Marie Casimire Louise de La Grange d'Arquien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Casimire Louise de La Grange d'Arquien
Image illustrative de l'article Marie Casimire Louise de La Grange d'Arquien
Titre
Reine consort de Pologne
Grande-duchesse consort de Lituanie
5 juillet 166517 juin 1696
Couronnement 2 février 1676, en la Cathédrale Saint-Jean à Varsovie
Prédécesseur Éléonore d'Autriche
Successeur Eberhardine de Brandebourg-Bayreuth
Biographie
Date de naissance 28 juin 1641
Lieu de naissance Nevers (France)
Date de décès 18 septembre 1714 (à 73 ans)
Lieu de décès Blois (France)
Père Henri Albert de La Grange d'Arquien
Mère Françoise de La Châtre
Conjoint Jean Sobiepan Zamoyski
Jean III Sobieski

Marie Casimire Louise de La Grange d'Arquien, nommée en Pologne Maria Kazimiera, et surnommée Marysienka, née le 28 juin 1641 à Nevers et morte le 30 janvier 1716 à Blois, est reine consort de Pologne de 1674 à 1696 en tant qu'épouse de Jean III Sobieski.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'Henri Albert de La Grange d'Arquien, issu de la moyenne noblesse du Nivernais et de Françoise de La Châtre. Dès l'âge de cinq ans, elle accompagne comme dame de compagnie Marie-Louise de Gonzague-Nevers, qui devient reine de Pologne en épousant successivement Ladislas IV et Jean II Casimir.

Portrait de la reine Marysieńka avec ses enfants, Jerzy Siemiginowski-Eleuter, 1684

Dès 1656, elle rencontre Jean Sobieski mais est d'abord mariée à Jan Sobiepan Zamoyski le 3 mars 1658. Ce dernier meurt en 1665 et Marie Casimire peut alors épouser Sobieski le 5 juillet de la même année. Ils ont ensemble quatorze enfants, dont seuls quatre survivent. Parmi eux, Jacques Louis Henri Sobieski et Thérèse Cunégonde Sobieska, épouse de l'électeur de Bavière Maximilien-Emmanuel.

Jean Sobieski est élu roi de Pologne en 1672 et règne à partir de 1674. Comme reine de Pologne, Marie Casimire soutient une éventuelle alliance avec la France. Elle honore de sa bienveillance le modeste, droit et pieux savant moine bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, Dom Claude Devic à l'occasion de son séjour à Rome à partir de 1701.

Correspondance[modifier | modifier le code]

Le couple royal a échangé une abondante correspondance constituée de magnifiques lettres d'amour écrites principalement entre 1665 et 1683, lorsque Marysienka devait se trouver hors de Pologne pour diverses raisons socio-politiques. Ces lettres font état des difficultés et des problèmes de l'époque et témoignent des sentiments extrêmement forts qui les unissaient.

Ancêtres[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles de La Grange d'Arquian de Montigny
 
 
 
 
 
 
 
Antoine de La Grange d'Arquien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise de Rochechouart de Boiteaux
 
 
 
 
 
 
 
Henri Albert de La Grange d'Arquien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis d'Ancienville de Révillon
 
 
 
 
 
 
 
Anne d'Ancienville
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Françoise de La Platière d'Epoisses
 
 
 
 
 
 
 
Marie Casimire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean de La Châtre de Bruillebault
 
 
 
 
 
 
 
Baptiste de La Châtre de Bruillebault
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Madeleine de Cluys
 
 
 
 
 
 
 
Françoise de La Châtre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bonaventure Lamy de Chasteauguillon
 
 
 
 
 
 
 
Gabrielle Lamy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louise de La Marche
 
 
 
 
 
 

Fiefs, propriétés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]