Marie-Josèphe d'Autriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'archiduchesse Marie-Josèphe
La reine Marie-Josèphe de Pologne

Marie-Josèphe de Habsbourg, archiduchesse d'Autriche, née le 8 décembre 1699, morte le 17 novembre 1757. Fille aînée de l'empereur Joseph Ier du Saint-Empire et de Wilhelmine de Brunswick-Lünebourg-Kalenberg.

Sœur de Marie-Amélie d'Autriche (1701-1756), Électrice de Bavière, écartée comme elle de la succession autrichienne par la Pragmatique Sanction publiée en 1713 par leur oncle l'empereur Charles VI du Saint-Empire qui voulait protéger l'intégrité de ses états en cas d'extinction de la Maison de Habsbourg.

Le 20 août 1719, elle épousa l'électeur Frédéric-Auguste II de Saxe qui reconnut la fameuse "Pragmatique".

En 1733, son mari, soutenu par l'Autriche et la Russie, fut élu Roi de Pologne contre le candidat français, Stanislas Leszczyński, beau-père du roi Louis XV de France. Une guerre dite guerre de Succession de Pologne éclata qui ne prit fin qu'en 1738 avec la reconnaissance de la souveraineté de son mari.

Deux ans plus tard à la mort de son oncle l'empereur, son mari, malgré la reconnaissance de la Pragmatique Sanction, se prévalut de son statut d'époux d'une archiduchesse autrichienne pour prétendre à l'acquisition de la Moravie et s'engagea dans la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748).

Ayant ensuite pris le parti de l'Autriche et de la France contre la Prusse, le couple saxon vit ses États envahis sans déclaration de guerre par les troupes de Frédéric II de Prusse en 1756, ce qui déclencha la guerre de Sept Ans. La reine mourut l'année suivante, victime des mauvais traitements reçus de l'armée prussienne.

De son union avec le roi de Pologne naîtront :

  • Charles (1733-1796), duc de Courlande, en 1760 il épousa (mariage morganatique) Françoise Corvin (1742-1796)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
COA Maria Josepha of Austria.svg Écartelé au 1) et 4) fascé de gueules et d'argent de 8 pièces au 2) et 3) de gueules au lion d'argent armé lampassé et couronné d'or, la queue fourchée passée en sautoir; sur le tout partie au 1) de gueules à la fasce d'argent au 2) bandé d'or et d'azur, à la bordure de gueules. [1]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie Magazine n°307 page31