Marina and the Diamonds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marina & the Diamonds)
Aller à : navigation, rechercher

Marina and the Diamonds

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Marina and the Diamonds en 2012, en Suède, à l'émission télévisuelle Sommarkrysset.

Informations générales
Nom de naissance Marina Lambrini Diamandis
Naissance 10 octobre 1985 (28 ans)
Abergavenny, Monmouthshire, Pays de Galles
Activité principale auteure-compositrice-interprète, musicienne
Genre musical Pop, indie pop, new wave
Instruments Voix, piano, glockenspiel, Casio VL-1, orgue
Années actives depuis 2007
Labels Neon Gold Records
679 Artists
Chop Shop Records
Warner Music Group
Site officiel (en) marinaandthediamonds.com

Marina Lambrini Diamandis, plus connue sous son nom de scène Marina and the Diamonds, est une auteure-compositrice-interprète galloise née le 10 octobre 1985 à Abergavenny, au Pays de Galles. Elle est devenue célèbre outre-manche après être arrivée en seconde position du sondage BBC Sound of 2010, derrière Ellie Goulding. Après avoir sorti un EP limité à quelque 70 exemplaires en 2007, elle en sort un deuxième, The Crown Jewels EP, sous le label Neon Gold Records en 2009. Actuellement sous contrat avec le label 679 Artists, elle a sorti son premier album, The Family Jewels en 2010, suivi en 2012 d'un second opus, Electra Heart.

Son nom de scène, « Marina and the Diamonds », est constitué de son prénom et de la traduction anglaise de son nom de famille qui signifie « diamants » en grec. Bien que la partie « the Diamonds » soit souvent considérée par erreur comme se référant aux musiciens l'accompagnant, elle est en fait dédiée aux fans de la chanteuse : elle l'explique sur son Myspace en disant « Je suis Marina. Vous êtes les diamants. »[Note 1]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Marina Diamandis est née le 10 octobre 1985 à Abergavenny, au Pays de Galles, d'un père grec et d'une mère galloise. Elle a étudié à St. Catherine's British Embassy School puis à Haberdashers' Monmouth School for Girls. De cette dernière, elle dit d'ailleurs « J'ai en quelque sorte découvert ma vocation là-bas... J'étais celle qui évitait toujours les chorales, mais j'ai eu un professeur de musique incroyable qui a réussi à me convaincre que je pouvais faire quelque chose »[1],[Note 2]. Après avoir abandonné l'université, Marina Diamandis déménage à Londres à l'âge de dix-huit ans où elle fréquente une école de danse pendant deux mois[2]. Elle prend par la suite des cours de chant pendant un an à la Vocaltech West London Music School, en 2005[3]. Elle auditionne pour des comédies musicales telles que Le Roi Lion[4]. Marina Diamandis a admis avoir auditionné pour un boys band reggae sous contrat avec Virgin Records en 2005, pour essayer de se faire une place sur la scène musicale. Elle dit qu'elle était « délirante avec entrain »[Note 3] et a finalement décidé de s'habiller avec un costume d'homme pour essayer de divertir le label pour qu'il l'engage, ce qui a été un échec. Elle a cependant été rappelée par le label une semaine plus tard[5],[6].

Marina Diamandis est synesthète et voit ainsi les notes de musique et les jours de la semaine de différentes couleurs.

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Débuts (2005 à 2009)[modifier | modifier le code]

Marina Diamandis crée en 2005 le nom d'artiste « Marina and the Diamonds »[7]. Il est constitué de son prénom et de la traduction anglaise de son nom de famille qui signifie « diamants » en grec. Bien que la partie « the Diamonds » soit souvent considérée par erreur comme se référant aux musiciens l'accompagnant[2], elle est en fait dédiée aux fans de la chanteuse : elle l'explique sur son Myspace en disant « Je suis Marina. Vous êtes les diamants. »[8],[Note 4]. De l'origine de ce nom, elle dit ainsi :

Marina & the Diamonds chantant au NME Radar Tour le 3 octobre 2009 à Newcastle upon Tyne au Royaume-Uni.

