Marin Alsop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marin Alsop

Marin Alsop (née le 16 octobre 1956) est un chef d'orchestre américain.

Présentation[modifier | modifier le code]

Elle a succédé à Philippe Entremont à la direction musicale de l'Orchestre symphonique du Colorado de 1993 à 2005. De 2002 à 2008, elle dirige l'orchestre symphonique de Bournemouth, et depuis 2007 l'Orchestre symphonique de Baltimore, succédant à Iouri Temirkanov.

Née à Manhattan à New York, elle étudie à l'université Yale puis à la Juilliard School. Elle étudie ensuite auprès de Leonard Bernstein, Seiji Ozawa et Gustav Meier.

Elle a été désignée artiste de l'année 2003 par le magazine musical Gramophone et a reçu le prix de chef d'orchestre de la Royal Philharmonic Society au cours de la même saison.

Le 20 septembre 2005, elle devint le premier chef d'orchestre à recevoir le Prix MacArthur.

En mai 2013, elle dirige l'Orchestre national de Belgique pour les 6 soirées de la finale du Concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique.

Son répertoire s'étend de Brahms à Tōru Takemitsu, Philip Glass et John Adams, en passant par Tchaïkovski, Béla Bartók, Samuel Barber ou Leonard Bernstein.

Biographie détaillée[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Différents découvertes et éveils jalonnent la vie d’enfant et d’adolescente de la chef. Déjà, elle dit « être née dans le métier » [réf. nécessaire]. Ses parents musiciens – père anciennement premier violon de l’orchestre du New York City Ballet, mère violoncelliste dans le même ensemble – ne pouvaient pas imaginer une autre vie pour leur fille. La Maestra raconte même une sorte de blague : « Un jour ils étaient à table pour le petit déjeuner, et ils se sont dits --nous devrions former un trio. Faisons un pianiste ! »[1],[2].

À deux ans, elle commence l’étude du piano mais elle déclare « ce n’était pas mon instrument », et à l’âge de cinq ans ses parents lui permettent de l’abandonner[1]. Ils lui donnent alors un violon. Elle est assez récalcitrante d’abord, puis ses parents lui promettent de l’envoyer en colonie de vacances si elle s’entraine sérieusement.

La famille Alsop vit alors dans un sous-sol au 71e rue de Manhattan et l’idée d’aller voir un peu de verdure encourage la petite Marin. Quelle surprise de découvrir qu’il s’agit d’une colonie de vacances... musicale ! où elle s’entrainera chaque jour au violon. « Mais j’y ai pris goût, et j’ai commencé à m’entrainer pour de bon. » À part un petit peu de guitare à une autre période, Marin ne quittera plus le violon »[1].

À l’âge de sept ans, elle est reçue dans le programme « pre-college » du Juilliard School of Music, où elle jouera dans le même orchestre de jeunes que Yo-Yo Ma. À neuf ans, elle est convoquée chez le directeur du programme qui la réprimande pour vouloir « diriger l’orchestre depuis le fond des deuxièmes violons » [réf. nécessaire]. Ceci parce qu’elle bouge, sourit, s’amuse, s’éclate en jouant. L’histoire de la suite varie selon les différents entretiens et articles. Il est sûr que peu de temps après son père l’amène voir un concert dirigé par Léonard Bernstein, soit directement par suite de cet incident, soit par hasard. C’est un de ses fameux « Young People’s Concerts » dans lesquels ce chef explique une œuvre aux élèves. Elle remarque d’abord que cet homme bouge, sourit, s’amuse, s’éclate sans que personne ne le réprimande. Elle trouve aussi la force de sa personnalité : « Lorsqu’il se tournait vers nous pour parler de l’œuvre, je croyais qu’il me parlait directement. » Pendant ce concert-même, Marin dit à son père « C’est ça que je veux faire[3] ! »

Encore une fois l’histoire varie. Il est sûr que, lorsque la petite Marin annonce à son professeur de violon qu’elle veut devenir chef d’orchestre, le professeur répond, « Impossible, tu es une fille. » Soit pour répondre à ce commentaire décourageant, soit simplement pour répondre à l’envie de sa fille, Lamar Alsop pose devant sa place un matin une boîte en bois. Marin l’ouvre et trouve dedans tout un jeu de baguettes faites à la main par ce père doué autant en menuiserie qu’en musique. Marin possède toujours cette boîte. De plus, après une courte période pendant laquelle elle s’est approvisionnée en baguettes chez un professionnel, elle utilise toujours des baguettes faites par son père[2],[4].

