Mars 1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mars 1

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Mars 1M

Caractéristiques
Organisation URSS
Domaine Observation de Mars
Masse 893,5 kg
Lancement 1er novembre 1962 à 16:14:16 UTC du cosmodrome de Baïkonour
Lanceur R-7 Semiorka
Fin de mission 21 mars 1963
Autres noms Spoutnik 23, Mars 2MV-4,
1962 Beta Nu 1, 00448
Orbite
Orbite Orbite héliocentrique, survol de Mars le 19 juin 1963
Périapside 0,924 ua
Apoapside 1,604 ua
Période 519 d
Inclinaison 2,68°
Excentricité 0.269
Programme Mars
Index NSSDC 1962-061A
Principaux instruments
Instrument 1 Caméra
Instrument 2 spectrographe
Instrument 3 Spectroréflexomètre
Instrument 4 Magnétomètre
Instrument 5 Détecteur de micrométéorites
Instrument 6 Détecteur de radiations à décharge gazeuse
Instrument 7 Détecteur de radiations à scintillation

Mars 1 était une sonde spatiale soviétique du Programme Mars. Elle fut lancée le 1er novembre 1962 du cosmodrome de Baïkonour. Bien qu'elle ne remplit pas sa mission initiale qui était de survoler la planète Mars à une distance de 11 000 kilomètres, elle révéla l'existence d'une troisième ceinture de radiations autour de la Terre se trouvant à 50 000 km d'altitude[réf. nécessaire].

La sonde[modifier | modifier le code]

Mars 1 était une sonde Venera modifiée ayant la forme d'un cylindre de un mètre de diamètre pour 3,3 mètres de long. Avec ses panneaux solaires déployés, la sonde faisait quatre mètres d'envergure. Le cylindre était divisé en deux compartiments. Celui du dessus, de 2,7 mètres, était le module orbital contenant les systèmes de guidage et de propulsion. Celui du dessous était le module d'expérience contenant toute l'instrumentation scientifique.

La communication était assurée par une antenne parabolique à haut gain de 1,7 mètre ainsi que par une antenne omnidirectionnelle et une autre semi-directionnelle. Les liaisons entre Mars 1 et la Terre ont eu lieu sur les fréquences de 186 MHz et sur 936 MHz pour la partie estimation de la trajectoire et les données télémétriques, ainsi que sur les fréquences de 3,75 GHz et 6 GHz pour les transmissions d'images et de données scientifiques. La sonde dialoguait avec la station de poursuite planétaire implantée à Evpatoria, en Crimée

L'énergie était stockée dans un accumulateur nickel-cadmium de 42 ampères-heure et provenait des deux panneaux solaires qui offraient une surface totale de 2,6 m².

L'instrumentation scientifique comportait un dispositif photographique, un spectrographe et un spectroréflexomètre pour étudier l'atmosphère martienne et détecter la présence de matières organiques, un magnétomètre pour mesurer les champs magnétiques de Mars et du milieu interplanétaire, un compteur de micrométéorites et deux détecteurs de radiations, à décharge gazeuse et à scintillation, pour étudier le rayonnement cosmique.

La mission[modifier | modifier le code]

Mars 1 est lancé le 1er novembre 1962 du cosmodrome de Baïkonour par une fusée de type R-7 Semiorka. La sonde est tout d'abord placée sur une orbite terrestre 199/299 km, inclinée à 65° et décrite en 90 minutes. Après avoir quitté l'orbite terrestre le 3 novembre 1962, la sonde se sépare du quatrième étage de son lanceur et déploie ses panneaux solaires. Elle est alors placée sur une orbite solaire 138/240 millions de kilomètres, inclinée à 2,7 ° sur l'écliptique et décrite en 519 jours. 61 communications radios ont lieu, à raison d'une tous les deux jours jusqu'au 13 novembre 1962, puis une tous les cinq jours. Ceci permit de transmettre un grand nombre de données scientifiques sur l'espace interplanétaire. Mais le 21 mars 1963, alors qu'elle se trouve à une distance de 106 760 000 kilomètres de la Terre, Mars 1 rompt ses communications, probablement en raison d'un dysfonctionnement de son système d'orientation, mettant fin à la mission.

La sonde passe au plus près de Mars le 19 juin 1963, à une distance d'environ 193 000 kilomètres, après quoi elle entre dans une orbite héliocentrique.

Les résultats scientifiques[modifier | modifier le code]

La sonde a détecté une micrométéorite toutes les deux minutes à une altitude allant de 6 000 à 40 000 kilomètres liée au passage de la comète de Encke et une densité équivalente à une distance de 20 à 40 millions de kilomètres. L'intensité du champ magnétique dans l'espace interplanétaire a été mesuré entre 3 et 4 nanoteslas avec des pics plus élevés allant de 6 à 9 nanoteslas. Le vent solaire a été détecté entre la Terre et Mars. La mesure des rayons cosmiques a montré que leur intensité avait presque doublé depuis 1959. Enfin, les ceintures de radiations autour de la Terre ont été détectées et leurs ampleurs confirmées.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]