Mars-sous-Bourcq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mars-sous-Bourcq
Place du village
Place du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Vouziers
Canton Canton de Vouziers
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Béatrice Fabritius
2014-2020
Code postal 08400
Code commune 08279
Démographie
Gentilé les Martiens
Population
municipale
57 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 51″ N 4° 38′ 31″ E / 49.3975, 4.641949° 23′ 51″ Nord 4° 38′ 31″ Est / 49.3975, 4.6419  
Altitude Min. 100 m – Max. 103 m
Superficie 4,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mars-sous-Bourcq

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mars-sous-Bourcq

Mars-sous-Bourcq est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne. Ces habitants sont appelés les Martiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Coupe geologique simplifiée


Le site de Mars-sous-Bourcq est dominé par la Côte de Champagne, excroissance de craie en limite du Bassin parisien, et en particulier par la butte de Bourcq.
Le village est situé entre la butte de Bourcq et la vallée de l'Aisne. Il est sur une ligne de partage entre les sols de marnes (mélange de craie et d'argile) et les sols de gaize (roche d'origine sédimentaire). La vallée de l'Aisne qui a creusée la gaize est bloquée en profondeur par des couches d'argile, de sables verts et de calcaire[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village évoque irrésistiblement le dieu romain de la guerre, Mars.
L'historien du Vouzinois, Octave Guelliot juge que l'hypothèse d'un nom provenant d'un ancien temple gallo-romain n'est pas totalement invraisemblable[2].

Mais il trouve plus convaincante l'analyse d'Auguste Longnon. Celui-ci s'appuie sur des rééditions par Benjamin Guérard de manuscrits de l'abbaye de Saint-Remi de Reims et sur les noms de localités du Porcien et du pays de Voncq y figurant, établissant la correspondance avec les noms actuels. Il en ressort que Mars-sous-Bourcq s'appelait en l'an mil Medarcum. Le d a été progressivement avalé, donnant Mearc puis Marc et enfin Mar ou Mars, la prononciation locale assourdissant la consonne finale[3].

Pour Octave Guelliot, cette hypothèse est confirmée par d'autres documents puisqu'on trouve Mearco dans une charte de 1119 de l'archevêque de Reims Raoul Le Vert. On trouve Marc dans un document de 1387 (Marc dessoubz Bourg).
Au XIVe siècle, Mart est la forme la plus utilisée , et Mars apparaît pour la première fois au milieu du XVe siècle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit Saint-Léger, sur la partie ouest du territoire de la commune, un cimetière franc a été trouvé en 1913, avec des squelettes accroupis, des débris de poteries et différents objets, montrant une occupation ancienne de ce site dominé par la butte de Bourcq[2].

Une charte de 1119 de l'archevêque de Reims Raoul Le Vert [4] citait une église à Mars avec comme dépendances des chapelles à Bourcq[2]. Une maladrerie fut édifiée à la même époque en bas de la butte de Bourcq, entre le chemin reliant Bourcq à Mars et celui reliant Bourcq à Vouziers. La chapelle de cette maladrerie était sur les terres de Mars.

L'église fut rebâtie au XVe siècle et fortifiée en 1587, en pleine guerre de religion[5].

Les terres appartenaient aux comtes de Rethel puis se trouvèrent fragmentées entre différents fiefs et propriétaires.
A la veille de la Révolution, les d'Ambly se disaient seigneurs de différents lieux dont Mars. C'est le cas de Claude Jean Antoine, marquis d'Ambly [6], syndic de la noblesse de Champagne, vivant essentiellement à Reims, élu en 1789 aux Etats-Généraux par le bailliage de Reims[7], avant d'émigrer[8].
Le chirurgien Jean-Baptiste Caqué, originaire de Machault, possédait également une ferme à Mars, qu'il légua à son fils Henry Caqué, doyen de la Faculté de médecine de Reims, qui lui-même la légua à sa mort en 1805 à la ville de Reims. La ville de Reims l'a mis en vente en 1900[2].
De même, l'Hotel-Dieu de Rethel disposait d'une ferme sur la commune[2].
Un écuyer, Jean Baptiste de Coulon, était installé dans un manoir au lieu-dit Monplaisir, entre Mars et Blaise (commune aujourd'hui annexée par Vouziers). Ce manoir fut transmis par la suite à Charles Gaignières, chirurgien à Vouziers[2].

Aux limites des terres entre Mars-sous-Bourcq et Grivy, un moulin fonctionna jusqu'en 1884.

De 1828 à 1871, la commune de Mars-sous-Bourcq était fusionnée avec la commune de Bourcq. Puis elle retrouva son autonomie en 1871[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Béatrice Fabritius[10]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 57 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1872 1876 1881 1886 1891
119 138 133 120 108 109 102 102 109
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
103 108 97 105 75 93 96 103 99
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006
107 105 62 57 55 46 54 47 43
2009 2011 - - - - - - -
52 57 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église, dédiée à saint Martin, est classée Monument Historique depuis 1920[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Caqué, chirurgien de Reims, est un propriétaire important à Mars-sous-Bourcq avant la Révolution.
  • Claude Jean Antoine marquis d'Ambly, seigneur de Mars-sous-Bourcq à la Révolution, est élu député de la noblesse, pour le bailliage de Reims, aux États généraux de 1789. Il émigrera.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gilles Déroche - Modélisation de l'espace vouzinois - Revue Horizons d'Argonne - n°88 - juin 2011
  2. a, b, c, d, e, f et g Octave Guelliot - Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers - tome 6 - pp.27-31 - Editions Terres Ardennaises - 2002
  3. Auguste Longnon - Etude sur les pagi de la Gaule - 1869 - p.77
  4. Liste des archevêques de Reims
  5. JP. Meuret, R.Poujol - Les églises fortifiées de la Thiérache - 1975
  6. F.A. Aubert de la Chenaye des Bois - Dictionnaire de la Noblesse - 1775
  7. [1], le marquis d'Ambly - base de donnée consacrée à l'histoire de l'Assemblée Nationale
  8. [2], Les ci-devants ardennais et la Révolution
  9. Liste des anciennes communes des Ardennes
  10. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  13. Liste des monuments historiques des Ardennes


Liens externes[modifier | modifier le code]