Marthinus Wessel Pretorius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pretorius.
Marthinus Wessel Pretorius
Image illustrative de l'article Marthinus Wessel Pretorius
Fonctions
Cochef d’État de
l’État du Transvaal
8 août 18819 mai 1883
Prédécesseur Garnet Joseph Wolseley, gouverneur du Transvaal
Successeur Paul Kruger
1re Président de la
république sud-africaine du Transvaal
10 mai 186420 novembre 1871
Prédécesseur Willem Cornelis Janse van Renseburg (en)
Successeur Thomas François Burgers
3e Président de
l’État libre d'Orange
8 février 186020 juin 1863
Prédécesseur Jacobus Nicolaas Boshoff (en)
Successeur Johannes Henricus Brand
Président du conseil exécutif de la
république sud-africaine du Transvaal
6 janvier 185715 septembre 1860
Successeur Stephanus Schoeman (en)
Chef d’État de la
république sud-africaine (Potchefstroom)
18531856
Biographie
Date de naissance 17 septembre 1819
Lieu de naissance Graaff-Reinet, Colonie du Cap
Date de décès 19 mai 1901 (à 81 ans)
Lieu de décès Potchefstroom, Transvaal
Nationalité Sud-Africain (Transvaal)
Conjoint Aletta Magdalena Smith (1818-1881)
Maria Catharina Botha (1843-1889)
Elizabeth Johanna Susanna Germishuyzen (1827-1898)
Enfant(s) 8 enfants dont
Chrissie Pretorius (1846-1874)
Profession Fermier
Résidence Graaff-Reinet
Pietermaritzburg
Broederstroom
Potchefstroom
Pretoria

Marthinus Wessel Pretorius Marthinus Wessel Pretorius

Marthinus Wessel Pretorius (né le 17 septembre 1819 à Graaff-Reinet, colonie du Cap et mort à Potchefstroom au Transvaal le 19 mai 1901) est un homme politique d'Afrique du Sud, dernier chef d'État de Potchefstroom entre 1853 et 1856, premier président de la République sud-africaine du Transvaal (South African Republic) de 1857 à 1860 puis de nouveau de 1864 à 1871, président de l'État libre d'Orange de 1859 à 1863 et cochef de l'État du Transvaal de 1880 à 1883 en tant que membre du triumvirat exécutif au côté de Paul Kruger et de Piet Joubert. Il est également le fondateur de Pretoria qu'il fit nommer en l'honneur de son père, le voortrekker Andries Pretorius.

Origines[modifier | modifier le code]

Né le 17 septembre 1819 à Graaff-Reinet, colonie du Cap, Marthinus Wessel Pretorius, est le fils ainé d'Andries Pretorius et de sa première épouse, Christina Petronella de Wit (1799-1848). Élevé avec ses 8 frères et sœurs dans une région frontalière de la colonie du Cap aux infrastructures sommaires, le jeune MW Pretorius ne reçoit qu'une instruction élémentaire, cependant assez poussée, qui lui permet d'acquérir une maitrise supérieure de l'écriture et du langage par rapport à son milieu et à ses contemporains[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Le 19 décembre 1841, il épouse une jeune veuve nommée Aletta Magdalena Smith (1818-1881). Le couple a 8 enfants mais seulement une fille, Christina Johanna Petronella (Chrissie) Pretorius (1846-1874), survit et atteint l'âge adulte[2]. En 1888, 7 ans après le décès de son épouse, il épouse en seconde noces Maria Catharina Botha (1843-1889) puis en 1890, de nouveau veuf, il épouse Elizabeth Johanna Susanna Germishuyzen (1827-1898).

Le Grand Trek[modifier | modifier le code]

Sa jeunesse se passe sans incident. Il quitte la colonie du Cap alors qu'il a 19 ans pour participer au Grand Trek et accompagner son père jusqu'au Natal. Il participe notamment à la bataille de Blood River en 1838 contre les Zoulous.

Pretorius s'installe sur une ferme située à une heure de cheval de Pietermaritzburg, la capitale du Natal[1]. Il s'implique alors discrètement dans la vie politique et économique locale, notamment auprès de son père et suit les développements des relations tourmentés avec les zoulous et avec la Grande-Bretagne. Si les Pretorius restent au Natal après son annexion par les Britanniques en 1843, les tensions les amènent à quitter la région en 1847 et à franchir le fleuve Tugela. L'annexion de la région de la Transorangie par les Britanniques amènent les Pretorius à s'exiler plus au nord au Transvaal au début de l'année 1848. Ils s'établissent dans le Magaliesberg, à une vingtaine de miles à l'ouest de l'actuel Pretoria[1].

Le Fondateur de Pretoria (1853-1855)[modifier | modifier le code]

En 1853, MW Pretorius succède à son père en tant que commandant-général des 2 districts du Transvaal de Potchefstroom et Rustenburg.
En août 1853, il repère des terres fertiles sur Elandspoort, la ferme d'Andries van der Walt, et décide d'y faire batir une nouvelle ville. Les premiers bâtiments élevés sont ceux d'une congrégation religieuse et le site est baptisé Pretoria-Philadelphia. Le 16 novembre 1855, il obtient des douze membres du Volksraad (le parlement boer), la reconnaissance de cette ville sous le nom abrégé de Pretoria, baptisée en l'honneur de son père. Elle devient la capitale officielle du Transvaal le 1er mai 1860.

