Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon

alt=Description de l'image Mlle L'Héritier.jpg.
Naissance novembre 1664
Paris
Décès 24 février 1734 (à 70 ans)
Paris
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Profession

Marie-Jeanne L'Héritier de Villandon, née en novembre 1664 à Paris où elle est morte le 24 février 1734, était une romancière et une poétesse française.

Présentation[modifier | modifier le code]

Marie-Jeanne L’Héritier de Villandon était la nièce de Charles Perrault et l’amie de Madeleine de Scudéry, Marie-Catherine d'Aulnoy et d’Henriette-Julie de Murat. Elle a appartenu au mouvement des Précieuses. Elle a rédigé beaucoup de contes de fées, dont Les Enchantements de l'Éloquence (1696[1]), un an avant Les Fées (1697) de Charles Perrault, une autre version du même conte. Charles Perrault était son "oncle", ou plutôt cousin au 3e degré, et ils échangeaient sur leurs travaux de création.

Madeleine de Scudéry, qui a été sa tutrice, lui a légué son salon en 1701. L’Héritier qui, comme cette dernière, ne s’était jamais mariée, vivait des revenus de ses travaux littéraires et des libéralités de la duchesse de Longueville (dont elle a rédigé la biographie) et de la duchesse d’Épernon (à qui elle a dédié son conte Les Enchantements de l’éloquence, dans les Œuvres meslées, son premier ouvrage datant de 1695).

Vers la fin de la vie, L’Héritier a également travaillé comme traductrice des Épîtres héroïques d’Ovide en 1728. Cette traduction impressionna tant l’Académie française que L’Héritier fut immortalisée dans le Parnasse littéraire sous le nom de « Muse Télésille » et qu’elle reçut une pension d’état. À sa mort, le Journal des Savants lui consacra une nécrologie de six pages, distinction habituellement réservée seulement aux intellectuels de grand renom.

Elle fut reçue à l’Académie des Jeux floraux de Toulouse en 1696 et à l’Académie des Ricovrati de Padoue en 1697.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Œuvres meslées, 1695.
  • La Tour ténébreuse et les jours lumineux, 1705.
  • Contes, Éd. Raymonde Robert, Paris, Champion, 2005 (ISBN 2745309803)
  • Histoire de la marquise-marquis de Banneville, New York, Modern Language Association of America, 2004 (ISBN 0873529316)
  • Marmoisan ou La Fille en garçon, Éd. Catherine Velay-Vallantin, Carcassonne, GARAE/Hésiode, 1992 (ISBN 2906156205)
  • Les Fées, contes des contes, Genève, Slatkine Reprints, 1978
  • L'Adroite princesse, ou, Les aventures de Finette, Paris, Marie-Jeanne, 1664-1734

Œuvres en ligne[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le privilège est daté de 1695 mais le livre ne fut publié qu'en 1696