Marie-Anne de Bourbon-Condé (1697-1741)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Anne de Bourbon.
Marie Anne par Pierre Gobert.

Marie Anne de Bourbon, dite Mlle de Clermont, est née le 16 octobre 1697 et décédée le 11 août 1741. C'est un membre de la famille royale de France et une Surintendante de la Maison de la Reine de 1725 à sa mort.

Quatrième fille de Louis III de Bourbon, prince de Condé, et de Louise Françoise de Bourbon, dite Mademoiselle de Nantes, elle passait pour être en réalité la fille du prince de Conti. Elle aurait épousé secrètement en 1719 Louis II de Melun[1], dont elle n'a pas eu d'enfant.

Louis II de Melun est tout d'abord son amant mais il disparaît tragiquement lors d'une chasse à l'âge de 29 ans en 1724 : « [...], elle n'aura pas d'enfants de lui. La princesse ne se remit jamais de la mort du « duc de Melun » et ne se remaria pas. Lorsqu'elle décéda, en 1741, une rumeur courut disant qu'elle avait accouché peu avant car la princesse est morte d'une inflammation d'entrailles. Si Mlle de Clermont est bien la fille de Louise-Françoise de Bourbon, des doutes subsistent au sujet de son père et il se pourrait que ce dernier ne soit pas Louis III de Bourbon, prince de Condé. En effet, à cette époque, la Louise Françoise, duchesse de Bourbon (« Mlle de Nantes ») avait un amant en la personne de François-Louis de Bourbon-Conti et selon certains, Marie-Anne pourrait être le fruit des amours de sa mère et du prince de Conti.[2] »

Ascendance[modifier | modifier le code]


Dans les Arts[modifier | modifier le code]

En littérature[modifier | modifier le code]

Marie-Anne de Bourbon-Condé est l'héroïne d'une nouvelle historique encore publiée aujourd'hui :

En peinture[modifier | modifier le code]

Mademoiselle de Clermont en sultane par Jean-Marc Nattier (1733)
Londres, Wallace Collection

Il existe plusieurs portraits de Marie-Anne de Bourbon-Condé exposés dans les musées nationaux. Certains ont d'ailleurs été l'objet d'analyses (à propos de la mode orientaliste ou de la représentation du pouvoir féminin).

  • Rosalba Carriera, Portrait de Mademoiselle de Clermont, (au Château de Chantilly)
  • Jean-Marc Nattier, Mademoiselle de Clermont aux eaux minérales de Chantilly, 1729 (au Château de Chantilly)
  • Jean-Marc Nattier, Mademoiselle de Clermont en sultane, 1733 (Londres, The Wallace Collection)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chevalier Daudet de Nismes, Journal historique du voyage de S. A. S. Mademoiselle de Clermont depuis Paris jusqu'à Strasbourg du mariage du Roy, et du voyage de la Reine depuis Strasbourg jusqu'à Fontainebleau…, Châlons, Claude Bouchard, 1725. In-12, 12-(405)-(2) pages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 5, L'auteur,‎ 1825 (lire en ligne)
  2. « www.labeilledelaternoise.fr L'Abeille de la Ternoise », Louis II de Melun, comte de Saint-Pol, tué à la chasse, en 1724 (consulté le 18 mars 2011)