Marie-Louise Sjoestedt-Jonval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, née à Saint-Thomas le 20 septembre 1900 et décédée le 26 décembre 1940 est une celtologue française et une linguiste. Elle est la fille du journaliste suédois Erik Valentin Sjöstedt (Lund, 19 février 1866-1929) et de l'essayiste française Léonie Bernardini (née en 1868). Elle est la sœur de l'artiste peintre Yvonne Sjoestedt (née en 1894) et du journaliste Armand Bernardini (1895-1972).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été étudiante en licence à la Sorbonne (1919) sous la direction de Joseph Vendryes, à qui elle dédia[1] son premier ouvrage « L'aspect verbal et les formations à affixe nasale en celtique » (1926), agrégée de grammaire en 1922, elle fut chargée de conférences à l'École pratique des hautes études, Section des sciences historiques et philologiques (1926)[2], codirectrice de la Revue celtique aux côtés de Joseph Loth et directrice d'études à l'École pratique des hautes études. Elle épousa en 1932 le linguiste Michel Jonval (1902-1935), spécialiste des études baltes, et vécut quelque temps avec lui à Riga. Très déprimée[3], elle se suicida quelques jours après son second mariage.

« Dieux et héros des Celtes » est son ouvrage le plus connu. Il traite des dieux et des Héros des Celtes continentaux, des débuts la mythologie celtique irlandaise et des deux catégories principales des dieux irlandais : les « déesses-mères » et les « dieux-chefs ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • Marie-Louise Sjoestedt, L'aspect verbal et les formations à affixe nasale en celtique, Collection Linguistique (19), Paris, éditions de la Librairie Honoré Champion, 1926, VIII-214 pages
  • Marie-Louise Sjoestedt, Le siège de Druim Damhghaire - Forbais Dromma Damgaire (1), Revue celtique, 43, 1926, p. 1-123.
  • Marie-Louise Sjoestedt, Le siège de Druim Damhghaire - Forbuis Dromma Damgaire (2), Revue celtique, 44, 1927, p. 157-186.
  • Étrennes de linguistique offertes par quelques amis à Émile Benveniste Paris, Paul Geuthner, 1928 (Avant-propos par Antoine Meillet, articles par Pierre Chantraine, René Fohalle, Jerzy Kurylowicz, Louis Renou et Marie-Louise Sjoestedt), VIII-123 pages
  • Marie-Louise Sjoestedt, L’Irlande d’aujourd’hui.- I. Gens de la terre et gens de la côte, article paru dans la Revue des deux Mondes, livraison du 15 juin 1930.
  • Marie-Louise Sjoestedt, L’Irlande d’aujourd’hui.- II. Dublin, article paru dans la Revue des deux Mondes, livraison du 1er juillet 1930.
  • Marie-Louise Sjoestedt, Phonétique d'un parler irlandais de Kerry, Paris, librairie Ernest Leroux, 1931.
  • Marie-Louise Sjoestedt, Deux contes en dialecte de l'île Blasket, Revue celtique, 49, 1932, p. 406-436.
  • Marie-Louise Sjoestedt, Légendes épiques irlandaises et monnaies gauloises : recherches sur la constitution de la légende de Cuchulainn, Études Celtiques, 1, 1936, p. 1-77.
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, La littérature qui se fait en Irlande, Études Celtiques, 2, 1937, p. 334-346.
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, Description d'un parler irlandais de Kerry, Paris, éditions de la Librairie Honoré Champion, bibliothèque de l'École des Hautes Études, 270, 1938, XI-222 pages
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, Études sur le temps et l'aspect en vieil irlandais (1), Études Celtiques, 3, 1938, p. 105-130.
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, Études sur le temps et l'aspect en vieil irlandais (2), Études Celtiques, 3, 1938, p. 219-273.
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, Les Langues de culture celtique, Paris, Boivin, Conférences de l'Institut de Linguistique de l'Université de Paris, 1938, 64 pages.
  • Marie-Louise Sjoestedt, Dieux et Héros des Celtes, Collection 'Mythes et religions' (7), Paris, Leroux - Presses Universitaires de France, 1940 (Mythes et religions : période mythique - divinités (Celtes continentaux - déesses-mères d'Irlande - Dieux-chefs de l'Irlande) - Hommes et Dieux et Héros, Samain-Samonios : Fête du premier novembre), XX-130 pages
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, La littérature qui se fait en Galles, Études Celtiques, 4, 1948, p. 67-82.
  • Marie-Louise Sjoestedt-Jonval, Gods and Heroes of the Celts, London, Methuen, 1949 (traduction anglaise du titre précédent, par Myles Dillon), XXI-104 pages
  • Marie-Louise Sjoestedt, Dieux et Héros des Celtes, Collection 'Essais', Terre de Brume, 1993, 107 pages, couverture illustrée en couleurs (réédition). (ISBN 2-8436-2393-6)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Louise Sjoestedt (1900-1940). In memoriam, suivi de Essai sur une littérature nationale : la littérature irlandaise contemporaine, Paris, E. Droz, 1941, 79 pages. Comprend une Notice biographique par Louis Renou, une Bibliographie et des Hommages par Joseph Vendryes, Émile Benveniste, Georges Dumézil et autres, avec trois portraits et un fac-similé
  • Joseph Vendryes, Marie-Louise Sjoestedt, Études celtiques, 4, 1948, p. 428-433
  • Seán Ó Lúing, Marie-Louise Sjoestedt, Celtic scholar, (1900-1940), Journal of the Kerry Archaeological and Historical Society, 20, 1987, p. 79—93.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « À mon Maître Monsieur J. Vendryes en témoignage de reconnaissance »
  2. Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études pour 1925-1926
  3. Vendryes la décrit comme « Trop Celte hélas ! pourrait-on dire, s'il est vrai que l'âme celtique, malgré tant de preuves d'une énergie indomptable et d'une volonté effrénée, est sujette a des accès de dépression et de renoncement qui lui font désirer et comme appeler le néant » (Études celtiques, 4, 1948).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :