code]

Sa population, en diminution depuis plusieurs dizaines d'années, est estimée en 2008 à 200 individus par les ornithologues[3]. Il a totalement disparu des Gambier en 1922[4] et n'est aujourd'hui présent que sur l'atoll de Niau[5].

Nidification[modifier | modifier le code]

Sa période de reproduction commence en septembre et s'achève en décembre[3]. Un seul oisillon naît par nichée[2].

Il niche dans les cocotiers morts. Le nid est formé d’une cavité de 8 cm de haut et 12 cm de long et il se situe en moyenne à 3,5 mètres du sol[2].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Cet oiseau se nourrit des insectes de la cocoteraie, principalement de petits coléoptères et de margouillats[4], qu'il chasse au sol, ce qui est un comportement rare pour un martin-chasseur, ainsi que dans les buissons de miki miki, les kahaia et les cocotiers[2].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Ses principaux prédateurs sont le chat domestique et le rat noir, qui s'attaquent particulièrement à ses oisillons[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En Polynésie française, la notation de la glottale n'est pas systématique, on trouve donc aussi couramment koteuteu
  2. a, b, c et d « L'oiseau sur la branche », dans Te Manu, journal de la Société d'Ornithologie de Polynésie, n°44, septembre 2003 [lire en ligne]
  3. a, b, c et d « Le koteuteu : un emblème à préserver », dans La Dépêche Dimanche, n°724, 16 novembre 2008
  4. a et b (en) « Tuamotu Kingfisher - BirdLife Species Factsheet », BirdLife International [lire en ligne (page consultée le 17/11/2008)]
  5. (en) Review of the protected areas system in Oceania Arthur L. Dahl, IUCN Commission on National Parks and Protected Areas, United Nations Environment Programme, éd. IUCN, 1986, (ISBN 9782880325091), p.203-204.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :