Marie-Louise Lefèvre-Deumier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Nymphe Glycera (1861), cour carrée du palais du Louvre à Paris.

Azalaïs Marie-Louise Lefèvre-Deumier, dite Marie-Louise Lefèvre-Deumier, née Roulleaux-Dugages, le 21 novembre 1812[1] à Argentan et morte à Paris le 3 avril 1877, est une sculptrice et journaliste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille d’un conseiller général, Marie-Louise Roulleaux-Dugages épouse, en février 1836, l’écrivain et poète Jules Lefèvre-Deumier, dont elle a deux fils : Maxime, en 1837, et Lazare Eusèbe, en 1841.

Après avoir étudié la sculpture comme art d’agrément, elle débute au Salon de Paris de 1850, sous son nom de femme mariée, en exposant un Buste de femme et un Jeune Berger sur l’île de Procida.

Elle continue ses envois, accueillis de la presse avec une faveur marquée. Elle obtient une médaille de 3e classe en 1853 pour les bustes en marbre de son fils Maxime et de Mgr Sibour, archevêque de Paris, et une mention honorable en 1855 à l’Exposition Universelle de Paris.

Elle coopère, vers la fin de 1855, au journal Travail universel sous le nom de plume de « Jean de Sologne ». Ayant connu des difficultés financières, à la suite de la mort de son mari en 1857, elle s’installe en 1863 aux Pays-Bas, où elle travaille pour la famille royale, avant d’arrêter la sculpture après 1870 et de revenir en France.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Jeune pâtre de l’ile de Procida, 1850 
  • Buste de Napoléon III, fonte, 1851, musée des beaux-arts de Bordeaux
  • Buste officiel du Prince-Président[2], Salon de 1852
  • Buste de Napoléon Ier en Hermès, vers 1852, fonte, musée des beaux-arts de Bordeaux  
  • Buste de Mgr Sibour, 1853 
  • Portrait du fils de l’auteur, exposé en 1853 et 1855 
  • Matrone romaine, 1857 
  • Buste du Général Paixhans, 1857 
  • L'impératrice Eugénie agenouillée le jour de son mariage à Notre-Dame de Paris, plâtre, 1853, musée national du château de Compiègne 
  • Buste d'Alfred Busquet, 1859 
  • La Nymphe Glycéra ou La Couronne de fleurs, cour carrée du palais du Louvre, 1861 
  • La Princesse Clotilde, médaillon, 1868 
  • Buste d'Alphonse de Lamartine, 1869 
  • Virgile enfant, statue
  • Statuette de Marie-Sophie, reine de Naples, en pied, avec manteau et chapeau, plâtre, musée Condé à Chantilly  
  • Le Pape Pie IX
  • Portrait de sa majesté l'impératrice Eugénie, marbre, musée des beaux-arts de Marseille

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, vol. 2, Paris, Louis Hachette,‎ 1858, 1802 p. (lire en ligne), p. 1065.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice biographique dans Digitaal Vrouwenlexicon Nederland, sur Historici.nl
  2. Notice bibliographique de la BNF.