Marin Cureau de La Chambre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cureau de La Chambre

Marin Cureau de La Chambre

Description de cette image, également commentée ci-après

Marin Cureau de La Chambre

Naissance 1594
Saint-Jean-d'Assé
Décès 29 décembre 1669
Paris
Profession Médecin et philosophe
Activité principale Conseiller et médecin de Louis XIV
Distinctions

Marin Cureau de La Chambre, né à Saint-Jean-d'Assé en 1594 et mort à Paris le 29 décembre 1669, est un médecin et philosophe français, conseiller et médecin de Louis XIV.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ignore tout de sa jeunesse et de ses études. À l’âge adulte, il est médecin au Mans. Vers 1630, il s’établit à Paris, où il se lie avec Pierre Séguier et devient son médecin. Il fréquente les salons de Madeleine de Scudéry et de la marquise de Sablé et impressionne les précieuses par ses qualités de psychologue. Il devient l’un des premiers membres de l’Académie française en 1634. Après avoir été médecin de Louis XIV, peut-être dès 1642, il achète en 1650 la charge de médecin ordinaire du roi. Louis XIV lui témoigne une affection particulière : on rapporte qu’il « était si persuadé du talent de ce médecin habile pour juger du caractère des gens d’après leur physionomie, que ce monarque n’était souvent déterminé dans ses choix qu’après avoir consulté cet oracle[1]. » En 1666, il devient l’un des premiers membres de l’Académie royale des sciences.

Parallèlement à ses activités médicales et mondaines, Marin Cureau de La Chambre mène durant toute sa vie une réflexion philosophique sur l’homme, sa physiologie et sa psychologie. Il dit à propos de ses Caractères des passions, paru en cinq volumes entre 1640 et 1662 :

« [C’est un livre] où je veux examiner les Passions, les Vertus & les Vices, les Mœurs et les Coûtumes des Peuples, les diverses Inclinations des Hommes, leurs Tempéramens, les Traicts de leur visage ; en un mot où je prétends mettre ce que la Médecine, la Morale & la Politique ont de plus rare et de plus excellent[2]. »

Son fils Pierre Cureau de La Chambre (1640-1693) lui succède en 1670 à l’Académie française. L’astéroïde (7126) Cureau, découvert en 1991 par Eric Walter Elst, a été nommé après lui.

Son autre fils François Cureau de La Chambre (1630-1680) fut médecin de la reine et des enfants de France.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Nouvelles pensées sur les causes de la lumière, du desbordement du Nil et de l'amour d'inclination (1634)
  • Nouvelles conjectures sur la digestion (1636)
  • Traitté des libertez de l'Église de France (1639)
  • Les Charactères des passions (5 volumes, 1640-1662). vol. 2 : Où il est traitté de la nature et des effets des passions courageuses. Volume III & IV. Où il est traitté de la Nature & des Effets de la haine et de la douleur. vol. V : Où il est traitté de la Nature, des Causes & des Effects des larmes, de la crainte, du désespoir Texte en ligne 1 2 3 et 4 5
  • Nouvelles observations et conjectures sur l'iris (1650)
  • Traité de la connoissance des animaux, où tout ce qui a esté dict pour et contre le raisonnement des bestes est examiné par le sieur de La Chambre (1647). Réédition : Fayard, Paris, 1989.
  • Discours sur les principes de la chiromancie (1653)
  • Novae methodi pro explanandis Hippocrate et Aristotele specimen, clarissimis scholae parisiensis medicis, D. D. Marinus Curaeus de La Chambre. Suivi de : La Physique d'Aristote mise en françois (1655)
  • La Lumière (1657) Texte en ligne 1
  • L'Art de connoistre les hommes (2 volumes, 1659-69) Texte en ligne 1 2
  • Recueil des épistres, lettres et préfaces de M. de La Chambre (1664) Publié par Pierre Cureau de La Chambre.
  • Le Système de l'âme (1664). Réédition : Fayard, Paris, 2004.
  • Discours sur les causes du débordement du Nil. Discours de la nature divine selon la philosophie platonique (1665)
  • Discours de l'amitié et de la haine qui se trouvent entre les animaux (1667)

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

  • Les Charactères des passions, Cambridge (Mass.), Omnisys, 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tyrtée Tastet, Histoire des quarante fauteuils de l’Académie française depuis la fondation jusqu’à nos jours, 1635-1855, volume IV, p. 399, 1855.
  2. Marin Cureau de La Chambre, Les Charactères des passions, Advis nécessaire au Lecteur, vol. I, 1640.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Doranlo, La Médecine au XVIIe siècle, Marin Cureau de la Chambre, médecin et philosophe 1594-1669, Jouve et Cie, Paris, 1939.
  • Albert Darmon, Les Corps immatériels : esprits et images dans l'œuvre de Marin Cureau de la Chambre 1594-1669, Vrin, Paris, 1985.

Lien externe[modifier | modifier le code]