Balisage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marque cardinale)
Aller à : navigation, rechercher

Dans le domaine maritime, le balisage désigne l'ensemble des marques ou balises fixes ou flottantes placés en mer ou à terre qui indiquent aux navires les dangers et le tracé des chenaux d'accès aux ports et abris.

On distingue le balisage ou marquage latéral, utilisé pour définir le tracé des chenaux, et le balisage ou marquage cardinal qui est utilisé dans les autres cas.

Le balisage désigne également les règles (formes, couleurs) qui doivent être utilisées pour concevoir les balises. Le balisage respecte, dans l'ensemble des pays ayant une façade maritime, les règles définies par l'Association internationale de la signalisation maritime (AISM-IALA). Depuis 1980, une variante de ces règles est appliquée aux Amériques (Antilles incluses), au Japon et en Corée. Dans ces pays, dits de la zone B, la couleur du balisage latéral est inversée[1].

Les balises[modifier | modifier le code]

De manière générique une balise est définie comme un objet flottant ou fixé au fond de la mer ou à terre, permettant de faciliter la navigation ou de signaler un danger, ou un chenal. Il peut s'agir d'une bouée, d'une tourelle maçonnée ou d'une perche.

Hormis les perches, les balises sont constituées d'un « corps », d'un « voyant » qui coiffe le corps et éventuellement d'un « feu » qui permet d'identifier la balise de nuit. La signification de la balise est fournie par la couleur du corps, la forme, la couleur du voyant et dans certains cas la forme du corps. La nuit le feu, visible généralement sur plusieurs milles, permet d'identifier la balise par son rythme, sa couleur.

Certaines balises sont équipées de signaux phoniques de brume actionnés par la houle (une simple cloche, une corne) ou par une source d'énergie telle qu'une batterie alimentée par un panneau solaire ou une bouteille de gaz.

Les balises d'atterrissage des grands ports ou situées sur des grands axes de navigation (une vingtaine en France) peuvent être munies d'un système racon : il s'agit d'un émetteur transmettant un signal en forme de lettre du code morse sur la longueur d'onde 3 cm (voire 10cm pour certains) correspondant aux fréquences utilisées par les radars de navigation. Sur les écrans radars des navires apparaît alors l'écho de l'amer accompagné du signal en clair du type Morse. Ce système permet de confirmer l'identification de l'amer.

L'AIS est prévu d'être mis en place sur certains amers.

Le balisage est de 2 types :

  • le système latéral, utilisé pour baliser les chenaux et les passages vers/en provenance d'un port.
  • le système cardinal, utilisé dans les autres cas, il situe le danger par rapport à lui-même par les points cardinaux (nord, sud, est, ouest).

Le système cardinal[modifier | modifier le code]

Les quatre marques cardinales et leur disposition par rapport au danger

Les marques cardinales sont au nombre de quatre et servent à baliser un danger par rapport à un point cardinal.

  • couleur: jaune et noir
  • voyant: deux triangles noirs

La position du noir sur le corps de la balise correspond ainsi à l'orientation des pointes du voyant. Quant au rythme des feux, il faut s'imaginer non plus un compas mais le cadran d'une horloge : (continu) – (3) – (6+1) – (9).

  • (Continu) pour le nord (12 heures ou 0 heure - en haut)
  • (3) pour l'est (3 heures - à droite)
  • (6+1) pour le sud (6 heures - en bas)
  • (9) pour l'ouest (9 heures - à gauche)

La disposition des couleurs et des triangles indique de quel côté laisser la balise :

Cardinale Nord (passer au nord)[modifier | modifier le code]

Cardinale nord

Cardinal N Q.gif

  • couleur : noir – jaune
  • voyant : deux cônes noirs, pointes vers le haut
  • feu : scintillant blanc continu
  • Position du danger : au Sud de la bouée

Cardinale Est (passer à l'est)[modifier | modifier le code]

Bouée cardinale est Manacle (Falmouth, GB)
Cardinale est

Cardinal E Q.gif

  • couleur : noir – jaune – noir
  • voyant : deux cônes noirs, pointes opposées
  • feu : blanc, trois éclats groupés
  • Position du danger : à l'Ouest de la bouée

Cardinale Sud (passer au sud)[modifier | modifier le code]

cardinale sud devant le phare des Barges
Cardinale sud

Cardinal S Q.gif

  • couleur : jaune – noir
  • voyant : deux cônes noirs, pointes vers le bas
  • feu : blancs, six éclats groupés suivis d'un éclat long
  • Position du danger : au Nord de la bouée

Cardinale Ouest (passer à l'ouest)[modifier | modifier le code]

Balise cardinale ouest en Sud Bretagne équipée de panneaux solaires et d'un feu
Cardinale ouest

Cardinal W Q.gif

  • couleur : jaune – noir – jaune
  • voyant : deux cônes noirs, pointes jointes
  • feu : blanc, neuf éclats groupés
  • Position du danger : à l'Est de la bouée

Le système latéral[modifier | modifier le code]

bouée de chenal rouge et verte, marquage latéral bâbord et tribord, le large est a droite de l'image

Feux d'entrée de port du Palais à Belle-Île-en-Mer (vue de la terre vers la mer)

Les marques latérales servent à baliser un chenal, une approche de la terre. Leur voyant indique toujours de quel côté laisser la balise en rentrant ou en sortant du port.

