Marie Anne Doublet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie-Anne Doublet et son frère, l'abbé Legendre

Marie Anne Doublet, dite Doublet de Persan, née Legendre le 23 août 1677 à Paris où elle mourut en mai 1771, était une femme de lettres et salonnière française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Insertion dans la haute société[modifier | modifier le code]

Troisième enfant de Marguerite le Roux et de François Legendre[1], fermier général, Marie Anne Legendre manifesta de bonne heure beaucoup de goût pour les belles-lettres et les arts : elle maniait habilement le burin. Devenue, en 1698 l’épouse de Louis Doublet, intendant du commerce, secrétaire des commandements de Monsieur, frère de Louis XIV, puis du Régent, elle usa de sa fortune pour satisfaire son goût des choses de l’esprit.

Sans parler des séjours dans son château de Breuillepont, souvent célébré en prose et en vers par ses hôtes, elle allait chez le peintre Coypel Page d'aide sur l'homonymie où elle rencontrait Caylus, Fréret, Helvétius, Marivaux. Elle était aussi du souper dit des quinze livres, qui couronnait ces réunions, souper périodique dont le prix ne changeait pas.

« Paroisse Doublet » et « nouvelles à la main »[modifier | modifier le code]

Madame Doublet réunissait, tous les samedis, dans son salon, connu sous le nom de « Paroisse » (un appartement dépendant du couvent parisien des Filles de Sainte-Thérèse)[2] une société choisie bien que fort mélangée de personnalités marquantes dans les sciences, les arts et les lettres. On y trouvait, outre son frère l’abbé Legendre, Mairan, La Curne Sainte-Palaye, Piron, Mirabaud, Voisenon, Falconet, Foncemagne, le comte d’Argental, l’abbé Chauvelin, l’abbé Xaupi, etc. Chacun des admis avait sa place marquée et son portrait au-dessus du fauteuil qu’il occupait.

Le salon de Mme Doublet est connu comme « le réseau de nouvellistes à la main le plus célèbre du XVIIIe siècle »[2] : on y mettait en commun des informations collectées dans la journée qui étaient redistribuées sous forme de « nouvelles à la main ». Deux registres étaient posés sur deux pupitres : sur l’un, on inscrivait les nouvelles douteuses, sur l’autre les nouvelles vraies. Chacun, en arrivant, lisait la feuille du jour, et l’augmentait de ce qu’il savait de sûr des faits de la politique et des lettres, dévoilait les anecdotes du théâtre, de la cour et de la ville. Après chaque récit, l’assemblée délibérait et décidait de l’inscription sur l’un ou sur l’autre registre. Les valets copiaient ensuite les bulletins, et s’en faisaient un revenu en les distribuant au public. L’ami intime de la maîtresse de la maison, Louis Petit de Bachaumont, présidait aux discussions académiques qui occupaient une partie de la soirée, puis aux soupers par lesquels elles se terminaient.

Deux fois par semaine, Bachaumont faisait un journal des extraits de ces registres, et le répandait dans le public sous forme de nouvelles à la main, manuscrites. La diffusion de ces textes se développa toujours davantage à partir des années 1760, à une échelle toujours plus large, bien au-delà de Paris « chez les plus éminents représentants de la noblesse provinciale, mais également à l'étranger, et notamment en Allemagne et aux Pays-Bas par l'intermédiaire d'Antoine-Joseph Aubry de Julie »[2]. Leur succès fut si grand qu’on demandait, pour s’assurer de l’authenticité d’un récit : « Cela sort-il de chez Mme Doublet ? ». Voltaire, pour désavouer la paternité d’une pièce de vers scandaleuse imprimée sous son nom, ne trouva ainsi pas de publicité meilleure que celle des registres de la Paroisse ; il écrivit au comte d’Argental : « Protestez donc, je vous en prie, dans le grand livre de Mme Doublet, contre les impertinens qui m’attribuent ces impertinences ».

Ces bulletins, qui devaient nécessairement prendre le ton de la société du temps, constituaient un résumé de tout ce qui se disait dans le monde. On y trouvait l’analyse des pièces de théâtre, le compte rendu des assemblées littéraires et des procès célèbres ; la notice des livres nouveaux, et en particulier des livres clandestins et prohibés, auxquels la saveur du fruit défendu donnait plus de piquant et de relief ; des pièces rares ou inédites, en vers et en prose, dont beaucoup n’auraient pu être imprimées sans risque, les chansons et vaudevilles satiriques, les anecdotes et les bons mots, que l’on était d’autant plus attentif à recueillir qu’ils étaient plus méchants ; enfin les aventures de société, les faits et gestes de la cour, bien souvent embellis par la médisance. Ils avaient en outre une dimension nettement hostile aux Jésuites et pro-parlementaire[2].

C’est dans ces nouvelles à la main, qui eurent tant d’importance jusqu’à la Révolution, que Pidansat de Mairobert[3] puis Barthélémy-François Moufle d'Argenville[4] puisèrent pour constituer les 36 volumes des célèbres Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres en France (Paris, 1771, 6 vol. in-12) publiés entre 1777 et 1789, Mémoires secrets « qui s'affirmèrent sans tarder comme l'un des plus grands succès de la littérature clandestine européenne »[2].

Le gouvernement s’alarma de cette vogue. Il favorisa des essais de journaux revus et approuvés par l’autorité. Mais le public s’obstina à préférer les nouvelles vierges du contrôle officiel. Comprenant son impuissance, le lieutenant de police, d’abord, puis le duc de Choiseul, propre neveu de Marie Anne Doublet, recoururent aux menaces : ce dernier alla jusqu’à montrer à sa tante la perspective d’un couvent, si elle ne cessait la distribution de ses bulletins.

Les nouvelles à la main de circuler de plus belle, on prit le domestique de la Paroisse, « un grand et gros domestique, visage plein, perruque ronde, habit brun, qui, tous les matins, va recueillir dans les maisons, de la part de sa maîtresse, ce qu’il y a de neuf ». Dénoncé par Charles de Mouhy, chargé, par la police, de surveiller les Paroissiens, l’infortuné serviteur, qui servait de secrétaire dans les réunions quotidiennes, fut conduit et enfermé au For-l'Évêque. On en conclut que les nouvelles à la main étaient… l’œuvre du domestique de Marie Anne Doublet.[réf. souhaitée]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il était seigneur de Breuillepont, Lorey, Saint-Chéron et autres lieux, mais nullement de Persan, ce qui fait que Marie Anne Doublet a été improprement appelée Mme Doublet de Persan par la plupart des biographes. Il s’appelait en réalité Doublet de Breuillepont, et représentait la troisième branche de sa famille, les deux premières ayant pour chefs le marquis de Persan (qui eut pour fils Anne-Nicolas Doublet de Persan, l’amant de Théroigne de Méricourt), conseiller au Parlement, maître des requêtes, intendant du commerce, mort en 1757, et le marquis de Bandeville.
  2. a, b, c, d et e Albane Cogné, Stéphane Blond, Gilles Montègre, Les circulations internationales en Europe, 1680-1780, Atlande, 2011, p. 246
  3. qui par ailleurs se prétendait, sans que rien ne paraisse justifier une pareille prétention, le fils et de Madame Doublet et de Bachaumont[réf. souhaitée]
  4. Bachaumont fut longtemps considéré comme l'auteur de cette compilation

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Jean Baptiste Boyer, Un protégé de Bachaumont. Correspondance inédite du Marquis d'Éguilles, 1745-1748, Paris, Revue rétrospective, 1887, p. xvii-xviii.
  • Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 30, Paris, Firmin-Didot, 1859, p. 383.
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1541.
  • J. D. Popkin et B. Fort, The "Mémoires secrets" and the Culture of Publicity in Eighteenth-Century France, Voltaire Foundation, Oxford, 1998

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]