Marie-Thérèse Sanchez-Schmid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schmid.
Marie-Thérèse Sanchez-Schmid
Image illustrative de l'article Marie-Thérèse Sanchez-Schmid
Fonctions
Députée européenne
14 juillet 20091er juillet 2014
Élection 7 juin 2009
Législature 7e Parlement européen
Biographie
Date de naissance 15 novembre 1957 (56 ans)
Lieu de naissance Perpignan
Nationalité Drapeau de la France Française
Parti politique UDF, UMP

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (surnommée MT2S[réf. nécessaire]), née le 15 novembre 1957 à Perpignan (Pyrénées-Orientales)[1], est une femme politique française, membre de l'UMP[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur certifié d’anglais, Marie-Thérèse Sanchez-Schmid a enseigné de 1979 à 2009.

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid fut adjoint au Maire de Perpignan chargée l'éducation et de l'enfance, des relations publiques et des relations internationales, présidente de la commission Europe de la ville de 1993 à 2009.

Elle est élue députée européenne le 7 juin 2009.

Membre du groupe PPE (Parti populaire européen), elle en est la vice-coordinatrice pour la commission culture et éducation. Elle est membre titulaire de la commission de la culture et de l’éducation, et suppléante dans la commission du développement régional.

Elle est aussi membre de la délégation pour les relations avec l'Afrique du Sud, et membre suppléante de la délégation pour les relations avec les pays du Machrek et de la délégation à l'Assemblée parlementaire euro-méditerranéenne[2].

Elle fut rapporteur pour trois textes votés par le Parlement européen en mai 2011, juin 2011 et septembre 2013 :

- Libérer le potentiel des industries culturelles et créatives (2010/2156(INI))[3]

- L'objectif 3: un défi pour la coopération territoriale - le futur agenda de la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale (2010/2155(INI))[4]

- Promouvoir les secteurs créatifs et culturels européens comme sources de croissance économique et d'emplois (2012/2302(INI))[5]

Elle fut également rapporteur de l'avis de la Commission du Développement régional sur la refonte de la directive interopérabilité dans le cadre du 4e Paquet ferroviaire[6].

Elle a créé en novembre 2012 avec Gilles Pargneaux (eurodéputé socialiste) le premier Groupe de liaison transfrontalier au Parlement européen, qui a pour but de sensibiliser les députés européens sur les problématiques transfrontalières[7].

Elle a créé également le premier Groupe d'Amitié UE-Andorre au Parlement européen[8].

Vice-présidente des intergroupes “les chemins de Saint-Jacques” et “URBAN[9]” (développement urbain), elle participe également à l'intergroupe “viticultures, traditions et qualité alimentaire”.

Elle œuvre en tant que députée européenne sur le terrain régional en défendant de nombreux projets et en aidant les entreprises locales à accéder aux fonds européens. En dehors de ses fonctions au parlement européen Marie-Thérèse Sanchez-Schmid est présidente de la commission Europe de la ville de Perpignan et secrétaire nationale de l’UMP chargée des politiques européennes régionales et territoriales[10].

En mai 2013, elle nominée pour le titre de "Député européen de l'année" dans la catégorie "développement régional" par le magazine anglo-saxon "Parliament Magazine", pour son travail sur la coopération transfrontalière et la cohésion territoriale[11]. Ce sera la Présidente de la commission du Développement régional, ancienne ministre et ancienne Commissaire européen Danuta Hübner qui remportera finalement le prix.

En février 2014, elle est nominée à nouveau pour le titre de "Député européen de l'année" dans la même catégorie du "développement régional" pour son travail sur l'intéropérabilité ferroviaire[12].

Coopération Tranfrontalière[modifier | modifier le code]

Élue de Perpignan, à la frontière Franco-Espagnole, Marie-Thérèse Sanchez-Schmid s'est spécialisée sur les problématiques liées à la coopération transfrontalière.

