Marius (usurpateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marius.
Marius
Usurpateur romain
Empereur des Gaules
Image illustrative de l'article Marius (usurpateur)
Antoninien de Marius.
Règne
~ 268 - 269
Bretagne / Gaule / Hispanie
Empereur Gallien puis Claude II le Gothique
Période Les « Trente Tyrans »
Précédé par Postume
Suivi de Victorinus
Biographie
Décès ~ 269

Marcus Aurelius Marius est un usurpateur qui règne brièvement dans le nord de la Gaule, répertorié parmi les Trente Tyrans dans la peu fiable Histoire Auguste[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Histoire Auguste, Marius est un ancien forgeron gaulois devenu soldat, proclamé empereur par les troupes romaines de Mayence qui venaient de tuer l'empereur des Gaules Postume et son rival Lélien. L'évènement, de date incertaine, se place soit l'année 268 soit 269, selon les historiens.

Marius fut rapidement éliminé pour une querelle personnelle : un ancien compagnon forgeron devenu aussi soldat n'apprécia pas le refus d'un service que lui avait manifesté Marius. Il s'introduisit dans sa tente et le tua, deux jours selon Eutrope[2] ou trois jours selon l'histoire Auguste après son accès au pouvoir. Cette durée est incohérente avec l'abondance de ses monnaies, et l'historien André Chastagnol considère que ces deux auteurs ont probablement mal interprété Aurelius Victor, leur source commune, qui indique que « deux jours après la mort de Marius, on proclama Victorinus »[3]. Selon Chastagnol, il est plus vraisemblable de considérer que Marius aurait exercé le pouvoir quelques mois, entre septembre et décembre 269[1].

Monnayage[modifier | modifier le code]

Le numismate Henry Cohen publie de nombreux types de monnaies de Marius frappées dans les ateliers monétaires de Trèves et de Mayence, en or et en billon dévalué, ce qui confirme la réalité historique de son règne. La variété et l'abondance de ses frappes contredisent les mentions sur la durée de trois jours de règne[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire Auguste, traduction de André Chastagnol, éditions Robert Laffont, 1994, (ISBN 2-221-05734-1), pp. 843-844 et 871-872
  2. Eutrope, IX, 9, 2
  3. Aurelius Victor, Vie des Césars, 33, 12
  4. Henry Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l'Empire Romain, Paris, 1892, [1], tome VI, pp. 87-89

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]