Marin Ghetaldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marino Ghetaldi

Description de cette image, également commentée ci-après

Marino Ghetaldi dans le palais du recteur de Raguse

Naissance
Raguse (République de Raguse)
Décès
Raguse (République de Raguse)
Champs Algèbre appliquée à la géométrie
Institutions Académie des Lynx
La république de Raguse au XVIIe siècle

Marino ou, en dalmate[1] Marin Ghetaldi, Ghetaldus, Ghetalde (en latin Marinus Ghetaldus) ou en croate Marin Getaldić est un mathématicien, physicien et homme politique de la République de Raguse, né le 2 octobre 1568[Note 1] ou 1566 à Raguse (aujourd'hui Dubrovnik en Croatie), mort le ou 1627[Note 2] dans la même ville.

C'est l'un des très rares élèves de François Viète avec Nathanael Tarporley, Jean de Beaugrand, Jacques Aleaume et l'Écossais Alexander Anderson[2] avec qui il est en contact étroit. Géomètre parmi les mathématiciens à l'origine de l'émergence de l'algèbre nouvelle, il est aussi l'un des premiers à apporter sa contribution à la géométrie analytique[3]. En correspondance avec Galilée et Clavius, il communique aux mathématiciens italiens, Paolo Sarpi, Antonio Santini, Carlo Renaldini, etc. cette nouvelle façon de noter les questions algébriques et la met en œuvre lui-même dans la reconstruction des œuvres d'Apollonios de Perga. En physique, il laisse une étude de miroirs paraboliques, et une de ses réalisations (71 cm de diamètre, 146 cm de hauteur) se trouve au musée de la marine à Londres[4]. Écrivain croate de langue latine[5], son souvenir demeure présent dans les rues de l'actuelle Dubrovnik, où il est présenté comme l'« Apollonios de Perga » croate[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

La jeunesse[modifier | modifier le code]

Né dans une famille patricienne et nombreuse, originaire de Tarente[7] en Italie, Marino Ghetaldi est l'un des six enfants de Maro Marino Jacques Ghetaldi et d'Ana Andrée Resti[8]. Ses quatre frères, André, Simon, Jacques et Martolicu, ainsi que sa sœur Niki, habitent derrière l'église Saint-Blaise, près du palais du recteur, siège du gouvernement de la république de Raguse. En dépit de sa noblesse, c'est une famille peu fortunée et Niki devient religieuse à sa majorité[8]. Ghetaldi est d'abord l'élève des Franciscains de Raguse, dont l'école est située à la porte ouest de la ville. Le prêtre Ivan Simunov (Jean Siméon) lui y enseigne la grammaire et la littérature. Plus tard, Andreas Gallus, Nicolas di Matteo, Ivan Hristoforov (Jean Christophore) et Victor Basaljic lui enseignent les mathématiques[9],[8]. Il fréquente ensuite les cercles universitaires regroupés autour de Flora Zuzori, beauté qui est chantée par de nombreux poètes, où se retrouvent l'astronome Nicolas Nalješković, le philosophe-chancelier Nicolas Gučetić, les poètes Victor Beselji et Pir Didak ainsi que l'historien pan-slave Mavro Orbin.

À dix-huit ans, Ghetaldi entre au Grand Conseil, l'organe législatif de la République, en tant que greffier, et mène dès lors de front ses carrières administrative et scientifique. Son travail concerne essentiellement les armes et la vente du sel, dont six mois sur la péninsule de Janjina, où il est suspendu pendant un temps pour avoir méconnu les lois[8].

Le temps des voyages[modifier | modifier le code]

En 1597, il abandonne ses responsabilités du district de Sabbioncello et accompagne son ami Marino Gucetic (di Gozzi), le neveu du banquier anglais Nicolas Gozzi[Note 3], dans ses voyages. Ils vont à Rome où Ghetaldi est l'élève de Clavius ; en Angleterre, où il demeure deux ans en compagnie de Marino Gucetic et se lie avec Francis Bacon ; puis en 1599 à Anvers où il complète sa formation auprès de Michel Coignet et de Federico Saminiati[Note 4] de Lucques.

Proposé à un poste de professeur de mathématiques à l'université de Louvain, qu'il décline, il vient à Paris (vers 1600) et rencontre François Viète dont il devient l'ami. Le mathématicien des Parthenay lui communique quelques-uns de ses ouvrages, dont son Harmonicon Celeste[10] et comme le maître des requêtes d'Henri IV manque de temps pour s'occuper de ses propres travaux mathématiques, Ghetaldi publie chez David Leclerc son Apollonius Gallus (l'Apollonius français) et son De Numerosa Potestatum[11],[12],[13].

Une lettre de la main de Marino Ghetaldi, datée du 15 février, et destinée à son maître, Michel Coignet, illustre le respect qu'il porte au géomètre français.

« Me trouvant à Paris pour d'autres affaires personnelles, j'ai voulu, avant de partir pour l'Italie, lui faire visite. Sa connaissance m'a prouvé qu'il était non moins affable que savant. Non seulement il m'a montré beaucoup de ses ouvrages encore inédits, mais il me les a confiés, afin que je les visse dans ma maison et à ma commodité. J'ai pu ainsi étudier plusieurs traités de son algèbre nouvelle, qui m'ont ouvert une lumière telle qu'il me paraît voir une foule de choses sans lesquelles je me considérerais comme aveugle. »

— Lettre à Coignet, le 15 février 1600[14].

Par la suite, Ghetaldi devient un adepte de cette façon d'écrire les mathématiques, qui permet de passer de l'étude des cas particuliers à la résolution générale de familles entières de problèmes, mis en équations selon le procédé décrit par Viète.

Article détaillé : Algèbre nouvelle.

L'année suivante (1601), il revient à Raguse par l'Italie[Note 5] et séjourne à Padoue, où il se lie avec Paolo Sarpi[15] chez le seigneur bibliophile Gian Vincenzo Pinelli (en compagnie du Français Pessot[7]). Il y rencontre Galilée avec lequel il demeure par la suite en correspondance régulière[16],[17]. Il suit son enseignement et Galilée lui dévoile son compas, que Ghetaldi se propose de copier. Après un an, il quitte Padoue, et finit par arriver à Rome vers 1602. Il y rencontre notamment le mathématicien-jésuite Luca Valerio, membre de l’académie des Lynx, ami de Galilée, et jésuite napolitain et anti-copernicien.

