Marsac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsac.
Marsac
La mairie de Marsac
La mairie de Marsac
Blason de Marsac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Saint-Amant-de-Boixe
Intercommunalité Communauté de communes de Braconne et Charente
Maire
Mandat
Jean-Marie Acquier
2014-2020
Code postal 16570
Code commune 16210
Démographie
Gentilé Marsacois
Population
municipale
824 hab. (2011)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 32″ N 0° 04′ 45″ E / 45.7422, 0.0792 ()45° 44′ 32″ Nord 0° 04′ 45″ Est / 45.7422, 0.0792 ()  
Altitude Min. 35 m – Max. 143 m
Superficie 13,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Marsac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Marsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marsac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marsac

Marsac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Marsac est une commune située 12 km au nord-ouest d'Angoulême, au bord de la Charente.

Le bourg de Marsac est aussi à 4 km à l'ouest de Vars, 8 km de Saint-Amant-de-Boixe, chef-lieu de son canton et 12 km au sud-est de Rouillac[1].

La D 939, route d'Angoulême à Rouillac et Saint-Jean-d'Angély, traverse le sud-ouest de la commune et passe en haut du bourg. La D 96 relie cette dernière au bourg et va en direction de Montignac et Saint-Amant-de-Boixe[2]. La D 115 qui relie Marsac à Vars traverse la Charente par une série de six ponts construits en 1906.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Outre le bourg, Marsac compte un village important : Lagroux au nord. Les autres hameaux et fermes se concentrent autour du bourg et au sud : Ladoux, la Faye, les Guérinauds, chez Bertit, etc[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Marsac[3]
Montignac-Charente
Saint-Genis-d'Hiersac Marsac[3] Vars
Asnières-sur-Nouère Vindelle

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est composé de calcaire datant du Jurassique supérieur (Kimméridgien et Portlandien). Le Portlandien occupe l'ouest de la commune et forme une cuesta qui correspond aussi au versant ouest de la vallée de la Charente, très large au nord d'Angoulême.

On trouve quelques zones de grèzes datant du quaternaire, sur le flanc de cet escarpement entre Grosbot et Ladoux. La vallée même de la Charente est composée d'alluvions, formant parfois une terrasse alluviale plus ancienne comme entre Lagroux et le bourg (sables, graviers siliceux et calcaires). La vallée dans sa partie inondable est constituée d'alluvions plus récentes (limons, argile sableuse, présence de tourbe)[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune de Marsac occupe la rive occidentale et extérieure d'un méandre de la Charente, et est entourée de plateaux relativement hauts, principalement à l'ouest. En aval du bourg, la Charente a creusé dans la rive concave un escarpement nommé Côte de Châtelar.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 143 m, situé en limite nord-ouest près de Grosbot. Le point le plus bas est à 35 m, situé le long de la Charente en limite sud-est. Le bourg, situé au pied du coteau, est à environ 45 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La fontaine de Ladoux (le Cros)

La Charente entre Mansle et Angoulême coule dans une large vallée en développant de large méandres. Marsac est limitée à l'est par une de ces boucles. Dans la commune, la Charente se divise en de nombreux bras.

Près de Ladoux, à 0,7 km au nord-ouest du bourg, une résurgence est à l'origine d'un ruisseau, la Doux, qui rejoint la Charente[2] et qui alimentait jadis un moulin.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

La terre de Marsac a relevé de l’évêché d’Angoulême du IXe siècle jusqu'à la Révolution. L’évêque d’Angoulême aurait eu une maison de campagne dans le bourg.

L'évêché d'Angoulême avait édifié un château fort sur l’une des îles de la Charente, mais, au cours de la guerre de Cent Ans, il fut endommagé et en 1424, le roi de France s’opposa à sa reconstruction. Il n'en reste que le nom de port du château conservé par une petite anse de la Charente.

En 1686 il y a 145 feux, il y a des pacages, des noyers et des céréales[7].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : D'or à la croix de gueules chargée en abîme d'un écusson d'argent au chef de sable[8].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 2001 en cours Jean-Marie Acquier SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 824 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
756 602 695 817 822 783 800 777 808
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
823 812 790 770 726 695 617 600 571
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
540 513 548 456 467 486 468 502 515
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
505 484 600 708 720 769 777 824 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Marsac en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,8 
6,1 
75 à 89 ans
6,3 
13,4 
60 à 74 ans
13,6 
24,7 
45 à 59 ans
28,1 
18,9 
30 à 44 ans
20,2 
17,2 
15 à 29 ans
13,1 
19,4 
0 à 14 ans
17,8 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2009 en pourcentage[12].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,6 
75 à 89 ans
12,3 
15,8 
60 à 74 ans
16,2 
22,2 
45 à 59 ans
21,5 
19,2 
30 à 44 ans
18,5 
16,4 
15 à 29 ans
14,4 
17,3 
0 à 14 ans
15,5 

Économie[modifier | modifier le code]

Marsac est une commune rurale agricole avec 130 ha de vignes classées en région délimitée d'appellation cognac, cru Fins Bois, des céréales surtout du maïs irrigué et des élevages de vaches laitières et de porcs.

Quelques producteurs proposent la vente directe de leurs produits.

Certains proposent vins et légumes issus de l’agriculture biologique. D'autres se diversifient en proposant de l’accueil paysan.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Marsac et Montignac. Marsac accueille l'école maternelle avec deux classes et Montignac l'école élémentaire. Le secteur du collège est Saint-Amant-de-Boixe[13].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Le bric-à-brac annuel qui a lieu le premier week-end de septembre sur les berges de la Charente autour de la baignade est de renommée nationale, c'est le plus couru de la région et il rassemble une foule d'amateurs sur deux jours. Il réunit un millier d'exposants en moyenne.

Une frairie annuelle a lieu le dernier dimanche de juillet.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Gervais-Saint-Protais date du XIIe siècle. Sa nef unique de trois travées est éclairée par d'étroites fenêtres. L'avant-chœur est surmonté d'une coupole sur pendentifs et d'un clocher. Le chœur est couvert d'une voûte sur croisée d'ogives du XVe siècle qui se termine par un chevet plat. En 1885 la nef a été couverte d'une voûte en berceau.

Elle est inscrite monument historique depuis 1941[14].

L'église de Marsac

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Dans le bourg des bâtiments nommés l’évêché datent du XIVe siècle.

La Faye possède encore ses deux lavoirs.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les rives de la Charente sont en zone Natura 2000[15] et très fréquentées par les promeneurs et les pêcheurs.

La municipalité a fait l'acquisition d'îles et aménagé l' île du Château et l' île de Labattut avec une passerelle et des aires de pique-nique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts devant le cimetière

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Communes limitrophes sur Géoportail.
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Mansle », sur Infoterre,‎ 1984 (consulté le 13 novembre 2011)
  7. Histoire passion
  8. Armoiries de Marsac
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. « Evolution et structure de la population à Marsac en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 octobre 2012)
  12. « Evolution et structure de la population de la Charente en 2009 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 octobre 2012)
  13. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 8 juillet 2012)
  14. « Église de Marsac », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. Ministère de l’écologie et du développement durable, « Vallée de la Charente en amont d'Angoulême »,‎ 2011 (consulté le 8 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Catillus Carol, « Marsac »,‎ 1999 (consulté le 8 juillet 2012)