Brun (couleur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marron (couleur))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marron et Brun.

Le brun, aussi appelé marron, est un champ chromatique qui regroupe des couleurs faiblement lumineuses dont la dominante est rouge-orangé.

Il existe une quantité de teintes brunes : marron, châtain, fauve, chocolat, bistre, sépia, beige, acajou, etc.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom brun vient du bas latin brūnus (VIe siècle, Isidore de Séville), emprunté au germanique *brūn, « brun, brillant » (cf. allemand braun « brun »).

Le nom marron : en latin, Mauricus était un nom d'homme dans l'Antiquité. Dans le vocabulaire latin décadent, l'adjectif maurus en vint à signifier brun. Par déformation classique, maurus (qui se prononçait maourous) s'est transformé en maourrou puis marroun.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Certains francophones utilisent le mot « marron » pour indiquer la couleur brune. Cet usage est inusité notamment en Suisse, en Belgique et en France où le mot « marron » a gardé son sens originel désignant une teinte de brun évoquant la couleur du fruit homonyme.

Dans le domaine de la peinture, on utilise le vocable « brun » et le mot « marron » est inusité.

Dans le domaine de la chevelure et de la cosmétique, le mot « marron » est inusité. On utilise le terme « châtain » pour désigner les différentes nuances du brun, du « châtain clair » au « châtain foncé ». Le mot « brun » en revanche désigne une autre couleur : une femme « brune » ou un homme « brun » a des cheveux plutôt noirs.

Comme orange, le terme marron utilisé adjectivement pour désigner la couleur est invariable (« des yeux marron »), mais certains auteurs le considèrent comme un véritable adjectif et l'accordent : « Ma pauvre abeille, tu crois que tous les yeux sont gris. Il y en a des bleus, des marrons, des verts et des noirs » (Sartre, Les Mains sales)[1].

La couleur brune dans la nature[modifier | modifier le code]

D'une façon générale, la couleur brune est très répandue dans la nature, aussi bien dans le règne végétal qu'animal.

Dans le règne végétal, c'est la couleur de la plupart des écorces d'arbres, mais surtout la couleur de la terre, de la décomposition de la plupart des matière organiques (la chair des fruits qui pourrissent brunit), des excréments, de l'humus, des feuilles mortes.

Dans le règne animal, c'est la couleur de la toison de nombreux animaux de forêt ainsi que du plumage de nombreux oiseaux, car c'est une couleur de camouflage ou de mimétisme assez efficace.

On peut citer, à titre d'exemples, quelques animaux à fourrure brune : l'ours brun, la marmotte, le chamois, le cabiai, l'écureuil géant de l'Inde, etc.

Dans certain cas, des animaux domestiques : le cheval, sa robe alezan et baie, le lapin et le chat.

Et quelques oiseaux à plumage marron : l'aigle, le moineau, la poule faisanne, la bécasse, la cane. Dans la différenciation sexuelle des oiseaux, alors que le mâle arbore parfois des couleurs vives, la femelle est généralement parée d'un plumage brun à vocation mimétique.

Les pigments bruns[modifier | modifier le code]

Les pigments bruns furent longtemps essentiellement des terres, trouvés par les artistes autour de leur lieu d'habitation. Très abondants dans la croûte terrestre, ils étaient issus de gisements riches en oxydes de fer. Aujourd'hui, les meilleures terres étant difficiles à obtenir, les fabricants utilisent des pigments de synthèse qui n'égalent pas en subtilité de teinte les terres naturelles.

  • La terre de Sienne naturelle (PBr7), brun-jaune, tire son nom de la ville toscane de Sienne (Italie) qui se trouve à proximité d'une source de très haute qualité. C'est une argile colorée par peroxyde de fer hydraté. Le nom s'applique à des terres de même teinte venant d'autres gisements. Elle existe aussi en version « brûlée ».
  • Le bistre (NBr11), apparu au XIVe siècle (mais peut-être employé avant), est élaboré à partir de hêtre et de suie de résineux brûlées. Aujourd'hui, il s'agit de bistre de manganèse.
  • La sépia (NBr9), d'origine organique, est fabriquée à partir du liquide noirâtre sécrété par la seiche (Sepia officinalis). Employée comme encre et colorant, elle devient à la mode à partir de la fin du XVIIIe siècle et détrône le bistre. Cette nuance est aujourd'hui restituée au moyen de mélanges de pigments bruns.
  • Le brun momie (NBr11) est apparu à la fin du XVIe siècle et fut très populaire au XIXe siècle. Il s'agissait d'un pigment brun foncé, bitumineux, obtenu en réduisant en poudre fine les restes de momies égyptiennes.
  • Le brun Van Dyck (NBr8 ou PBr8) remplace le brun momie au XIXe siècle. Élaboré à partir de lignite, il provenait des régions de Cologne puis de Cassel (Allemagne), et était à l'origine connu sous les nom de terre de Cologne ou terre de Cassel.

