Marie-Christine d'Autriche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Marie-Christine d'Autriche (1742-1798).
Marie-Christine d'Autriche
Image illustrative de l'article Marie-Christine d'Autriche

Titre Reine consort d'Espagne
Autre titre Archiduchesse d'Autriche
Prédécesseur Mercedes d'Orléans
Successeur Victoire Eugénie de Battenberg
Biographie
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Maria Christina Désirée Henriette Felicitas Rainiera de Habsbourg-Lorraine-Teschen
Naissance 21 juillet 1858
Château de Zidlochovice, Moravie (actuelle République tchèque)
Décès 6 février 1929 (à 70 ans)
Madrid (Espagne)
Père Charles-Ferdinand de Teschen
Mère Élisabeth de Habsbourg-Hongrie
Conjoint Alphonse XII d'Espagne
Enfants Marie Mercedes de Bourbon
Marie-Thérèse de Bourbon
Alphonse XIII d'Espagne

Coat of Arms of Maria Christina of Austria, Queen Consort of Spain.svg

Marie-Christine d'Autriche, née le 21 juillet 1858 au château de Groß Seelowitz (Židlochovice), près de Brno en Moravie (actuelle République tchèque) et morte le 6 février 1929 à Madrid, est une archiduchesse d'Autriche, devenue reine d'Espagne par son mariage avec Alphonse XII.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fille de Charles-Ferdinand de Teschen et d'Élisabeth de Habsbourg-Hongrie, elle est également la sœur de l'archiduchesse Marie-Thérèse, reine de Bavière et de l'archiduc Frédéric. Les reines Marie-Thérèse des Deux-Siciles et Marie-Henriette de Belgique étaient ses tantes.

D'abord abbesse séculière d'un chapitre de dames nobles, Marie-Christine doit, à 21 ans, abandonner une vie confortable et sage pour épouser en 1879 Alphonse XII d'Espagne, veuf de la très populaire infante Mercedes de Bourbon et Orléans.

Faute de candidates - le roi veut épouser une sœur de sa femme mais la jeune femme meurt âgée de 27 ans peu après la célébration des fiançailles - le fringant Alphonse XII se remarie contraint et forcé et la trompe copieusement. En rencontrant sa fiancée et sa future belle-famille, il aurait dit à un de ses proches « La mère me plaît énormément mais c'est la fille que je dois épouser ». Elle donne d'abord deux filles à son époux. Elle est enceinte pour la troisième fois quand elle devient veuve à l'âge de 27 ans.

Descendance[modifier | modifier le code]

Trois enfants naissent de son union avec le roi Alphone XII :

Régence[modifier | modifier le code]

Le roi Alphonse XIII, 4 ans, sur un timbre philippin (1890)

Régente de 1886 à 1902 d'un royaume en proie à l'anarchie, - assassinat du Premier ministre Manuel Cànovas del Castillo en 1897 - elle se fait apprécier de ses sujets par sa grande dignité, sa hauteur morale et sa conduite irréprochable à la différence des reines d'Espagne précédentes.

Néanmoins malgré les avertissements de sa belle-sœur, l'infante Eulalie, elle eût à mener une guerre désastreuse de dix semaines contre les États-Unis (avril-août 1898) auxquels elle dut céder, par le traité de Paris, les dernières colonies espagnoles, Philippines, Porto Rico, Guam contre la somme de 20 millions de dollars et Cuba obtenait son indépendance.

C'est une souveraine vaincue qui apprit deux semaines plus tard l'assassinat dont était victime sa tante par alliance, l'impératrice et reine Elisabeth d'Autriche surnommée Sissi.

Vieillesse[modifier | modifier le code]

En 1906, elle assiste au mariage de son fils Alphonse XIII avec Victoria-Eugénie de Battenberg, une des nombreuses petite-filles de la reine Victoria Ière du Royaume-Uni qui, dès son mariage prend le pas sur l'ex-régente.

Devant se convertir au catholicisme, la nouvelle reine choisit pour marraine l'ex-impératrice des français Eugénie de Montijo.

Le mariage fut endeuillé par un attentat anarchiste qui fit des dizaines de victimes. Comme sa cousine, la tsarine de Russie Alexandra Féodorovna, Victoria-Eugénie transmit à ses fils aînés le gène de l'hémophilie ce qui, à l'époque, leur laissait peu de chance de survie et brisa le couple royal. Par prudence politique, le roi obligea plus tard ses deux aînés à renoncer à leurs droits en faveur de leur cadet l'infant Jean, comte de Barcelone.

Prenant pour marraine l'ex-impératrice des Français Eugénie, la jeune femme s'était convertie au catholicisme à la différence de sa cousine Béatrice de Saxe-Cobourg-Gotha qui, n'étant pas appelée à ceindre la couronne, conserva le luthéranisme de son enfance en épousant en 1909 le duc de Galliera, cousin germain du roi.

La première guerre mondiale et l'entre-deux-guerre[modifier | modifier le code]

L'Espagne demeura neutre durant la grande guerre et en 1916, la reine-douairère fit nommer le duc de Galliera, son neveu, à l'ambassade d'Espagne à Berne. On prétendait en effet que la duchesse de Galliera, bien que membre de la famille royale et cousine germaine de la reine Victoria-Eugénie, était la maîtresse du roi.

Dans les années 1920, après la mort en exil de l'empereur Charles Ier d'Autriche, la reine Marie-Christine poussa son fils à accueillir la jeune impératrice-douairière Zita d'Autriche, qui était sans ressources et avait huit enfants.

Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine-Teschen mourut en 1929 âgée de 71 ans.

Deux ans plus tard, son fils dut partir en exil et la république fut proclamée avant de sombrer dans les horreurs de la guerre civile. Elle est l'arrière-grand-mère du roi actuel Juan Carlos Ier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]