Premières publications[modifier | modifier le code]

Son premier ouvrage, le seul en tant que physicien, le Promotus Archimedes seu de variis corporum generibus gravitate et magnitudine comparatis (en latin : L’Exposé d'Archimède relatif à la densité des corps pesants et la comparaison de leur grandeur) (en abrégé Promotus Archimedes), est imprimé en 1603. Dédicacé au cardinal Olivario, il porte sur les graves et sous prétexte de présenter la physique d'Archimède, Ghetaldi y donne ses propres mesures des densités de l'or, du mercure, de l'argent, du cuivre, du fer, de l'étain... mais également de l'eau, du vin, de l'huile, de la cire et du miel[18]. Il le fait avec grande précision, démontrant à l'aide de l'algèbre spécieuse des propositions sur les mélanges d'or et d'argent (le problème dit de la couronne de Héron II) qui jusque là n'ont été traités que de façon rhétorique[19]. Son second ouvrage, Non nullae propositiones de parabola (sur la Parabole), dédicacé au jésuite de Bamberg, sort à Rome la même année (1603). Ghetaldi y définit les paraboles comme sections d'un cône de révolution.

Le retour à Raguse[modifier | modifier le code]

Vue de Ston depuis les remparts. Aperçu des salines en arrière plan à droite

Vers la fin de l'année 1603, il connaît néanmoins quelques démêlés avec la justice sans que la cause en soit connue. Ses biographes ne connaissent pas non plus l'origine de ses ressources (un riche héritage en Angleterre lui est attribué[6]), ni le rôle auprès de lui de Marino Gučetić de Gozzi, qui semble l'avoir accompagné dans chacun de ses déplacements pendant six ans. Ghetaldi s'échappe lui-même de Rome via Venise et revient alors à Raguse, où il reprend sa place dans le grand et le petit conseil de la république. Nommé juge à la cour d'appel en 1604, il est dans cette période chargé par le Sénat de veiller aux habitants de la ville de Ston atteints de paludisme. Cette ville, source de revenus importants pour Raguse grâce aux salines de la Neretva et de la presqu’île de Pelješac, est protégée des menaces de l'Empire ottoman et de Venise, par des remparts extérieurs sur plus de 5 kilomètres, et intérieurs sur 900 mètres[Note 6]. Il entreprend la consolidation de la tour semi-circulaire, Pozvizd[20], qui domine les fortifications de Ston. Sa nomination à la reconstruction des remparts de Ston a été acquise deux ans plus tôt par 22 voix contre 12 et une abstention[21]. Ghetaldi ne peut en revanche échapper à la maladie. Après une période de soins, il est parmi les envoyés du Sénat de la république auprès de Constantinople en 1606. Cette mission est jugée périlleuse, et la rumeur court qu'il y a laissé la vie. Cette rumeur court encore plusieurs années après ce voyage[22]. De nouveau à Raguse, et en correspondance avec les mathématiciens Christopher Grienberger, Clavius[23], Galilée et Paul Guldin, il se trouve, selon ses propres mots :

« Dans un coin du monde où l'on ne voit jamais de Gazette mathématique[24]. »

Paul Guldin, qui apprécie ses travaux, tente de le persuader d'éditer les œuvres complètes de Viète à Munich[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Secondes publications[modifier | modifier le code]

En 1607, il publie à Venise l'Apollonius redivivus seu restituta Apollonii Pergaei inclinationum geometria (restauration du livre d’Apollonios de Perga sur l'inclination), de nouveau dédicacé au cardinal Olivario[7], et le Supplementum Apollonii Galli seu exsuscitata Apollonii Pergaei tactionum geometriae pars reliqua (supplément à l'Apollon Français de François Viète), dédicacé à Paolo Emilio Cesi[7], marquis de Riano et neveu du cardinal Pier Donato Cesi[25], ainsi qu'un petit livre, Variorum problematum collectio (collection de problèmes variés), dédié à Marino Gozzi[7] et contenant 42 problèmes de géométrie et leurs solutions. Marino Ghetaldi écrit[26] :

« Je te dédie ce livre, à toi avec qui j'ai traversé pendant six ans la quasi-totalité de l'Europe. Et à dire vrai, je ne sais si personne connaît mieux que toi les préoccupations de mon esprit. »

En 1613, il publie Apollonius redivivus seu restituta Apollonii Pergaei se inclinationibus geometriae liber secundus (Le second livre des inclinations d'Apollonios de Perga), et entretient pendant quelque temps une polémique avec Clément Cyriaque de Mangin, à laquelle participe également son ami écossais Alexander Anderson et dans laquelle il s'agit de défendre la mémoire de François Viète.

Le mage et le consul[modifier | modifier le code]

Le palais du recteur de Raguse

Après son séjour à Constantinople, où il cherche en vain des manuscrits traduits du grec en arabe, Ghetaldi se spécialise dans l'élaboration d'instruments d'optique, miroirs paraboliques et télescopes. Il mène ses expériences dans une grotte demeurée célèbre encore aujourd'hui[27]. Le peuple et les marins le prennent alors pour un « mage » un peu fou. Dans une lettre à Clavius, il se flatte dès 1608 de pouvoir faire fondre sous le soleil le plomb, l'argent, et l'acier au foyer de son miroir, ce qui suppose une température de 1 200 °C[28],[29]. La même année (1608), le 20 février, il écrit à Galilée qu'il est comme enterré vivant à Raguse :

« Io sono qui come sepolto[30]. »

Chargé de l'office des vins, puis de la laine, et enfin consul pour les litiges civils et de nouveau juge à la cour d'appel, il est autorisé à revenir à Rome en 1620.

Il y vit un an, et est élu l'année suivante (sans jamais y siéger officiellement car l'Académie ne sait où il loge[31]) à l'Académie des Lynx. À cette époque les membres de l'Académie sont étroitement surveillés par le Saint-Office et Ghetaldi repart pour Raguse sans que l'Académie en sache les raisons[32].

En 1625, dans une lettre datée du 15 novembre, il écrit au « plus vieil ami qui lui reste », le mathématicien jésuite Christopher Grienberger, comment il se propose de mesurer le diamètre de la Terre à l'aide de calculs sur les triangles sphériques. Il meurt alors qu'il prépare un nouveau voyage pour Rome[33] afin de réaliser ce rêve d'arpenteur.

Mariage, amitiés et devises[modifier | modifier le code]

Marino Ghetaldi a épousé Marijom (ou Maria) Sorkočević, morte en couches, dont il a eu trois filles : Anica, Franica et Maria.