« Je n'ai jamais pensé créer un personnage, un projet pop, un groupe ou un artiste solo. J'ai vu un simple groupe constitué de nombreuses personnes qui avaient le même cœur. Un espace dédié aux gens ayant des idéaux similaires, qui ne peuvent pas rentrer dans le moule pré-fabriqué de la vie. J'ai longtemps été mal à l'aise ! J'aspirais vraiment à faire partie d'un groupe parce que je ne me suis jamais sentie vraiment connectée à quelqu'un et maintenant je sens que j'ai tout ce que je recherchais autour de moi[7],[Note 5]. »

— Marina Diamandis

Les premières démos de Marina Diamandis ont été composées et produites avec le logiciel d'Apple GarageBand[4]. Elle trouve sur le réseau Gumtree.com quelqu'un pour produire quelques chansons, qu'elle paye £500[9]. Terminées, les chansons composent le maxi Mermaid vs. Sailor EP qui sort le 23 novembre 2007 et a été vendu par l'intermédiaire de la page MySpace de Marina Diamandis[10]. Seuls 70 exemplaires ont été édités, au format CD-R[3].

En janvier 2008, elle est découverte par Derek Davies, le cofondateur du label Neon Gold Records. Il lui propose plus tard dans l'année de faire la première partie des concerts du chanteur australien Gotye. La même année, elle signe en octobre un contrat chez 679 Recordings, filiale de Warner Music Group[9].

Le 1er single de Marina Diamandis est une « double face A », constituée des chansons Obsessions et Mowgli's Road, qui sort le 19 novembre 2008 sous le label Neon Gold Records. Il est suivi par son second maxi, The Crown Jewels EP, qui sort le 1er juin 2009 dont est extrait le second single de la chanteuse, I Am Not a Robot. Son 1er single sortant sous le label Warner Music Group est une nouvelle version de Mowgli's Road, réenregistrée pour l'occasion. La chanson est distribuée au Royaume-Uni sous le label 679 Recordings et aux États-Unis sous le label Atlantic Records, à partir du 13 novembre 2009. Le 7 décembre 2009, elle est annoncée comme faisant partie des nominés du sondage BBC Sound of 2010, et le 7 janvier 2010, elle est récompensée par la deuxième place derrière Ellie Goulding[11].

The Family Jewels (2009 à 2010)[modifier | modifier le code]

À la suite de la sortie en single de Mowgli's Road en novembre 2009, la chanson Hollywood devient le 31 janvier 2010 le second single de l'album The Family Jewels. Ce dernier sort dans le monde entier entre le 15 février 2010 (en Irlande) et le 19 août 2010 (en Argentine). Au Royaume-Uni, où il sort le 22 février 2010, il est certifié disque d'argent dès le 19 février grâce aux pré-commandes[12]. La chanson I Am Not a Robot ressort en tant que 3e single de l'album le 26 avril 2010, Marina Diamandis expliquant que « [...] les gens semblent s'identifier à la chanson quel que soit leur genre ou leur âge. »[13],[Note 6]

Oh No! devient le 4e single de l'album le 2 août 2010. Shampain devient le 5e single de l'album le 11 octobre 2010.

Electra Heart (2011 à 2013)[modifier | modifier le code]

Au mois de février 2012, Marina Diamandis annonce la sortie de son deuxième album, Electra Heart. Celui-ci sort le 30 avril 2012 et contient entre 12 et 16 titres selon les versions (version standard ou version deluxe). Primadonna, premier single issu de ce nouvel album, est disponible en téléchargement le 14 avril. En mai 2012, Electra Heart décrocher la première place des meilleures ventes d'album au Royaume-Uni et en Irlande. En 2012, elle assure la première partie de plusieurs concerts de Coldplay, dont celui au Stade de France le 2 septembre.

Depuis 2013 : nouvel album[modifier | modifier le code]

Marina and the Diamonds a annoncé début 2013 avoir commencé à écrire des chansons pour son troisième album[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Discographie de Marina and the Diamonds
Albums studio 2
Albums live 2
EPs 3
Singles 11

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

EPs enregistrés lors de l'iTunes Festival :

  • iTunes Live: London Festival '09
  • iTunes Live: London Festival '10

EPs[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Tournées[modifier | modifier le code]

Marina & the Diamonds chantant au Glee Club le 12 mai 2010 à Birmingham au Royaume-Uni, lors du Gem Tour, deuxième série de concerts du Family Jewels Tour.
  • NME Radar Tour (automne 2009)
  • The Family Jewels Tour (2010 à 2011) :
    • en Europe et en Amérique du Nord (février à avril 2010)
    • The Gem Tour en Irlande et au Royaume-Uni (mai 2010)
    • The Burger Queen Tour en Europe et en Amérique du Nord (octobre 2010 à décembre 2011)
  • The Lonely Hearts Club Tour (2012 à 2013)

Marina and the Diamonds a aussi fait la première partie du California Dreams Tour de la chanteuse Katy Perry en 2011 (en Amérique du Nord et sur certaines dates), ainsi que celle du Mylo Xyloto Tour du groupe Coldplay entre 2011 et 2012.

Backing band[modifier | modifier le code]

Marina Diamandis fait appel à un backing band pour l'accompagner lors de ses concerts[16] :

Membres (en 2011)

Anciens membres

  • Ben Epstein – basse
  • Nick Harsant – basse
  • Nick Johnson – batterie
  • Tom Holdroyd – guitare
  • Chris Morris – batterie

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « I am Marina. You are the Diamonds. »
  2. Citation originale : « I sort of found my talent there... I was the one who always skived off choir, but I had an incredible music teacher who managed to convince me I could do anything. »
  3. Citation originale : « delusional with drive »
  4. Citation originale : « I am Marina. You are the Diamonds. »
  5. Citation originale : « I never envisaged a character, pop project, band or solo artist. I saw a simple group made up of many people who had the same hearts. A space for people with similar ideals who could not fit in to life's pre-made mould. I was terribly awkward for a long time! I really craved to be part of one thing because I never felt too connected to anybody and now I feel I have that all around me. »
  6. Citation originale : « [...] people seem to empathize and relate with the song, regardless of gender or age. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alison Boshoff, « Leafy suburbs, £4,000-a-term schools and stockbroker fathers... the VERY middle-class girls storming the Brits », dailymail.co.uk,‎ 12 février 2010 (consulté le 5 avril 2010)
  2. a et b (en) Nick Levine, « Ones to watch: Marina and the Diamonds », digitalspy.co.uk,‎ 26 décembre 2009 (consulté le 5 avril 2010)
  3. a et b (en) HAL, « Alainn or Appalling: Marina Diamandis », gaelick.com,‎ 26 mai 2010 (consulté le 11 avril 2011)
  4. a et b (en) « Marina & the Diamonds », bbc.co.uk,‎ 28 octobre 2009 (consulté le 5 avril 2010)
  5. (en) Scott Mills, « Marina and the Diamonds Interview with Scott Mills 07-04-2010 », youtube.com et bbc.co.uk,‎ 7 juillet 2010 (consulté le 10 avril 2011)
  6. (en) « Marina Diamandis' boy band audition », youtube.com et bbc.co.uk,‎ 29 janvier 2010 (consulté le 10 avril 2011)
  7. a et b (en) Marina Diamandis, « Now real life has no appeal », marinaandthediamonds.com,‎ 20 juin 2010 (consulté le 9 juin 2011)
  8. (en) Paul Brown, « Hot on Spotify for 2010: Marina and the Diamonds », spotiguide.com,‎ 15 janvier 2010 (consulté le 9 avril 2011)
  9. a et b (en) Huw Stephens, « Introducing... Marina and the Diamonds », marinaandthediamonds.net (consulté le 10 juin 2011)
  10. (en) « Discography », marinaandthediamonds.net (consulté le 10 juin 2011)
  11. (en) Mark Savage, « BBC Sound of 2010: Marina and the Diamonds », bbc.co.uk,‎ 7 janvier 2010 (consulté le 9 avril 2011)
  12. (en) « Certified Awards Search (recherche de The Family Jewels par titre) », bpi.co.uk (consulté le 12 juin 2011)
  13. (en) « I Am Not a Robot will be Marina's next single in the UK! », marinaandthediamonds.com,‎ 12 mars 2010 (consulté le 12 juin 2011)
  14. (en) Andrew Hampp[le lien externe a été retiré], « Backbeat: Billboard Relaunch Party With Ludacris, Neon Trees, ?uestlove, Timeflies », sur billboard.com, Billboard,‎ 22 février 2013 (consulté le 11 octobre 2013) : « On the artist front, Marina Diamanidis (sic) chatted about her month-long stint in New York to begin writing songs for her third album »
  15. (en) « "Oh No!" - Single », marinaandthediamonds.com
  16. (en) « Backing Band », marina-diamandis.org (consulté le 10 juin 2011)