Mark Jackson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mark Jackson Portail du basket-ball
Coach Mark Jackson at Warriors open practice Oct 13, 2012.jpg
Fiche d’identité
Nom complet Mark A. Jackson
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (49 ans)
Brooklyn, État de New York
Taille 1,91 m (6 3)
Situation en club
Carrière universitaire ou amateur
1983-1987 St. John's Red Storm
Draft NBA
Année 1987
Position 18e
Franchise Knicks de New York
Carrière professionnelle *
Saison Club Moy. pts
1987-1988
1988-1989
1989-1990
1990-1991
1991-1992
1992-1993
1993-1994
1994-1995
1995-1996
1996-1997
1996-1997
1997-1998
1998-1999
1999-2000
2000-2001
2000-2001
2001-2002
2002-2003
2003-2004
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Clippers de Los Angeles
Clippers de Los Angeles
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Nuggets de Denver
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Pacers de l'Indiana
Raptors de Toronto
Knicks de New York
Knicks de New York
Jazz de l'Utah
Rockets de Houston
13,6
16,9
09,9
08,8
11,3
14,4
10,9
07,6
10,0
10,4
09,0
08,3
07,6
08,1
08,5
05,9
08,4
04,7
02,5
Carrière d’entraîneur
2011- Warriors de Golden State

* Points marqués dans chaque club comptant pour le championnat
national et les compétitions nationales et continentales.

Mark A. Jackson est un ancien joueur de basket-ball américain né le 1er avril 1965 à Brooklyn, État de New York. Il a évolué en NBA entre 1987 et 2004, fréquentant sept franchises différentes et s’imposant comme un des meneurs les plus prolifiques de l’histoire de la ligue.

Il est aujourd'hui l'entraineur des Warriors de Golden State.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir écumé les terrains des rues de New-York, Mark Jackson se forge une solide réputation lors de son passage à l’Université de St John’s. Ses statistiques de 10,1 points et 5,6 passes par match à la sortie de la fac lui valent d’ailleurs d’être surveillé de près par les recruteurs de la NBA. C’est finalement la franchise de sa ville natale, les Knicks, qui le sélectionnent en 18e position de la draft 1987.

Sa première année chez les professionnels est un franc succès. Dans une équipe en pleine reconstruction autour du pivot Patrick Ewing, Jackson s’impose rapidement comme le dépositaire du jeu new-yorkais. Il marque en moyenne 13,6 points par match, délivre 10,6 passes décisives, prend 4,8 rebonds et intercepte 2,5 passes. Ces statistiques lui valent l’honneur d’être élu meilleur débutant de l’année 1988 en même temps que la franchise retrouve les play-offs 4 ans après sa dernière apparition.

Mark Jackson dispute les 4 saisons suivantes sous le maillot des Knicks. Bien que remise en selle, la franchise obtient des résultats fluctuants et s’incline régulièrement en phase finale face aux Pistons de Detroit ou à leurs meilleurs ennemis de l’époque, les Bulls de Chicago de Michael Jordan. À l’image de l’équipe, Jackson pêche par inconstance et a des difficultés à réitérer les performances de son année de rookie même s’il reste le meneur indiscutable des Knicks et qu’il participe au NBA All-Star Game 1989.

A l’été 1992, après une nouvelle désillusion au 2e tour des play-offs face aux Bulls, Jackson prend la direction des Clippers de Los Angeles dans un échange incluant notamment Charles Smith et Doc Rivers. Après un bref passage en play-offs en 1992, les Clippers emmenés par Ron Harper et Danny Manning ne remportent que 27 matches durant la saison 1993-94, conduisant au démantèlement de l’effectif. Jackson prend alors la direction d’Indiana où il retrouve Larry Brown, l’entraîneur qui l’avait fait venir à Los Angeles. Au cours des deux années passées en Californie, le meneur a tourné à près de 13 points, 8,7 passes et 4,5 rebonds de moyenne par match.

Mark Jackson arrive dans une équipe habituée à se qualifier pour les play-offs et qui sort d’une saison pleine. Épaulé par Reggie Miller, Rik Smits et Dale Davis, Jackson conduit la franchise à son premier titre de champion de division depuis 1971 avant de se qualifier pour la finale de la Conférence Est en éliminant les Knicks. Malheureusement, les Pacers s’inclinent pour la seconde année d’affilée à ce stade de la compétition, battus par le Magic d'Orlando. En 1995-96, Mark Jackson atteint pour la 6e fois de sa carrière la moyenne de 10 points par match auxquels il ajoute 7,8 passes et 3,8 rebonds mais l’équipe trébuche dès le premier tour des phases finales face aux Hawks d'Atlanta.

Marc Jackson connaît alors une saison particulière puisqu’il est transféré aux Nuggets de Denver avec qui il ne dispute que 52 matches avant de revenir à Indiana au printemps. Il boucle néanmoins la saison 1996-97 avec une moyenne de 11,4 passes par match qui fait de lui le numéro un des classements de la ligue pour cette catégorie statistique. Il effectue 3 nouvelles saisons sous le maillot des Pacers avec qui il atteint les finales NBA 2000 sous les ordres de Larry Bird. Les Lakers de Los Angeles auront raison de Jackson, Miller et compagnie en 6 manches.

Après un bref passage chez les Raptors de Toronto, Mark Jackson revient à New York au cours de la saison 2001-2002. Il n’y restera qu’un an et demi avant de rejoindre les Jazz de l'Utah avec qui il dispute la saison 2002-2003. Il jouera encore 42 matches avec les Rockets de Houston avant de prendre sa retraite au printemps 2004.

Mark Jackson est l’un des cinq seuls joueurs de l’histoire de la NBA à avoir dépassé la barre des 10 000 passes décisives en carrière (les 4 autres sont John Stockton, Magic Johnson, Jason Kidd et Steve Nash)[1].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « NBA & ABA Career Leaders and Records for Assists », sur basketball-reference.com (consulté le 6 mars 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]