Mariko-juku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mariko-juku dans les années 1830, estampe d'Hiroshige de la série les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō.

Mariko-juku (鞠子宿, Mariko-juku?) était la vingtième des cinquante-trois stations ou relais, de la route du Tōkaidō. Elle était située dans ce qui fait maintenant partie de Suruga-ku à Shizuoka, dans la préfecture de Shizuoka au Japon. On peut également l'écrire sous la forme 丸子宿 (Mariko-juku).

Histoire[modifier | modifier le code]

Mariko-juku était une des plus petites stations du Tōkaidō[1]. On peut voir des rangées de vieilles maisons de la période Edo entre Mariko-juku et Okabe-juku, sa station voisine à Utsuinotani. Cette station relais était fortement liée aux clans Minamoto, Imagawa et Tokugawa.

L'estampe classique ukiyoe d'Ando Hiroshige (édition Hoeido) de 1831-1834) montre deux voyageurs dans une maison de thé au bord de la route, maison que vient juste de quitter un autre voyageur.

Stations voisines[modifier | modifier le code]

Tōkaidō
Fuchū-shuku - Mariko-juku - Okabe-juku

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mariko-juku. www.uchiyama.info.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carey, Patrick. Rediscovering the Old Tokaido:In the Footsteps of Hiroshige. Global Books UK (2000). ISBN 1901903109
  • Chiba, Reiko. Hiroshige's Tokaido in Prints and Poetry. Tuttle. (1982) ISBN 0804802467
  • Taganau, Jilly. The Tokaido Road: Travelling and Representation in Edo and Meiji Japan. RoutledgeCurzon (2004). ISBN 0415310911

Article connexe[modifier | modifier le code]