Elle a bientôt l’occasion d’utiliser à nouveau en tandem ses dons de menuiserie et de musique à la maison secondaire achetée dans la partie rurale de l’état de New York. Marin se rappelle qu’ils vivent là avec une petite cuisine et une seule salle de bains mais aussi une salle de concerts capable de recevoir 300 spectateurs et dans laquelle les Alsop et leurs amis donnent régulièrement des concerts : « C’était la meilleure formation en musique que j’aurais pu avoir ». »[2]

L’événement qui a appris à Marin le vrai pouvoir expressif de la musique est raconté différemment dans différents textes : parfois il a lieu lors de sa participation à une colonie de vacances musicale, parfois pendant un concert de musique de chambre auquel son père l’amène. Mais l’œuvre est toujours la même : le sextette en si bémol de Brahms. Elle avait 11, 12 ou 14 ans lors de cette découverte[5],[6]. Elle a acquis rapidement l’enregistrement qu’elle dit avoir écouté jusqu’à l’user : « on voyait pratiquement à travers »[7].

Sans doute est-ce aussi à cette époque que Marin commence à s’interroger au sujet de sa sexualité. Elle dit souvent qu’elle se sentait seule ou voulait ne pas être différente des autres enfants. Elle déclare que le fait d’être violoniste lui donnait le sentiment d’être à part. Sans doute était-ce aussi un moment où il était nécessaire de devenir à l’aise avec elle-même sexuellement. Elle reste toujours discrète (elle ne parle de sa vie privée pendant ses entretiens que depuis qu’elle a un fils) mais fait parfois un geste également discret de soutien envers la communauté homosexuelle[8].

1972-1979 : Yale, Juillard[modifier | modifier le code]

En 1971, elle prend son premier « job » : violoniste de rue, devant la cathédrale de New York[9]!

À 15 ans, elle entame ses études supérieures à Yale, mais sans déclarer une discipline. Elle penche pour les mathématiques. C’est à cette époque qu'elle aborde son premier morceau contemporain : les Contrasts de Bartok pour clarinette, violon et piano. Il ne lui plaît pas : « oh, je ne tolère pas cette musique contemporaine ! ».

À l’âge de 17 ans, pour gagner de l’argent, elle commence à jouer dans des ensembles menés par des compositeurs : Philip Glass et Steve Reich. C’est ainsi que se développe son goût pour le contemporain qui la mène à fonder un orchestre consacré au nouveau répertoire et à soutenir différents compositeurs vivants tout le long de sa carrière[10],[11],[3],[12],[13].

En 1976, elle commence à diriger, en invitant des amis chez elle pour de la pizza, de la bière . . . et quelques partitions.

Elle retourne à New York pour continuer ses études au Juilliard School, d’où elle sort avec une licence (1977) et une maîtrise (1978) en violon. Mais sans aucune vraie formation en direction d’orchestre. Elle essaiera plusieurs fois d’entrer dans le programme de direction de Juilliard, en vain. Tout ce qu’elle peut faire c’est de prendre des leçons privées avec Carl Bamberger) (1979). Entretemps, elle travaille où elle peut comme violoniste, y compris dans l’orchestre de ses parents, dans le New York Philharmonic, New York Chamber Symphony, American Composers Orchestra et, semble-t-il, comme premier violon de l’American Symphony. Elle joue aussi dans des comédies musicales, des musiques de pub et des bandes de films[14],[15],[16],[17].

1981 : String Fever[modifier | modifier le code]

À une certaine époque, découragée peut-être par l’impossibilité d’avancer dans sa carrière de chef, Marin décide de se convertir en violoniste rock. Elle avoue pourtant ne rien avoir su sur le style rock pour le violon[18]. De même sur le jazz, ce qui ne l’empêche de fonder un ensemble de 14 joueuses de cordes (et une percussionniste) pour jouer des partitions de jazz. Le compositeur qui compose pour elles leur premier morceau se plie de rire lorsqu’il l’entend : « on jouait comme si c’était du Mozart ». Elles œuvrent ensuite pour acquérir un style plus approprié et avec l’aide de différents compositeurs elles développent un répertoire et une réputation. L’ensemble joue sur des disques de Billy Joel. Malheureusement, elle a toujours du mal à garder des musiciennes dans l’ensemble et finit par renoncer. Le dernier compte-rendu du New York Times est daté du 31 mai 2001[19],[20],[15],[21].

1984 : Concordia[modifier | modifier le code]

Après avoir fait 10 000 $ d’économies et trouvé un mécène, Monsieur Taki, elle s'impatiente de commencer à diriger, fonde l’orchestre Concordia, qui compte 35 musiciens au début. Il se présente comme un orchestre qui mélange la musique classique et le jazz.

Le premier compte-rendu d’un concert qu’elle dirige est publié en 1985. Elle en résume le contenu ainsi : « On devrait croire que c’est une personne de talent, mais on ne le croit pas. » Elle dit avoir passé deux jours au lit ensuite[5],[22].

Pendant les années 1980 l’ensemble reçoit des critiques diverses, allant de la déception à l’approbation. Il montre aussi déjà les prédilections de Marin, pour lesquelles elle se fait vite féliciter : combinaison d’œuvres classiques et contemporaines, accent sur la musique américaine, concerts d’œuvres oubliées ou inconnues, solistes ou collaborations insolites, présentation de partitions de film (et même de dessin animé !), encouragement de nouveaux compositeurs (et même un concours de composition en 1993). De plus, cette expérience lui apprend aussi à chercher des financements, à vendre son ensemble, à établir et traiter avec un conseil d’administration, même à mettre le bon prix aux places[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[11].

L’orchestre comptera 50 musiciens en 1990. Malgré sa grande affection pour cet ensemble – « je veux rester toujours en contact avec un groupe qui m’a enrichie » – elle le quitte au tournant du siècle ; il n’y survit pas. Le dernier compte-rendu apparaît dans le New York Times en avril 2002[30],[31],[32],[33].

En même temps elle étudie la direction d’orchestre avec Harold Farberman (1985).

1987: audition ratée[modifier | modifier le code]

Pendant ce temps, elle cesse d’essayer d’entrer dans le programme de direction d’orchestre de Juillard et vise un autre programme, celui de l’école d’été du Boston Symphony Orchestra, connu mondialement sous le nom de Tanglewood, d’après le lieu où se trouve l’école. Elle a l’occasion d’auditionner pour le directeur du programme, son idole Bernstein, pendant que celui-ci travaille avec l’orchestre de Juillard en Schleswig-Holstein. Elle parle peu de cette audition car elle n’a pas été acceptée : « Il est arrivé en retard et de très mauvaise humeur. » Mais la présence en Allemagne de Bernstein et de l’orchestre suscite l’intérêt des médias qui tournent une émission de télévision. On voit dans cette émission un moment de cette audition, disponible actuellement sur le site du Baltimore Symphony Orchestra. Il est clair, en le regardant, qu'elle ne rate pas son audition : c’est Bernstein qui la rate. Il ne regarde pas la jeune chef, et il l’interrompt au tout début de son morceau d’audition, la deuxième symphonie de Beethoven, pour lui en dicter l’interprétation : « Pourquoi est-ce que vous laissez un silence après ce point d’orgue ? » On le voit même diriger derrière elle. Il est évident que Bernstein, imbu de lui-même, joue pour la caméra et ignore tout autre élément de la situation. Y compris les capacités de cette jeune chef [interprétation personnelle][34],[35],[36].

1988-1989: Tanglewood, Stokowski, postes[modifier | modifier le code]

Mauvaise conscience ? identification de son erreur ? Quelle que soit la raison, Bernstein accueille Marin à Tanglewood en été 1988, à sa cinquième tentative. Elle reçoit le Leonard Bernstein Fellowship, poste prestigieux à Tanglewood et une honorifique qu’elle recevra à nouveau pour l’été 1989, ainsi que le prix Koussevitsky (décerné pour la première fois depuis dix ans). Elle a peur d’avoir une crise cardiaque avant d’y arriver, tant elle est excitée, et perd le sommeil en y pensant. Une fois là, elle essaie de passer autant de temps que possible avec Bernstein, jusqu’à l’écouter chantonner des chansons des Beatles pendant toute une nuit[34],[37],[38],[11].

Elle a aussi la grande chance de diriger une œuvre entière pendant cette saison d’été. C’est la 3e symphonie de Harris, et elle croit encore une fois qu’elle va avoir une crise cardiaque en découvrant qu’elle partage le programme avec Bernstein. Mais c’est elle qui devient « la vedette de la saison » avec ce concert[34],[5],[39],[3].

N’empêche que les rapports avec ce grand maître ne sont pas toujours faciles. Un jour il lui dit à propos de son travail de chef : « Je ne comprends pas. Lorsque je ferme les yeux, j’oublie que vous êtes une femme. » Elle dit avoir répondu : « Eh bien, si ça vous rend plus à l’aise, pourquoi ne pas garder les yeux fermés ? ». Elle avoue que Bernstein « était à la fois en avance sur son temps et avec son temps ; il n’était pas à l’aise avec l’idée d’une femme devant un orchestre. »[40],[4]

Entretemps, d’autres occasions pour se faire valoir se présentent. En 1988 elle devient chef assistante au Richmond Symphony. Au 18 janvier 1989, elle participe au prestigieux concours Stokowski soutenu par l’American Symphony Orchestra. Elle est finaliste mais ne décroche pas le prix. Pourtant, le critique du New York Times trouve sa direction supérieure, déclarant que : « les premières mesures de sa symphonie Pathétique étaient celles de la soirée qui ont le plus fait pour nous faire oublier pendant un moment qu’il s’agissait d’un concours: là, il y avait de la musique. » Les musiciens, dans leur sondage, la préfèrent aussi au gagnant. Elle sera membre du jury pour ce concours en 1994[41],[42].

En mai 1989, elle débute avec le New World Symphony à Miami, et en juin elle dirige l’orchestre du New York City Ballet dans le concerto pour violon de Samuel Barber, avec son père comme soliste (et sur la chorégraphie de Peter Martins)[43],[44].

En septembre 1989, le Long Island Philharmonic annonce sa nomination comme directrice musicale de l’orchestre à partir de la saison 1990-1991. Elle renouvelle le contrat pour deux années en 1992. C’est vraisemblablement avec cet orchestre qu’elle commence à parler au public au début du concert à propos des œuvres du programme[37],[45].

1990-1999 : activité débordante[modifier | modifier le code]

Pendant cette période, elle « passe de quatre concerts par an à à peu près cinquante », et doit gérer ces orchestres et les voyages[45],[45].

Entre septembre 1989 et avril 1990, elle accepte la direction du Eugene Symphony Orchestra dans l’Orégon, tout en gardant Long Island, Concordia, et Richmond. Une carrière très vite très chargée [46] !

Le 4 août 1990, elle dirige la première fois son premier grand orchestre : le New York Philharmonic, à un festival d’été à la ville de Valhalla. À la même époque, elle aurait dirigé aussi le National Symphony, le Los Angeles Philharmonic et le Philadelphia Orchestra, et elle sera la première femme à diriger le Boston Symphony Orchestra[47],[48],[15],[49].

Malgré une activité débordante, elle trouve le temps de développer ce qui deviendra ensuite une autre mission : l’éducation.

En décembre, elle visite une école primaire qui ne peut plus se payer un professeur de musique pour jouer et diriger d’autres musiciens et les élèves. Il s’agit d’un programme mensuel. Elle fait cette activité dans le cadre de son travail avec Concordia mais l’étend aussi au Long Island Philharmonic[15],[50].

En juin 1991, elle enregistre son premier CD, avec Concordia. Ensuite, elle démarre comme directrice musicale du festival d’été de Santa Cruz, le Cabrillo Festival of Contemporary Music, en été 1992. Ce festival gagne chaque année des récompenses pour ses programmes innovateurs[51].

Finalement, c’est le Colorado Symphony que Marin entreprend de diriger.Elle devient en même temps sa première directrice musicale. L’annonce est faite en avril 1993 et elle démarre en septembre. En cette même année, elle dirige son premier concert en Europe, au festival de Schleswig-Holstein[52],[53].

Ainsi, lorsqu’elle écrit un essai pour l’association national des chefs d’orchestre, faisant alors partie de leur livret sur le processus de sélection des directeurs musicaux d’orchestre, une liste impressionnante de titres suit son nom[54].

Différentes difficultés se présentent pendant cette époque. Elle refuse d’utiliser un système d’amplification mis en place à la salle où le Eugene Symphony se présente[55]. En 1992-1993, des négociations difficiles avec les musiciens du Long Island Symphony, principalement sur leur droit de participer au choix de nouveaux membres de l’orchestre, la pousse à menacer de démissionner. Elle dirige sa dernière saison de concerts avec cet ensemble en 1994-1995 et ses derniers concerts en mai 1996[56],[57],[58],[59].

Mais des moments d’apothéose arrivent aussi. C’est en 1993 qu'elle réalise une idée sur laquelle elle travaille depuis quelque temps, monter une version gospel du Messie de Haendel. Too Hot to Handel voit sa création mondiale à New York et devient un concert incontournable à la saison de Noël, donné à Denver, à New York et à Baltimore[49].

Et en 1994, le St Louis Symphony la nomme au poste de chef créatif[60].

Pendant la deuxième moitié de la décennie, elle dirige souvent le Atlanta Symphony pendant que celui-ci cherche un directeur. En 1995, elle dirige le National Orchestral Institute Philharmonic à College Park et le St. Louis Symphony à St Louis[61],[62].

En 1998, elle dirige le City of London Symphony à Bruxelles, le Hollywood Bowl Symphony à Los Angeles, le Philadelphia Orchestra à Philadelphie, le Texas Festival Orchestra, l’orchestre du ballet de Hambourg à New York[63],[64],[65].

En 1999, elle commence à se faire une réputation en Europe[66]. Elle dirige l’Orchestra of the Age of Enlightenment à Londres, ainsi que des concerts du New York Philharmonic pour le centenaire d’Aaron Copland à New York (c’est la première fois qu’elle dirige cet orchestre pendant la saison régulière)[67],[68],[69],[70],[32].

2000-2010 : apothéose[modifier | modifier le code]

Au tournant du siècle, sa carrière s’ouvre sur le plan international[71].

En 2000, elle est nommée chef invitée principale au City of London Sinfonia et Royal Scottish National Orchestra, deux postes qu’elle occupe jusqu’en 2003[72].

En 2001, elle dirige le Vlaams Radio Orchestra à Bruxelles, le National Symphony à Washington (un programme sur « la femme dans la salle de concert »), le London Symphony Orchestra à Daytona Beach, le Minnesota Orchestra à Minneapolis. Elle retourne à Eugene pour présenter un de ses concerts au thème féminin[73],[74],[21],[75].

Elle quitte le Colorado Symphony mais continue de lui donner six semaines par saison en 2002-2003 et 2003-2004. Elle termine son mandat de directrice officiellement en septembre 2005[12],[76].

En juillet 2002, elle fait son premier concert au festival Ravinia, présenté par le Chicago Symphony Orchestra[4],[77] et en septembre, après avoir dirigé quelques concerts en tant que chef invitée, elle est invitée à commencer son séjour dans le sud-ouest de l'Angleterre à la tête de l’orchestre « qui voyage le plus de tous les orchestres » (dans sa région), le Bournemouth Symphony Orchestra. C’est cet orchestre qui fait d’elle une vedette. Elle passe six ans à le diriger ; dès le deuxième concert elle reçoit les éloges des critiques et « elle a les musiciens dans sa poche »». Déjà aux Proms [Quoi ?] de 2003, le critique remarque l’ensemble « alerte et plein de répondant ». Elle continue aussi à innover. Elle crée un festival basé sur la musique de Bartok et enregistre plusieurs de ses œuvres avec cet orchestre. Lorsqu’elle quitte l’ensemble en 2008 le critique du Telegraph parle de l’ épine dorsale qu’elle lui aura donnée. Pendant ce séjour elle dirige aussi l’Orchestra of Birmingham City[12],[78],[60],[79],[80],[81].

En 2003, elle retourne encore une fois à Eugene, dirige le City of London Sinfonia à Londres, le Minnesota Orchestra à Minneapolis, amène son orchestre de Bournemouth aux fameux « Proms » de Londres. Elle reçoit la récompense « Artiste de l’année » de la revue Gramophone et aussi la récompense de meilleur chef d’orchestre de la Royal Philharmonic Society. Cette dernière loue « la discipline impressionnante, l’humanité, la sensibilité qui lui permettent de communiquer des idées fraîches et stimulantes avec conviction ». Elle participe au jury de Masterprize, un concours international de composition[82],[83].

Son fils Auden, naît en septembre, porté par sa partenaire. Cette grande aventure la surprend : « on se dit que, une fois que l’enfant naît, les choses peuvent revenir au normal. C’est là que l’on découvre que rien ne sera plus normal ». Désormais des réflexions sur la vie de famille et sur le développement de son fils entrent dans ces entretiens, jusqu’alors concentrés uniquement sur sa vie professionnelle[84],[85],[86],[87],[88],[83],[89].

En 2004, elle dirige d’une main de maître une version concert de Candide de Bernstein, et la production reçoit des nominations aux Tony (récompenses pour le théâtre américain). C’est le New York Philharmonic qu’elle dirige. Elle dirige aussi le National Youth Orchestra à Birmingham, le London Symphony Orchestra à Londres, et aussi les orchestres d’Atlanta, Los Angeles, Cincinnnati, Minneapolis, St. Louis[90],[91],[92],[93].

2005 : un grand tournant[modifier | modifier le code]

En quête d’un nouvel orchestre américain, elle décroche le poste de directrice musical du Baltimore Symphony Orchestra. Lorsque l’annonce est faite aux musiciens, ils réagissent par un silence total ! Le lendemain, l’information apparaît dans les journaux : les musiciens auraient voté contre elle à 90 % ! Elle hésite à accepter le poste : « je n’ai pas besoin de cette sorte de problème. » Mais en réfléchissant elle se ravise : « qu’est-ce qui arrivera la prochaine fois qu’un orchestre offre un poste à une femme ? Quel message à envoyer : les choses deviennent difficiles et je me sauve. » Elle décide plutôt de parler directement aux musiciens. Elle arrive devant l’orchestre sans avertissement, parle franchement de leurs problèmes et des solutions qu’elle compte apporter et leur offre un temps de réflexion. Elle n’a même pas le temps de quitter la salle ; les musiciens la rappellent tout de suite[94],[2],[14].

Les détails de cet incident sont toujours brouillés dans l’esprit de beaucoup de mélomanes. Ce fameux vote de 90 %, c’était contre, non pas Marin, mais le conseil d’administration qui ne communiquait pas assez avec les musiciens. Elle s’est trouvée piégée au milieu d’un conflit de longue date entre les musiciens et la gestion. C’était un membre du conseil qui « arrangeait à sa sauce » le scrutin, préférant l’attribuer à Marin plutôt qu’au conseil. Même aujourd’hui on peut lire dans les commentaires en ligne une réflexion sur « cette chef qui ne doit pas valoir grand-chose puisque 90 % de l’orchestre avait voté contre elle ». Et ceci malgré une conférence de presse qui a tenté de rectifier cette mauvaise impression, tenue le 20 juillet 2005[95],[96],[97].