Il a également pour amis le mathématicien jésuite Théodose Rubeo[34], alias Rossi, élève de Clavius[35],[Note 7], le richissime botaniste Gian Vincenzo Pinelli et le mathématicien-astronome Paolo Sarpi, qui laisse de lui ce portrait[36] : « Ange pour le costume (les mœurs), démon pour les mathématiques. »

La maison des Ghetaldi à Raguse

Il est également lié au cardinal Serafino Olivario, prélat d'origine française, conseiller juridique et confident du pape[7]. Parmi ses amis, se trouve le poète écossais orientaliste George Strachan[37], qui vient à Paris en 1592, puis à Rome, et pousse ses périples linguistiques[38] jusqu'à Anah (seul est conservé son Album amicorum).

Quelques auteurs dont Montucla puis Maximilien Marie[39] dans son Histoire des sciences mathématiques et physiques affirment à tort que la mission dont il fut chargé près du Sultan interrompit ses travaux et qu'il ne revint pas de Constantinople.

Un distique lui est attribué, gravé sur la propriété des Ghetaldi :

« Restez à l'écart. Ne vous inquiétez pas de la jalousie, des disputes, ni de la vanité. Paix et tranquillité ornent la grotte, les jardins et les rochers. »

Enfin, dans sa préface au Promotus, il affirme modestement[40] :

« Is enim ego sum qui malim scire quam nosci, discere quam docere. »

L'œuvre de Ghetaldi[modifier | modifier le code]

Une œuvre entre deux siècles[modifier | modifier le code]

L'œuvre de Ghetaldi s'étend dans de nombreuses directions. Elle se situe à la charnière[41] entre le moment des grandes innovations de la fin du XVIe siècle et celui où vont véritablement se fixer les outils de l'algèbre et de la mécanique. Ghetaldi fait partie de ces générations intermédiaires, avec lesquelles il correspond, celles de Johannes Kepler, de Paul Guldin, de Willebrord Snell, de Jacques Aleaume, d'Albert Girard mais aussi de Jean de Beaugrand et d'Alexander Anderson ou de Paolo Sarpi, générations qui poursuivent les travaux de Copernic, de Viète, d'Harriot ou de Tycho Brahe, mais qui ne voient pas aboutir leurs efforts. Si Galilée se distingue d'eux par sa longévité, il est le seul qui peut recueillir une part du bénéfice de tant de travaux, dont le couronnement est l'œuvre des deux génération suivantes, avec Wallis, Fermat, Girard Desargues, Descartes, Frans van Schooten, Christian Huygens, Newton et pour finir Leibniz[42]. Il y a, par conséquent, quelque chose d'inachevé et de périphérique dans l'œuvre du mathématicien et physicien ragusain. Et cela n'est pas surprenant car son travail voit le jour à Raguse, dans une ville qui entre en déclin, située loin de tous les centres mathématiques, de sorte que, plusieurs fois dans sa vie, Ghetaldi manifeste la conscience de cet isolement. S'il publie, c'est à Paris, à Padoue, à Rome, à Venise, pas à Raguse. Quant à sa dernière œuvre, significativement, elle est publiée par ses filles à titre posthume via la chambre apostolique, à Rome, sous la protection du Cardinal Francesco Barberini, celui qui, trois ans après, tente en vain de protéger Galilée.

Car les travaux de Ghetaldi se développent à l'ombre de la compagnie de Jésus et de ses meilleurs soutiens, les deux mathématiciens pontificaux, Christopher Clavius et Christopher Grienberger, loin du foyer d'innovation qu'est à cette époque la Hollande protestante[43]. Son impossible affiliation à l’académie des Lynx marque d'ailleurs toute la difficulté pour les mathématiciens et physiciens italiens de la première moitié du XVIIe siècle de travailler en toute liberté, sans rendre de compte à Rome. Sarpi et Galilée ne connaissent-ils pas, dans les années 1610, le même type de difficultés à faire admettre leurs découvertes ? Il semble que Ghetaldi s'y soit plié de meilleure grâce qu'eux.

D'une façon plus particulière, Ghetaldi se fixe une limitation interne dans son approche des sciences, celle de restaurer — en latin, sa langue natale — les œuvres des anciens Grecs, et de le faire principalement à l'aide de l'outil géométrique. Alors que d'autres savants européens, un peu plus jeunes, plus loin de Rome, comme Albert Girard ou son ami Anderson se lancent dans la recherche de nouvelles inventions en algèbre, Ghetaldi tente de demeurer fidèle à ses premiers maîtres, Clavius et Coignet, ne faisant appel qu'en dernier ressort à l'algèbre nouvelle de Viète. Il le fait alors avec une grande dextérité ; si grande qu'il a pu être considéré parfois comme le précurseur de la géométrie analytique[41].

Ghetaldi physicien[modifier | modifier le code]

Le foyer du miroir parabolique

En sciences physiques, Ghetaldi accomplit plusieurs expériences sur la densité des matériaux, laissant d'excellentes mesures de ces densités ; il est également connu pour ses fabrications de verres teintés[44] ; son intérêt manifeste pour les miroirs et notamment les miroirs paraboliques, dont il décrit le foyer sont demeurés dans les mémoires ; outre ses ouvrages de poliorcétique, il est aussi connu pour ses tentatives de mesurer le rayon terrestre. Trente ans après près sa mort ses ouvrages sont toujours estimés et ses échelles de densités (publiées dans le Promotus Archimedes) sont encore reprises, notamment par Gaspar Schott, qui les intègre telles quelles dans sa Magia universalis de 1658.

Ghetaldi mathématicien[modifier | modifier le code]

En mathématiques, l'œuvre de Ghetaldi est encore plus considérable. Élève de Michel Coignet et de Christopher Clau[45], correspondant de Galileo Galilée et ami d'Alexander Anderson, il est un émule patient d'Apollonios de Perga et rédige deux livres à sa gloire. Mais surtout, il édite, popularise[46] et poursuit l'œuvre de Viète, qu'il complète par de nombreux ouvrages annonçant les découvertes de Pierre de Fermat et de Girard Desargues.

La plus importante contribution de Ghetaldi aux mathématiques est son application de l'algèbre à la géométrie, particulièrement dans son De resolutione et de compositione mathematica, libri quinque, publié à titre posthume par ses filles, Anna Francesca et Maria (elles publièrent ce livre en respectant la volonté de leur père de le dédicacer au Cardinal Francesco Barberini). Dans cet ouvrage, Ghetaldi annonce, dix ans avant, la Géométrie du philosophe de la Haye, et, huit ans avant, Pierre Hérigone et son mathematicus cursus. Cette publication a parfois été considérée comme le premier livre de géométrie analytique[47] jamais publié.

croix pattée

À la page 240 de cette dernière publication[48], apparaît notamment dans l'écriture F in A+G in A--AQaequabitur ZQ l'équation d'une conique[Note 8]. Remarquable également dans cet ouvrage la forme particulière du symbole « '+' », proche d'une croix pattée ou d'une croix de Malte, que Ghetaldi emploie et qui se trouve également chez De Hortega (dans son tractado subtillissimo de arithmetica y geometria 1563), Guillaume Klebitius (en 1565), Adrien Romain (en 1593) et, ultérieurement, René Descartes[49].

