Marriot Arbuthnot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marriott Arbuthnot)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arbuthnot.
Marriott Arbuthnot
Marriott Arbuthnot, en tenue d'officier de la Royal Navy.
Marriott Arbuthnot, en tenue d'officier de la Royal Navy.

Naissance 1711
à Weymouth
Décès 31 janvier 1794 (à 83 ans)
Origine Britannique
Allégeance Drapeau du Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Arme Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Grade Admiral
Conflits Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance des États-Unis

Marriott Arbuthnot (171131 janvier 1794), est un amiral britannique. Il commande la base de la Royal Navy en Amérique du Nord pendant la guerre d'indépendance des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Weymouth en Angleterre, Arbuthnot était le fils de Robert Arbuthnot et de Sarah, née Bury. Le père était le fils du révérent Robert Arbuthnot, ministre de Chrichton et de Cranston. Marriott Arbuthnot entre dans la marine royale britannique vers la fin des années 1720, et devient lieutenant en 1739, commandant en 1746 et capitaine en 1747. En 1759, pendant la guerre de Sept Ans, il a commandé le Portland, un des bateaux utilisés par le Commodore Robert Duff dans le blocus de la baie de Quiberon, et était présent à la défaite des Français le 20 novembre. De 1775 à 1778, il était commissaire naval à Halifax en Nouvelle-Écosse. Il était lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, 1776-78. Il a été remplacé dans ce rôle par Richard Hughes.

En 1779, il est fait vice-amiral, et commandant en chef de la station nord-américaine. Peu après être arrivée à destination, il reste bloqué dans le port de New York par la flotte française du comte d'Estaing. En décembre 1779, Arbuthnot a transporté les troupes de Henry Clinton à Charleston en Caroline du Sud, et a coopéré avec lui à étendre le siège à cette ville. En 1781, il a combattu l'escadron français de Newport, à la Bataille du cap Henry, avant son retour en Angleterre. En décembre 1781, il intercepte un gros convoi français au large de la Bretagne. Il devient amiral par ancienneté, en février 1793. Il est mort à Londres l'année suivante, laissant deux fils, John et Charles.

Le fait qu'il était ignorant dans la discipline de sa profession a été avéré par sa dispute avec George Brydges Rodney ; il avait même une connaissance rudimentaire de la tactique navale. Ceci a été montré par sa conduite absurde lors de la bataille de Cap Henry. Du reste, il apparaît dans les histoires contemporaines[1] en tant qu'un despote brut, un grossier personnage, et, dans l'histoire, comme un échantillon de l'extrémité à laquelle la gestion de Lord Sandwich avait mené la marine britannique. On pense[Qui ?] que l'amiral Arbuthnot était lié à John Arbuthnot, mathématicien.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Morning Chronicle, 18 mai 1781

Liens externes[modifier | modifier le code]