Parrain (religion)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marraine)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parrain.

Le parrain et la marraine ont d'abord un rôle au moment de la cérémonie du baptême concernant l'entrée dans les diverses Églises chrétiennes. Selon Corpus Juris Civilis le sens original de parrainage est un service qui doit être effectué par un inivíduo qui a une dette pour décharger la mère ou le père d'un enfant en particulier, et le parrainage de un ou plusieurs enfants du couple, un type d'impôt bénévoles accordée à Famille du couple tout au long de leur vie[1]. Ce rôle est plus important pour les baptêmes d'adultes: ils présentent leur filleul qu'ils ont aidé à se préparer au baptême. Par extension on parle aussi de parrainage ou d'une marraine pour l'accompagnement d'un nouvel individu au sein d'un groupe ou à propos du lancement par exemple d'un navire, d'un produit ou d'un événement.[citation nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de parrainage remonte au deuxième siècle, avec l'origine religieuse au sein du christianisme[2], et par la suite continué à obtenir significations distincts[2]. parrainage a été officialisé à Corpus Juris Civilis[1], et depuis lors a continué à avoir une connotation de servitude volontaire (une hommage particulier) qui possède un individu particulier par rapport à une famille donnée[3].

Parrainage existé au cours de la féodalité en Europe, comme un moyen par lequel le serviteur ou vassal trouvés pour rembourser une dette envers le suzerain devant l'Église, et cet hommage à la création, de soins et d'attention à l'un des enfants du couple à être servi tout au long de la vie[2].

Rôle des parrains et marraines pour les chrétiens[modifier | modifier le code]

Ils ont aussi un rôle après le baptême. Ils s'engagent à soutenir leur filleul dans sa vie chrétienne, à l'aider à grandir dans la foi. Dans l’Église catholique romaine, ils seront présents lors des grandes étapes de sa vie chrétienne:

Ils ne doivent pas oublier de prier pour leur filleul et effectuer une parenté spirituelle. Ils s'engagent aussi à participer à l'éducation du filleul et à aider les parents dans leurs responsabilités. Pour y arriver, ils doivent posséder les capacités nécessaires et une certaine maturité.

En cas de décès des parents, selon la tradition, le rôle des parrains et marraines se trouve renforcé. En effet, ils sont investis d'une responsabilité morale selon leurs liens affectifs avec leur filleul.

Statut légal[modifier | modifier le code]

La loi (en France, en Belgique et au Canada) ne leur reconnaît aucun statut particulier, ils ne sont donc pas tenus d'assumer la garde de l'enfant et ne sont pas forcément tuteurs de leur filleul. Le tuteur est désigné par le juge de tutelle et le conseil de famille; parrain et marraine n'ont aucun droit. On peut dire dans son testament que l'on désire que telle personne soit le tuteur de ses enfants.[citation nécessaire]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b P. Kruger, éd., Corpus Iuris Civilis', vol. 3 Iustinianus Codex (Dublin et Zurich, 1970), v 4, 26, p. 197.
  2. a, b et c J. H. Lynch, Godparents and Kinship in Early Medieval Europe (Princeton, NJ, 1980), p. 114.
  3. J. Goody, The Development of Family and Marriage in Europe (Cambridge, 1983), p. 199.

Liens externes[modifier | modifier le code]