Dans les années qui suivent sa disparition, le travail mathématique de Ghetaldi influence particulièrement Paolo Sarpi, Antonio Santini[50], Jean de Beaugrand[46], Giovanni Camillo Glorioso et Carlo Renaldini[51], l'un des derniers Italiens à adopter le langage de l'algèbre nouvelle, ainsi que le mathématicien anglais William Oughtred, qui reprend une partie de ses résultats dans ses Opuscula mathematica.

Une œuvre en mouvement[modifier | modifier le code]

Marino Ghetaldi (Galerie des Ragusains illustres)

Que ce soit par manque de temps, à cause de ses charges dans la République ou bien du peu d'importance qu'il attache à délimiter le champ de ses propositions, les travaux de Ghetaldi ne sont pas exempts d'incorrections ou d'erreurs[52]. De surcroît, il demeure prisonnier de la volonté de reconstruction des livres de l'Antiquité. Cette quête domine les mathématiques de la Renaissance tardive (jusqu'à Hérigone), et Ghetaldi n'y échappe pas. Comme ses prédécesseurs, Francesco Maurolico ou Marule, Viète, ou Snellius, Ghetaldi innove en croyant retrouver le véritable langage algébrique de Pappos, de Diophante, de Théon d'Alexandrie ou d’Apollonios de Perga. Au travers de cette redécouverte, dans un style tout nouveau, de l'Analyse d'Apollonios, la dépassant par là même singulièrement selon les mots de Jean Itard[53], Ghetaldi laisse entrevoir dans son dernier ouvrage, publié à titre posthume, les premiers développements de la géométrie analytique.

Pour autant, cette évolution ne se fait pas sans hésitation, ni combat. Elle commence en 1603, quand, dans son De Variorum, Ghetaldi résout trois sortes de problèmes par des méthodes purement géométriques. Il n'y donne pas toujours les conditions dans lesquelles s'appliquent ses résolutions.

Dans Nonnullae propositiones de parabola, Ghetaldi ne parvient pas non plus à démontrer parfaitement l'identité des paraboles obtenues par section d'un cône oblique et celles obtenues par section d'un cône de révolution[52].

Plus tard, dans Supplementum Apollonii Galli, il ne résout qu'imparfaitement le cinquième problème d'Apollonios.

Cette dernière erreur provoque la publication en 1612 par Alexander Anderson de son Supplementum Apollonii redivi[52]. Le traité de l'Écossais est alors apporté à Raguse par l'orientaliste George Strachan et donne lieu à une correction de Ghetaldi en 1613 dans son Apollonius redivivus seu restitutae Apollonü Pergaei de inclinationibus geometriae, liber secundus. Quoique leurs méthodes de résolution de ce cinquième problème d'Apollonios soient différentes, Ghetaldi marque dans sa préface tout le respect qu'il doit aux travaux de l'Écossais. Anderson, de son côté, dédicace à Ghetaldi la publication en 1615 de ses Zététiques des problèmes d'Apollonius. Une amitié mathématique se noue autour de l'héritage de Viète.

Mais, en 1616, Ghetaldi s'attire les foudres du mathématicien bourguignon Clément Cyriaque de Mangin[54] pour son ouvrage de 1603. Mangin (puis Jacob Christmann et ultérieurement de Michelangelo Ricci) lui reproche particulièrement ses erreurs dans la résolution d'un problème dû à Regiomontanus : De triangulis planis et sphaerecis (Des triangles plans et sphériques, première édition 1533).

Alors, en 1617, c'est Alexander Anderson qui défend Ghetaldi et l'honneur de l'école de François Viète (nommément cité par De Mangin), en publiant une réponse, cinglante, Animadversionis in Francisum Vietam a Clemento Cyriaco nuper brevis Διακρισις, contre Cyriaque. Anderson en complète d'ailleurs sa résolution, en 1619, dans Exercitationum mathematicorum decas primas.

Lorsqu'à la fin de sa vie, Ghetaldi revient une dernière fois sur cette démonstration défectueuse, il le fait avec la volonté de résoudre cette difficile question par de nouvelles méthodes. Cela se retrouve en effet dans son dernier ouvrage, le De resolutione et de compositione mathematica, libri quinque, qui s'ouvre par la liste des propositions à démontrer et donne les solutions algébriques à quelques problèmes d'Apollonios de Perga[55] que Ghetaldi a déjà résolus géométriquement (sans préciser les conditions limites des grandeurs en jeu) dans ses premières publications. Ghetaldi y reprend alors le cinquième problème d'Apollonios par les méthodes de l'algèbre nouvelle (sans citer les travaux qu'Anderson a consacrés à ce sujet en 1619, faute de ne pas les avoir reçus selon Ronald Calinger[52] car vraisemblablement, l'Écossais est mort entre temps). Ce travail novateur, dans lequel apparaissent les premières traces de géométrie analytique, a fait l'objet d'études approfondies par Eugène Gelcich en 1882[Note 9].

Publications[modifier | modifier le code]

De son vivant Ghetaldi publie six ouvrages mais son œuvre principale est publiée à titre posthume :

On lui doit également la construction d'un miroir parabolique conservé jusqu'au XIXe siècle dans les collections de la famille Barbarini, puis au musée maritime de Londres[56] ainsi qu'en 1604 la construction d'une tour Pozvizd, faisant partie du système de fortification de Raguse.

Retentissement[modifier | modifier le code]

Le blason de la famille Ghetaldi

Ghetaldi est reconnu très tôt comme un des meilleurs géomètres et algébristes de son temps. Dès 1603, Henry Percy, le protecteur de Thomas Harriot et neuvième comte de Northumberland a entendu parler de lui[57]. Une certaine concurrence s'établit d'ailleurs autour d'Harriot à propos des mesures des densités. En France, moins de quatre ans après sa disparition, Pierre Hérigone donne, à la fin du premier volume de son Cursus Mathematicus, quatre problèmes sous le titre de La géométrie d'inclinations d'Apollonius Pergeus, restituée par Marinus Ghetaldus (Apollonii Pergaei inclinationum geometria, a Marino Ghetaldo restituta). Cet emprunt, qui va de la page 905 à 914 n'est autre que l’Apollonius redivivus seu restituta Apollonii Pergaei inclinationum geometria, ou du moins 4 problèmes de ce traité. Quant à Johannes Kepler, il le prise, selon ses lettres, comme l'égal de Galilée. Il est également apprécié par Mersenne et Claude Mydorge[58],[59].

