Marielle et Katia Labèque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labèque.

Marielle et Katia Labèque, nées le 6 mars 1952 (Marielle) et le 11 mars 1950 (Katia) à Bayonne, sont deux sœurs et pianistes françaises se produisant le plus souvent en duo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et premières tournées[modifier | modifier le code]

Leur père médecin, sportif (rugbyman) et mélomane, fait partie du chœur de l'Opéra de Bordeaux. Leur mère, qui leur donne leurs premières leçons, est la pianiste italienne Ada Cecchi elle-même élève de Marguerite Long[1]. Après une formation musicale classique de piano solo, Marielle et Katia Labèque obtiennent chacune un premier prix du CNSM de Paris[2] en 1968. C'est à la sortie du conservatoire, qu'elles s'intéressent au répertoire à quatre mains et deux pianos. Elles enregistrent leur premier disque Les Visions de l'Amen d'Olivier Messiaen[3] sous la direction artistique du compositeur. Elles participent ensuite à de nombreux festivals de musique contemporaine où elles jouent des œuvres de Luciano Berio[4], Pierre Boulez, Philippe Boesmans, György Ligeti ou Olivier Messiaen.

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Leur carrière internationale décolle lorsqu'elles enregistrent la version originale de Rhapsody in Blue (version écrite par Georges Gershwin pour deux pianos), premier disque d'or chez le label Philips Records (en)[1] en 1980. Au-delà du répertoire classique traditionnel, leur répertoire s'étend à la musique contemporaine, le jazz, le ragtime, le flamenco, la musique minimaliste, la musique baroque sur instruments d'époque, voire la pop ou le rock expérimental.

Elles découvrent la musique baroque au contact de Marco Postinghel et décident de commissionner la construction de deux forte-pianos Silberman en 1998. Elles utilisent ces instruments lors des tournées avec Il Giardino Armonico[5] sous la direction de Giovanni Antonini ou le groupe Musica Antiqua Köln sous la direction de Reinhard Goebel (commémoration de l'année Bach en l'an 2000) mais aussi avec The English Baroque Soloists sous la direction de Sir John Eliot Gardiner, puis avec l'Orchestre baroque de Venise et Andrea Marcon, et encore l'Orchestra of the Age of Enlightenment[6] sous la direction de Sir Simon Rattle[7].

Durant toute leur carrière, Marielle et Katia Labèque se produisent avec les plus grandes formations mondiales (Orchestre philharmonique de Berlin[8], Orchestre philharmonique de Munich[9], Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, Staatskapelle de Dresde, Orchestre symphonique de Londres, Orchestre philharmonique de Londres, orchestre de la Scala de Milan, Orchestre philharmonique de Vienne[10], Orchestre symphonique de Boston, Orchestre symphonique de Chicago[11], Orchestre de Cleveland, Orchestre philharmonique de Los Angeles[12], Orchestre de Philadelphie) sous la direction de prestigieux chefs d'orchestre (Semyon Bychkov[13], Sir Colin Davis, Charles Dutoit, Sir John Eliot Gardiner, Miguel Harth-Bedoya, Paavo Järvi[14], Kristjan Jarvi, Zubin Mehta, Seiji Ozawa, Antonio Pappano, Georges Pretre, Sir Simon Rattle[15], Esa-Pekka Salonen[16], Leonard Slatkin et Michael Tilson Thomas[17]) dans les salles majeures dédiées à la musique classique (Musikverein (Vienne)[18], Musikhalle (Hambourg), Philharmonie (Munich), Carnegie Hall (Londres)[19], Royal Festival Hall (Londres), La Scala Milan, Philharmonie (Berlin), Disney Hall (Los Angeles), Hollywood Bowl (Hollywood))[20], ou dans les festivals reconnus tels que Mostly Mozart (New York), Ravinia festival (Chicago), Tanglewood festival (Lenox), The Proms[21] (Londres), Lucerne festival Suisse[22], Klavier Ruhr Festival (Allemagne), Festival de Salzbourg (Autriche). Elles se produisent notamment devant 33 000 spectateurs au concert de gala du Waldbühne, concert de clôture de l'Orchestre philharmonique de Berlin[23].

Au delà des concerts, de nombreuses œuvres sont écrites spécialement pour elles, comme Linea pour deux pianos et percussions de Luciano Berio, Water Dances pour deux pianos de Michael Nyman, Battlefield[24] pour deux pianos et orchestre de Richard Dubugnon, Nazareno[25] pour deux pianos, percussions et orchestre d'Osvaldo Golijov et Gonzalo Grau, The Hague Hacking[26] pour deux pianos et orchestre de Louis Andriessen, Capriccio de Philippe Boesmans.

