Mario Tronti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mario Tronti (Rome, 1931) est un philosophe et homme politique italien, considéré comme l'un des fondateurs de l'opéraïsme théorique des années soixante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant du Parti communiste italien durant les années 1950, il fut, avec Raniero Panzieri, parmi les fondateurs de la revue Quaderni Rossi, de laquelle il se sépare en 1963 pour fonder la revue Classe Operaia, dont il fut le directeur. Ce parcours le porta à s'éloigner du PCI, sans en sortir formellement, et à animer l'expérience radicale de l'opéraïsme. Une telle expérience, qui sera considérée par beaucoup comme la matrice de la nouvelle gauche des années soixante, se caractérisait par le fait de mettre en débat les traditionnelles organisations du mouvement ouvrier (les syndicats et les partis), et de se lier, sans intermédiaire, à la classe en soi et aux luttes des usines.

Influencé philosophiquement par l'œuvre de Galvano Della Volpe, qui l'avait amené à s'éloigner de la pensée d'Antonio Gramsci, ou du moins, de la version officielle promue par le PCI. Tronti se dédia à la formulation d'une pensée politique qui, fondant la théorie à la pratique, rénovait le marxisme traditionnel et contribuait à rouvrir la voie révolutionnaire en Occident.

Face à l'irruption de la masse ouvrière dans les sociétés occidentales, l'operaïsme de Mario Tronti sut proposer une analyse moderne des relations de classe et mettre surtout l'accent sur le facteur subjectif, revendiquant le rôle politique central de la classe. Ses idées trouveront un écho en 1966, avec la publication d'« Operai e capitale », un livre qui exercera une influence notable sur la contestation de la jeunesse et plus généralement sur la vague de mobilisation qui s'initiera dans les années qui suivront.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Tra materialismo dialettico e filosofia della prassi. Gramsci e Labriola, in A. Caracciolo et G. Scalia (éd.), La città futura. Saggi sulla figura e il pensiero di Antonio Gramsci, Feltrinelli, Milano, 1959
  • (éd.), Scritti inediti di economia politica di Marx, Editori Riuniti, Roma, 1963
  • Operai e capitale, Einaudi, Torino, 1966 (DeriveApprodi, Roma, 2006 ; trad. franç. de Yann Moulier-Boutang, avec la collab. de Giuseppe Bezza, Ouvriers et Capital, Christian Bourgois, Paris, 1977 [lire en ligne])
  • Hegel politico, Istituto dell'Enciclopedia italiana, Roma, 1975
  • Sull'autonomia del politico, Feltrinelli, Milano, 1977
  • Stato e rivoluzione in Inghilterra, Il Saggiatore, Milano, 1977
  • (en collab. avec G. Napolitano, A. Accornero et M. Cacciari), Operaismo e centralità operaia, Editori Riuniti, Roma, 1978
  • (éd.), Il politico. Antologia di testi del pensiero politico. 1 : Da Machiavelli a Cromwell, Feltrinelli, Milano, 1979
  • Soggetti, crisi, potere, A. Piazzi et A. De Martinis (éd.), Cappelli, Bologna, 1980 ;
  • Il tempo della politica, Editori Riuniti, Roma, 1980
  • Con le spalle al futuro. Per un altro dizionario politico, Editori Riuniti, Roma, 1992 ;
  • Berlinguer. Il Principe disarmato, Edizioni Sisifo, Roma, 1994
  • La politica al tramonto, Einaudi, Torino, 1998 (trad. franç. de Michel Valensi, La Politique au crépuscule, L'Éclat, Paris, 2000 [lire en ligne])
  • Rileggendo « La libertà comunista », in G. Liguori (éd.), Galvano Della Volpe. Un altro marxismo, Edizioni Fahrenheit 451, Roma, 2000
  • (éd. avec P. Favilli), Classe operaia. Le identità : storia e prospettiva, Angeli, Milano, 2001
  • Cenni di Castella, Edizioni Cadmo, Fiesole, 2001
  • Per la critica della democrazia politica, in M. Tari (éd.), Guerra e democrazia, ManifestoLibri, Roma, 2005
  • Id. et al., Politica e destino, Sossella editore, Roma, 2006 (avec les contributions de divers auteurs sur la pensée de Mario Tronti)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alcaro M., Dellavolpismo e nuova sinistra, Dedalo, Bari, 1977 ;
  • Basso C., Gozzini C. et Sguazzino D. (éd.), Bibliografia delle opere e degli scritti di Mario Tronti, Dipartimento di Filosofia-Università degli Studi di Siena, Sienne, 2001 ;
  • Berardinelli A., Stili dell'estremismo. Critica del pensiero essenziale, Editori Riuniti, Roma, 2001 ;
  • Borio G., Pozzi F., Roggero G., Futuro anteriore : dai Quaderni rossi ai movimenti globali. Ricchezze e limiti dell'operaismo italiano, DeriveApprodi, Rome, 2002 ;
  • Leo R., « Per una storia di Classe Operaia », dans la revue Bailamme, no 26, giugno 2000 ;
  • Gobbi R., Com'eri bella, classe operaia. Storia fatti e misfatti dell'operaismo italiano, Longanesi, Milano, 1989 ;
  • Mezzadra S., Operaismo, in R. Esposito et C. Galli (éd.), Enciclopedia del pensiero politico. Autori, concetti, dottrine, Laterza, Roma-Bari, 2000 ;
  • Peduzzi A., Lo spirito della politica e il suo destino. L'autonomia del politico, il suo tempo, Ediesse-Crs, Roma, 2006 ;
  • Preve C., La teoria in pezzi. La dissoluzione del paradigma teorico operaista, Dedalo, Bari, 1984 ;
  • Turchetto M., De l’ouvrier masse à l’entrepreneurialité commune : la trajectoire déconcertante de l’opéraïsme italien, in J. Bidet et E, Kouvélakis (éd.), Dictionnaire Marx contemporain, PUF, Paris, 2001 ;
  • Wright S., Storming Heaven. Class Composition and Struggle in Italian Autonomist Marxism, Pluto Press, London, 2002.
  • Michele Filippini, Mario Tronti et l’opéraïsme politique des années soixante, EuroPhilosophie, 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]