En France[modifier | modifier le code]

En 2010, elle est chargée par le Premier Ministre François Fillon, d'une mission parlementaire sur la politique transfrontalière, aux côtés d'Etienne Blanc, Député de l'Ain et Fabienne Keller, Sénatrice du Bas-Rhin. Ils rendent leur rapport le 17 juin 2010, dans lequel ils estiment que :

"Les régions frontalières sont confrontées à une perte de compétitivité quasi générale, alors même qu’elles retirent globalement de leur voisinage étranger des niveaux de salaires, de pouvoir d’achat, des flux d’affaires plus élevés que l’ensemble du territoire national. Elles concernent 20% du territoire, 10 millions de nos concitoyens et révèlent, plus que d’autres espaces français, les difficultés de notre pays à relever les défis de l’ouverture des frontières, de la globalisation de l’économie et du marché unique européen. Tout doit être mis en œuvre pour, qu’au contraire, elles puissent constituer un atout majeur pour la France."[13]

Ils proposent 19 mesures pour rendre les zones frontalières plus attractives.

Parmi les recommandations qui seront concrétisées, le gouvernement français décide de créer un ambassadeur pour les questions transfrontalières.

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid est également membre du Bureau de la Mission opérationnelle transfrontalière, association qui regroupe les autorités ministérielles et locales chargées des dossiers de coopération transfrontalière.

Au niveau européen[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid est nommée rapporteur permanente pour la "coopération territoriale européenne". Elle rédige en juin 2011 un rapport intitulé : L'objectif 3: un défi pour la coopération territoriale - le futur agenda de la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale (2010/2155(INI))[4]. L'objectif de ce rapport est de définir la position du Parlement européen concernant l'avenir de l'Objectif Coopération Territoriale Européenne (les crédits INTERREG).

Suite à ce rapport, elle soutien l'intiative, en partenariat avec la Commission européenne et le programme Interact, des "Journées Européennes de la Coopération[14]" qui vise à mettre en avant, tous les ans au mois de septembre, les amélioration concrètes du quotidien des frontaliers obtenues grâce à la coopération transfrontalière européenne.

En novembre 2011, elle est nommée rapporteur pour le groupe PPE sur la proposition de règlement européen sur l'objectif "Coopération territoriale européenne", qui sera finalement adopté en novembre 2013 après deux ans de négociations.

En octobre 2012, elle organise une visite officielle de députés de la commission du Développement régional sur la frontière franco-espagnole pour évaluer sur les défis de la coopération transfrontalière et les réalisations concrètes financés par les crédits Interreg, notamment l'Hôpital de Puigcerdà et le théâtre transfrontalier de l'Archipel à Perpignan.

L'économie culturelle[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid a également travaillé, au sein de la Commission Culture et Éducation, sur l'impact des industries culturelles et créatives (ICC) sur l'économie européenne.

En 2011, elle rédige un rapport sur "le potentiel des industries culturelles et créatives[15]", dans lequel elle rappelle que : "les ICC, qui représentent 5 millions d'emplois et 2,6 % du PIB de l'Union, constituent l'un des principaux moteurs de la croissance européenne car elles créent des emplois nouveaux, jouent un rôle clé dans les chaînes de valeur mondiales, stimulent l'innovation, apportent une valeur ajoutée en tant que facteur de cohésion sociale et sont un moyen efficace de lutter contre la récession actuelle".

En 2013, elle rédige un nouveau rapport sur "les secteurs créatifs et culturels européens comme sources de croissance économique et d'emplois[5]" qui vise à faire le bilan des actions européennes en la matière et proposer des améliorations des législations nationales et européennes. Dans ce rapport, elle demande notamment : "la nécessité d'envisager les perspectives de ces secteurs à plus long terme et d'établir un programme de mesures structurées et concrètes afin de s'aligner sur la stratégie Europe 2020; rappelle que le soutien de l'Union, des États membres et des collectivités locales à la création culturelle est indispensable;"

Politique[modifier | modifier le code]

Elle soutient la candidature de François Fillon à la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012.

En 2014, elle est candidate pour les élections municipales de Perpignan sur la liste UMP du maire sortant Jean-Marc Pujol[16].

Livre "Au cœur des femmes"[modifier | modifier le code]

Marie-Thérèse Sanchez-Schmid est l'auteur du livre "Au cœur des femmes" (éditions Talaia) qui dresse un panorama non exhaustif de 70 évènements d’actualité qui ont fait date dans la vie des Françaises de 1944 à aujourd’hui, un panorama des 70 années de conquêtes pour que les femmes aient les mêmes droits que les hommes[17].

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Fonctions politiques[modifier | modifier le code]

  • Chargé de mission de l'UMP des Pyrénées Orientales en 2010
  • Secrétaire nationale de l'UMP chargée des politiques européennes régionales et territoriales

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]