Marie-Rose Durocher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie-Rose.
Chapelle Marie-Rose Durocher

Marie-Rose Durocher, née Eulalie Durocher[1] (Saint-Antoine-sur-Richelieu, 6 octobre 1811Longueuil, 6 octobre 1849 (à 38 ans)) était une éducatrice catholique québécoise, qui a fondé la Congrégation des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie[2].

Elle a été béatifiée (déclarée Bienheureuse) à Rome par le Pape Jean-Paul II le 23 mai 1982. Elle est fêtée le 6 octobre[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

La dixième de onze enfants, elle fut attirée à la vie religieuse, mais dut renoncer à son projet en raison de sa mauvaise santé. Elle assista son frère Théophile Durocher, prêtre à Beloeil, dans les tâches ménagères. Elle est gouvernante et agente de pastorale de 1831 à 1841.

Monseigneur Ignace Bourget, qui désirait faire immigrer des religieuses européennes au Canada, lui demande en 1843 de se rendre à la paroisse Saint-Antoine de Longueuil pour former une nouvelle communauté enseignante. Elle fonde les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie en compagnie de Henriette Céré et Mélodie Dufresne. Cette communauté s'est ensuite répandue aux États-Unis, d'abord dans l'État de l'Oregon.

Marie-Rose se souciait beaucoup de l'éducation des jeunes filles, surtout les pauvres qui venaient des campagnes. La pédagogie de l'ordre est assistée par celle des Frères des écoles chrétiennes, arrivés au Bas-Canada en 1837. Les pères oblats prêtent également assistance à son œuvre d'éducation. Le curé Louis-Moïse Brassard fait don d'un nouveau couvent à la communauté, qui s'appelle la maison Marie-Rose Durocher. Les tâches de sa congrégation sont cependant compliquées avec l'arrivée de l'abbé Charles Chiniquy en 1846, l'ami de Brassard.

Marie-Rose puise sa spiritualité de Luc 12, 49: « Je suis venu apporter le feu sur la terre et combien je voudrais qu'il brûle!». Sa congrégation a pour devise «Jésus et Marie, ma force et ma gloire!».

Elle est décédée le 6 octobre 1849 de causes naturelles. Ses restes se trouvent dans la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, où se trouve également une chapelle et un ouvrage à sa mémoire.

Culte[modifier | modifier le code]

Elle fut déclarée vénérable par Jean-Paul II en 1979, puis béatifiée le 23 mai 1982. Elle est célébrée le 6 octobre, le jour de sa naissance et de son décès et le jour de fête de Saint Bruno. Le Collège Durocher à Saint-Lambert est nommé en son honneur, ainsi que l'École secondaire Eulalie-Durocher à Montréal. Sa communauté fonda aussi le Pensionnat du Saint-Nom de Marie à Outremont et le Mont Jesus-Marie à Outremont.

On implore son intercession en cas de maladie ou en cas de décès de ses parents. On accroche aussi son effigie dans les maisons pour éviter les incendies.

Citation[modifier | modifier le code]

« Marie-Rose Durocher a agi avec simplicité, avec prudence, avec humilité, avec sérénité. Elle ne s’est pas laissée arrêter à ses problèmes personnels de santé ni aux premières difficultés de l’œuvre naissante. Son secret résidait dans la prière et l’oubli de soi-même qui atteignait, selon l’estimation de son Évêque, une véritable sainteté. » (Jean-Paul II, en 1979).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Rose Durocher (notice biographique), sur le site de la communauté qu'elle a fondée [consulté le 13 avril 2010].
  2. Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, site officiel [consulté le 13 avril 2010].
  3. Nominis : Bienheureuse Marie-Rose Durocher.