En zone A (définie plus loin)

  • Marque bâbord:
    • voyant cylindrique, couleur rouge, chiffre pair, feu rouge, rythme quelconque ;
    • À laisser à bâbord en venant du large (sens conventionnel).
    • À laisser à tribord en sortant du port.
  • Marque tribord:
    • voyant conique, couleur verte, chiffre impair, feu vert, rythme quelconque ;
    • À laisser à tribord en venant du large (sens conventionnel).
    • À laisser à babord en sortant du port.
  • Marque de chenal principal à tribord :
    • cette bouée est une bouée bâbord qui comporte une bande verte en son milieu, la bouée marque simplement l'existence d'un chenal secondaire de l'autre côté ; la considérer principalement comme une bouée bâbord et donc
    • la laisser à bâbord pour suivre le chenal principal ;
    • la laisser à tribord pour prendre le chenal secondaire ;
    • feu rouge - rythme (2+1)
  • Marque de chenal principal à bâbord :
    • comme la précédente, la bouée est une bouée tribord qui comporte une bande rouge en son milieu, la bouée marque simplement l'existence d'un chenal secondaire de l'autre côté ; la considérer principalement comme une bouée tribord et donc
    • la laisser à tribord pour suivre le chenal principal ;
    • la laisser à bâbord pour prendre le chenal secondaire ;
    • feu vert - rythme (2+1)

Moyen mnémotechnique pour s'en souvenir en Zone A[modifier | modifier le code]

UN TRICOT VERT ET DEUX BAS SI ROUGES

UN chiffre impair, TRI comme tribord, CO surmonté d'un cône, VERT couleur de la bouée

DEUX chiffre pair, BAS comme bâbord, SI surmonté d'un cylindre, ROUGES couleur de la bouée

Les différentes zones[modifier | modifier le code]

Le balisage latéral présente une inversion de couleur mais pas de voyant selon la zone de navigation  :

  • en zone A (Europe, Afrique et tout ce qui n'est pas en zone B) :
    • Bâbord est rouge cylindrique
    • Tribord est verte conique.
  • En zone B (Amériques, Pacifique, Japon, Corée, Philippines, Départements Français des Antilles, Guyane et Saint-Pierre-et-Miquelon) :
    • Bâbord le voyant est toujours cylindrique mais la couleur est verte -
    • Tribord le voyant est toujours conique mais la couleur est rouge.

Les autres marques[modifier | modifier le code]

Marque de danger isolé

Danger isolé[modifier | modifier le code]

Marque de danger isolé

La marque danger isolé signale un écueil peu étendu, situé généralement à l'endroit ou est positionnée la balise. La balise peut être laissée indifféremment à bâbord ou à tribord.

  • forme : quelconque
  • couleur : noire, avec une ou plusieurs bandes rouges
  • voyant : deux boules noires
  • feu : blanc
  • rythme : deux éclats groupés

Eaux saines[modifier | modifier le code]

Marque d'eaux saines
Marque d'eaux saines
De gauche à droite : bouée, bouée charpente et Espar

La marque d'eaux saines indique que les eaux sont libres de tout danger dans les parages. Elle marque également une reconnaissance pour l'atterrissage, un point intermédiaire avant de s'engager vers un chenal d'accès, un Dispositif de séparation du trafic (DST).

  • forme : Quelconque
  • couleur : rouge et blanc
  • voyant : une boule rouge
  • feu : blanc
  • rythme : isophase, à occultations, à un éclats toutes les 10 secondes ou la lettre Morse « A » (Point/trait)

Marque spéciale[modifier | modifier le code]

Marque spéciale
De gauche à droite : bouée, bouée charpente et Espar
Marque spéciale à Villefranche-sur-Mer
Marque spéciale sur la plage de la Rochelle

Les marques spéciales sont utilisées dans différents cas : zone d'exercice militaire, présence d'un câble ou d'un oléoduc sous marin, zone de dépôt de matériaux, zone réservée à la plaisance, etc.

  • couleur : jaune
  • voyant : croix jaune
  • feu : jaune
  • rythme : quelconque, autre que ceux caractérisant les autres feux.


Marques de plage[modifier | modifier le code]

Les marques de plage sont toutes de couleur jaune et ne se différencient que par leur forme. Elles ne possèdent ni voyant, ni feu.

  • Les marques de délimitation des zones de plage (environ 300m du littoral) sont de forme sphérique. Elles marquent entre autres choses la limitation de vitesse (5 nœuds).
  • Lorsqu'un chenal existe, afin de réserver l'accès au littoral à des engins de plage divers ou à des dériveurs, il est délimité par des marques de forme conique et cylindrique, en conformité avec le balisage latéral décrit plus haut, mais ces marques sont toutes de couleur jaune.
  • D'autres marques sphériques jaunes peuvent délimiter des zones de baignade, elles peuvent être alors jointes par un cordage.

Marques d'épaves en cas d'urgence[modifier | modifier le code]

Marque d'épave en cas d'urgence
L'épave de l'American Star.

Mise en place en 2006, cette marque est de couleur bleue et jaune (rayures verticales) et son voyant est une croix verticale « + » (croix droite) de couleur jaune. Son feu est un feu alternatif à occultations bleu et jaune (abréviation internationale sur les cartes marines : OAL BuY) et sa période de 3 secondes. Si plusieurs marques balisent une épave, les feux des différentes marques sont synchronisés.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Système de Balisage Maritime du Canada », Garde côtière canadienne,‎ 2008 (consulté le 29 juin 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :