Marie Politzer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Politzer.

Marie Politzer (née Larcade), également connue sous le nom de « Maï Politzer », née le 15 août 1905 à Biarritz (France) et morte le 6 mars 1943 à Auschwitz (Pologne), est une militante communiste et une résistante française, mariée à Georges Politzer, philosophe français d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maï Politzer était sage-femme.

Arrêtée par les Allemands, elle est transférée à Auschwitz par le convoi du 24 janvier 1943 en même temps que d'autres résistantes françaises non juives et en majorité communistes, parmi lesquelles de nombreuses veuves de fusillés, telle Hélène Solomon, fille du savant Paul Langevin et femme de l'écrivain Jacques Solomon.

Elle y meurt du typhus[1] le 6 mars 1943.

Comme pour Georges, la mention « mort pour la France » fut accordée à Maï Politzer le 18 mai 1946. Les titres d'« interné » et de « déporté résistants » lui furent reconnus le 5 juin 1956.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1998, une rue du 12e arrondissement de Paris prend son nom et celui de son époux (rue Georges-et-Maï-Politzer), ainsi que le centre municipal de santé d'Arcueil.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les trois morts de Georges Politzer de Michel Politzer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le typhus avait été apporté à Auschwitz, en avril 1941, par des détenus transférés de la prison de Lublin. Il frappa de dix à quinze mille hommes et femmes au camp central (Auschwitz 1) au cours de l'année. À Birkenau, l'épidémie atteignit son intensité maximale durant l'hiver 1943-1944. Voir sur le site curagiu.com.

Lien externe[modifier | modifier le code]