Comme pour compenser ce moment de conflit, elle est nommée artiste de l’année pour les Classical BRIT Awards et reçoit une bourse MacArthur (500 000 $), une récompense qui permet à des artistes et des scientifiques de poursuivre des projets ambitieux. Elle utilise la sienne pour fonder une bourse d’études en direction d’orchestre pour de jeunes femmes, le Taki Concordia Fellowship avec laquelle elle forme d’éclatantes jeunes chefs[98].

En 2006, elle débute avec les orchestres du Tonhalle et du Concertgebouw, ainsi qu’avec le National Opera à Washington. Elle participe au sommet économique de Davos et inaugure des discussions sur la musique, Marin on Music à la radio nationale publique américaine.

2007 : Baltimore Symphony Orchestra[modifier | modifier le code]

Marin devient en cette année la première femme nommée à un orchestre américain majeur : il y a aux États-Unis 17 orchestres qui composent le premier échelon (établi par des éléments tels que le budget et la longueur de la saison). Le BSO en fait partie.

« Commençant ce mariage par un divorce », elle se met tout de suite, et elle continue encore, de bien mener l’orchestre – autant pour le budget (sorti de son déficit dès 2008) que pour la cohésion et le son – et d’innover et trouver des programmes stimulants et enrichissants. De nombreuses œuvres voient leur création pendant la saison. L’orchestre enregistre à nouveau, notamment les dernières symphonies de Dvořák et un CD dynamique de Gershwin utilisant des harmonisations moins connues et avec le concours de Jean-Yves Thibaudet. Dès 2008 elle inaugure, en utilisant les dernières sommes de sa bourse MacArthur, « Orchkids », un programme pour initier les enfants de Baltimore à la musique classique et aux instruments. Aujourd’hui 60 000 jeunes s’entraînent après l’école grâce à ce programme[14],[99].

En 2007, elle reçoit aussi la récompense European Woman of Achievement. En 2008, elle reçoit la récompense Theodore Thomas de l’Association Américain des Chefs d’Orchestre et elle est nommée à l’Académie des Arts et Sciences. Et enfin, elle débute en tant que chef d’orchestre au prestigieux Carnegie Hall à New York, à la tête de son Baltimore Symphony, devenu un groupe de grands amis[100],[101].

En 2010, sa partenaire de vingt ans, corniste Kristin Jurkscheit et leur fils Auden déménagent au Maryland pour souder davantage la famille. Ceci montre également l’engagement que Marin ressent envers l’orchestre et la communauté de Baltimore, auprès desquels elle travaillera jusqu’en 2015, au moins. Un engagement qui chevauchera bientôt avec son poste de chef principal de l’Orchestre d’État de Sao Paolo, au Brésil (à partir de 2012). Elle est nommée aussi artiste en résidence à Southbank, la demeure du London Philharmonic pendant la saison 2011-2012. Elle fêtera avec grande joie son vingtième festival de Cabrillo en août 2011, et le cinquantième festival en 2012[102],[103].