 la fin du XVIIe siècle, les travaux de Marino Ghetaldi sont encore tenus en grande estime par de nombreux savants, notamment l'Anglais Edmond Halley et le Hollandais Christian Huygens. Le Français Montucla le cite encore dans son histoire, mais donne à Descartes toute la gloire de l'invention de la géométrie analytique. Au siècle suivant, Charles Bossut et Joseph-Louis Lagrange l'ont quasiment rayé de leur histoire des sciences[57]. Les Allemands lui rendent néanmoins hommage[57], notamment Abraham Gotthelf Kästner. En fait, son influence se maintient au XVIIIe siècle par l'entremise des Anglais, John Lawson[60], Samuel Horsley[61], Reuben Burrow[62] qui empruntent beaucoup à ses travaux[6]. Ils sont suivis au siècle suivant par Johann Wilhelm Von Camerer (1763-1847)[63] et Daniel Schwenter[52].

Au XIXe siècle, Michel Chasles semble ignorer son importance et n'en parle qu'incidemment en marge de Viète[64]. Les Italiens Francesco Maria Appendini[65] et G. Barbieri lui rendent un hommage en 1802 puis 1840, dans leurs galeries de Ragusains illustres. Ils sont suivis seize ans plus tard par le Croate Simeone Gliubich. En 1868, l'éditeur de la Penny encyclopédie, Charles Knight, lui consacre quelques pages dans ses biographies[66] mais il faudra attendre la fin du XIXe siècle, avec Antonio Favaro, Heinrich Wieleitner (1874-1931)[67] et le Croate Eugène Gelcich (un professeur à l'école navale de Pola, en Autriche) pour que son rôle soit pleinement reconnu. Pour autant, ses œuvres n'ont toujours pas été traduites du latin.

Michael Sean Mahoney évoque dans The beginnings of algebraic thought[68] l'importance du De resolutione et compositione mathematica ; il lui rend un vibrant hommage dans The mathematical career of Pierre de Fermat, 1601-1665[69], précisant avec quels soins Ghetaldi accomplit les étapes zététique et poristique des problèmes géométriques qu'il a en vue, mais aussi la vigilance avec laquelle il suit dans leur exégèse, les étapes de la poristique. Mahonney juge par exemple qu’il se montre particulièrement utile dans la compréhension de théorèmes que Fermat laisse, quelques années plus tard, à la sagacité de son lecteur[70]. Plus récemment, son œuvre a été entièrement rééditée, et commentée, par l'astronome croate Zarko Dadic[71].

Dans sa patrie, la renommée de Marino Ghetaldi est longtemps demeurée à l'honneur : au XIXe, Raguse donne encore son nom à un navire et, de nos jours, il est un des rares mathématiciens à posséder sa page Facebook[réf. nécessaire], alors qu'il fait toujours la une des hebdomadaires locaux à la date anniversaire de sa mort (le 7 ou le 8 avril)[Note 10].