Katia et Marielle enrichissent le répertoire pour deux pianos et percussions d'œuvres comme la première version instrumentale de West Side Story, transcrite par Irwin Kostal (l'orchestrateur de l'œuvre), ou comme la version pour deux pianos et percussion basques du Boléro de Ravel[27] avec le groupe Kalakan. Elles créent en France, en Angleterre, en Italie et à Cuba, Four Movements pour deux pianos de Philip Glass. Puis, elles créent au King's Place de Londres en novembre 2011, le projet 50 Years of Minimalism[28] avec des œuvres de John Cage, David Chalmin, William Duckworth[29], Arvo Part, Michael Nyman, Terry Riley, Steve Reich, Howard Skempton, Nicola Tescari, etc.

Production musicale[modifier | modifier le code]

De 1970 à 1997, elles enregistrent de nombreux disques pour Erato (Warner Classics), Philips Records, EMI Classics, Sony Music Entertainment, Decca Records. Puis, elles s'arrêtent d'enregistrer pendant dix ans avant de créer en 2007 leur propre label de musique classique KML Recordings, basé en Italie[30]. Au delà de leurs propres disques, elles produisent de jeunes groupes de musique et musiciens dans des domaines aussi divers que le rock expérimental (B for Bang, DimensionX, Dream House, Red Velvet) ou les musiques traditionnelles (Mayte Martin[31], Kalakan). Elles produisent par exemple le premier disque du trio basque Kalakan[32] avec lequel elles collaborent depuis 2009 et le présente à leur amie Madonna[33] en 2011, la rencontre donnant lieu par ailleurs à la participation du trio à la tournée mondiale MDNA tour 2012.

Elles créent également en 2005 la Fondazione Katia e Marielle Labeque à Rome. Cette structure a pour but de promouvoir les rapports entre musique et image, et le soutien de groupes de musique expérimentale. Leur premier projet en 2009 soutient le jeune vidéaste Tal Rosner. En 2012, dans une ancienne école de Rome, elles montent leur propre studio d'enregistrement, le Studio KML. Dans ce lieu de rencontre et de création de tous les musiciens de la Fondazione Katia é Marielle Labeque et du label KML Recordings, le premier enregistrement réalisé est le projet Minimalist Dream House[34].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Katia Labèque a pour compagnon David Chalmin, compositeur, chanteur et guitariste du groupe Red Velvet et producteur. Elle a vécu avec le guitariste de jazz John Mc Laughlin et fait partie de son groupe au début des années 1980.

Marielle Labèque a pour mari le chef d'orchestre Semyon Bychkov.

Les deux sœurs vivent toujours ensemble. Elles s'installent à Londres en 1987 près de leur agent artistique, puis dans un palais à Florence, en 1993, et, depuis 2005, vivent à Rome dans un des palais ayant appartenu à la famille Borgia [1].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Olivier Messiaen, Visions De L'Amen - Pour 2
  • 1970 : Bartok, Sonata for 2 Pianos and Percussion
  • 1972 : Rachmaninov, 24 Preludes & Suite No. 2
  • 1972 : Hindemith - Martinu
  • 1979 : Marius Constant : Psyche
  • 1980 : Gershwin, Rhapsody In Blue / Piano Concerto In F
  • 1981 : Brahms, Les 21 danses hongroises pour piano à 4 mains
  • 1981 : Barbara Hendricks Chante Gershwin (Gershwin's songs) avec Barbara Hendricks
  • 1982 : Scott Joplin, Gladrags
  • 1983 : Liszt, Réminiscences de Don Juan
  • 1984 : Prokofiev, Peter and The Wolf et Saint Saëns, Le Carnaval des animaux avec Itzhak Perlman et l'Orchestre philharmonique d'Israël sous la direction de Zubin Mehta
  • 1984 : Rossini, Petite messe solennelle
  • 1984 : Gershwin, Un Americain à Paris, Version Originale Pour Deux Pianos - Fantaisie Sur Porgy And Bess
  • 1985 : Gershwin, Rhapsody in Blue avec l'Orchestre de Cleveland sous la direction de Riccardo Chailly
  • 1985 : Bizet, Fauré, Ravel, Jeux d'Enfants
  • 1985 : Bartók, Sonate et Concerto avec l'Orchestre symphonique de Birmingham sous la direction de sir Simon Rattle
  • 1987 : Stravinsky, Petrouchka / Concerto For 2
  • 1987 : Gershwin, I got Rhythm - Music for Two Pianos
  • 1988 : Bernstein, Symphonic dances and songs from West Side Story
  • 1989 : Poulenc, Concerto pour 2 Pianos avec l'Orchestre symphonique de Boston sous la direction de Seiji Ozawa
  • 1989 : Mozart, Piano Concerti avec l'Orchestre philharmonique de Berlin sous la direction de Semyon Bychkov
  • 1990 : Mendelssohn / Bruch, Piano Concerti avec l'Orchestre Philharmonia
  • 1990 : Love of colours
  • 1990 : Dvorak, Slavonic Dances Op. 46 & 72
  • 1991 : Encore !
  • 1993 : España !
  • 1994 : Tchaikovsky, Piano fantasy : music for two pianos
  • 1996 : En blanc et noir - Debussy Album
  • 1997 : Carnival avec entre autres, Elton John, Madonna, Paul Simon, James Taylor, Sting, Tina Turner...
  • 2001 : Brahms - Tchaikovsky - Debussy (compilation)
  • 2003 : Piano Fantasy (compilation - 6 CD box)
  • 2006 : Maurice Ravel
  • 2007 : Stravinsky / Debussy, Œuvres pour piano
  • 2007 : Schubert / Mozart
  • 2008 : De fuego y de Agua avec Mayte Martín
  • 2009 : Erik Satie
  • 2010 : The New CD box
  • 2011 : Gershwin-Bernstein, Rhapsody in Blue - West Side Story
  • 2011 : Nazareno