Un chef militaire (1855-1857)[modifier | modifier le code]

En 1854, il conduit les représailles contre le chef tribal Makapan, auteur du massacre de 10 femmes et enfants boers, qui se termina par la mort de plus de 3000 hommes de Makapan, tués ou morts de faim dans les grottes du Zoutpansberg.

En décembre 1856, les représentants des districts de Potchefstroom, Rustenburg et Pretoria approuvent une nouvelle constitution.

Le Président du Transvaal (1857-1871)[modifier | modifier le code]

Le 6 janvier 1857, la république d'Afrique du Sud (Transvaal) est constituée et Pretorius formellement élu Président bien que les Boers des districts de Lydenburg, Utrecht et Zoutpansberg refusent de reconnaître la nouvelle république.

Président du Transvaal, l'objectif de Pretorius est d'unir les 2 républiques boers issues du traité de Sand River en un seul État boer, dirigé par un gouvernement central fort.

Aidé par l'active coopération du commandant Paul Kruger, il parvint à recevoir l'appui de nombreux boers de l'État libre d'Orange et en 1859 à s'en faire également élire président.

L'Unification des républiques Boers derrière un seul président (1860-1863)[modifier | modifier le code]

Statue de MW Pretorius à Pretoria

Peu avant son investiture en février 1860 à la tête de l'État libre d'Orange, Pretorius réussit à pacifier et réunir les boers de Lydenburg à ceux des autres districts du Transvaal.
L'anarchie n'en continua pas moins de régner dans les districts du transvaal soulevant les inquiétudes des boers de l'État libre.

Le 15 avril 1863, Pretorius se résout à démissionner de la présidence de l'État libre pour se consacrer aux conflits fratricides qui règnent au Transvaal.

Le Pacificateur du Transvaal[modifier | modifier le code]

En janvier 1864, il parvint à imposer la paix civile et à se faire ré-élire à la tête pour la première fois d'un Transvaal uni.

L'expansionnisme du Transvaal[modifier | modifier le code]

Partisan de l'expansion des territoires boers, il tente en 1868 de faire annexer au Transvaal le Bechuanaland et d'autres territoires plus à l'Est jusqu'à la baie de Delagoa.

En 1870, réélu encore une fois, il essaye de convaincre les chefs Bechuanas de demander leur rattachement au Transvaal pour éviter la mainmise britannique sur leur territoire, à une époque où plusieurs gisements de diamants étaient découverts dans cette région.
Pretorius échoua à convaincre les chefs tribaux et s'en remit unilatéralement à l'arbitrage du lieutenant-gouverneur du Natal lequel rejeta les prétentions boers du Transvaal.
En acceptant loyalement la décision, Pretorius souleva l'indignation de ses compatriotes.

En novembre 1871, le parlement du peuple (Volksraad) refusa de ratifier l'arbitrage intervenu poussant Pretorius à la démission de la présidence. Il est remplacé par le révérend Thomas François Burgers.

La Première Guerre des Boers (1877-1883)[modifier | modifier le code]

Tombe de Pretorius

À la suite de la première annexion britannique du Transvaal en 1877, Pretorius participe aux actions boers tendant à rétablir l'indépendance.

Arrêté en 1880, il refuse un siège au conseil exécutif du Transvaal mais accepte de promouvoir le principe d'un gouvernement autonome. En décembre 1880, il est chargé avec Paul Kruger et P. Joubert, de mettre en place un gouvernement. Signataire de la convention de Pretoria, membre du Triumvirate, il attend l'élection de Kruger à la présidence en 1883 pour se retirer de la vie publique.

En 1887, c'est sur les terres de sa ferme de Paardekraal, rachetées par le gouvernement du Transvaal, qu'il fonde la ville minière de Krugersdorp, baptisée en hommage à Paul Kruger.

La Seconde Guerre des Boers[modifier | modifier le code]

À la fin de sa vie, très critique de l'administration Kruger, Pretorius tente d'abréger la guerre des Boers en tentant des médiations avec Louis Botha et Lord Kitchener. Par une nuit glaciale de mai 1901, il est appréhendé par des soldats britanniques et interrogé durant deux heures dans le froid sous la véranda[1]. Mal remis de cette expérience, Marthinus Wessel Pretorius, âgé de 81 ans, succombe quelques jours plus tard à Potchefstroom, Transvaal, le 19 mai 1901.

Représentations artistiques et hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs portraits de Pretorius le représentant à partir des années 1860 jusqu'à un âge avancé sont conservés dans les collections du conseil de ville de Pretoria, dans la collection SP Engelbrecht, dans les archives de l'église réformée hollandaise et dans les archives du Transvaal. Une peinture à l'huile de Pretorius devant le Volksraad est exposé sur les murs du Raadsaal de Pretoria ainsi qu'au musée national d'histoire culturelle de Pretoria. Un buste en bronze est également en possession de la municipalité de Pretoria. En 1955, lors des célébrations du centenaire de Pretoria, une statue de Pretorius, œuvre de Coert Steynberg, a été érigée devant l’hôtel de ville de Pretoria en son honneur[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Biographie de Marthinus Wessel Pretorius
  2. La localité de Christiana et le lac Chrissie dans le Transvaal portent son nom