Quant à la grotte, située au pied du mont Bergato, dans laquelle il travaillait à ses expériences d'optique, cette grotte de Raguse, où il menait ses expériences sur les miroirs, et reliée à sa villa par un escalier dérobé selon l'écrivain Andrew Archibald Paton[72], cette grotte qui lui conféra auprès des populations locales la réputation d'un ermite et d'un mage, elle porte depuis son surnom de bête[73].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aucun argument ne semble permettre de trancher entre la date de 1568, plus moderne, citée par Žarko Dadić et Saltykov dans Souvenirs concernant le géomètre yougoslave Marinus Ghetaldi (1968) et la date de 1566, plus ancienne, citée par John Gardner Wilkinson, Maximilien Marie ou Andrew Archibald Paton
  2. 1627 selon Antonio Favaro, Wilkinson et Patton mais 1626 d'après Michel Chasles, Johann Christoph Heilbronner, le Dictionary of Scientific Biography (New York 1970-1990) et H Wieleitner, Marino Ghetaldi, Marino Ghetaldi und die Anfänge der Koordinatengeometrie, 1915, in Bibliotheca mathematica.
  3. (en) L'article d'Adam S. Eterovich, Sur les Croates en Angleterre au temps de Ghetaldi, sur le site croatians.com est la seule source disponible sur les tribulations des deux amis en Angleterre et la raison de ce voyage, lié à l'héritage que doit recueillir le neveu du banquier Nicolas Gozzi [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  4. Federico Samminiati (1573?-1632) étudie à Anvers avec Michel Coignet, et publie en 1599 dans cette ville (qu'il considère comme sa patrie) un recueil de tables astronomiques où se trouvent des vers de Michel Coignet, ainsi que des extraits de lettres de Coignet à Mercator et quelques commentaires élogieux de Marino Ghetaldi sur le travail de Saminiati. (it) Cesare Lucchesini, Memorie e documenti per servire all'istoria del principato lucchese, Volume 9 (mémoires et documents pour servir à l'histoire de la principauté de Lucques), 1825, Presses Francesco Bertini, 268 p. [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  5. Un acte notarial l'y donne présent le comme témoin du (hr) testament de Nicolas Gucetic (article d'Ivica Martinovic, publié sur le site Znanost u Hrvata - science en Croatie[lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)]
  6. Une photographie des fortifications intérieures est disponible sur photos-voyages.com et une photographie des remparts de Ston, travail de Naru Kenji est disponible sur panoramino, par 42° 50' 8.84" N et 17° 41' 33.75" E.
  7. Théodose de Rossi est cité par Johannes Kepler d'aprèsThree imperial mathematicians d'Edward Rosen, Abaris Books, 1986 (ISBN 0898352428), p. 204 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]. Il est porte-bouclier papal ; il demeure de lui son nécessaire à dessins (sur le site de l'observatoire de Paris), ainsi qu'une horloge solaire (sur le site italien consacré à la gnomonique).
  8. S'y lit aussi la filiation directe entre les notations algébriques de Ghetaldi et celles de son ancien ami, François Viète. Contrairement à Ghetaldi, Blaise Pascal emploie par exemple, quelque 30 ans plus tard, la notation aequatur (présent) en lieu et place d'aequabitur (futur), comme le faisait avant Viète Francesco Maurolico [lire en ligne].
  9. Une liste d'ouvrages d'Eugène Gelcich est disponible à cette adresse sur Abe.book.
  10. Anniversaire de la mort de Ghetaldi signalée en première page du Dubrovacki list (la feuille de Dubrovnik) [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Harriet Bjelovučić, The Ragusan Republic: victim of Napoleon and its own conservatismHarriet Bjelovučić, Brill Archive,‎ 1970, 192 p. (lire en ligne)
  2. Egidio Festa, Vincent Jullien, Maurizio, Géométrie, atomisme et vide dans l'école de Galilée, publié à Florence, Fontenay et Saint-Cloud par l'Instituto e museo di storia della scienza, ENS éd., 1999 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]. p. 82(ISBN 2902126514).
  3. Pierre Boutroux, Les Principes de l'Analyse Mathématique, Librairie A Hermann et Files, première édition 1919, [lire en ligne (page consultée le 9 mars 2011)].
  4. National Maritime Museum, Park Row, Greenwich, Londres
  5. (en) Les écrivains croates de langue latine extrait d'un article de Branko Franolic, Works of croatian latinists recorded in the British library general catalogue (travaux des latinistes croates conservés dans le catalogue général des bibliothèques britanniques), Croatian Information Center (décembre 1998)(ISBN 953-6058-26-X) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  6. a, b, c et d (en) Nenand Trinajstic, The Great Men of Croatian Science (« les grands hommes de Croatie », 1996), article disponible sur le site sciences et Croatie [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  7. a, b, c, d, e et f (it) G. Barbieri, Galleria di ragusei illustri] (portrait de Ragusains illustres), section XVII, Martecchini, 1841, 208 pages, non paginé [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  8. a, b, c et d (hr) Ivan Drazic, Marino Ghetaldi ; vie et travaux d'un mathématicien croate (Marino Ghetaldi- život i djelo oca hrvatske matematike), publié par Matematika i škola, časopis za nastavu matematike (1332-0327) VI (2004), 27, p. 78-83 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  9. Article Ghetaldi de Mactutor [lire en ligne (page consultée le 21 janvier 2011)]
  10. (en) Christine Jones Schofield évoque l'Harmonicon céleste, in Tychonic and semi-Tychonic world systems (les systèmes du monde selon Tycho-Brahé) note 110, p. 326. Ayer Publishing, 1981 (ISBN 0405138598) [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  11. Florian Cajori, a history of arithmetical method (1907) [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  12. (en) Francis Maseres, a specimen of vieta's method of resolving algebraic equations by approximation, Londres (un exemple des méthodes de Viète pour la résolution approchée des équations algèbriques), 1800, ex. au Bristish Museum
  13. Bulletin de la Société archéologique de Touraine, Volume IL], Tours 2003, p. 152. [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  14. Un extrait de lettre de Ghetaldi sur le site de Jean Paul Guichard [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  15. (it) Aurelio Angelo Bianchi-Giovini, Biografia di Frà Paolo Sarpi: teologo e consultore di stato della repubblica Veneta] (Paolo Sarpi, théologien et expert de la république de Venise), Zürich, 1836 ; D.G. Bellini, 1847, p. 322 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)] (livre mis à l'index [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]).
  16. (en) Mordechai Feingold, The new science and Jesuit science: seventeenth century perspectives (la science moderne et les jésuites, perspectives au XVIIe siècle) Springer, 2003 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)], p. 119 (ISBN 1402008481).
  17. (en) Paul Oskar Kristeller, Iter Italicum: A finding list of uncatalogued or incompletely catalogued humanistic Mss, Volume 1 Italy: Agrigento-Novara (une liste des manuscrits italiens non – ou mal – catalogués), Brill, 1977 (ISBN 9004012540), répertorie, p. 147, une partie des lettres de Galilée [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  18. John Ward, Le guide des jeunes mathématiciens, ou Abregé des mathématiques, a la portée de tous chez Ch. An. Jombert, Imprimeur-Libraire, 1756, p. 133 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  19. (en) John J. Roche, The mathematics of measurement: a critical history (histoire critique de la mesure), Springer, 1998, p. 59 et 91 (ISBN 0387915818) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  20. Une photographie des ruines de Pozvizd (1335) est disponible sur Destinacije.com
  21. . La reconstruction de la forteresse de Ston est votée en janvier 1603 et commencée en mars in M. Foretic, Katalog izložbe o životu i radu Marina Ghetaldic, Zagreb, 1968, Institut d'histoire de l'Académie des sciences, (p. 15).
  22. En 1609, Montucla le donne encore pour mort au cours de sa mission vers la Sublime Porte, sur Mac Tutor).