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1990 : The Loves of Emma Bardac. Telefilm de Thomas Mowrey
  • 2000 : The Italian Bach in Vienna. Concert avec Il Giardino Armonico
  • 2000 : The Man Who Cried. Film de Sally Potter
  • 2005 : Waldbühne 2005. Concert avec l'Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Sir Simon Rattle
  • 2005 : I'm Going to Tell You a Secret. Documentaire sur Madonna
  • 2011 : The Labeque way. Documentaire de Felix Cabez

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marielle et Katia Labèque, émission C'est de famille sur Europe 1, 25 juillet 2011.
  2. Katia et Marielle Labèque donnent une interview en compagnie de leurs parents en 1969.
  3. Les Visions de l'Amen, premier disque de Katia et Marielle Labèque.
  4. Concerto de Luciano Berio, archive de l'INA.
  5. Interprétation de Bach sur pianoforte avec l'ensemble Il Giardino Armonico.
  6. Critique d'un concert avec l'Orchestra of the Age of Enlightenment (en anglais).
  7. Les soeurs Labèque et Simon Rattle, trio historique.
  8. Collaboration avec l'Orchestre philharmonique de Berlin
  9. Collaboration avec l'Orchestre philharmonique de Münich (en allemand)
  10. Collaboration avec l'Orchestre philharmonique de Vienne dirigé par Semyon Bychkov (en allemand)
  11. Collaboration avec l'Orchestre symphonique de Chicago
  12. Critique du concert donné au Hollywood Bowl avec l'Orchestre philharmonique de Los Angeles en juillet 2010 (en anglais)
  13. Collaboration avec Semion Bychkov lors des Proms 34 à Londres en août 2012 (en anglais)
  14. Les soeurs Labèque et l'Orchestre de Paris dirigé par Paavo Jarvi
  15. Collaboration avec Sir Simon Rattle
  16. Collaboration avec Esa-Pekka Salonen
  17. Critique du concert avec Michael Tilson Thomas du 15 décembre 2007 (en anglais)
  18. Concerts au Musikverein de Vienne (en anglais)
  19. Critique du concert donné le 25 septembre 2008 au Carnegie Hall de Londres (en anglais)
  20. Critique du concert donné en septembre 2011 à l'Hollywood Bowl (en anglais)
  21. Interview pour BBC Proms 2009 (en anglais)
  22. Katia et Marielle Labèque au Lucerne festival 2012 (en anglais)
  23. Critique du concert de gala du Waldbühne, avec l'Orchestre philharmonique de Berlin sous la direction de Sir Simon Rattle
  24. Critique du concert au Disney Hall de Los Angeles avec au programme Battlefield (en anglais).
  25. Critique du concert avec au programme Nazareno (en espagnol).
  26. Critique du concert au Disney Hall de Los Angeles avec au programme The Hague Hacking (en anglais).
  27. Critique d'un concert donné en novembre 2009 avec au programme la version deux pianos et percussions basques du Boléro (en allemand).
  28. Critique du concert 50 Years of Minimalism (en anglais).
  29. Critique de l'œuvre de William Duckworth (en anglais).
  30. Classica Répertoire, février 2007, p. 23.
  31. Interview de Mayte Martin à propos du disque "De fuego y agua" (en espagnol) sur elmundo.es.
  32. Kalakan présente son premier album coproduit par le label KML Recordings (en basque).
  33. « Katia et Marielle Labèque présentent le trio Kalakan à Madonna » sur next.liberation.fr.
  34. Présentation de Minimalist Dream House sur France Musique.

Liens externes[modifier | modifier le code]