Marie-Philippe Coupin de La Couperie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie-Philippe Coupin de La Couperie

Naissance 1771 ou 1773
Sèvres
Décès 1851
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités peintre
Les amours funestes de Francesca de Rimini, 1812, huile sur toile, Arenenberg, Napoléonmuseum.
Gabrielle d'Arjuzon priant pour le rétablissement de la santé de sa mère, entre 1812 et 1814, huile sur panneau, Paris, Musée du Louvre.

Marie-Philippe Coupin de La Couperie (Sèvres, 1771 ou 1773[réf. souhaitée] - Versailles, 1851) est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Troisième enfant de Claude Coupin, et frère du critique d'art Pierre-Alexandre Coupin, il sert avec lui dans l'armée à partir de 1793. Ami du peintre Girodet-Trioson et de Marie-Victoire Jaquotot, il travaille d'abord comme peintre de porcelaines à la manufacture nationale de Sèvres. Il est ainsi l'auteur de plusieurs plaques gravées, dont une série de six plaques destinées à orner les piédestaux des vases Cordeliers (Paris, Musée du Louvre), réalisés entre 1808 et 1809 et glorifiant le règne de Napoléon Ier.

Coupin de la Couperie est avant tout un peintre troubadour, puisant son inspiration dans les thèmes romantiques du Moyen Âge, et ce jusqu'à la fin de sa vie. Son œuvre la plus célèbre, Les Amours funestes de Francesca de Rimini (1812, Arenenberg, Napoléonmuseum), a été présentée au salon de 1812 et fut un grand succès. On peut également citer Valentine Visconti au tombeau de Louis d'Orléans ou l'incarnation du deuil (1822, Blois, Musée des Beaux-Arts), Gabrielle d'Arjuzon priant pour le rétablissement de sa mère (1814, Paris, Musée du Louvre), et Sully montrant à son petit-fils le monument renfermant le cœur d'Henri IV (salon de 1819, Pau, musée national du château). Il devient professeur de dessin à l'École militaire de La Flèche, puis à celle de Saint-Cyr.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Mademoiselle d'Arjuzon priant Dieu pour le rétablissement de la santé de sa mère, 1814 ;
  • Sully devant le monument du cœur d'Henri IV à La Flèche, 1819 ;
  • Valentine de Milan, 1822 ;
  • Le Baptême de Clovis et Saint Louis et Charlemagne ;

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]