Marie Hackin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie Hackin (1905-1941) est une résistante française de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été faite compagnon de la Libération, comme son mari [1] et a reçu la Croix de guerre 1939-1945 avec palmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie Parmentier naît à Rombas, le 7 septembre 1905, alors que la Moselle est allemande. En 1923, elle épouse l'archéologue Joseph Hackin, directeur du musée Guimet. En 1939, le couple se trouve à Bombay où Joseph Hackin est en mission[2].

Dès juillet 1940, Joseph Hackin télégraphie son ralliement au général de Gaulle. Arrivé à Londres en octobre 1940, il est chargé de coordonner les relations entre divers comités de la France libre de par le monde. Marie Hackin rejoint le Corps des volontaires féminines de la France libre, avec le grade de sous-lieutenant. Le général de Gaulle ayant nommé Joseph Hackin "délégué de la France libre" en Inde, les époux Hackin embarquent sur le cargo Jonathan Holt, en février 1941. Malheureusement, le cargo est torpillé au large du Cap Finisterre. Marie Hackin et son époux disparaissent le jour même dans le naufrage, le 24 février 1941.

Parmi les 1059 compagnons de la libération reconnus par le général De Gaulle, seulement six femmes ont été récompensées. Marie Hackin est l'une de ces femmes[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Compagnon de la Libération", par décret du 13 mai 1941.
  2. Philippe Boitel: Les Français qui ont fait la France, Editions Sud Ouest, 2009.
  3. Guy Perrier; 12 résistantes qui ont changé l’Histoire, Pygmalion, Flammarion, Paris, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]