Activités[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Orchkids : projet pour former les élèves des écoles primaires à la musique instrumentale après la journée d’école; 60,000 élèves y participent, et le programme reçoit des accolades au niveau national (reportage sur “60 Minutes”, mai 2010). Elle a donné de sa poche 100 000 $ pour l’établissement du programme Orchkids et 50 000 $ deux années de suite pour aider son orchestre à survivre à la crise économique.
  • Académie et répétitions pour musiciens « rouillés »
  • Solistes insolites : Shodekeh, percussionniste vocal ; Savion Glover, danseur à claquettes ; Trey Anastasio, chanteur et guitariste du groupe Phish
  • Conversations avant ou après les concerts, ou une série de concerts-leçons, Off the Cuff
  • Projets innovateurs : « LIFE », concert multi-média, partition de Philip Glass, images de Frans Lanting ; Icarus at the Edge of Time, concert multi-média, partition de Philip Glass, récit de Brian Greene, film de Al + Al ; chaque été un festival de musique systématiquement récompensé pour ses programmes, Cabrillo Festival of Contemporary Music à Santa Cruz, en Californie
  • Jeune talent : artistes tels que Colin Curry, Lukas Vondraček et Sergio Tiempo, concours Reine Elisabeth à Bruxelles où elle a travaillé avec 12 jeunes pianistes, dirigeant l’Orchestre national de Belgique pour la finale en mai 2010.
  • Mentor : son propre programme de formation de chefs d’orchestre, « Taki Concordia Fellowship ». Lauréates : Mei-Ann Chen, directrice musicale du Memphis Symphony ; Jeri Lynne Johnson, directrice musicale du Black Pearl Chamber Orchestra de Philadelphie ; Laura Jackson, directrice musicale du Reno Philharmonic, Carolyn Kuan, future directice musicale du Hartford Symphony (CT).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Alsop n'est pas une chef d’opéra. On notera malgré cela Nixon in China de John Adams et Sophie’s Choice de Nicholas Maw, mais elle réalise généralement peu de productions d’opéra et pas souvent en version complètement mise en scène ; elle favorise la version concert (Mass de Bernstein à Baltimore, juin 2008 et à Londres, juillet 2010 ; La Flûte enchantée à Baltimore en février 2011).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Entretien télévisé avec Charlie Rose, 15 janvier 2008
  2. a, b, c et d Entretien pour la télévision hollandais sur l’émission « De Artistenfoyer », avril 2010
  3. a, b et c Webumentary « André Watts Plays Brahms », http://www.bsomusic.org/main.taf?p=3,1,2,9
  4. a, b et c « Conductor Marin Alsop is happiest when she isn’t noticed », Chicago Tribune 9 juillet 2002
  5. a, b et c « Portrait of the Artist », Guardian 14 juin 2010
  6. « First Loves: Conductor Marin Alsop - Bowled Over By Brahms », National Public Radio, septembre 2010
  7. Webumentary, « Tchaikovsky’s Fifth », http://www.bsomusic.org/main.taf?p=3,1,2,2
  8. « The Games Begin ; Things to Do With a Gay Flavor », New York Times 17 juin 1994
  9. «Charlie Rose Greenroom with Marin Alsop », http://www.charlierose.com/view/clip/10302
  10. « Classical Archives Interviews Marin Alsop », 20 août 2009
  11. a, b et c « Female conductor presses against music’s glass ceiling », Dallas Morning News 25 février 2005
  12. a, b et c « jewishcolorado.org » 2003
  13. « Entretien, « weekend Edition Saturday », National Public Radio, 14 septembre 2007
  14. a, b et c « The X factor : Marin Alsop », Independent News 10 juillet 2006
  15. a, b, c et d « About New York ; Still Learning From the Music And the Master », New York Times 19 décembre 1990
  16. « An adagio for strings, and for the ages », New York Times 7 mars 2010
  17. « Cabrillo Festival’s MarinAlsop », Mercury News 6 août 2009
  18. Discussion avec le public, Litchfield (R-U), juillet 2008.
  19. « Jazz: String Fever Plays », New York Times 7 mai 1982
  20. « New York by Day: There’s More Than One String to a Fiddle », New York Times 24 août 1983
  21. a et b « Footlights », New York Times 31 mai 2001
  22. « Concert: Concordia », 9 juin 1989-5. L’article ne contient pas la citation exacte de Mme Alsop.
  23. « Concert: Concordia », New York Times 8 juin 1986
  24. « Music: Concordia Group in 20th-Century Works », New York Times 7 juin 1987
  25. « Reviews/Music ; Program of Americana By Concordia Ensemble », New York Times 12 juin 1988
  26. « Music in Review », New York Times 11 juin 1991
  27. « Review/Concert ; Populism and High Art in Concordia Bill », New York Times 27 octobre 1991
  28. « Pop Music ; A Pianist With Harlem on His Mind », New York Times 16 février 1992
  29. « Classical Music in Review », New York Times 18 mars 1993
  30. « Review/Music ; Two Chamber Orchestras And Their Idiosyncrasies », New York Times 10 novembre 1990
  31. Conversation avec le public, Lichfield (R-U), Angleterre, juillet 2008
  32. a et b « Music ; An Orchestra’s Success Breeds a Sequel », New York Times 30 avril 2000
  33. « Classical Music and Dance Guide », New York Times 19 avril 2002
  34. a, b et c « In concert with Lenny », Rocky Mountain News 14 mai 2002
  35. « Ellen, Marin, and Lenny », http://www.bsomusicians.org/UserFiles/Video/Marin&Lenny.mov
  36. Webumentary « Bernstein’s Mass », http://www.bsomusic.org/main.taf?p=3,1,4,3
  37. a et b « The L.I. Philharmonic Names Music Director », New York Times 9 septembre 1989
