Marsat El Hadjadj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hadjadj (homonymie).
Marsat El Hadjadj
Marsat El Hadjadj
Marsat El Hadjadj
Noms
Nom algérien مَرس ألحَجَاج
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Oranie
Wilaya Oran
Daïra Bethioua
Président de l'APC FERAOUNE ABDELAZIZ
2007-2012
Code postal 31220
Code ONS 3108
Démographie
Population 13 153 hab. (2009[1])
Densité 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 47′ 00″ N 0° 10′ 00″ O / 35.783333, -0.16666735° 47′ 00″ Nord 0° 10′ 00″ Ouest / 35.783333, -0.166667  
Superficie 52,29 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya d'Oran.
Localisation de la commune dans la wilaya d'Oran.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Marsat El Hadjadj

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Marsat El Hadjadj

Marsat El Hadjadj ou Mers El Hadjadj (arabe : مَرس ألحَجَاج, ), anciennement Port aux poules, est une commune algérienne de la wilaya d'Oran

Géographie[modifier | modifier le code]

Marsat El Hadjadj est située à l'extrême est de la wilaya d'Oran, entre les villes de Bethioua à l'est et de Fornaka (wilaya de Mostaganem).

Les dunes littorales

« La zone des dunes littorales est limitée : au Nord par la mer; à l’Est par la falaise et la colline du marabout de Sidi Mansour ; au Sud par la route National d’Oran à Mostaganem jusqu’au pont de la Macta, puis par la rivière La Macta; à l’Ouest par l’embouchure de cette rivière » (Simonneau et Santa, 1951). Cette embouchure a depuis été colmatée et une nouvelle jonction avec la mer a été aménagée au travers du cordon dunaire près du pont de La Macta.

Dunes de La Macta en 1975
Dunes de La Macta en 1977

« La superficie de cette zone est d’environ 180 ha. La végétation est caractérisée essentiellement par l’importance des peuplements de Genévriers oxycèdres sur les dunes littorales et par l’extrême variété de la flore sur la rive droite de la rivière La Macta. Les espèces halophiles et héliophiles y croissent avec les espèces littorales » (Simonneau et Santa, 1951). Comme le soulignaient déjà ces auteurs, l’horizon forestier est fortement dégradé à l’Est de ces dunes (sujets clairsemés, mutilés, …). En octobre 1983, des scientifiques de l’Institut National Agronomique (Algérie), des universités de Liège, Gembloux (Belgique), de Nimègue (Hollande), et de l’Institut royal des Sciences Naturelles de Belgique ont contacté, à ce sujet, les autorités algériennes (en particulier le Wali de la Wilaya de Mostaganem).

Situation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marsat El Hadadj
Mer Méditerranée
Bethioua Marsat El Hadadj
Mocta Douz (Wilaya de Mascara)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Appelé « Port aux pèlerins » par les algériens, il est possible que l'appellation française de « Port aux poules » vienne d’une traduction erronée due à la similitude phonétique et graphique en arabe des mots « pèlerins » (ألحَجَاج), « al-hajaj » et « poules » (الدجاج) « ad-dajaj ». Autre hypothèse : une allusion aux poules d'eau ou (et ?) aux poules sultanes fréquentant la rivière Macta, à l'arrière des dunes de Marsat El Hadjadj. Ou viendrait simplement du nom romain du port antique qui occupait le golfe, dont le nom était portus Paulus, soit le port de Paul, nom d'un haut dignitaire de l'empire romain. Voir le chapitre suivant sur l'histoire du bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

Tout au fond du golfe d’Arzew, le port naturel protégé par deux pointes rocheuses, profond de 150 mètres, abrité des forts vents d’ouest et de la houle du large fut « Portus Paulus » créé par les Romains entre l’an 225 av. J.-C. et 200.

De nombreux vestiges de cette période attestent de la prospérité de ce petit port marchand.

Après le décret de l’assemblée nationale du 19 septembre 1848 portant création de colonies agricoles en Algérie, le convoi de volontaires n°2 qui arrive à Arzew le 2 novembre 1848 est destiné au centre de Saint Leu et de ses annexes dont fait partie Port aux Poules.

Lorsqu’en 1853, la colonie agricole de Saint Leu passe sous administration civile, Port aux Poules y est toujours rattaché.

En 1854, le préfet d’Oran fait étudier l’implantation d’un centre de population au lieu-dit Porto Paulo, près du pont de la Macta. Le site comptait déjà quelques familles européennes, constituait un lieu d’étape et de bivouac utilisé par les militaires, était fréquenté par de nombreux pêcheurs et constituait déjà un centre commercial actif et attractif.

Le projet est finalement adopté en 1877, mais il mettra du temps à se concrétiser sur le terrain.

En 1879, Saint Leu est érigée en commune de plein exercice mais Port aux Poules lui reste rattaché. Plus tard à partir des années 1930, la plupart des habitants du village voisin de Bethioua s'installèrent à Port aux poules à cause du développement de raffineries pétrolières le long de la plage. C'était un site d'habitation très ancien, dont de nombreuses ruines romaines sont encore en excellent bon état de conservation. La région de Bethioua est connue pour sa population d'origine Berbère qui porte le nom du lieu.

La construction officielle du village selon les plans rectangulaires bien ordonnés de l’époque remonte à 1883, mais débordera très vite de son cadre initial.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes et Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]