  23. (en) Chikara Sasaki, Descartes's mathematical thought (la pensée mathématique de Descartes), Springer, 2003, p. 83, 72 et 75 (ISBN 1402017464) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  24. Cette lettre de Marino Ghetaldi au père Christopher Grienberger date de septembre 1604 et affirme textuellement, u kutu svijeta u kojem se ne može vidjeti nijedna matematička novina (Dans un coin du monde où ne peut se voir aucun journal mathématique). Elle est citée par Ivica Martinović d'après R.G. Villoslada : Storia del Collegio Romano dal suo inizio (1551) alla soppressione della Compagnia di Gesù (1773), Universitas Gregoriana, Rim, 1954, pp. 195-199 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  25. Montaigne, Journal de voyage publié avec une introduction, des notes, une table des noms propres, et la traduction du texte italien de Montaigne, p. 363, édition commenté par Louis Lautrey, éditée par Hachette (1906) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  26. A te, egli dice, intitolo questo libro, a te col quale ho trascorsa per sei anni quasi l'intera Europa. E per dir vero, non so se il campo del mio intelletto riconosca un migliore cultore di te, écrit-il à Marino Gozzi, d'après (it) G. Barbieri, Galleria di ragusei illustri, section XVII, Martecchini, 1841, 208 pages, non paginé [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  27. (hr) Une photographie de Betina Špilja, c'est-à-dire de la grotte de la bête, travail d'Ivo Banovacet une autre, prise par martinavsont disponibles sur panoramio
  28. (hr) D'après Ivica Martinovic, Marino Ghetaldic, sur le site Znanost u Hrvata (Sciences en Craotie) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  29. Une photographie de ce miroir se trouve ici, extrait d'un article d'Ivica Martinovic [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  30. Littéralement : « Je suis ici comme enterré », in Ž. Dadic, Les Croates et les sciences exactes à l'aube de l'âge classique, Zagreb, 1994, pp. 155-192
  31. D'après Richard S. Westfall (du département de philosophie de l'université de l'Indiana), dans une courte biographie de Ghetaldi, publiée sur Galileo.rice.edu [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  32. Marino Ghetaldi sur Galileo.rice.edu(ibid)
  33. (it) Francesco Maria Appendini, Notizie istorico-critiche sulle antichità, storia e letteratura de Ragusei, Volume 2 (notice critico-historique sur l'antiquité, l'histoire et la littérature de Raguse), imprimé pari A. Martecchini, 1803, p. 104. Apprndini affirme Ma il Ghetaldi mori, allorché si disponeva alla partenza per Roma (mais Ghetaldi meurt, alors qu'il se dispose à partir pour Rome) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  34. (it) Šime Ljubić, Dizionario biografico degli uomini illustri della Dalmazia (dictionnaire biographique des hommes illustres de la Dalmatie), Lechner, 1836, p. 142 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  35. Publication de Rossi, alias Rubeus, sur worldcat [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)], ou Amazon.fr [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]. Certaines de ses publications se retrouvent dans les collections des décisions de la rote romaine, [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  36. « Un angelo di costumi (de mœurs) et demonio nelle mathematiche » dans G. Barbieri, Galleria di ragusei illustri] (Portrait des Ragusains illustres), p. 6 de la section XVII [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  37. (en) Alasdair A. MacDonald, Michael Lynch, Ian Borthwick Cowan, The Renaissance in Scotland : studies in literature, religion, history, and culture offered to John Durkhan (la renaissance en Écosse, études ittéraires, religieuse, historiques et culturelles dédiées à John Durkhan), édité par BRILL, 1994 (ISBN 9004100970) p. 414 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  38. (en) Jenny Wormald, Court, kirk, and community : Scotland, 1470-1625 (la Cour, les églises et la communauté écossaises), Edinburgh University Press, 1991(ISBN 0748602763), p. 185 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  39. Maximilien Marie, Histoire des sciences mathématiques et physiques (1883), Gauthier-Villars, Paris [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  40. Ce mot qui signifie « je suis de ceux qui préfèreraient savoir plutôt qu'être célèbre, apprendre qu'enseigner », se retrouve dans The Works of Francis Bacon (l'œuvre de Francis Bacon) : « mieux vaut connaître qu'être connu... » (p. 192), [lire en ligne (page consultée le 20septembre 2010)]. C'est également une réminiscence de saint Augustin : « mieux vaut apprendre qu'enseigner » d'après la revue des études augustiniennes 1999) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  41. a et b Article de C. Dolbeau, Des savants croates à Paris sur le site des Études Croates [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  42. Pour compléter l'étude de cette période charnière, consulter (en) J. Ridgeway, The British and foreign review, volume 1, 1835, p. 142-150 [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)] et Egidio Festa, Vincent Jullien, Maurizio Torrini, Géométrie, atomisme et vide dans l'école de Galilée (ENS éd., 1999), p. 82, (ISBN 2-902126-51-4) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  43. L'attraction qu'exerce sur l'Europe savante le dynamisme de la Hollande du « siècle d'or » et les raisons financières de ce dynamisme in Christophe De Voogd, La civilisation du "Siècle d'or" aux Pays-Bas, article de l'Ancien directeur de la Maison Descartes (Institut français des Pays-Bas) sur le site Clio [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  44. (en) J.J. O'Connor et E.F. Robertson, article Marino Ghetaldi, in MacTutor History of Mathematics archive, 1996 [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  45. Sept lettres de Gnetaldi à Clavus, écrites entre 1602 et 1608 sont parvenues jusqu'au XXIe siècle. Eberhard Knobloch, « Sur la vie et l'œuvre de Christophore Clavius (1538-1612) », Revue d'histoire des sciences, 1988, Volume 41, p. 353 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  46. a et b (it) Antonio-Carlo Garibaldi, La prima diffusione di Vieta in Italia, (département de mathématique de l'université de Gènes) publié à l'occasion du quatrième congrès de la SISM (Société italienne d’histoire des mathématiques), en 2004, p. 28 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  47. (it) Francesco Maria Appendini, Notizie istorico-critiche sulle antichità: storia e letteratura de Ragusei A. Martecchini, 1803, p. 47 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  48. Au travers de la façon dont Ghetaldi écrit dans son De resolutione sur le site European Cultural Heritage Online [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  49. Florian Cajori, A history of mathematical notations, Volumes 1 à 2, p. 238 dans la réedition chez Courier Dover Publications, 1993 (ISBN 0486677664) [lire en ligne (page consultée le 25 septembre 2010)]
  50. Le père somasque Antonio Santini (1577-1662), élève de Galilée et bon algébriste, professeur de mathématiques à la Sapience, enseigne à Gènes, et connaît le père Mersenne et les Dupuy. Il publie en 1644 un Svpplementi Francisci Vietae, ac geometriae totivs instavratioapud P. Deshayes, 1644 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)], ainsi que De reflexionis puncto ad opticen, geometrica instauratio, 1645 ; Inclinativm appendix seù to geometriae (typographia P. Camaccij, 1648 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)] ; In geometria male restaurata ab authore A.S.L. rimae detectae (Typographia Ludouici Montiae, 1650) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  51. Egidio Festa, Vincent Jullien, Maurizio Torrini, Géométrie, atomisme et vide dans l'école de Galilée, Firenze- Fontenay et Saint-Cloud : Istituto e museo di storia della scienza - ENS éd., 1999, p. 81 (ISBN 2902126514) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  52. a, b, c, d et e (en) Ronald Calinger, mathematica : historical research and integration with teaching (La vie mathématique : recherches historiques en vue de l'enseignement), Cambridge University Press, 1996, p. 122 (ISBN 0883850974) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  53. Jean Itard, La géométrie de Descartes, conférence faite au Palais de la découverte, le ou en collaboration avec Rushdi Rashed, Essais d'histoire des mathématiques, édité par la librairie scientifique et technique Albert Blanchard, 1984(ISBN 2853670430).