Le brun par mélange[modifier | modifier le code]

Le brun du peintre et du coloriste s'obtient généralement en mélangeant de l'orange avec du noir, dans une proportion variable de deux à quatre parts pour une. Toutefois, le noir étant une couleur neutre qui assombrit les autres couleurs, n'importe quel mélange de couleurs complémentaires qui laisse dominer dans ses proportions la nuance chaude, donnera du brun. À titre d'exemple, on obtiendra du brun en mélangeant deux parts d'orange avec une part de bleu, ou bien deux parts de rouge avec une part de vert, ou bien deux parts de jaune avec une part de violet. Si l'on utilise les couleurs primaires, on obtiendra un brun chocolat en mélangeant approximativement deux parts de magenta, trois parts de jaune et une part de noir.

Colorants alimentaires[modifier | modifier le code]

Il n'existe qu'un seul colorant alimentaire produisant directement une nuance franche de brun, c'est le colorant caramel E150. Il s'agit de glucides (sucres) caramélisés généralement en présence d'acides, de bases ou de sels, largement utilisés en confiserie et pour colorer certaines boissons. C'est la couleur caractéristique du Coca-cola, du Pepsi-cola et des autres sodas au cola. On l'utilise également dans le vinaigre, les sauces, les crèmes-desserts, les crèmes glacées, la bière brune, les liqueurs, les biscuits et même les aliments pour animaux. Il se décline en quatre versions :

Code Origine Nom chimique D.J.A. (mg/kg m.c)
E 150a naturel Caramel 250
E 150b synthèse Caramel de sulfite caustique 100
E 150c synthèse Caramel ammoniacal 100
E 150d synthèse Caramel au sulfite d'ammonium 100
E 154 mélange synthétique
de colorants azoïques
Brun FK  ?
E 155 synthèse Brun chocolat HT  ?

Bien que classés comme colorants noirs dans le tableau officiel des colorants alimentaires, le E154 et le E155 donnent en fait des nuances brun foncé. Il faut néanmoins souligner que le E154 est interdit aux États-Unis et le E155 est interdit en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, États-Unis, Norvège, Suède et Suisse.

Symbolisme et usages[modifier | modifier le code]

Codes de couleurs[modifier | modifier le code]

  • Dans le code de couleurs des résistances électriques et des condensateurs, la couleur brune correspond au chiffre 1, au multiplicateur ×10, à une précision de 1 % et à un coefficient de température de 100 ppm. Dans le norme CEI 60757, on le nomme BN (abréviation de brown).
  • En électricité, le fil brun représente une liaison navette, le fil bleu étant le neutre et le fil rouge la phase.
  • La norme française NF-X 08-100 sur l'identification des tuyaux rigides indique que les conduites transportant des huiles et combustibles liquides sont peintes en marron clair. Les conduites transportant des gaz, sauf l'air, sont peintes en jaune-orangé avec anneaux marron clair s'il s'agit d'acétylène, marron moyen s'il s'agit d'hélium.
  • Ceinture brune/marron : dernier grade d'apprentissage du judo et du karaté, correspondant au premier kyu (neuvième niveau). Elle suit la ceinture bleue et précède la ceinture noire.

Associations communes[modifier | modifier le code]

  • En politique, le brun représente l'extrême droite, le nationalisme, de la couleur des chemises brunes des groupes paramilitaire nazis.

Bande dessinée et dessin animé[modifier | modifier le code]

  • Gros Dégueulasse, personnage du dessinateur Reiser, célèbre pour son fameux slip « jaune devant et marron derrière »
  • Le Bruit marron, épisode 17 de la 3e saison de South Park, où l'on voit Cartman qui essaye de découvrir le « bruit marron », une note de musique qui provoquerait le relâchement des sphincters de toute personne qui l'entendrait.

Roman et cinéma[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Dans la nature[modifier | modifier le code]

Objets fabriqués[modifier | modifier le code]

Quelques drapeaux[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 1, Puteaux, EREC,‎ 1999, p. 411-413

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Le trésor de la langue française informatisé.