Marine marchande du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument de Raoul Hunter à la mémoire des marins de la Marine marchande canadienne, Pointe-à-Carcy, Québec, 2002[1]

La Marine marchande du Canada, outre le nom générique que l'on peut donné à l'ensemble de la flotte marchande de ce pays, fut également celui d'une organisation créée lors de la Seconde Guerre mondiale pour le transport des marchandises afin d'aider les pays alliés.

Historique[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative à Montréal.
Trois bateaux à vapeur de la Canadian Pacific Steamship Company en 1926.

En 1914, la marine marchande du Canada était extrêmement faible, mais ces marins ont participé à la Première Guerre mondiale sur les navires de l'Empire britannique. Les 63 navires commandés par le gouvernement canadien durant ce conflit deviendront la Marine marchande du gouvernement canadien, première flotte marchande sous pavillon canadien. Entrant en service trop tard pour participer à l'effort de guerre avec des navires mal adaptés au commerce, celle-ci déclinera durant les années 1920.

Au déclenchement de la Seconde Guerre monde en septembre 1939, la flotte marchande du Canada ne comptait que 37 navires, 175 autres furent construits et utilisés sous pavillon canadien à la fin du conflit[2].

58 navires marchands sous pavillon canadien (7 en 1940, 12 en 1941, 31 en 1942, 2 en 1943, 3 en 1944 et 3 en 1945), 14 navires canadiens enregistrés au Royaume-Uni, un enregistré au Panama et 2 navires marchands armés canadiens de la Royal Navy furent coulés du fait d'une action ennemie, essentiellement durant la bataille de l’Atlantique, et 4 autres de causes diverses; 7 navires sous pavillon canadien furent gravement endommagés dont 5 pour fait de guerre ainsi que 5 navires enregistrés au Royaume-Uni[3].

Un mémorial au Maritime Museum of the Atlantic fait état de la mort de 2 200 membres de la marine marchande tués et de 91 navires canadiens perdus durant les deux guerres mondiales et la guerre de Corée.

En 1984, la marine marchande comptait 1 310 navires totalisant 3 449 496 tonneaux de jauge brute, dont 49 pétroliers jaugeant 284 048 tjb[4].

Le fret transporté par mer et voies d'eau au Canada représente annuellement entre 134 et 140 millions de tonnes entre 2003 et 2007[5].

En 2010, 184 navires de commerce jaugeant plus de 1 000 tjb sous pavillon canadien étaient recensés, mettant la flotte marchande ce pays au 36e rang mondial avec 2 129 243 tjb soit 2 716 340 tonnes de port en lourd ; 223 autres navires de plus de 1 000 tjb sont sous pavillons étrangers tandis que 15 navires étrangers flottent sous pavillon canadien[6]. Au total, la flotte marchande que possède et contrôle le Canada représente 18,284 millions de tonnes et 433 navires, mettant ce pays au 15e rang mondial[7].

Compagnies maritime canadienne[modifier | modifier le code]

Bateau de la Canada Steamship Lines chargant du minerai en Nouvelle-Écosse en 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marine marchande
  2. (en) « The Battle of the Atlantic », sur Naval Museum of Manitoba (consulté le 10 décembre 2011)
  3. (en) Robert C. Fisher, « Canadian WWII Merchant Ship Losses », sur Naval Museum of Manitoba,‎ Juin 1993 (consulté le 10 décembre 2011)
  4. Jean Labayke-Couhat, Les Flottes de combat 1986, Paris, Éditions maritimes et d'outre-mer,‎ 1985, p. 174
  5. « Fret intérieur et international, tonnage du fret chargé et déchargé du transport par eau, par province et territoire », Statistique Canada,‎ 2 mars 2010 (consulté le 15 juillet 2011)
  6. « Field Listing :: Merchant marine », CIA World Factbook,‎ 2011 (consulté le 15 juillet 2011)
  7. Review of maritime transport 2010, United Nations Conference on Trade and Development, UNCTAD/RMT/2010 New-York et Genève, pages 41 et 43.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anciens Combattants Canada, Vaillance en mer : la marine marchande du Canada, Sa Majesté la Reine du chef du Canada,‎ 2005, 43 p. (ISBN 0-662-82853-4, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]