  54. Clément Cyriaque de Mangin édité par Denis Henrion, publie contre Viète et contre Ghétaldi Problemata duo nobilissima, quorum nec analysin geometricam, videntu te nuisse Ioannes Regiomontanus et Petrus Nonius, nec demonstrandum satis accuratam repraesentasse, Franciscus Vieta et Marinus Ghetaldus, nunc demum a Clemente Cyriaco diligentius elaborata et novia analyseon formis exulta. ; voir Calinger, Vita mathematica: historical research and integration with teaching, p. 122 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)] ; ou Charles Knight, The Penny cyclopædia of the Society for the Diffusion of Useful Knowledge, p. 313 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  55. (en) Žarko Dadić, Some methodological aspects of Getaldić's mathematical works, Institute for the history of natural, mathematical, and medical sciences, Zagreb, Yougoslavie (quelques aspects méthodologiques des travaux de Ghetaldi).
  56. Ce miroir de 71 cm de diamètre apparaît dans la collection Barbarini sous le nom de Descarte 884 ; il est répertorié par Koenraad van Cleempoel et Silke Ackermann dans Astrolabes at Greenwich: a catalogue of the astrolabes in the National Maritime Museum, Greenwich, Oxford University Press, 2005, p. 12 (ISBN 0198530692).[lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)]
  57. a, b et c Franz Xaver von Zach, Correspondance astronomique, géographique, hydrographique et statistique, Bonaudo, Gènes, 1822, p. 130 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  58. Dans la correspondance du P. Marin Mersenne : 1617-1627, éditée par Mme veuve Tannery (G. Beauchesne, 1933), p. 247
  59. Mydorge, Examen du livre de Leurechon, 1630, p. 260
  60. (en) John Lawson, The two books of Apollonius Pergaeus, concerning tangencies, as they have been restored by Franciscus Vieta and Marinus Ghetaldus : with a supplement to which is now added, a second supplement, being Mons. Fermat's Treatise on spherical tangencies (« les deux livres d'Apollonius, sur les tangentes, comme ils furent restaurés par François Viète et Marino Ghetaldi, avec un supplément de Pierre de Fermat extrait de son traité sur les tangentes »), Bigg, Londres, 1771, disponible sur ECHO [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  61. (de) Samuel Horsley, Wilhelm Adolf Diesterweg, Die Bücher des Apollonius von Perga De Inclinationibus (le livre d'Apollonios de Perga, de l'inclination), G. Reimer, Berlin, 1823 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  62. Reuben Burrow, A restitution of the geometrical treatise of Apollonius Pergæus on inclinations. Also the theory of gunnery; or the doctrine of projectiles in a non-resisting medium chez C. Etherington, 1779, à Londres (une restauration du traité géométrique d'Apolonius de Perge sur l'inclination, ainsi que la théorie des projectiles dans un milieu sans resistance), disponible via National Library of Australia.
  63. Une restauration d'Apollonios par John William Camerer apparut à Gotha en 1795, contenant aussi une histoire (curieuse et correcte) du problème, et intéressante par les informations qu'elle fournit sur le travail de mathématiciens sur ce problème, in Hugh James Rose, A new general biographical dictionary, projected and partly arranged by H.J. Rose (un nouveau dictionnaire biographique général), Volume II, B. Fellowes et consort, 1848, p. 51 [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  64. Michel Chasles, Aperçu historique sur l'origine et le développement des méthodes en en géométrie: particulièrement de celles qui se rapportent à la géometrie moderne, suivi d'un mémoire de géométrie sur deux principes généreaux de la science, la dualité et l'homographie, M. Hayez, 1837, p. 42
  65. Francesco Maria Appendini dresse de lui un portrait complet dans sa notice sur les Ragusains célèbres, (it) Notizie istorico-critiche sulle antichita storia e letteratura de' Ragusei (1802), p. 44 et suivantes [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)]
  66. (en) Charles Knight, Biography: Third division of the English encyclopedia, Volume 6, chez Bradbury, Evans & Co., 1868, p. 383 [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  67. (de) Heinrich Wieleitner, Marino Ghetaldi und die Anfange der Koordinatengeometrie (Bibliotheca mathematica) (Ghetaldi et le début de la géométrie du repérage), dont un compte rendu se trouve dans L'enseignement mathématique, revue internationale, Gauthier-Villars, Paris, 1914, [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  68. (en) Michael Sean Mahoney, The beginnings of algebraic thought (les origines de la pensée algébrique), un des articles dusite qui lui rend hommage à Princeton. [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].
  69. (en) Michael Sean Mahoney, The mathematical career of Pierre de Fermat, 1601-1665 publié par Princeton University Press, 1994 (ISBN 0691036667) [lire en ligne (page consultée le 20 septembre 2010)].
  70. ibid p. 47.
  71. Marino Ghetaldi, Zarko Dadic, Opera Omnia (ASIN B002G7P0U0) (Zagreb, Institut za povijest prirodnih, matematickih i medicinskih nauka JAZU, 1968).
  72. Andrew Archibald Paton (1811-1874), Researches on the Danube and the Adriatic Elibron 1861, réimprimé par Adegi Graphics LLC, 2002 p. 233 (ISBN 1402159927) [lire en ligne (page consultée le 9 mars 2011)].
  73. (it) Francesco Maria Appendini, Che Bete è Marino Ghetaldi in Notizie istorico-critiche sulle antichità, A. Martecchini, 1803, p. 46 [lire en ligne (page consultée le 23 septembre 2010)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) G. Barbieri, Galleria di ragusei illustri ou Tableau de Ragusains illustres, Martecchini éditeur, 1841 [lire en ligne (page consultée le 15 septembre 2010)].
  • (de) Gelcich, Eine Studie über die Entdeckung der Analytischen Geometrie mit Berücksichtigung eines Werkes des Marino Ghetaldi Patrizier Ragusaer, Leipzig, 1882, 39 pages.
  • Nikolai Saltykow, Souvenirs concernant le géomètre yougoslave Marinus Ghetaldi, conservés à Doubrovnik, en Dalmatie, Bruges, Isis, 1938.
  • Karin Reich, « Quelques remarques sur Marinus Ghetaldus et François Viète », dans les Actes du symposium international - La géométrie et l'algèbre au début du XVIIe siècle, Zagreb, 1969, S. 171–174.
  • (it) A. Favaro, Marino Ghetaldi, Amici e corrisponsdenti di Galileo, (Marino Ghetaldi, ami et correspondant de Galilée), Florence, 1983, vol 2, pp. 911-934.
  • (en) P.D. Napolitani, The geometrization of physical reality : specific gravity in Ghetaldi and Galileo, dans Bollettino di storia delle scienze matematiche, no 8 (2), 1988, pp. 139-237.
  • (it) L. Maieru, « Marino Ghetaldi's : Nonnullae propositiones de parabola », dans Archive for history of exact sciences, no 40 (3), 1989, pp. 207-245.
  • P. Radelet-de Grave, Edoardo Benvenuto, Entre Mécanique et Architecture - Between Mechanics and Architecture, Birkhäuser, 1995 (ISBN 3764351284) [lire en ligne (page consultée le 15 septembre 2010)].
  • (en) Ronald Calinger, Zarko Dadic, Vita mathematica: historical research and integration with teaching, Cambridge University Press, 1996, pp. 115-122 (ISBN 0883850974) [lire en ligne (page consultée le 15 septembre 2010)].
  • (en) H. J. M. Bos, Redefining geometrical exactness, Springer, 2001, p. 109 (ISBN 0387950907).

Liens et sources externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Marino Ghetaldi sur MacTutor
  • (hr) La page (en croate) Ghetaldi d'Ivan Drazic
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 5 octobre 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.