  38. « Leonard Bernstein: ‘charismatic, pompous - and a great father' », London Times 13 mars 2010
  39. « BSO to Pass Baton To Marin Alsop », Washington Post 16 juillet 2005
  40. « Leonard Bernstein : ‘charismatic, pompous - and a great father' », London Times 13 mars 2010
  41. « Review/Music ; Four Conducting Contestants Show Their Stuff », New York Times 20 janvier 1989
  42. « Music Notes », New York Times 21 juin 1994
  43. « Music, Maestra, Please », New York Times 16 avril 1989
  44. « Review/Dance; Peaceful Coexistence in Martins Work » New York Times 4 juin 1989
  45. a, b et c « Classical Music in Review », New York Times 22 septembre 1992
  46. « New Leader Looks to Past At American Symphony », New York Times 13 avril 1990
  47. « ‘Phil’ brings a friend », Rocky Mountain News 20 juillet 2006
  48. « Music ; Orchestra Making Its 10thVisit », New York Times 29 juillet1990
  49. a et b « Season’s Sounds : Handel to Handbells », New York Times 12 décembre 1993
  50. « L.I. Philharmonic, at 3d Venue, Acts to Re-Capture Audience », New York Times 6 avril 1997
  51. « Classical Music ; Aloft on the Breeze, Charms to Soothe The Savage Breast », New York Times 17 mai 1992
  52. « Music Notes ; Restored Works From a ‘Paradise Ghetto’ », New York Times 17 avril 1993
  53. « Arts Briefing », New York Times 29 avril 2004
  54. « A learning opportunity : the search from a conductor’s perspective », « Working with the Music Director : A Handbook for Board Members, Executive Directors, and Music Directors », American Symphony Orchestra League, 1994
  55. « Classical Music ; Do Electronics Have a Place In the Concert Hall ? Maybe », New York Times 31 mars 1991
  56. « Musicians On Strike : the Causes And Effects », New York Times 26 janvier 1993
  57. « Music Notes ; Found : Unknown Music and Inkblots by Purcell », New York Times 13 décembre 1993
  58. « Long Island Guide », New York Times 12 mai 1996
  59. « Alsop Taking Podium for Last Time », New York Times 19 mai 1996
  60. a et b « In the wings », Los Angeles Times 15 août 2004
  61. « Music ; The Atlanta Symphony Gets a Jolt of Energy », New York Times 16 décembre 2001
  62. « Classical Music ; Symphonies and Solos, and Crickets Join In », New York Times 14 mai 1995
  63. « Spring-Summer ’98 ; ‘Happy Birthday’ and Variations », New York Times 15 mars 1998
  64. « Summer Festivals ; ClassicalkMusic », New York Times 10 mai 1998
  65. « Festival Review/Dance ; War’s Sorrow And the Joy Of Freedom », New York Times 16 juillet 1998
  66. « Young Composers ; Europe is Listening », New York Times 14 mars 1999
  67. « Summer Festivals : Classical Music ; An Abundance of Performing Arts Nationwide », New York Times 9 mai 1999
  68. « This Week », New York Times 12 juin 1999
  69. « The Annotated Listings : Classical Music », New York Times 12 septembre 1999
  70. « Footlights », New York Times 18 novembre 1999
  71. Foremost female conductor returns to SPAC », Saratogian 10 août 2008
  72. « ballet, film, music, théâtre », London Times 5 janvier 2004
  73. « Europe : Festivals 2001 ; the Lineup : Verdi and 20th-Century Nostalgia », New York Times 11 mars 2001
  74. « Summer Festivals ; A Wealth of cultural Nuggets Waiting to Be Mined », New York Times 6 mai 2001
  75. Programme, Eugene Symphony, saison 2000-2001
  76. « arts Briefing », New York Times 19 avril 2004
  77. « Alsop’s leap to podium a move for all women », Chicago Sun Times 11 juillet 2002
  78. « Alsop/BSO », London Times 30 novembre 2002
  79. « Bournemouth SO/Alsop », London Times 24 janvier 2003
  80. « Cover Story : Lightning conductor », London Times 12 janvier 2003
  81. « BSO/Alsop », London Times 28 juillet 2003
  82. « Wielding her baton at home and abroad », National Post 21 mai 2003
  83. a et b « Music : Power to the people », London Times 19 octobre 2003
  84. Programme, Eugene Symphony, saison 2002-2003
  85. « CLS/Alsop », London Times 20 mars 2003
  86. « Summer Festivals ; Classical », New York Times 4 mai 2003
  87. « From first night to last laughs », London Times 16 juillet 2003
  88. « Wave the magic wand », London Times 11 octobre 2003
  89. Animation pendant l’entracte du concert du Baltimore Symphony Orchestra, 4 janvier 2008
  90. « Concerts : the critical list », London Times 21 mars 2004
  91. « New Works on Philharmonic Season », New York Times 28 janvuer 2003
  92. « 5 best classical/jazz », London Times 3 janvier 2004
  93. « Poking at the Glass Ceiling with a Conductor’s Baton », New York Times 5 mai 2004
  94. « Alsop after all », site IONARTS 19 janvier 2005
  95. « Baltimore Musicians Dissent on Conductor », New York Times 19 juillet 2005
  96. « Baltimore Hires Director Over Objections of Musicians », New York Times 21 juillet 2005
  97. “A Place in the heart”, Rocky Mountain News 21 septembre 2005
  98. « This Year's 'Genius Awards' Reach Into Unusual Fields », New York Times 20 septembre 2005
  99. « BSO salaries take another hit », Baltimore Sun 26 mars 2010
  100. « Marin Alsop Elected to American Academy of Arts and Sciences », site AAAS
  101. « Marin Alsop Wins Conductors Guild Award », site Conductors Guild
  102. « Alsop Cements Relationship with BSO, Community », Baltimore Sun 8 juin 2010
  103. « Marin Alsop takes job at Brazil’s leading orchestera », Gramophone 15 février 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]