Marquisat de Groppoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marquisat de Groppoli

1577 – 1797

Informations générales
Statut Gouvernement seigneurial
Capitale Groppoli
Langue Italien
Histoire et événements
1577 Dissociation du marquisat des terres des Cybo-Malaspina qui passe à la branche des Malaspina di Mullazzo
1592 Intronisation de Giulio Sale par le grand-duc de Toscane qui avait récupéré le marquisat à l'extinction des Malaspina di Mulazzo
1624 Intronisation d'Anton Giulio Brignole Sale
1748 - 1749 Le marquisat est occupé par les autrichiens alors même que le marquis Gian Francesco II est doge de Gênes et qu'il lutte contre eux
1749 Loi qui rattache les fiefs impériaux au grand-duché de Toscane, privant leurs seigneurs de tout pouvoir, les Brignole entrent en sécession
1774 Le grand-duché de Toscane parvient à récupérer le marquisat
1863 A la mort du marquis Antonio Brignole Sale, le titre n'est pas relevé et s'éteint

Entités précédentes :

  • Malaspina di Mulazzo

Entités suivantes :

Le marquisat de Groppoli, entre la Toscane et la Ligurie, demeura de 1606 à 1774, la propriété directe de la famille Brignole Sale, illustre famille patricienne de Gênes.

Il s'agit d'un fief impérial, fraction des terres des Malaspina de Mulazzo.

La commune couvrant une superficie de 12 km² et comptant seulement 700 habitants fut supprimée en 1860 et annexée à la commune de Mulazzo.

Les marquis de Groppoli[modifier | modifier le code]

Fin 1577, le marquisat de Groppoli[1], propriété des Malaspina di Mulazzo est placé sous la protection du grand-duc François Ier de Médicis. En 1592, François Ier fait de Giulio Sale le nouveau marquis de Groppoli. Les Brignole Sale (Anton Giulio ayant épousé l'unique fille de Giulio Sale) s'assurent alors de pouvoir récupérer le marquisat, par dot.

En 1606, Anton Giulio Brignole Sale devient le premier marquis de Groppoli où il réside un temps. Le marquisat est géré à distance par des fonctionnaires des Brignole Sale, qui abusent quelquefois de leurs pouvoirs surtout au début du XVIIIe siècle. Les Brignole-Sale reçoivent l'investiture du grand-duc de Toscane.

Le marquisat devient de fait indépendant et ainsi rentre dans l'orbite de Gênes. Il est occupé de 1746 à 1748 par les Autrichiens, alors même que Gian Francesco II est doge à Gênes. En 1749, le doge Gian Francesco II Brignole Sale, rompant avec la politique de ses prédécesseurs, décide d'administrer directement ses possessions, y rendant lui-même la justice, c'est-à-dire qu'il tente de détacher le marquisat de la Toscane en refusant d'y appliquer la loi du grand-duché. À sa mort en 1760, son frère Ridolfo-Emilio Brignole-Sale hérite du marquisat et dès lors, le grand-duché de Toscane n'aura de cesse de vouloir récupérer Groppoli et sa région.

En 1773, les paysans de Groppoli, mécontents de la politique fiscale des Brignole-Sale se révoltent et assiègent le château du XVe siècle.

En 1774, quand le fils de Ridolfo-Emilio succède a son père, il est dépossédé de toute son autorité et de tous ses pouvoirs. Le marquisat est désormais administré directement par la Toscane. Anton Brignole Sale est le dernier à en porter le titre.

Le marquisat disparaît finalement en 1797.

Liste des marquis de Groppoli[modifier | modifier le code]

  • Giulio Sale
  • Anton Giulio I (1605-1624-1662), petit fils du précédent
  • Ridolfo I (1631-1662-1683), fils du précédent
  • Gio Francesco I (1643-1683-1694), frère du précédent
  • Anton Giulio II (1673-1694-1710)
  • Gio Francesco II (1695-1710-1760), doge de Gênes
  • Giuseppe (1703-1760-1769), frère du précédent, marquis de 1760 à 1769 (?)[2]
  • Ridolfo II (1708-1769-1774), frères des précédents, doge de Gênes

À partir de 1774, le marquisat est annexé au Grand-duché de Toscane, ne reste aux Brignole-Sale que le titre :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.archiwebmassacarrara.com/percorsi/groppoli.php
  2. Il est possible qu'à la suite du décès de Gian Francesco II, ses deux frères cadets, Giuseppe et Ridolfo se soient partagés ses biens. En effet, on sait que Ridolfo disputa à son frère plus âgé Giuseppe la possession du Palazzo Rosso à Gênes. Finalement ce palais revint à Giuseppe mais il est possible qu'en échange, celui-ci ait renoncé au marquisat de Groppoli. Cela est d'autant plus probable que Giuseppe n'avait qu'une fille unique, mariée au prince Honoré III de Monaco et que Giuseppe redoutait par dessus tout que son détestable gendre (et amant de son épouse !) hérite de lui. De plus, depuis que le grand-duc avait aboli les fiefs impériaux, les Brignole étaient de fait en sécession vis-à-vis de leur suzerain et on peut raisonnablement imaginer qu'un ancien doge comme Ridolfo-Emilio ait eu le prestige et les appuis nécessaires pour faire durer cette situation quelques années de plus.